Forum AM-Entraide
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l'entraide autour des problèmes d'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexionGuide de survie en milieu mental hostile 260zw3p
Le deal à ne pas rater :
SITRAM Set 3 poêles tous feux dont induction + poigner amovible
20.99 €
Voir le deal

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 

 Guide de survie en milieu mental hostile

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Floriot
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 2:47

Très chers tous...

Loin de moi l'idée d'élever un temple à Ave Déclica et d'en être son plus fervent prosélyte, et encore moins la pensée ne fût-ce que latérale de m'ériger en sauveur, en inquisiteur, en arbitre des élégances ou en parangon de la norme...

Certains d'entre vous savent qu'il n'en est rien.

Toutefois, histoire que mon expérience ne serve pas à rien (même si, non, je ne prends pas mon cas pour une généralité), voici donc, extrait de ma réflexion sur mes réussites et surtout sur mes échecs, un premier jet du

Guide de survie en milieu mental hostile
OU : contre la stabulation libre...

Quatre points me viennent à l'esprit, et le style badin voire humoristique est fait pour passer la pilule...

1) Mind over matter? Think better!
Le mythe de la toute puissance du mental, du contrôle permanent sur soi, du "je vais serrer les dents et y aller", voire de la thérapie de l'auto-coup de pied au cul... Le bon vieux mythe, qui a déjà comme Moloch son bon lot de victimes...

C'est complètement oublier que nous sommes des êtres incarnés, pas des purs esprits.

Le corps vous envoie des signaux. Écoutez les, c'est important. Vous vous dites que vous vous réjouissez d'aller à un rendez-vous et avant de partir, vous passez plus de 5 minutes aux toilettes? Il y a un problème, un gros, qu'il faut résoudre ici et maintenant.

Ce n'est certes pas en "serrant les dents" que vous arriverez à vous tromper. Vous allez somatiser de plus belle.

Et rappelez-vous ce qui est finalement arrivé à Marcel Serre-Dents... (ok, je sors...)

2) UYFB
En décodé : Use Your Fuckin' Brain !!!

L'émotivité, c'est bien. Le ressenti, c'est cool. Sentir son palpitant accélérer, c'est bath. Mais ce n'est pas tout à fait ça... Si, actuellement, on prône l'instantané, l'authenticité, l'immédiateté, c'est que...

Mais QUI le prône au juste? Des publicitaires en mal de de vente et de placement produit. Des politiciens à court d'arguments construits et cohérents. Des écrivains ratés de soap-operas minables. Des artistes tâcherons en manque d'idées et de messages, et ce quel que soit l'art.

Nous valons mieux que ça.

Si vous voulez vous laisser complètement guider par vos émotions, ça peut vous mener jusqu'à... mais au fait, vous n'êtes pas dans ce forum pour rien...

En un mot comme en 1000 bouquins de développement personnels, RÉFLÉCHIR.

Prendre du recul, analyser, comparer, avoir plusieurs opinions simultanées sur le même objet, ne pas vous laisser manipuler ni par votre ressenti, ni par les autres.

"Tu mesures plusieurs fois, tu ne coupes qu'une", ai-je l'habitude de seriner à quelqu'un qui se vante presque d'agir avant de réfléchir. Toute action a une réaction, et parmi les bêtises que nous sommes capables de faire, certaines sont irréversibles.

Donc, prendre son temps. Penser. Les Ents des Seigneurs des Anneaux devraient pour ça être des modèles.

Et comme l'écrivait Jules Renard dans son journal (non, il n'a pas écrit que "Poil de Carotte")
"Penser ne suffit pas, encore faut il penser à quelque chose".

Ce qui m'amène au troisième point

3) Je pense, donc je me trompe
Ne pas vous laisser manipuler ni par votre ressenti, ni par les autres. ni par un mensonge que vous avez mis du temps à construire.

Vous croyez avoir raison sur un point crucial de votre vie? Tous vos amis vous approuvent? C'est hautement suspect. Si vous restez mordicus sur votre schéma de pensée et que les dysfonctionnements, qui n'ont apparemment rien à voir avec ça, perdurent, c'est qu'il y a quelque chose à redire.

Et si tous vos amis vous approuvent et que ça vous semble normal, là encore, dites vous que c'est VOUS qui choisissez vos amis. Quelqu'un qui est un contradicteur né, l'avocat du diable, un polémiste ou simplement quelqu'un qui vient d'un autre milieu social, a vécu une autre histoire est peu susceptible de devenir, et encore moins de rester, votre ami.

Alors, où trouver cette perle rare, cette personne qui, sans passion, aura un regard externe et neutre sur vous, sans enjeu? Cette personne qui pourra vous dire que vous vous fourrez très gentiment dans le pétrin, mais qu'au fond, il vous dit ça, mais c'est pour vous?

Des personnes ont entendu les pires avanies, ont dû réussir une psychothérapie pour être CE genre de personnes. Ne les négligez pas. Vous ne leur devez rien. Ni performance, ni progrès fulgurants, ni tentative de créer un lien. Juste payer un peu et être honnête avec vous même beaucoup. Ce sont les psys.

4) C'est ma première allopathie, c'est ma deuxième allopathie...
Ne négligez aucune forme de traitement, même l'allopathie. Certaines personnes de ce forum sont contre les médicaments. C'est un choix. Mais quand les troubles subsistent encore, que faire?

Et sur ce, ils prennent de l'aspirine quand ils ont mal à la tête. Or, pour certains remèdes psychothérapeutiques, il y a des antidotes. Pour l'aspirine, il n'y en a pas. Cherchez l'erreur.

Et s'ils prenaient un médicament approprié au lieu de tomber dans l'automédication sauvage ou dans l'usage récréatif de médicaments (exemple connu de quelqu'un qui dévie un médicament de son but premier pour pouvoir s'assommer et dormir...), peut-être qu'ils se passeront à moyen terme et de ce médicament et de l'aspirine, car les facteurs qui menaient à l'absorption de l'aspirine se seront volatilisés par une béquille chimique suffisamment forte pour qu'ils puissent enfin s'ouvrir en thérapie... et résoudre le problème, rompant le cercle vicieux.

Je ne dis pas que tous les médicaments sont viables. On a connu le Vioxx, le Laetril, la Thalidomide...

Mais de là à dire "M'empoisonner? Plutôt mourir!"...

Certes, tout le monde a son libre arbitre... mais seulement si ça ne fait pas de mal à autrui...

Car nous sommes tous insérés dans un tissu social, et c'est NOTRE responsabilité de nous prendre en main.pour NOTRE rapport avec les autres...

Aidez les autres à vous aider...

Take care...

René
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 3:12

Je ne peux que dire qu'à la fois tu as entièrement raison de dire cela, et à la fois tout ce qui y est dit, ou presque est faux. Mais je n'argumenterai pas, puisque, justement, je pense que tu fais le bon choix en développant ces idées ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Floriot
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 8:16

Veuillez développer votre pensée, je vous prie. Soit sur ce fil, soit en transmettant vos remarques aux administrateurs du site qui transmettront dans les délais les plus brefs si vous avez une crainte d'alourdir inutilement ce fil.

Amicalement

René.
Revenir en haut Aller en bas
Floriot
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 10:53

Au risque de me faire passer pour un accapareur de mon propre fil, je poste ici une simple

note:
mais d'importance,

Les sensations corporelles sont différentes des émotions. Les unes peuvent engendrer les autres, mais si les unes peuvent engendrer les autres, c'est bien la preuve que nous parlons de deux notions différentes...

Fiez-vous à vos sensations, doutez de vos émotions. Ceci peut constituer un point de départ intéressant, certes. Mais sans mise en perspective, sans recul, sans comparaison, elles ne vous serviront de rien...

Avec autant de clarté que possible dans la précision des termes, mes respects, frères d'âmes!

René
Revenir en haut Aller en bas
Mutil-âme

Mutil-âme


Nombre de messages : 64
Localisation : Au fond du siphon, jusqu'au coeur de la terre. Je suis en bas qui attends; Je suis tout là-haut qui espère.
Date d'inscription : 20/11/2009

Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 16:16

Je reste perplexe face à un tel raisonnement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 16:31

Je vais essayer de développer ma pensée.
Le mental est tout puissant, mais toute personne qui, à la lecture de votre message sur le fait qu'il ne l'est pas, aura deux réactions possible. Soit, il sait que le mental est tout puissant, n'en doute pas, et donc va continuer son chemin. Soit il doute que le mental soit tout puissant, ce qui ôte toute sa "toute puissance" au mental, et donc il est bien de lui dire que le mental n'est pas tout puissant. Vous avez donc tort dans votre affirmation, mais raison de l'affirmer ainsi.

Ensuite, UYFB. Bah ouais, sauf qu'il existe des personnes chez qui l'intuition dépasse largement la raison. Encore une fois, ces personnes sauront intuitivement que vous avez tort, et votre développement ne les atteindra pas. Donc ceux qui seront atteint par votre développement sont ceux qui n'ont pas l'intuition supérieure à la raison. Donc vous avez, une fois de plus, tort dans ce que vous dites, mais raison de le dire.

Enfin, le layus sur le "allez voir un psy because que c'est un regard neutre", ne touchera, une fois de plus, que les personnes incapable d'avoir un regard neutre sur elle-même. Celles qui en sont capable ne vont pas voir le psy, ou alors le psy ne fait qu'acquiescer à ce qu'elles lui disent. Bah oui, quand on sait prendre du recul et être neutre face à soi-même, le psy ne peut que dire "vous avez raison, faîtes ce que vous avez dit".
Donc, une troisième fois, vous avez tort, on n'est pas obligé de voir un psy, mais si une personne suite à un layus comme celui-là, va voir un psy, c'est qu'elle en avait sévèrement besoin vu la faiblesse des arguments, et que vous n'êtes donc qu'un prétexte pour justifier ce qu'elle avait déjà envie de faire.
Donc vous avez tort, mais vous avez raison de le dire.

Enfin, le coup des médocs, bah encore une fois, ça n'aura d'incidence que sur les personnes qui sont déjà tangent, et pas sur les personnes qui disent: wtf no medocs, c'est tout. Et elles ont raison ces personnes bien souvent, elles ont raison. Et parfois tort, mais parfois raison encore une fois. Sur ce point là, je dirais que vous avez raison et tort. Schrödinger réflexion, j'avoue, mais je ne peux pas m'empêcher de sentir l'erreur, sans pouvoir la déceler avec exactitude. Pour autant, je suis moi-même sous médocs, mais je sais que c'est un échec de ma part;
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 20:16

+1 ^^ Razz
Revenir en haut Aller en bas
Floriot
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Explication de texte   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 22:48

Cher Casdenor,

vous n'avez pas tout faux, je le reconnais. Toutefois, votre réponse, courageuse car sincère, inexacte car ne se référant pas précisément au texte, mérite d'être reprise. En voici les pierres d'achoppement, ou les poires de discorde. On dit les pommes de discorde? Justement, ça commence par ça...

Kallisti.

Morceaux, ou quartiers de pommes choisis :

Citation :
"Ensuite, UYFB. Bah ouais, sauf qu'il existe des personnes chez qui l'intuition dépasse largement la raison. Encore une fois, ces personnes sauront intuitivement que vous avez tort, et votre développement ne les atteindra pas."

Intuition et raison font partie du mental, cher intervenant! Le distinguo que j'opère, et qui a lieu d'être, est entre stimulus physiques et raisonnement. Les deux DOIVENT cohabiter et se répondre de manière harmonieuse...

Sinon, grave discrépance...
De plus, il faut évacuer l'émotionnel (≠ sensations physiques), ou du moins, en faire quelque chose et ne pas en rester uniquement là.

Citation :
Enfin, le layus sur le "allez voir un psy because que c'est un regard neutre", ne touchera, une fois de plus, que les personnes incapable d'avoir un regard neutre sur elle-même.

Les personnes sont incapables d'avoir un regard neutre sur elles-mêmes, et encore heureux... Imaginez-vous un seul instant pratiquer le doute systématique sur vous pendant 24 heures?

Citation :
Celles qui en sont capable ne vont pas voir le psy, ou alors le psy ne fait qu'acquiescer à ce qu'elles lui disent. Bah oui, quand on sait prendre du recul et être neutre face à soi-même, le psy ne peut que dire "vous avez raison, faîtes ce que vous avez dit".

Non, vous n'y êtes pas... le psy n'est pas du tout là pour vous caresser dans le sens du poil... Ou alors ce n'est pas un psy... Je ne sais pas de quel pays vous êtes, mais dans celui où je vis, les psys ne sont pas des personnes habillées en blanc qui prennent des notes en grommelant pendant toute la séance et qui à la fin, vous disent "à la semaine prochaine". Ils interviennent nettement plus. Même les mauvais. C'est vous dire les bons...

Citation :
Enfin, le coup des médocs, bah encore une fois, ça n'aura d'incidence que sur les personnes qui sont déjà tangent, et pas sur les personnes qui disent: wtf no medocs, c'est tout.

Le paradoxe que je voulais signaler est que ce sont les mêmes personnes qui renâclent à prendre des médicaments psys alors qu'elles prennent des médicaments pour des maladies physiques. Et vous avez déformé ma pensée, comme de juste : je disais très précisément que l'allopathie est à prendre en cas de non amélioration d'état en essayant d'autres voies. Je ne la mets pas en avant, bien au contraire. Là encore, ceux qui me connaissent pourront vous témoigner de ma position là-dessus et vous confirmeront que j'ai arrêté de prendre des médicaments psychiques, et que je ne m'en porte que mieux. Mais il a fallu passer, dans mon cas (qui, là encore, n'est pas une généralité), par la case médicaments.

Pour paraphraser ce pauvre Schrödinger, il faut imaginer la boîte de médicaments ouverte et fermée.

Bref, bref, vous déformez mes propos, vous ne semblez pas comprendre qu'il s'agit d'un témoignage personnel, vous n'arrivez pas assez bien à synthétiser mes dires pour pouvoir mieux les contrer et vous prenez des raccourcis audacieux à l'emporte-pièce. Mais je ne vous en veux pas.

Je ne voulais pas être pontifiant, de prime abord, dans ma première intervention, qui était largement placé dans le ton polémique (victor) outrancier. Mais si vous ne subsumez pas la substantifique moelle de ma logorrhée, il n'y a malheureusement aucun remède, même allopathique.

À part (re)lire ses classiques, enregistrer, comprendre...

En quoi prendre les médicaments serait un échec? C'est avant tout un besoin. Après, vous pourrez vous en passer. Mais tout d'abord, il faut circonscrire et éteindre l'incendie, et il n'y a malheureusement pas 36'000 moyens...

Putain de sérotonine, je te hais...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 22:59

Hmmm, alors là nous avons un problème. Je parle, pour ma part, de mental par opposé à l'astral, de raison opposé à l'intuition. Définissez donc le mental en ce cas.

"Les personnes sont incapables d'avoir un regard neutre sur elles-mêmes, et encore heureux... Imaginez-vous un seul instant pratiquer le doute systématique sur vous pendant 24 heures?"
Totalement et profondément faux. Au contraire, avoir un regard neutre sur soi est une chose très facile pour une quantité de personnes.

"Non, vous n'y êtes pas... le psy n'est pas du tout là pour vous caresser dans le sens du poil... Ou alors ce n'est pas un psy... Je ne sais pas de quel pays vous êtes, mais dans celui où je vis, les psys ne sont pas des personnes habillées en blanc qui prennent des notes en grommelant pendant toute la séance et qui à la fin, vous disent "à la semaine prochaine". Ils interviennent nettement plus. Même les mauvais. C'est vous dire les bons..."
Lorsqu'un psy se trouve face à une personne qui a raison sur elle-même, le psy ne peut rien dire de plus que "vous avez raison". Non pas parce qu'il caresse dans le sens du poil, mais parce que telle est la réalité.


J'ajouterai que votre réponse indique un profond orgueil. Vous campez sur vos positions sans apprécier, contrairement à ce que vous dites, qu'on vous contredise. Vos actes sont contradictoires avec vos paroles. Si je ressens encore une fois cette agressivité dans vos messages, ou cet orgueil, ne vous étonnez pas de mon silence, je ne répondrais pas.
En espérant que vous parviendrez à sublimer cette partie de vous-même.
Comprenez moi bien, mon but n'est pas de vous contredire, j'ai passé l'âge, je mettais en avant, simplement, que ce que vous disiez était faux, mais que vous aviez la bonne démarche en le disant. Vous avez demandé plus de détails, je les ai donné, mais pour ma part, je ne compte pas argumenter plus avant. Ce n'est pas ainsi que je vis.
Revenir en haut Aller en bas
Mutil-âme

Mutil-âme


Nombre de messages : 64
Localisation : Au fond du siphon, jusqu'au coeur de la terre. Je suis en bas qui attends; Je suis tout là-haut qui espère.
Date d'inscription : 20/11/2009

Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 23:23

Casdenor a écrit:

J'ajouterai que votre réponse indique un profond orgueil. Vous campez sur vos positions.

Je valide.

Quel est donc le fond de votre raisonnement René ?
Et le fondement même de ce savoir dont vous pensez détenir la clé ?

Qu'il n'y ai aucun malentendu, je respecte votre opinion, bien que celle-ci me laisse pantoise. Mais je ne la partage pas non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Floriot
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: À mes chers contradicteurs, une tentative nocturne de plaidoirie   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMer 14 Avr 2010 - 1:06

Pour Casdenor : intuition et raison font parie de notre propre cortex. L'intuition n'est pas, selon moi, une prophétie de la Pythie (qui était en fait dans un délire hallucinatoire car intoxiquée aux vapeurs de mercure) et ne vient pas d'ailleurs.

J'opère une dichotomie entre mental et physique, c'est tout. Quoi que le mental, c'est aussi du physique, ou du moins du chimique.

Et pour ce qui est de l'argumentation, c'est comme ça que je vis, du moment que cela ne résulte pas en arguties vaines et stériles.

La tradition de la disputatio s'est perdue, hélas.

D'ailleurs, il est intéressant de relever que les raisons de mon agressivité sont en grandes parties chimiques, car je suis astreint pour l'instant à un traitement ayant pour effet secondaire de modifier grandement et négativement l'amplitude de mes pics d'humeur. Je suis conscient que disant ceci, je vous ouvre une brèche pour des critiques ad hominem...

Pour Mutil-âme : Je ne prétends pas avoir la vérité. Mais d'avoir un autre point de vue. Et la confrontation entre les points de vue est infiniment salutaire.

"Croyez celui qui cherche la vérité, doutez de celui qui la trouve". La vie est ainsi un chemin initiatique qui ne doit surtout pas arriver à un but, car ce serait sonner le glas de l'esprit critique...

Floriot = Elias FNX
Revenir en haut Aller en bas
Caramel

Caramel


Nombre de messages : 31671
Age : 44
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMer 14 Avr 2010 - 1:52

Pour ce qui est des médicaments :

Je suis pas mal d'accord avec la notion de "béquille" et de "lance à incendie" que tu donnes. C'est d'ailleurs dans cet état d'esprit que je suis quand je prends mon/mes comprimé(s) de Xanax pour calmer une crise d'angoisse : éteindre l'incendie/la crise.

Après, je suis complètement anti-médicaments-de-fond dans la mesure où c'est souvent (trop !) présenté et utilisé comme LA SOLUTION au lieu de rappeler que c'est une béquille. Au lieu d'apprendre aux gens qui morflent à vivre avec eux même, à gérer leurs émotions / leur bizarrerie / leurs perceptions différentes / leur angoisse / whatever, on leur dit "vous êtes [diagnostic quelconque], prenez ceci, ça fera disparaitre vos symptômes". Et ça s'arrête souvent un peu là. Je grossis le trait mais pas tant que ça, quand je vois les gens ressortir d'HP en n'ayant eu que peu de vrais entretiens mais avec une pharmacie personnelle digne d'une usine de smarties...

Donc ouais... médicaments, pourquoi pas. Quand il faut vraiment. S'obstiner à marcher sur une fracture, c'est débile.
Mais utiliser les béquilles trop longtemps, marcher en décharge complète quand on pourrait poser un peu le pied quand même, c'est débile aussi.

Après, ouais, être fermé aux médicaments "à tout prix", c'est con. Mais je pense que c'est quand même sain d'être raisonnablement anti-médicaments.

J'ai mis des mois à accepter un anxio à prendre en cas de crise.
Et j'en suis ravie, parce que c'est des mois où j'ai aussi appris à mieux connaitre mon angoisse, où j'ai appris à mieux la gérer et tout. Tout en apprenant à connaitre mes limites, le "jusqu'où je peux arriver à gérer" et le "bon là, je vais faire trop de la merde si je ne me fous pas un coup de massue chimique sur la gueule, go Xanax".

Accepter les médics dès la petite déprime, dès les petites crisettes d'angoissounette... non, non, NON quoi. C'est rentrer dans une logique de "je ne suis pas capable de gérer sans la chimie", et c'est tout aussi peu sain que d'aller trop loin dans l'obstination à ne pas en prendre.

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

Guide de survie en milieu mental hostile Cthulhu%20cat  Guide de survie en milieu mental hostile Epo6tp31

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Floriot
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Des médicaments... et du guide...   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMer 14 Avr 2010 - 2:52

Citation :
"L'allopathie est à prendre en cas de non amélioration d'état en [je reformule] ayant essayé d'autres voies."

Citation :
Mais je pense que c'est quand même sain d'être raisonnablement anti-médicaments.
(je souligne)

Raisonnablement... tout est là... Et qu'est-ce qui se passe quand le mal fait perdre la raison? Et qu'on ne le sait pas, que l'on part en vrille pendant des mois, des années, en stabulation libre, que l'on se dit : "C'est normal, gars, que tu ne pousses pas la porte des amphis 5 minutes après que le cours ait commencé, c'est normal de ne pas vouloir aller aux cours le ventre vide, c'est plus sympa de refaire le monde avec des potes plutôt que d'enculer les mouches en classe d'analyse de texte", que l'on accumule les semestres d'inscription sans rien faire (c'était pré-Bologne, c'est à dire il y a fort longtemps)... Que le silence de tout le monde autour de soi donne un blanc-seing à cette attitude de fuite perpétuelle? De marasme? De bourbier intellectuel? De débâcle?

Que personne n'arrive à faire entendre que l'on déconne très très ferme? Que les parents n'osent rien faire et veulent traiter ça en interne?

Vous vouliez le fond de mon raisonnement, mutil-âme? La genèse de ce guide? La voici... Expérience personnelle, douloureuse et dont je me serais volontiers passé. Les dégâts furent immenses. Je commence seulement maintenant à relever la tête et à faire de nécessité vertu.

Il est vrai, Casdenor, que j'avais un ego sur-dimensionné, plus grand que nature, et j'étais autant dangereux pour mes proches que pour moi-même. Je me serais croisé, j'aurais détalé pendant 3 minutes à en perdre haleine, courant comme un dératé.

Maintenant, je pondère. Du moins quand j'étais sans ce traitement qui, je vous rassure, n'a rien à voir avec une maladie psychique, mais qui influence très fortement le psychisme (l'heure à laquelle je compose cette réponse en dit malheureusement très long). D'ici trois mois j'espère, je serai définitivement sorti d'affaire et refermé cette boîte de pharmacie de Pandore.

Alors, mes excuses encore, et si je ne détiens certes pas toute la vérité, et là encore, je m'en félicite, car cela volatiliserait le restant de mes velléités de dormir, il n'en reste pas moins que mon point de vue sur la question recèle une résilience quasi-mécanique, car logique d'une part, et basée d'autre part sur la sainte horreur du souvenir de cette période passée à souffrir de ne pas pouvoir souffrir, incapable de pleurer, car complètement en contrôle constant de peur de tout lâcher d'un coup.

Le fond de mon raisonnement? Quand vous voyez que ça ne va pas, changez votre fusil d'épaule. Je tente de donner quelques pistes, mais elles ne sont ni uniques ni complètement exportables...

Et si d'aventure vous avez vos propres solutions qui vous sont mieux adaptées, j'en suis fort aise. L'essentiel n'est pas que j'aie raison, mais que ce fil vous permette d'instaurer une vraie réflexion quant à des schémas qui se répètent depuis trop longtemps...

PS : Dans mon premier post, j'ai mentionné des cas de personnes que je connais, qui étaient au courant que j'allais citer leur péché mignon. Personne d'autre ne fut visé, et je ne me permettrai pas d'utiliser les confidences de quelqu'un pour l'attaquer en public, et de plus sans son consentement.

Amicalement
René

Citation :
"Le moi est haïssable"
Pascal

Floriot = Elias FNX
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMer 14 Avr 2010 - 3:18

Encore une fois, vous avez eu entièrement raison d'écrire comme vous l'avez fait, je l'ai dit, et je le redis, même si je considère le tout ou presque (après relecture la partie sur la médicamentation me paraît la plus pertinente) comme faux. Il est vrai que je suis, par ailleurs, une personne dont les conseils sont rudes, et dont la manière de voir le monde est, et j'en suis conscient, extrêmement difficile à supporter.
Revenir en haut Aller en bas
Caramel

Caramel


Nombre de messages : 31671
Age : 44
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeMer 14 Avr 2010 - 12:00

Pour l'histoire de "raisonnablement", je pense qu'inclure dans la réflexion les gens qui sont dans le déni complet du fait qu'ils ne vont pas bien, comme tu as pu l'être pendant pas mal de temps, c'est ... quand même pas mal inutile.

Dans la mesure où se dire "y a un truc qui déconne dans ma manière de réagir", c'est un cheminement vachement personnel, que personne ne peut faire à la place de quelqu'un d'autre.

On peut juste ne pas cautionner les comportements, ne pas leur donner les moyens de perdurer (je continue de penser que tu te serais bougé le cul bien plus vite si tes parents n'avaient pas "couvert" ton merdage en finançant ta "stabulation libre", mine de rien... J'veux dire, quand on a l'échéance de "soit je me bouge, soit je suis à la rue, ça fait intervenir l'instinct de survie et ça évite de se laisser pourrir pendant des années avant de se sortir les pouces du cul pour réagir.).

Mais le fait d'être "raisonnablement anti-médicaments", j'en parle à partir du moment où on se dit "ok, y a un truc qui merde dans ma vie, là".
Avant, la question ne se pose même pas...

(et bon, tu ne trouveras aucune personne dans le déni complet de ses problèmes sur ce forum... Ce n'est pas un forum de tricot, et c'est pas exactement un hasard si les gens se sont inscrit dessus...)

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

Guide de survie en milieu mental hostile Cthulhu%20cat  Guide de survie en milieu mental hostile Epo6tp31

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Floriot
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeJeu 15 Avr 2010 - 0:01

Très très juste, Caramel...

Je me permets de vous répondre ici, bien que j'ai l'heur de pouvoir vous répondre par d'autres biais, car c'est une réponse qui peut intéresser autrui.

Donc, et c'est là que je voulais peut-être en venir, et je parle de votre position, pas de votre cas ni de l'histoire personnelle qui a fait émerger une pareille prise de position, être anti-médicament, même raisonnablement, a un danger.

Celui de retarder, ne serait-ce que d'un jour, une prise en charge médicamenteuse qui s'avère nécessaire, car conflit entre un principe et la réalité.

Pour ma part, j'essaye, non seulement dans ce domaine mais dans d'autres, d'être souple et de ne négliger aucune piste, aucune solution, ou mieux encore aucune question.

J'essaye, mais, et c'est le prix à payer pour adopter ce genre de chemin, cela demande une énergie terrible et une lucidité de tous les instants. Et étant de chair et de sang, je connais plus souvent qu'à mon tour des moments de lâcheté, de fatigue, ou simplement de relâchement qui font que je m'enkyste dans des habitudes et des modes de fonctionnement peu en accord avec mes idéaux.

Il y aura toujours un hiatus entre ce que je suis et ce que je veux être, certes... mais c'est comme cela que j'avance...

Amicalement et sincèrement...

Floriot = Elias FNX
Revenir en haut Aller en bas
Caramel

Caramel


Nombre de messages : 31671
Age : 44
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeJeu 15 Avr 2010 - 0:16

Puisqu'on en est à sodomiser joyeusement des mouches, continuons...

Oui, à un moment donné, il y a conflit entre "un principe" et "la réalité".

Mais est-ce que la prise de médicament n'est pas - justement - véritablement utile et efficace quand on y a pleinement réfléchi et quand on l'a pleinement remise en question.

Je veux dire... Oui, j'aurais vraissemblablement eu besoin de mon traitement de réserve à coup d'anxios passablement plus tôt. Mais j'étais anti-médic, donc did not want.

Après, est-ce que j'aurais eu la même réflexion et le même cheminement par rapport à ma prise de médicaments si j'avais accepté dès que le premier médecin me l'a proposé (à savoir il y a environ 18 ans, quand mon médecin m'a proposé des médics pour gérer plus "zenement" la mort de mon père) ?
Je ne pense sincèrement pas.

Après, je pense que ca va pas mal avec UYFB... Donc "bon dieu, tu as un reste de bon sens, sers-t-en, s'il te plait". Savoir repérer quand on commence à se mettre TROP en danger, ou mettre trop sa vie (y compris sociale) sur des positions bancales... Ben ouais, les médicaments peuvent être une solutions.

Mais l'accepter facon mouton, sans remise en question... non quoi.

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

Guide de survie en milieu mental hostile Cthulhu%20cat  Guide de survie en milieu mental hostile Epo6tp31

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Floriot
Invité




Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitimeJeu 15 Avr 2010 - 4:53

Je ne puis qu'abonder.

Anti médicaments ou pro-médicaments? Ni pour, no contre (les deux restent des opinions figées) mais se donner le maximum de souplesse...

Et parfois réfléchir à toute berzingue, comme on le dit, mais si on en est déjà là...

Alors essayez, si vous savez que vous êtes coutumier du fait, anticiper...

Et peut-être avoir en permanence dans sa poche la liste des médicaments, maladies phy et psy, allergies et personnes proches à contacter (réseau de soin, parents, amis) si jamais il se passe n'importe quoi.

Mais cela part du présupposé que l'on est conscient du fait et qu'on l'accepte, et là, c'est déjà un stade avancé de la reprise en main...

Et si quelqu'un essaye de vous imposer un traitement (sauf si c'est pour une maladie qui n'implique pas que vous, bien entendu, qu'elle soit contagieuse ou qu'elle engendre des répercussions sociales élevées), il y a la notion de lien avec le médecin qui est à remettre très très fortement en question.

"Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J'écris ton nom "

Mortelle est la nuit
Take care

Floriot = Elias FNX
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Guide de survie en milieu mental hostile Empty
MessageSujet: Re: Guide de survie en milieu mental hostile   Guide de survie en milieu mental hostile Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Guide de survie en milieu mental hostile
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opération survie: Nuage mortel sur Tchernobyl
» Précosité Mental
» Vous vivez dans quel milieu??
» Capacité de régénération mental avancée
» Re : Je fuis la réalité , je me mens , détraqué mental ?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Ouvert à tous :: Questions-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: