Forum AM-Entraide
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l'entraide autour des problèmes d'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexionJe n'ai jamais était banale 260zw3p
Le Deal du moment : -80%
Souris gaming Acer Predator Cestus 350 (sans fil, ...
Voir le deal
19.99 €

 

 Je n'ai jamais était banale

Aller en bas 
+3
Helheim
SpreadThePlague
BlackButterfly
7 participants
AuteurMessage
BlackButterfly

BlackButterfly


Nombre de messages : 4
Localisation : quelque part en France
Date d'inscription : 18/07/2014

Je n'ai jamais était banale Empty
MessageSujet: Je n'ai jamais était banale   Je n'ai jamais était banale Icon_minitimeSam 19 Juil 2014 - 21:18

Bonjour,

En fait, je me mutile depuis 7 mois, j'ai arrêté pendant 2 semaines au bout de 3 mois, quand ma mère l'a découvert, puis j'ai recommencé pendant 2 autres semaines, j'ai arrêté pendant 2 mois, j'ai repris 1 semaine, puis j'ai arrêté 1 semaine et j'ai craqué aujourd'hui ... Bref, c'est un peu compliqué.

Parfois, j'arrive à me retenir pendant des semaines, mais d'autres fois, je n'y arrive même pas pendant 1 semaine. Cette pensée m'obsède, toute ma vie est formée autour de l'AM, et j'ai des pensées bizarres ... En fait je pense un peu comme une anorexique et une suicidaire, mais je ne le suis pas. C'est un peu un mélange ... Etrange n'Est-ce pas ?

Je m'explique : je me lève, je me demande pourquoi je me suis réveillée ce matin là alors que d'autres non. Je mange, je me dis que je vais grossir et que je ne se ressemblerais à rien, alors je m'invente des excuses du genre j'ai mal au ventre ou je suis fatiguée. J'écris mes textes, mes principaux sujets sont le suicide, l'AM et l'anorexie. Je fais du sport, je me dis que c'est pour maigrir ou pour m'empêcher de m'AM.

C'en devient invivable, je n'en peux plus. Quand ma mère a vu mes coupures sur mes hanches, on a parlé pendant deux heures. A la fin, j'en avais tellement marre que je répondais tout ce qu'elle voulait. Elle m'a envoyé voir une psychanalyste, j'ai eu deux séances avec elle mais à la fin de la seconde, elle m'a dit qu'elle ne voyait pas l'utilité de me revoir, puisque je ne disais rien. Excusez-moi, mais je suis très réservée et déjà que je ne comprends ni pourquoi je fais ça, ni tout ce que je ressens, je me vois mal l'expliquer à une personne que je ne connais pas.

Je suis très proche de ma sœur, elle est au courant, mais on n'en a jamais parlé. Je sais qu'elle l'a fait pendant 3-4 mois il y a 4 ans mais j'avais 8 ans, je ne me rendais pas trop compte du problème. Elle n'était pas vraiment accro, elle se traçait juste des lettres sur les avant-bras.
En fait, je n'en ai parlé qu'avec une de mes amies, que j'ai entraîné dans la mutilation ...

En gros, je ne supporte plus cette situation. Je crois que je voulais juste lâcher tout ça, le mettre à l'écrit et que quelqu'un puisse le lire. Je ne sais pas vraiment, comme tout le reste.
Pour résumé, j'ai une mère qui me fait culpabiliser et qui n'arrête pas de faire des sous-entendus, un père qui n'a pas l'air de s'en préoccuper, une sœur qui apparemment, n'ose pas en parler, un frère qui a 8 ans et qui comprend rien, une meilleure amie qui arrête pas de me demander pourquoi je me suis foutue dans une merde pareille, j'ai entraîné une de mes plus proches amies dans la mutilation et un meilleur ami qui n'est pas au courant.

Je m'excuse pour ce long post, je n'en connais pas vraiment le but. Je voudrais vraiment arrêter mais on peut dire que je ne suis pas vraiment aidée par mon entourage.

Je vous souhaite une bonne soirée et si vous avez lu jusqu'au bout, merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
SpreadThePlague

SpreadThePlague


Nombre de messages : 1250
Localisation : Canada
Date d'inscription : 12/02/2012

Je n'ai jamais était banale Empty
MessageSujet: Re: Je n'ai jamais était banale   Je n'ai jamais était banale Icon_minitimeDim 20 Juil 2014 - 18:56

Les envies et les moments sans ou avec, ça varie beaucoup en fonction de ce qui se passe autour de toi, je crois qu'il faut pas chercher à comprendre, les envies d'am sont pas un évènement périodique.
Aussi, dire que toute ta vie est tournée autour de l'am, c'est un peu gros, il y a aussi d'autres choses dans ta vie, même si pour le moment elles sont un peu (beaucoup ?) mises de côté.

Le sport pour te sentir mieux pourquoi pas, mais si c'est pour maigrir alors que tu en as pas besoin (est-ce que tu en as besoin d'ailleurs ?).

Clairement si tu as pas envie de parler, ça sert à rien, c'est tout neuf, et des fois il faut du temps avant d'avoir envie d'en parler tout court, et puis aussi envie d'en parler à un spécialiste.

Tu veux expliquer ce qui te pousse à faire ça ? Développer ça par écrit pourrait te permettre de mieux comprendre, et ainsi de te permettre de mieux en parler, ou du moins de cibler ce que tu souhaites pour remédier à tout ça.

A mon avis si tu comptes en parler avec ta soeur il faudra que ça vienne de toi, parce qu'à mon avis elle veut pas te brusquer.

Ton amie, elle l'aurait peut-être fait un jour ou l'autre même sans que tu l'aies fait toi. Tu as peut-être avancé la chose, mais je doute que ce soit totalement ta faute et que tu l'aies incitée.
Revenir en haut Aller en bas
Helheim

Helheim


Nombre de messages : 86
Age : 32
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 12/02/2013

Je n'ai jamais était banale Empty
MessageSujet: Re: Je n'ai jamais était banale   Je n'ai jamais était banale Icon_minitimeLun 21 Juil 2014 - 1:08

Tu voudrais arrêter, mais si tu te mutiles, c'est qu'il y a une raison qui te pousse à le faire. L'AM n'est pas une cause en soi, c'est un symptôme. Donc si la cause est toujours là, il n'y a pas de raison pour que tu arrêtes de te viander. Donc c'est la cause qu'il faut chercher.

Autre chose aussi. Je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire, mais ne t’embarrasse pas de la culpabilité de te viander parce que ça n'est clairement pas ça qui te fera arrêter. Attention : je ne suis pas en train de t'encourager à le faire en te disant que c'est pas grave, je te dis juste que tu te fais déjà du mal en te coupant et que ça ne t'avancera à rien de te flageller en plus de ça.

Peut être que cette pensée pourra t'aider à mieux tolérer le discours culpabilisant de ta mère. En tout cas, une chose est sure : Ça ne sert à rien de forcer quelqu'un à aller voir un psy : C'est quelque chose qui doit venir d'une démarche personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Pomme

Pomme


Nombre de messages : 13
Age : 26
Localisation : Languedoc-Roussillon
Date d'inscription : 09/07/2014

Je n'ai jamais était banale Empty
MessageSujet: Re: Je n'ai jamais était banale   Je n'ai jamais était banale Icon_minitimeLun 21 Juil 2014 - 1:10

Oui, ne te dis pas que toute ta vie tourne autour, ça ne fait "que" 7 mois, tu vas en sortir ! Very Happy
Quand tu dis que tu penses comme une ano, mais que tu l'es pas, c'est à dire ? Parce que si tu te trouves toujours des pretextes pour ne pas manger et que derrière tu fais du sport, tu dois pas etre bien grosse
Revenir en haut Aller en bas
Brise-patte

Brise-patte


Nombre de messages : 5058
Age : 26
Localisation : France
Date d'inscription : 21/02/2012

Je n'ai jamais était banale Empty
MessageSujet: Re: Je n'ai jamais était banale   Je n'ai jamais était banale Icon_minitimeMer 23 Juil 2014 - 15:26

le titre aussi ne fait pas dans la banalité de l'orthographe ^^
(à prendre avec humour hein)

Un petit truc qui revient souvent un peu pour tout:
plus on se prive d'un truc, ou de penser à cette chose, et plus on y pensera, plus on en aura envie.
Du coup, les "rechutes" sont souvent nombreuses, et assez stigmatisées aussi.
Là encore, des rechutes et des chutes, tu en aura surement encore beaucoup d'en ta vie, essaie de ne pas trop en faire tout et plats
et plutôt d'arriver à passer outre, si ce n'est rebondir par dessus.

Ensuite, pour ce qui est de la sensation de "j'ai pas envie de bouffer" ou des pensées suicidaires.... tu as douze an, et tu es surement au collège. Le collège est pas souvent très agréable, les enfants sont encore bien cruel, et tu entre dans l'adolescence, période de ta vie dont tu risques de te souvenir longtemps, ou en tout cas, d'en être bien marqué.
Ton corps change, peut être trop vite pour toi
il se créer tout un remue ménage au niveau des connections neuronales
de quoi ne pas arranger les choses.
C'est souvent une période pas facile de la vie, encore moins quand on a déjà un peu morflé au part avant.
Pour en revenir donc ces pensées anorexie et suicide...
heu bah wai, j'ai sortie un peu un gros pavé pour en finir sur la question "est ce qu'il y aurait d'autres raisons qui font que tu agis et penses à ça? ".


Pour les psy, tant que tu ne sera pas décidée, toi, à aller en voir un effectivement: ça ne servira pas à grand chose.

Tu abordes vraiment beaucoup de sujet en même temps, du coup, je vais essayer de répondre au maximum tout en gardant un fil. Je vais essayer.
Bref
donc, tu parlais de ta soeur.
Déjà, que ce soit 3 mois ou trois semaine, et des lettres griffées à la place de gros trucs de barbare dégueulasse, ça n'empêche que tu ne peux juger sur cette seule apparence, le fait qu'elle ne comprenne pas.
Ca se trouve, oui, c'était juste un tripe kikou lol à la con.
Ca se trouve, non, c'était pour les même raisons que toi. Du coup.. pourquoi pas essayer d'en parler avec elle? ce qu'elle a ressenti, pourquoi..? ça peut être une piste.

Ensuite, tu parles d'une amie que tu aurais entraîner avec toi dans l'am.
Il est possible, déjà par curiosité, que cette amie l'ai fait car tu le faisais.
Et il est très certainement possible que,
si ca n'avait pas été toi, si ca n'avait pas été à ce moment.
Elle aurait très bien pu découvrir cette "technique" via une autre personne, un film ou les réseaux sociaux, deux semaines plus tard, et ait commencé à ce moment là, et non après que tu lui en ais parlé.

Peut être qu'elle aussi, au fond, avait besoin. Car il y a peut être un problème au fond qui ne passe pas. Et ça aurait peut être fini en anorexie, ou autres trucs plus ou moins malsain.

Du coup, là encore, ça serait peut être bien que vous en parliez ensemble. Déjà elle, qu'est ce qu'elle a ressentie quand tu lui a dis pour ton am. Est ce qu'elle s'est sentie coupable? Pourquoi se coupe t elle? Etc etc..
parler en commun de vos merdes, des fois, ça peut faire beaucoup de bien.
Aussi, tu disais n'avoir rien dis psy car tu ne le connaissait pas. Ici, tu connaîtrais la personne. C'est une première approche pour apprendre à parler de ce que tu ressent.
Bien qu'elle ne fera jamais le travail d'une personne qualifié dans ce domaine.
C'est ta pote, et non ton médecin, les deux remplissent des rôle différents.

Point suivant:
Ta mère ne sait surement juste pas comment réagir et aborder le sujet.
Tu sera pas la première personne qui aura des parents avec qui le dialogue là dessus est compliqué, et a raison:
ta mère voit que tu souffres, l'am reste un acte assez agressif et dans notre société, c'est assez stigmatisé, elle n sait surement pas comment t'aider,
et penses un peu de la même manière que toi dans le sens où tu restes fixée sur l'acte et non ce qui entraîne cette acte. Tu voudrait arrêter ces pensées et l'am, sans vraiment te préoccuper sur ce qui entraîne tout ça.
Ta mère a surement voulu faire de même: arrêter ça. Mais à sa manière.
Déjà en te remontant les bretelles, et ensuite en te dirigeant vers une personne qualifié, ce qu'elle pensait surement être la meilleure aide pour toi.
Du coup, je te conseil ceci, pour toi comme pour elle, je pense vraiment que ça peut aider.
https://automutilation.actifforum.com/t1266-infos-pour-la-famille-et-les-amis

Et il en est aussi peut être de même pour ton père: les papas, c'est bien connue pour moins parler que les mamans (lol). Il ne sait surement pas comment réagir, ou aborder le sujet, et comme toi avec ta grande soeur, il n'en parle pas, comme tu n'abordes pas le sujet. Du coup, il fait peut être comme si de rien n'était.
D'ailleurs, c'est assez comique (et tellement souvent en fait...): ta mère en fait peut être trop, et ton père n'en fait pas assez

du coup, quelle réaction tu attendais de tes parents? De quelle aide tu penses avoir besoin?
(ceci sont de réelles questions hein. Je ne me moque en aucun cas)
Aussi, pour ton frère de 8 ans... Tu dis aussi toi même qu'a 8 ans tu ne comprenais pas. Je sais que chaque individus est différents, mais souvent, si on ne prend pas le temps d'expliquer, je ne pense pas qu'il vas comprendre de lui même. Aussi, tu voudrais qu'il comprenne?

ah et pour finir, tu as déjà essayer d'expliquer à ta meilleure amie, qui justement, essaie de comprendre?

je rajouterais une dernière chose:
dans ton titre tu parles de la banalité.
Je vais surement faire des rapprochements peut être foireux
mais le fait que tu ne te sentes pas bien dans ta peau, que tu veux maigrir, (que ce soit aussi l'âge, et oui, c'est une période qui y fait, on passe plus ou moins tous part là), que tu ne te comprennent pas comment penses que ceux qui t'entourent ne te comprennent pas...
Aurais tu peur de te sentir "banale"? C'est pas une honte de le penser hein. Je pense qu'on a du tous ou presque déjà penser ça.
Le tout alors (et ça reste mon opinion personnel hein) c'est d'arriver à voir qu'on est tous "banal" et qu'on ne l'est tous pas (syntaxe a la con bonjour).
"banale", "lambda" c'est ainsi qu'on nomme les personnes qui n'ont pas d'importance pour nous, en qui nous ne voyons rien, et ça, surement parce qu'elles nous sont étrangères et que nous les connaissons pas.
Seulement, ces personnes qui sont lambda pour toi, ne le sont surement pas pour d'autres, qui les connaîtraient, pour qui elles auraient énormément d'importance.
Du coup.. Banal, Lambda.. c'est surtout juste une histoire de regard sur la chose (la personne, ici.).
A ça, j'avais trouvé, pour ma part, qu'il faut donc arriver à s'accepter comme on est, et se battre pour être ce que l'on trouve bien, pour être "une bonne personne".



________________
"tu vois, le monde se sépart en deux quatégories.
Il y a ceux qu'ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent.
Toi, tu creuses"
Revenir en haut Aller en bas
vlad tepes

vlad tepes


Nombre de messages : 3303
Age : 32
Localisation : La main forte, club privé
Date d'inscription : 19/10/2006

Je n'ai jamais était banale Empty
MessageSujet: Re: Je n'ai jamais était banale   Je n'ai jamais était banale Icon_minitimeJeu 24 Juil 2014 - 0:51

Je suis née il y a sept mois et ma douleur est ma vie...

Si tu te viande encore dans deux ans, fais nous signe, on te fera des poutouxxx.
Revenir en haut Aller en bas
Chapelier

Chapelier


Nombre de messages : 3392
Date d'inscription : 18/10/2006

Je n'ai jamais était banale Empty
MessageSujet: Re: Je n'ai jamais était banale   Je n'ai jamais était banale Icon_minitimeLun 28 Juil 2014 - 18:37

Pourquoi tu voudrais arreter de t'AM ?

Tu te demande pourquoi tu vies, c'est une excellente question. Pourquoi tu vies ?
Et si tu trouve pas de réponse te reste plus qu'a la construire.
Si tu t'y attèle sérieusement ça devrait t'occuper assez de temps et te monopoliser assez de cerveau pour que tu oublies de t'AM.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Je n'ai jamais était banale Empty
MessageSujet: Re: Je n'ai jamais était banale   Je n'ai jamais était banale Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Je n'ai jamais était banale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» .. J'y 'était .. presque ..
» Et si c'était vrai...?
» La rechute était inévitable!!!!!
» En avez-vous parlé à votre entourage?
» Qd on espérait trop et qu'on croyait que c'était possible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Automutilation-
Sauter vers: