Forum AM-Entraide
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l'entraide autour des problèmes d'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexionJ'ai recommencer... 260zw3p
Le Deal du moment : -47%
Xiaomi Fan 2 Lite – Ventilateur sur pied ...
Voir le deal
38.35 €

 

 J'ai recommencer...

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
MinhaFlor




Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 31/07/2012

J'ai recommencer... Empty
MessageSujet: J'ai recommencer...   J'ai recommencer... Icon_minitimeMar 31 Juil 2012 - 0:44

Il y a 10 jours...

La première fois que je suis mutilée j'étais en foyer, j'avais 15 ans. C'était pour faire comme la copine, pour dire "moi aussi je l'ai fait". ça a duré environ 2 ans, j'y voyais une forme de libération. Comme si le mal en moi sortait de mon corps. Puis c'était un moyen de me punir quand je faisais quelque chose de mal. Je me disais que c'était bien fait pour moi. Puis ma mère a ouvert une de mes lettres où je parlais de mon mal être à une copine et a donc voulu voir mes poignets et chevilles. Endroits où je me taillais régulièrement. Depuis j'avais arrêté.

Mais il y a 10 jours mon copain m'a quitté. Cela faisait 8 mois que j'étais seule et je me disais que le prochain serait le bon... Quand j'étais petite on m'a fait des choses pas bien... Je ne m'en souviens pas et ça a commencé à remonter à la surface au mois de mars. Mes doutes sont devenus réalités... Alors je m'étais dit que le prochain mec avec qui je sortirai devrai attendre avant de m'avoir. Mais lui, c'était différent de tout ce que j'ai connu... On n'a pas couché ensemble, il savait que je voulais attendre et a respecté mon choix sans insister... Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui me corresponde autant. Que des points communs, comme s'il était moi. Mais il vient de se séparer, il n'a plus son fils et sa famille est loin (Portugal). Il m'a dit n'être pas prêt à avoir une relation, que c'était trop parfait entre nous. Il a préféré arrêter.

J'ai donc recommencé à me mutiler. Parce que j'ai mal... Et je m'en veux d'avoir partagé des choses avec lui parce que ce n'est pas le bon. Puis je me dis que je n'ai que ce que je mérite en me faisant du mal. Ma vie est une succession de douleurs depuis l'enfance. Et j'ai osé effleurer l'idée qu'il puisse être le bon... Je n'ai jamais été heureuse en amour. On m'a toujours fait du mal. Et lui me disait qu'il voulait me donner tout ce que je mérite, qu'il ne me ferait pas de mal, qu'il ne voulait que moi.

Le soir je bois... Comme ça quand je me couche je m'endors sans penser. Et je me mutile beaucoup... Presque tous les soirs. Et je me rend compte que je n'ai jamais été heureuse. Ma mère était dépressive et mélangeait cachets et alcool. J'avais 10 ans quand je la trainais au sol pour la mettre dans son lit... ça a duré 5 ans, jusqu'à ce que j'aille en foyer. Puis elle a recommencé et recommencera jusqu'à ce qu'elle ne se rate pas. Même en ayant mon indépendance elle reste un poids.

La seule chose qui me retient aujourd'hui c'est ma fille... Si je ne suis plus là, elle n'aura personne. Si je ne l'avais pas je ne sais pas où je serai à cette heure ci, mais pas chez moi. J'ai envie de partir, qu'on me retrouve demain sur le sol me serait égal si je ne l'avais pas.

On dit que dans la vie on a que ce qu'on mérite... Alors je ne dois pas mériter grand chose...
Revenir en haut Aller en bas
Chat-mauve

Chat-mauve


Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 17/07/2012

J'ai recommencer... Empty
MessageSujet: Re: J'ai recommencer...   J'ai recommencer... Icon_minitimeMar 31 Juil 2012 - 4:17

C’est pas vrai que dans la vie on a ce qu’on mérite. La vie c’est aléatoire. On a pas mérité notre famille, on l’a eu et c’est tout. On ne mérite pas non plus un accident de voiture. Ce sont des choses qui font juste arriver. De la même manière, la souffrance psychologique et ses causes ne sont pas méritées. Elles nous arrivent aléatoirement même si certaines choses chez nous peuvent aggraver notre souffrance (culpabilisation, absence de mécanisme approprié pour la gestion des émotions, schémas malsains dans nos relations).

Pour ce qui t’arrive, je ne peux t’offrir que ma sympathie. Moi aussi j’ai vécu récemment une rupture très difficile avec quelqu’un que je croyais le bon (même si j’avais attendu longtemps dans la relation avant de croire une telle chose pour me protéger). Oui ça fait mal. Oui, moi aussi ça m’a fait rechuter dans l’automutilation (avec d’autres facteurs aggravants). C’est tout à fait normal d’avoir de la peine. C’est normal aussi de se dévaloriser si la personne que tu chérissais le plus ne veut plus de toi (ou du moins pas dans le genre de relation que tu veux). Il faut réussir à voir à long terme. Ça ne ferra pas toujours aussi mal. Tu vas aussi continuer d’évoluer comme personne et un jour probablement que tu t’apercevras pourquoi cette personne ne voulait plus continuer la relation. Toi aussi tu auras changé et tu t’apercevras que tu désire autre chose que ce que cette personne est devenue. C’est malheureux, mais bien peu de gens évoluent dans la même direction. Surtout qu’à 23 ans (et je suppose que ton amoureux devaient être dans le même groupe d’âge), tu es encore loin d’être définitivement fixée dans la vie.

Dans l’immédiat, il semble urgent que tu aie chercher une aide extérieure, autant pour ton bien-être que pour celui de ta fille qui a besoin de vivre dans un environnement sain. Comme je ne viens pas d’Europe, je ne connais pas les ressources dont tu dispose, mais je t’encourage à faire les démarches nécessaires pour obtenir une aide rapide (suivi psychosocial, ligne d’écoute, groupe d’entraide, psychiatrie si tu en sens le besoin ou autre). C’est démarche sont dures à entreprendre. Souvent les moments vraiment durs sont ceux où on ne se sent pas l’énergie d’attendre dans des cliniques, de faire des appels, de tout expliquer. C’est souvent aussi très gênant la première fois de parler de cela à un inconnu. Néanmoins, cela peut être très libérateur (sentiment moindre de solitude, gêne moindre par rapport à ses problèmes). Cela te permettra aussi d’explorer de nouvelles pistes de solutions par rapport à tes problèmes émotionnels. Tu pourras aussi connaître de nouvelle ressource dans ta région qui pourront te donner une aide plus constante. (Par exemple, dans ma région il y a des soirées cuisines collectives pour les gens qui se sentent seuls).
Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai recommencer...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Automutilation-
Sauter vers: