Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pétage de plomb du soir

Aller en bas 
AuteurMessage
Synapse

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 20/08/2017

MessageSujet: Pétage de plomb du soir   Jeu 30 Nov 2017 - 19:50

Ce monde me fatigue.
Je ne le comprend pas.
Tous le monde semble courir dans tous les sens comme des poulets sans tête.
Ils s'aiment, se détestent, semblent tous éssayer de combler un vide sans fond.
Courrant de mirage en mirage, de peine de coeur en peine de coeur.
Sans voir qu'ils passent leur temps à éssayer de se persuader que la vie est belle.
Qu'elle en vaut la peine.
Alors on tiens bon pour faire sourire les autres.
Sans s'apercevoir qu'eux aussi ne font que prétendre.
Nous sommes tous vide.
La conscience de soi dans un univers dépourvu de sens est un cauchemar.
Un cauchemar existenciel dans lequel on se débat tous.
Fuyant le néant, le vide et la tristesse.
Toujours pour trouver de plus sombre ténèbres.
Seul la rage me fais tenir debout depuis tant d'années.
Il y a longtemps j'avais trouvé un sens à la vie en aimant quelqu'un.
Quelle sombre mais belle erreur.
L'amour n'a pas de sens dans un univers qui en est dépourvu.
Ou tout est fugace et irréel.
Fuyant le vide on tombe dedans.
Au bout du compte rien n'a d'importance.
Notre cauchemar s'achevra dans la mort.
Ou notre conscience retombera dans le néant, dans la paix de l'oubli.
La mort est un espoir, un phare dans la nuit.
En attendant il faut continuer, tenter d'allèger le fardeau des autres.
Rien n'a de sens c'est bien ça le pire.

Je suis un peu bourré, c'est pour ça que je parle
Bonne nuit le monde
Revenir en haut Aller en bas
Sophie5698

avatar

Nombre de messages : 85
Age : 20
Date d'inscription : 04/08/2016

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Ven 1 Déc 2017 - 23:36

Je ne sais pas trop quoi te dire appart que je suis d'accord avec tout ce que tu as dit et que c'est très bien écrit !
Revenir en haut Aller en bas
Cloudofeather

avatar

Nombre de messages : 70
Date d'inscription : 21/12/2014

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Lun 4 Déc 2017 - 13:35

Tu l’écris si bien. J’espère que tu vas bien, si la vie c’est vraiment ça alors moi je te répondrais de jouer le jeu, je me sens idiote de le dire après tout on a peut être pas trop de choix. « La vie n’est qu’une ombre en marche, un pauvre comédien qui s´agite et se pavane sur scène l’espace d’une heure, après quoi plus personne ne l´entends. C’est une histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien » ces mots de Shakespeare dans Hamlet m’ont toujours fait frisonner. Les gens ne veulent pas savoir vraiment ce que c’est le sens de la vie, on leur en offre un et ils font comme les comédiens ils prennent le rôle je crois.
J’ai pas trouvé d’autres solutions et je m´en excuse, mais je t’ai lu et je peux dire que je partage un peu ton avis.
Au plaisir de te lire.


Dernière édition par Cloudofeather le Jeu 7 Déc 2017 - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Synapse

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 20/08/2017

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Jeu 7 Déc 2017 - 17:08

Hum c'est un peu gênant dans la mesure ou j'ai pas souvenir d'avoir écrit ça.
M'apprendra a boire... Deux bières !
Je tiens plus du tout l'alcool oO
Enfin quoi qu'il en soit...
Merci pour vos réponses, c'est vrai qu'au fond de moi j'ai ce genre de raisonnement, même si normalement je le garde pour moi.

Cloudofeather, bien d'accord avec toi, encore faudrait-il il savoir quel rôle nous est attribué.


Smile
Revenir en haut Aller en bas
Cloudofeather

avatar

Nombre de messages : 70
Date d'inscription : 21/12/2014

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Jeu 7 Déc 2017 - 17:30

Synapse a écrit:


Cloudofeather, bien d'accord avec toi, encore faudrait-il il savoir quel rôle nous est attribué.


Smile


Ah bah oui sinon ce serait trop facile Wink !
Revenir en haut Aller en bas
Synapse

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 20/08/2017

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Dim 28 Jan 2018 - 16:06

J'ai définitivement un problème. J'ai besoin d'écrire ça quelque part..
Je viens d'un coup de me mettre à pleurer. C'était pas arrivé depuis très longtemps.
C'est arrivé à cette simple réflexion : reste-t'il de l'espoir ?

Je suis flingué, franchement perdu. Je sais pas où je vais. Je suis détruit. Depuis toutes ces années une tâche sombre à germé en moi. Elle à grandi me donnant force et insensibilité. Suffisamment de force pour me relever de l'héroïne, du subu et de la méthadone qui m'avait rendu à l'état d'épave.
Je suis brisé en profondeur je m'en rend bien compte. Je retourne parfois en soirée, faire la fête, et j'arrive plus à m'approcher des gens.
Mais où est donc passée toute cette bienveillance que j'avais ? Il est où le gamin toujours souriant le cœur sur la main ?
Le week-end dernier, un pote avec qui je trippais sous LSD dans ma piaule m'a dit que j'étais un no-life post apo'.
Sur le coup ça m'a fait rire, alors que je voyais le ciel passer de violet translucide à vert opaque en fonction de la note de dub qui passait dans l'enceinte.
Je crois qu'il a pas tort. Il à même carrément raison.
Faut voir ma gueule, on m'a dit plusieurs fois que j'avais l'air d'un tueur yougoslave tout juste sorti de taule.
Putain mais qu'est-ce qu'il s'est passé pour que j'en arrive là

Je sais même plus exprimer ce que je ressent aux autres alors je n’essaie même plus. Faut dire que je garde tout le monde a distance en me planquant derrière l'humour. L'humour noir, celui qui me fais le plus rire.
J'aime pas beaucoup ce côté insensible que j'ai.
J'ai passé tout le weekend à procrastiner comme un connard au lieu de chercher un stage.
Merde je me sens tout cassé et j'ai pas la moindre idée de quoi faire pour aller mieux. Avec le temps qui passe je le gère mieux mais ça s'arrête là.
Je vis simplement pour pas rendre ma famille triste alors que j'ai envie de me buter.
J’essaie d'aller mieux et d'être heureux pour rendre ma famille ou plutôt mes frères heureux.
J'étais joyeux avant.
J'ai envie de mourir, ça me gonfle cet univers sans queue ni tête.
On se construit tous notre propre enfer sur mesure.
Merde mais où je vais, et pourquoi ?
Pourquoi me suis-je fichu toutes ces contraintes morales en tête alors que je pourrais tranquillement en finir petit à petit une seringue dans ce qu'il me reste de système veineux ?

Le jour va-t'il enfin se lever ?

Demain sera un autre jour, je me tiendrais droit sur mes guibolles et je recommencerait comme hier jusqu'à la prochaine fois
Revenir en haut Aller en bas
Implo

avatar

Nombre de messages : 12930
Age : 29
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Sam 10 Mar 2018 - 16:30

je sias que c'est un peu tard
mais as tu trouvé des réponses a tes questions
comment te sens tu maintenant


________________
Il faudra peut être un jour que j'admette que je vais mal, mais peut être qu'à ce moment là, je pourrais le dire parce que j'irais mieux.

j'écris comme mon cerveau découpe
sans ponctuation pas d’intonation
Revenir en haut Aller en bas
Synapse

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 20/08/2017

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Sam 10 Mar 2018 - 18:34

Salut !

Franchement je suis pommé, j'ai pas vraiment de réponses à mes questions. Pour le moment je me contente de pouvoir fonctionner malgré le fait que j'ai l'impression de souffrir en permanence.
Quand je suis concentré dans quelque chose, j'oublie que j'ai mal. Mais de temps en temps, je déprime salement comme l'autre jour.
Alors je prend du kratom, ça me soulage en attendant le lendemain.
J'ai pas de but dans la vie, je bosse les cours motivé par la peur de me retrouver sans rien plus tard et à la rue.

J'ai franchement bien réussi mon premier semestre et finalement j'ai trouvé un stage donc je dors mieux en ce moment.
Ou que j'aille j'ai cette douleur sourde en moi qui me mine, je me comporte comme un animal blessé avec les gens, je laisse personne s'approcher de moi et par conséquent je suis seul. Et cette solitude me va bien la plupart du temps. Mais je sais que c'est pas tout seul que je guérirais donc je me force à sortir, ça me coûte mais je ne le regrette jamais après coup.
Je sais pas quoi faire pour me soulager, j'ai l'impression que je peux juste apprendre à gérer la douleur, apprendre à vivre avec.
J'ai peur de la garder toute ma vie.
Je me souviens pas vraiment de quand elle était absente, quand je compte ça fait plus de dix ans.
A côté de ça je me demande bien pourquoi je vis, que même sans panique ni désespoir j'estime que ça me gonfle, et franchement si je fais le bilan des + et des - ça fait très longtemps que ça vaut plus le coup, objectivement.
Si certains membres de ma famille ne comptaient pas autant pour moi et que j'avais pas été confronté à la tentative de suicide de ma mère plus jeune je n'aurais aucun scrupule à me laisser sombrer. Grâce à ça j'arrêterais jamais de me battre et ce de toute mes forces, donc au final ça va pas si mal.
Je pense donc souvent que j'aimerais bien être mort pour plus avoir mal mais même dans les pires des moments ça reste un fantasme.

Je sais juste pas quoi faire. J'étais largement en surpoids, j'ai perdu 35kg+ en deux ans et apparemment je suis de nouveau attirant, ce qui devrait me rendre content. J'ai repris les études, je réussis, si je continue comme ça j'aurais mon master et un taf bien payé, mais au fond je me fiche bien de tout ça.
Je veux juste ne plus souffrir. J'aime pas bien ce que ça a comme effet sur ma personnalité.
C'est vraiment la crise, j'ai aucune idée de quoi faire par rapport à ça, si j'étais une tierce personne, j'aurais pas la moindre idée de comment faire pour m'aider.
J'ai l'impression d'être une erreur de la nature, j'ai été diagnostique quelque part entre l'autisme et la précocité intellectuelle / hypersensibilité émotionnelle et j'aimerais beaucoup que ce soit pas vrai.
Je suis bien obligé de me rendre compte que pourtant ça l'est. Je suis différent, ma façon de fonctionner, de penser.
On est tous différents, mais je connais personne qui fonctionne comme moi, et pourtant j'aimerais, juste pour voir comment eux ils font pour vivre.
Je suis fatigué.
Si je trouvais un endroit loin de tout ou je me sentirais bien, j'irais et je ne reviendrais jamais.
Mon existence n'a aucun sens et pourtant je me débat de toute mes forces en permanence. J’essaie de me transformer en machine de guerre, aussi solide que combatif, et sur le plan physique ça marche, mais sur le plan psychique y a rien a faire.
J'aurais bien besoin d'un câlin, en toute amitié, de quelqu'un qui me comprendrais, ça me ferait beaucoup de bien.
Mais personne n'est au courant parce que je vois mal à qui parler.
Enfin bref... C'est l'impasse.
En tout cas merci pour ta réponse, écrire ça fait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
Implo

avatar

Nombre de messages : 12930
Age : 29
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Sam 10 Mar 2018 - 20:36

comme tu le dis on est tous différent
et je pense que tu peux faire de cette différence une force
puissante
il suffit de savoir la manier
s'en servir

et dis toi que t'es pas seul
on est là nous
à ton écoute

et perso je ferais tout ce que je peux pour t'aider

________________
Il faudra peut être un jour que j'admette que je vais mal, mais peut être qu'à ce moment là, je pourrais le dire parce que j'irais mieux.

j'écris comme mon cerveau découpe
sans ponctuation pas d’intonation
Revenir en haut Aller en bas
Synapse

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 20/08/2017

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Sam 29 Sep 2018 - 22:11

Je viens d'écrire le pavé qui suit et je me sent de prévenir que j'écris comme ça vient, parce que ce soit je suis encore en train d'imploser. Je veux pas imposer ce roman qui respire pas la joie. J'écrit simplement comme ça vient


Je te remercie, Implo.
Effectivement... Quand j'y pense, le jour où j'arriverais à faire de mon histoire une force, je pense même que je serais super-man.
Le truc c'est que je sais plus quoi faire. Je vois pas ce qui pourrait m'aider.


Je reviens après m'être renfermé comme une huître sur ces quelque mois. Je faisais un stage, ça m'a pas mal stressé, changer de ville, aller sur Paris... J'angoissais à mort de pas être au niveau, et comme d'habitude j'ai travaillé comme un acharné et ça a payé.
Mais merde j'en ai marre de vivre dans une sorte de non vie ténébreuse, à écouter du black metal pendant des heures par jours pour me sentir mieux.
Je ne vis que par rage, y a rien d'autre. Jamais. C'est le seul moteur que j'ai trouvé. C'est un moteur qui marche. C'est un moteur nul. J'ai envie de cesser d'exister. Je comprend pas le monde, il n'a ni queue ni tête. La vie n'a aucun sens, pas faute d'avoir essayer de trouver. Pourquoi j'ai tant besoin au fond de moi d'être aimé et d'aimer, je trouve ça pitoyable.

En tout cas ça ne peut pas suffire pour vivre.

Alors chaque jours, je me répète que j'ai un combat à mener, le dernier et le plus long. Un combat perdu d'avance, que je dois mener comme un acharné, avec toute la rage qui est en moi. Faire tout ce que je peux pour m'en sortir et rendre ma famille heureuse. Après, seulement après, quand la mort me fauchera, ce combat prendra fin. Et je pourrais enfin dormir.
Je ne dors pas assez, ça me tape sur les nerfs. Je suis trop enragé. Je hais l’existence. Je pleure pour chacun de mes frères humains dans la souffrance, tout en étant incapable de venir en aide à qui que ce soit. J'y arrive pas, je sais pas quoi dire.

Visiblement dans un an je serais ingénieur, la paie sera bonne, mes résultats sont bons. Je me suis fait remarqué par une équipe dans une grosse boite qui veulent me reprendre pour mon stage de dernière année et finir sur un contrat. Pourtant je m'en fout de ça. Merde le seul truc que mon cerveau tout niqué sait faire c'est des maths et de la programmation. Je me trouve pitoyable de constater que je me fiche royalement de tout ça. Moi j'ai juste besoin d'un toit sur la tête et de quoi manger, j'ai pas besoin de beaucoup. J'ai juste besoin d'affection, n'importe quoi, juste un câlin.

Putain que je me hais d'écrire ça, mais c'est vrai. Le summum du pitoyable. En plus le plus drôle c'est que si quelqu'un voulait me le donner ce câlin je fuirais en courant. Trop parano, peur de souffrir, la rengaine de base des lâches qui ont peur de souffrir.
Toute façon qui voudrait de moi, avec mon corps détruit et couvert de cicatrices, dont en plus la peau du ventre à pas, mais alors pas du tout aimé mon ancien statut d'obèse. Mon esprit est détruit, et je crois que le pire c'est que je suis profondément convaincu d'être indigne de tout.
Y a un truc qui à merdé dans mon existence, probablement plusieurs même, maintenant faut arrêter le massacre, c'est pas bien. Faut faire un truc, une intervention divine, je sais pas moi... Arrêter le carnage, ça devient n'importe quoi !
Je voudrais bien trouver un moteur de vie plus positif qu'une rage infinie.
Ce moteur me permettra pourtant encore une fois demain matin, de mettre trois bouteilles d'eau dans mon sac à dos, et de partir bouffer une montagne. Environ 6h de marche pour 1200m.
Je bouillonne tellement en permanence je me sens brûler de l'intérieur. Ça, ça me calme. Et en plus, ça me garantis deux nuits d'environ 8h de sommeil, le pied.
Et c'est bien le seul progrès que j'ai fait en un an ! Aaaaah, que c'est bon de se sentir progresser et de donner un sens à sa vie -.-

Je sais pas comment vous trouvez la force de répondre, aussi-bien à moi même qu'aux autres. Je voudrais bien faire de même, je n'aime pas voir d'autres personnes souffrir, mais je ne sais pas quoi dire. Franchement j'admire ceux qui le font, je le dis du fond du cœur.

Je pense qu'il n'y a pas de solution, qu'on est tous foutus, mais que parfois on arrive à l'ignorer pour éprouver du bonheur. C'est futile et dénué de sens. C'est pour ça que j'ai la rage.
J'ai rien, je suis seul, j'ai un cercle "d'amis" avec qui je n'arrive pas à me lier et que je ne verrais plus dans 6 mois. Ma famille est loin, je vais encore me retrouver dans une ville que j'aime pas loin de tout le monde, et y aura que moi, la rage et la grisaille. Çà me donne envie de me pendre, mais j'ai pas le droit.
J'espère vraiment que mon esprit finira pas par lâcher et décompenser, que je trouverais une solution, mais faut bien avouer que depuis... 2016 ? Ouais environ, l'année ou j'ai décro de la méthadone, ma vie est au point mort.

J'en peux plus de souffrir en permanence. Les deux jours de kratom par semaine ça soulage, mais c'est pas une solution pérenne. Pas une solution du tout en fait. Mon soucis c'est que je m'étais dit, c'est bon, tu continue tête baissée, tu te trouve un taf bien payé histoire de te mettre en sécurité et tu trouveras bien une solution en route !
Et je me rends compte aujourd'hui que je finirais surement par craquer. Je sais pas quand, mais ça arrivera, et je crains bien que ce sera la dernière fois.
Peut-être que ce sera dans dix ans, peut-être plus tard, mais si je trouve pas de solution je finirais par me balancer au bout d'une corde dans un coin pommé d'une des forets dans lesquelles je me sent bien.
Est-ce que je sus en enfer ? Je comprend peu à peu que je tiendrais pas le coup éternellement.
Ma mort sera pas triste, il faudra être content pour moi, mais je me pardonnerais JAMAIS d'infliger ça à ceux à qui ça fera du mal. Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Ide

avatar

Nombre de messages : 547
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Dim 30 Sep 2018 - 9:37

J'ai peur que ma réponse soit maladroite, moi non plus je sais jamais quoi dire. Sur Internet et entre inconnus c'est encore bien plus compliqué, il n'y a rien d'anormal à ça. Je crois que tout le monde (à très peu de chose près) a besoin d'aimer et d'être aimé, encore plus que ce qu'on pense, je ne te trouve pas moins respectable pour ça du tout. L'amour peut être un formidable moteur aussi.

Voilà, juste pour dire que je t'ai lu pour ce que ça vaut.
Revenir en haut Aller en bas
Synapse

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 20/08/2017

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Dim 30 Sep 2018 - 20:26

Merci pour ta réponse.

Effectivement je pense que c'est même normal. En fait je pense que là ou ça couille c'est quand y a rien d'autre. Et je pense que ça peut pas marcher quand y a rien d'autre.
Je cherche une solution pour m'épanouir un minimum, être bien dans ma tête, bien dans ma peau. Ça me semble être un très bon début.
Le bout de solution que j'ai trouvé pour ça c'est le sport. Je me sens mieux après une journée comme aujourd'hui, même si ça dure pas plus de 3-4 jours.
Je dois trouver une solution, sinon ça finira pas bien. Enfin c'est ce que je pense, je pourrais pas continuer éternellement comme ça.
Je me suis construit autour de jolies blessures, dont certaines toujours pas fermées.
C'est pour ça que je suis comme ça je pense.
Le père qui me foutait sur la gueule, la mère à l'opposé total de ce qu'est censée être une mère, les histoires de merde avec les filles, la drogue... Je suis juste un champ de ruine fonctionnel point de vue intellectuel. Comment je peux changer ça...
Faudrait que je retape au moins 20 ans de ma vie, la grande majorité. Çà sent pas bon, si ça se trouve y a rien a faire et je m'acharne pour rien.
J'ai beaucoup de volonté mais je sais pas quoi en faire.
Revenir en haut Aller en bas
Ide

avatar

Nombre de messages : 547
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Dim 30 Sep 2018 - 21:15

Tu as raison, c'est chouette d'avoir cette volonté...

Si tout t'était possible, si tu pouvais faire ce que tu voulais, tu aurais une idée de par où commencer pour te "retaper" ? même sans être sûr que c'est ce qu'il te faudrait. Il y a des choses qui te parlent plus que d'autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Synapse

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 20/08/2017

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Dim 30 Sep 2018 - 21:30

Je me suis posé cette question un paquet de fois ^^
Un gros reset ferait l'affaire.
Honnêtement je n'en ai aucune idée. Comment on fait pour se soigner de l’intérieur ?
Faudrait que je trouve comment avoir moins mal. Un truc sans stupéfiants si possible Rolling Eyes
C'est là que ça coince je pense, j'ai jamais été doué pour guérir des bobos de la vie, c'est là, ça reste et ça me tue un peu plus chaque jours. J'ai tellement changé en dix ans. Merde, et pas en bien.
Y a un moment je me demande si je suis pas con. Parce que j'ai essayé plein de trucs. Je me suis forcé à sociabiliser, ça a rien donné parce que j'en avais pas envie, je reste pas cloîtré chez moi le week-end... Je me suis demandé ce que je me dirais pour m'aider si j'étais en face de moi. Je suis juste désolé pour moi. Je me dirais, pas de pot mon pote.
Merde, j'ai pas la moindre idée de comment ressusciter un vieux bout de steak sanguinolent, et mon problème m'a l'air du même acabit.
Ou alors comment faire une chirurgie cardiaque avec un marteau.
Moi pas savoir.
Je pensais que retrouver une bonne santé physique suffirait, alors j'ai fait ça. Ça c'est pas compliqué. Fortement limiter tout psychotrope, bouger et manger sainement. C'est dur mais c'est facile.
Pour soigner mon âme par contre aucune idée.
Encore une fois la seule réponse que je ressent, c'est que j'ai besoin de quelqu'un à aimer et vice-versa pour me (re?)construire.
Mais bon je peux pas compter que sur les autres, et puis, dans mon état je dois pas faire envie dès qu'une conversation s'entame.
Et puis clairement c'est pas une situation normale un tel besoin. Je dois pas vivre pour quelqu'un sinon ça marchera pas.
Alors du coup j'en sais rien

Voila, j'ai ces cartes là en main.
Je pense que j'ai besoin d'aller racheter un blister -.-

Revenir en haut Aller en bas
Ide

avatar

Nombre de messages : 547
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Dim 30 Sep 2018 - 21:56

La vie sociale ne t'intéresse pas en général mais tu te sens attiré par une relation plus "exclusive" avec quelqu'un ? si je comprends bien.

Si je peux le demander, qu'est-ce qui t'attirerait exactement dans une telle relation ? Qu'est-ce qui la différencierait des autres ?
Le contact physique, les câlins, relations sexuelles ou une plus grande intimité affective ? ou autre chose encore.

Désolée si je bombarde de questions ^^' c'est juste que ça me paraîtrait intéressant de réfléchir à cette envie ne serait-ce que pour préciser les besoins en-dessous, sans aller jusqu'à devenir dépendant affectivement de qui que ce soit...
Revenir en haut Aller en bas
Synapse

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 20/08/2017

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Dim 30 Sep 2018 - 22:15

L'attachement affectif.
Evidemment que le sexe c'est cool, mais là pour le coup c'est plutôt l'attachement qui m'attire.
Et je sais pas bien pourquoi en fait.
Ah si, je vivrais pas sans raison comme ça. Après de là à savoir pourquoi ça s'applique pas en amitié ou bien même côté famille, là je sèche.
Je suis juste sur que ça me ferait un bien fou d'avoir quelqu'un qui me comprenne. Peut-être même que c'est ça que je recherche le plus.
Quelqu'un qui sache que derrière le masque de "dur" à gros biscotos (hahaha) que je me donne pour me protéger y a juste un gamin qui a jamais rien compris à ce qui lui tombait sur la tronche.
Une relation pure en fait, pas circonstancielle, entre personnes qui se connaissent et s'apprécient pour ce qu'elles sont.
Juste une tape sur l'épaule d'une telle personne aurait pas de prix.
Et évidemment j'ai besoin de donner aussi.

Ouais, du coup, je suis pas sur sur de parler d'amour, mais plutôt de l'image que je m'en fait. Je voudrais tellement ne plus me sentir seul face à un monde que je trouve totalement fout et hostile. Merde une telle personne je la défendrait jusqu'à la mort.
Peut-être que je cherche à la fois à remplacer un paternel violent et une mère toxique en fait.
Je pense que je suis qu'un gosse qui à besoin d'un père pour lui dire ou aller et d'une mère pour l'aimer. Et du coup je transfère ça au seul attachement suffisamment fort que je connaisse, l'amour. Et basta.

Je te remercie d'avoir pris le temps de me répondre, je viens de comprendre un truc. Sincèrement ! Maintenant va falloir que je trouve quoi en faire Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Ide

avatar

Nombre de messages : 547
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Dim 30 Sep 2018 - 22:36

Encore une question : de quoi ce "masque de dur" te protège ?

Je suis contente si ça t'a inspiré un peu. ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Synapse

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 20/08/2017

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Lun 1 Oct 2018 - 18:36

Ouais, c'est pas rien, merci encore Smile

Bah, comme ça on s'approche pas trop de moi. Avec les cheveux courts et une barbe de trois jours j'ai vraiment une tête de tueur échappé d'une prison d'ex URSS. Encore heureux que j'ai des lunettes pour arranger les choses ^^'

Cette une stratégie très intelligente mise au point par mes réflexes et que je trouve totalement débile, mais ça tient d'un automatisme mécanique
Revenir en haut Aller en bas
Ide

avatar

Nombre de messages : 547
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Lun 1 Oct 2018 - 21:23

C'est juste une question d'apparence physique ou ça va au-delà ? Tu as l'impression de ne pas être toi-même quand tu interagis avec les gens ?

Si cette stratégie est là, c'est qu'elle a une raison d'exister. Comme tu l'as dit c'est un masque qui te protège de quelque chose. Mais de quoi ?

Je crois qu'on a plus ou moins tous des "stratégies" comme ça dans nos relations sociales parce que c'est indispensable pour ne pas trop souffrir, donc en soi c'est pas une mauvaise chose, mais parfois le ratio inconvénients/bénéfices ne tient plus le coup... alors c'est intéressant de se demander si ça paraît envisageable de dépasser tout doucement ces schémas. (J'insiste sur "tout doucement"... l'idée n'est pas d'arracher sauvagement le masque à tout prix en laissant la blessure en-dessous à vif. Peut-être qu'on peut en venir à ne jamais le retirer complètement, mais au moins être en paix avec, trouver une nouvelle zone de confort...)

Peut-être aurais-tu moins besoin de rêver à une relation fusionnelle si la plupart de tes relations étaient un peu plus satisfaisantes, plus authentiques ?

Peut-être que je me trompe sur tout ça ^^' c'est juste les impressions et interrogations qui me viennent en te lisant, tu es seul à savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Synapse

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 20/08/2017

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Mar 2 Oct 2018 - 19:48

Bah... Je me suis toujours sentit mal à l'aise dans mon corps en fait. Pas en adéquation avec moi même. Je suis pas petit déjà, et ensuite et surtout j'ai une cage thoracique que je trouve plutôt surdimensionnée et avec des épaules franchement large.
Physiquement j'ai pas l'air fragile. J'aime pas en parler parce que j'ai peur qu'on pense que je me la pète alors qu'en vrai j'aime pas ce côté surdimensionné...
Et plutôt musclé sur le haut du corps. Alors qu'en plus je me suis niqué la peau bien comme il faut quand je pesais trois tonnes.
Alors qu’intérieurement je me sent plutôt gringalet, pas bien sur de moi.
Alors je fais avec pour pas être mal à l'aise, et je m'interdis d'avoir l'air... Vulnérable.

En fait pour me relever un minimum (sérieusement y a quelque années j'étais une vraie épave) j'ai dû sacrément m'endurcir. Mais au final j'ai toujours ce côté hypersensible, trop prompt à ressentir les émotions des autres.
Je me sent carrément pas à ma place dans ce corps plutôt taillé pour l’effort physique. Sans prétention aucune -.-
Et je sais pas. C'est comme si j'avais pas droit à montrer la moindre faiblesse, je dois paraître indestructible, sans aucune faille.
Parce qu'en fait je suis un fragile ^^

Et en fait.. Totalement d'accord avec ta définition des "stratégies". C'est précisément pour ça... J'aimerais tellement pouvoir parler de l'horreur que j'ai traversée.. Je suis encore à vif quelque part. Comment je fais pour parler à quelqu'un de cette épouvantable période d'entre mes 14 et 25 ans ?
Je suis complètement traumatisé je saurais même pas par quoi commencer, le comportement incestueux de ma mère peut-être ?
Ou alors moi qui me bourre de sken' et d'héro pour pas me suicider et rester là pour protéger mes frères coûte que coûte ?
Ou alors que j'ai vraiment essayé de me tuer quand j'avais quoi, 7 ans ? Parce que mon père me terrorisait tellement qu'ayant fait une connerie j'étais tellement mort de peur que je voulais m'enfuir pour de bon ?
Ou alors le passage en HP pour décrocher de la méthadone, peut-être... Et c'est le sommet de l'iceberg ! C'est même pas exagéré c'étais un putain d'enfer, normal que je me sente détruit !
Je saurais vraiment pas comment faire, alors je cache tout derrière une dureté qui n'est qu'une apparence, parce que je préférerais me faire péter la gueule bien salement que de souffrir encore.

Oui c'est surement envisageable d'annuler ce schéma. Rationnellement, les inconnus ne représentent pas une telle menace. N'empêche que j'ai besoin de montrer que j'ai bien ramassé et que je tiens debout plus ou moins par miracle. Pas pour qu'on me plaigne, juste pour me sentir moins seul. Qu'au moins une personne sache ce que j'ai vécu et à quelle point c'est galère de se construire dans ce foutoir.
Citation :
Peut-être aurais-tu moins besoin de rêver à une relation fusionnelle si la plupart de tes relations étaient un peu plus satisfaisantes, plus authentiques ?
Plus que probable. En plus ce serait bien, depuis une certaine histoire je suis plus convaincu qu'une relation fusionnelle soit vraiment saine. Sauf que quand on connait pas grand chose d'autre c'est un peu dur de se le représenter mais je pense que tu as raison.

En fait j'y pense... Je me ment à moi même en faisant comme si j'étais un tank increvable, ce qui d'un côté est pas faux, mais qui le devient quand je porte ce masque aussi vis à vis de moi même parce que j'en peux plus d'avoir mal. Donc forcément c'est pas plus simple en face de quelqu'un d'autre.

Je te remercie pour tes contributions Smile Sincèrement.
En plus tu me rappelles un passage chez le psy que j'avais trouvé pas con, alors je vais voir comment faire pour sortir de ces "schémas défensifs" qui étaient surement très utiles quand l'enfer était autour de moi, mais qui le sont moins maintenant que cet enfer est derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Ide

avatar

Nombre de messages : 547
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Mar 2 Oct 2018 - 21:04

De rien. Smile

Je trouve ça très chouette que l'évolution te paraisse possible et que tu aies la volonté de te lancer là-dedans, j'ai l'impression de sentir beaucoup de lucidité et de détermination en te lisant. Aussi le fait que tu paraisses à l'écoute de ta voix intérieure, de tes propres limites.

Je te souhaite que cette quête t'apporte de bonnes choses.
Revenir en haut Aller en bas
Synapse

avatar

Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : France
Date d'inscription : 20/08/2017

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Ven 5 Oct 2018 - 9:46

Merci à toi !
Oui le bon côté quand on renonce jamais c'est que même si il y a des jours vraiment pas top on finit par mieux se comprendre.
Et qui sait un jours peut-être mon quotidien sera fait d'autre chose que de ténèbres et de rage.
Peut-être que l'horizon s'éclairera.
Il le faut, j'ai peur de ce qu'il se passera si ça continue trop longtemps comme ça. J'ai mes limites.

En attendant, faut continuer le combat. Ecouter Peste Noire, Arkona et Dissection. Aller, 6 mois de cours, re stage de 6 mois et après je pourrais peut-être me bâtir quelque racines.

Le faire ou crever en essayant, c'est ma devise, gravée dans mon ADN. Ça veut dire que si je peux le faire je le ferais.

Encore merci à toi, ça m'a fait du bien ces échanges, et c'est précieux parce que c'est rare.
Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 280
Age : 22
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   Jeu 11 Oct 2018 - 20:53

Je ne suis pas très doué pour répondre aux gens mais je tenais à ce que tu saches que je lis tes postes et comme je le peux je te soutiens dans ton combat !

J'espère que tu trouveras cet horizon de paix ! calins
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pétage de plomb du soir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pétage de plomb du soir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pétage de plomb, plus de fusible en stock.../voyage scolaire
» pétage de plomb sur ce mémoire...
» "Pétage de plombs" d'un collègue : offres en folie
» Demande d'aide pour la confection de soldats de plomb
» PLEURS DU SOIR BEBE DE 3MOIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: