Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le retour des désillusions de Dream

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dream

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 25
Date d'inscription : 13/05/2007

MessageSujet: Le retour des désillusions de Dream   Mer 4 Jan 2017 - 18:59

Bonjour à tous et toutes,

me voilà à 24 ans en renouvellement en collège avec deux classes de sixièmes en français.

L'année de préparation du CAPES a été un enfer, j'ai eu un sentiment d'imposture à l'avoir (fille de parents non qualifiés, échec scolaire). Mais finalement, je pense que mon travail quasi névrotique et mon apprentissage par cœur a payé.

Ma première année a été une catastrophe : j'ai eu deux classes de premières (normalement c'est illégal...)et la réalité m'a éclaté à la figure. J'ai fait dépression et burn-out en novembre 2015 + antidépresseurs. J'ai commencé une psychothérapie.
J'avais un sentiment de nullité extrême malgré des préparations qui me prenaient des heures, travailler avec des ados était compliqué (écart d'âge, ne me considérait pas comme prof, pétition contre moi...), j'avais une tutrice détestable que je craignais énormément (jamais d'aide, elle voulait que je lui ressemble). Le travail sur les copies étaient dantesque.
Les formateurs ont fermés les yeux, la médecin de prévention n'avait pas l'air choquée de ma situation et était a côté de la plaque.
Je ne sais pas comment j'ai fait pour tenir cette année là, mais j'y suis retournée et j'ai survécu. J'utilise ce mot car j'étais dégoûtée par ce que je faisais, je prenais peu de plaisir. J'avais deux tuteurs et j'ai été inspectée plusieurs fois...autant dire que ce ne fut pas une année sereine !
J'ai été renouvelée après un entretient très humiliant (remise en cause de ma présence dans le métier etc...)

Cette année j'y retourne donc, pleine d'espoir, car je suis en collège. Je me souviens qu'en M1 j'avais beaucoup aimé mon stage avec l'observation de sixième.
Sauf que c'est encore la déception. J'aime les enfants mais à 27 par classe, avec des niveaux hétérogènes, nouveaux programmes...
Dès septembre je m'ennuie intellectuellement, je déprime, j'ai régulièrement envie de fuir et de ne pas retourner au collège. Ma vie de couple en prend un coup...
La gestion de classe est un véritable calvaire, je fais la police sans arrêt, je me transforme en une personne agressive et parfois méchante avec les élèves.  J'ai du mal à sanctionner et ça me fait mal d'écrire dans les carnets( surtout vu l'efficacité).
La préparation des cours me demande moins de temps mais c'est sur les leçons de grammaire/conjugaison que je bute, je m’aperçois que je dois réviser sans arrêt et que ces leçons me stress particulièrement car je me sais fragile dans ce domaine (peur de se tromper, peur de la question à laquelle je ne saurais répondre).
J'ai deux tutrices (plan d'accompagnement renforcé), cela se passe plutôt bien car la première est plutôt passive, mais la seconde beaucoup plus tatillonne. J'en ai peur. Je n'en peux plus d'être observée une fois par semaine dans ma classe, d'avoir des critiques, il faut améliorer ça, ça,et ça... (j'ai même eu droit à des commentaires vestimentaires). La dernière fois qu'elle est venue elle s'est montrée satisfaisante "ton début de cours était parfait"...et je crois que c'est le souci. Est-ce que je suis là pour me trouver en tant enseignante ou pour satisfaire les désirs des autres, leur ressembler ? Par ailleurs, j'ai eu droit à des remarques sur ma maîtrise de l'orthographe, et ça, ça m'a fait vraiment mal, en effet, je reviens de loin : mes parents n'ont pas de diplôme, j'ai fait un échec scolaire...
Je suis quand même fière d'en être arrivée où j'en suis mais apparemment je ne rentre pas dans le stéréotype prof.

J'ajouterais à cela la formation inutile et bancale de l'ESPE (école des profs) et leur grandes théories à la noix. Auxquelles bien sur, il faut adhérer, se conformer.

Je suis épuisée par le fait qu'on tente de me rentrer de force dans un moule.
Je ne veux pas enseigner à des enfants qui me manque de respect et se moque ouvertement de moi.
Je ne veux pas enseigner pour formater des enfants.
Je ne veux plus qu'on me juge sans arrêt sans me connaitre.
Je veux cesser de souffrir et de penser à mon travail 24/24 h.

C'est pourquoi j'ai décidé de démissionner courant février.
Je me laisse janvier pour trouver une alternative (formation secrétaire, petit boulot, formation service à la personne ??)
Sauf que ce ne c'est pas si évident que cela, durant les vacances je n'ai cessé de penser à ma démission et j'ai des envies suicidaires assez fortes...facewall
J'ai l'impression que je suis une grosse incapable sans avenir et que je ne suis pas assez persévérante.

J'angoisse pour demain, je retrouve mes élèves... help

Merci pour avoir lu ce pavé, j'attends vos réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Nashoba

avatar

Nombre de messages : 411
Age : 20
Date d'inscription : 23/05/2013

MessageSujet: Re: Le retour des désillusions de Dream   Mer 4 Jan 2017 - 19:44

J'ai extrêmement envie de te répondre pour t'encourager à suivre la voix que tu sembles avoir décidé de prendre : démissionner. Je suis à peine un "adulte" du haut de mes presque 20 ans mais ce que tu décris là se rapproche énormément de ce qu'une de mes amie et ex-professeur a vécu. J'ai envie de te dire "sauve-toi", cours loin de là pour te mettre en sécurité.

Dream a écrit:
J'ai l'impression que je suis une grosse incapable sans avenir et que je ne suis pas assez persévérante.

Incapable de quoi ? De gérer une horde d'élèves déchaînés qui ont pour la plupart des actifs [de mon expérience] généralement plus envie de trouver la faille du prof que de participer au cours ? De mon pdv, tu as été persévérante assez longtemps pour mettre ta santé et ton couple en situation critique, si j'ai bien compris ce que tu disais. Donc c'est peut-être que tu as déjà atteint la limite et qu'il est largement temps de sonner l'alarme ?
Déjà en étant élève je plaignais les professeurs, mais quand je vois l'augmentation des effectifs par classe et le manque de moyens et de soutien alloué aux professeurs j'ai clairement envie de me facepalm en soutien pour toi.

J'ignore si tu apprécies les Arts mais avec ta formation il n'y a aucun moyen que tu te reconvertisses dans ce domaine en te spécialisant ? [je suis totalement ignare au niveau des formations, je me suis perdu dans la mienne]


J'ignore si ma réponse t'aura apporté un quelconque réconfort, mais sache simplement que ton message m'a vraiment bouleversé. Bravo à toi pour avoir tenu jusqu'ici.

PS : Ton post mériterait un véritable article. Je suis sérieux, je parle avec de plus en plus d'enseignants/professeurs qui ne peuvent plus moralement ou physiquement suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Dream

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 25
Date d'inscription : 13/05/2007

MessageSujet: Re: Le retour des désillusions de Dream   Mer 4 Jan 2017 - 20:48

Nashoba a écrit:
J'ai extrêmement envie de te répondre pour t'encourager à suivre la voix que tu sembles avoir décidé de prendre : démissionner. Je suis à peine un "adulte" du haut de mes presque 20 ans mais ce que tu décris là se rapproche énormément de ce qu'une de mes amie et ex-professeur a vécu. J'ai envie de te dire "sauve-toi", cours loin de là pour te mettre en sécurité.

Merci de ton message Nashoba.
En fait j'ai la sensation d'être dans un cercle vicieux.
Lorsque j'ai pris la décision de démissionner, je me suis sentie tellement soulagée, avec un poids en moins.Surtout que mon copain, ma mère et beaucoup d'ami(e) sont d'accord avec mes décision. Pour ça, j'ai de la chance.
Je penses que le problème c'est un peu ma fierté mal placée et surtout mon apprehension : comment vont réagir mes tutrices ? Est-ce que le rectorat va me harceler...
Et puis je me sens en échec, sérieux, toutes ces études pour m'apercevoir que le système scolaire (auquel j'ai cru) n'était qu'un mensonge...et me faire rejeter ainsi, me faire critiquer ainsi cela me débecte.
J'y penses nuit et jour c'est une véritable obsession. of course
J'ai déjà fait aussi plusieurs fois du chantage au suicide à mon compagnon...

Le problème c'est également que j'ai peur de ne pas retrouver de travail derrière et de regretter mon choix (!!)
Le domaine de l'Art me plairait bien, mais je n'ai pas d"idée de métier...et qui dit démission dit pas de chômage donc pas de sous (pas évident quand on a un appart + les charges)

Revenir en haut Aller en bas
Nashoba

avatar

Nombre de messages : 411
Age : 20
Date d'inscription : 23/05/2013

MessageSujet: Re: Le retour des désillusions de Dream   Mer 4 Jan 2017 - 21:47

Déjà je suis ravi que tes proches te soutiennent !

Ensuite, je ne connais pas le système de tutorat mais si tu es en difficultés et que cela t'est préjudiciable elles devraient être capables de le comprendre. Si elles ne le sont pas je suis navré pour elles mais elles devraient éventuellement se remettre en question à leur tour.

Pour quelle raison de rectorat pourrait en venir à te harceler ? Ils ne disposent pas de toi, si ? Tu as le droit de faire valoir que ce métier apporte plus de points négatifs que positifs dans ta vie... Non ?

Dream a écrit:
Et puis je me sens en échec, sérieux, toutes ces études pour m'apercevoir que le système scolaire (auquel j'ai cru) n'était qu'un mensonge...et me faire rejeter ainsi, me faire critiquer ainsi cela me débecte.
J'y connais rien, encore une fois je ne suis même pas vraiment un adulte. Je suis à peine en L2 et ne me destine pas du tout à l'enseignement mais j'ai l'impression que l'on est assez nombreu.ses.x à se rendre compte que nos études ne nous mènent finalement pas vers le Paradis promis. C'est dur à surmonter en effet, mais tu as l'air pleine de ressources ! Et ce n'est pas des études perdues, tu auras appris des choses qui peuvent toujours te servir je l'espère.

Dans l'Art, pourquoi pas professeur également ? Mais peut-être dans un autre contexte que le collège/lycée. A voir quelles qualifications sont demandées pour entrer dans une école en tant qu'enseignante. Sinon, puisque tu es diplômée dans ce domaine pourquoi ne pas essayer d'être prof à domicile ? Encore une fois j'ignore si les qualifications demandées sont les mêmes que dans le public mais je tente de trouver des idées.

Pour ce qui est des revenus, faudrait creuser du côté de la médecine. Si tu peux faire reconnaître que tu as démissionné pour des raisons de santé peut-être que tu peux obtenir un petit quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Dream

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 25
Date d'inscription : 13/05/2007

MessageSujet: Re: Le retour des désillusions de Dream   Jeu 5 Jan 2017 - 16:46

Merci de ta réponse.
Aujourd'hui je suis retournée faire cours et j'avais la sensation d'être une véritable imposteur.
J'avais super mal au ventre...et envie de vomir.
Je ne me sentais pas à la l'aise et je constate avec amertume que l'insolence est encore et toujours présente :/ ...peut-être que c'est moi le problème ? (pas assez d'autorité toussa)

Pour te répondre, mes tutrices je m'en méfie, j'ai eu trop de soucis l'année passée. On ne peut pas se confier à elles. Dans le système, les tuteurs nous jugent, nous notent (donc ils sont un peu "supérieurs" à nous)
Elles seraient incapables de se remettre en cause, pour elles c'est moi le soucis, je sors trop de leur système. Pour elles, la prof de français DOIT être bonne en ortho/grammaire (alors que tout mes collègues ont aussi des soucis)
C'est un système à sens unique où c'est TOI le problème...

Pour le rectorat, en gros c'est le grand chef et ils savent te foutre la pression. Par exemple ma tutrice lors de mon année de lycée est inspectrice... le délice!
Non mais je sais bien les tentatives qu'ils vont faire pour me culpabiliser / me descendre. Ils sont très fort à ce jeu là.
On a pas le droit de critiquer leur système parfait voyons ! Tu sais, l'educ c'est vraiment un milieu où tu dois adhérer à la structure (un peu comme si tu adhérait au parti communiste  Laughing ). Tu dois la fermer, point.


Pour ce qui est des études, c'est vrai que c'st navrant. J'ai cru naïvement au système plus d'études = plus de boulot... Laughing  Laughing  Laughing  Laughing ...je crois que je dois retomber de mon petit nuage !


Pour le domaine de l'Art, si tu veux faire prof faut un CAPES et si tu tombes en collège c'est 400 élèves (je vois ma collègue d'art pla en collège). L'art pla n'est pas DU TOUT reconnu comme une matière importante au collège.
Pour le lycée je pense qu'il faut l’agrege (7h de dissertation et blabla) et même si j'aime l'art, l'art pla au lycée c'est préparation du BAC donc NO WAY !!
Je penses qu'il faut au minimum quelques diplômes pour enseigner dans une école d'art et sérieux, je suis juste artiste amateur et je connais aucune techniques...
Par ailleurs, ce stage est quasiment arrivé à me dégoutter de l'enseignement.
Je garde quand même l'idée des cours à domicile (mais tu ne peux pas en vivre hein soyons sérieux) mais aussi des cours pour les adultes (mais faire des remises à niveau grammaire, beurk ! affraid )


Et pour la démission tu peux toujours courir, si tu le fait, pas de sous (même raison médicales, ils s'en foutent !!!)


Dernière édition par Dream le Dim 8 Jan 2017 - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
'Soren'

avatar

Nombre de messages : 705
Age : 28
Localisation : World of sleepers
Date d'inscription : 29/03/2011

MessageSujet: Re: Le retour des désillusions de Dream   Jeu 5 Jan 2017 - 22:19

Franchement je te souhaite de laisser tout ça loin de toi. Non pas que j'y ai vraiment mis les pieds mais je crois vraiment que si tu te fais bouffer par ce job d'emblée si tu persiste tu ne réussiras qu'à t'user les nerfs et la santé.
Y a aucune culpabilité à avoir, que t'adhère ou non au sacro-saint douteux de l'éduc nat, tout ça reste un job, pas une destinée qui détermine la façon dont tu dois penser ta vie. Si ça ne fonctionne pas bah merci au revoir, ils feraient la même chose de toi s'ils n'avaient pas besoin de wagon de prof en français. T'es pas là pour boucher les trous d'un système incapable de se remettre en cause depuis trop longtemps.

Je te souhaite vraiment du courage pour le temps qu'il te reste à faire, vas-y sans remords, comme si c'était un cdd qui touche à sa fin et vise l'après.
Revenir en haut Aller en bas
anaam

avatar

Nombre de messages : 722
Age : 23
Date d'inscription : 20/01/2013

MessageSujet: Re: Le retour des désillusions de Dream   Jeu 5 Jan 2017 - 22:38

Salut,

je viens de lire tes messages et je ne peux rejoindre que les commentaires du dessus... L'éducation nationale est un grand bateau qui prend l'eau, mais comme pas mal de domaine en ce moment. Le système se casse la gueule, les effectifs sont de plus en plus nombreux pour des enfants de plus en plus en difficultés que ce soit scolaires, sociales ou de comportements.

Je pars toujours du principe en ce qui concerne le travail qu'un travail reste un travail et que cela doit être un minimum plaisant et pas source d'angoisse voire de souffrance dans sa vie pro et personnelle.

Je trouve donc ta décision courageuse et louable. Ton parcours forge le respect et savoir dire "stop" quand on se sent plus à la hauteur ou en danger est une preuve de maturité sans aucun doute.

Niveau réorientation, je crois que tu devrais voir avec pole emploi s'ils peuvent te faire passer un bilan de compétences pour voir un peu dans quelle voie tu aimerais te réorienter.

Après sache qu'il y a d'autres métiers à visées éducatives. Je suis par exemple éducatrice spécialisée, après je sais pas si je te conseillerai cette voie vu que nous aussi c'est pas simple tous les jours, mais ça reste une idée même si dans les faits ce qu'on fait est réellement différent du métier de prof.

Courage en tout cas dans tes démarches
Revenir en haut Aller en bas
Rise and Carry on

avatar

Nombre de messages : 167
Age : 20
Date d'inscription : 22/04/2015

MessageSujet: Re: Le retour des désillusions de Dream   Ven 6 Jan 2017 - 14:44

Je viens d'une famille de prof, enfin d'instit, et je me dirige moi aussi dans l'enseignement dans le secondaire (ouais les profs qui ne se reproduisent qu'entre eux et qui forment des profs, ce n'est pas qu'un mythe ha ha)

Ce que je peux te dire, c'est que dans ma famille, y a un ras-le-bol des enfants, des parents, et de l'éducation nationale dans son ensemble. Tu n'es pas seule à ressentir, ça ,ce n'est pas toi Smile
Ma mère s'est fait menacer de mort, ma tante à fait un burn-out, et plusieurs personnes que je connait disent que c'est impossible de faire ce job, entre les élèves qui n'écoutent plus rien, les parents toujours du côté de leurs gosses, l'absence de bon matos et d'écoute des instances supérieures, ...
Bref, être prof, actuellement, c'est pas la joie.

Je pense aussi que si ce boulot te bouffe à ce point, arrête. Ca ne sert à rien de se mettre dans des états pareils juste pour ça, c'est juste un boulot. Faut pas que ça prenne le pas dans ta vie quotidienne

Bon courage surtout !
Revenir en haut Aller en bas
Dream

avatar

Nombre de messages : 2394
Age : 25
Date d'inscription : 13/05/2007

MessageSujet: Re: Le retour des désillusions de Dream   Dim 8 Jan 2017 - 18:10

Merci de vos réponses...
Pour l'instant je suis perdue et assez fatiguée vu ma crise de vendredi :
Journée en demie-teinte avec deux classes assez agitées.
Bref, je rentre chez moi (après avoir attendu 1h un parent qui n'est pas venu). Ma 2e tutrice me téléphone pour me faire le compte-rendu de ma séance de jeudi.
Jusqu'à là, tout est normal.
Sauf que, elle en a rajouté une couche sur l'orthographe. Elle a regardé les copies que j'avais rendues ce jour-là et elle me dit que j'ai laissé au moins 3/4 fautes par copies, que c'était inadmissible, que si c'était une mère d'un élève, elle me contacterait directement et blabla..
J'ai éclaté en sanglots et j'ai fait une crise d'angoisse.
Elle a bien compris qu'elle avait été maladroite, donc elle a essayé de savoir combien de temps j'avais passé sur les copies (énervée, j'ai dit que bien entendu, je négligeais mon travail) et elle a affirmé que ça pouvait venir d'un soucis de dyslexie (et si ça l'ai pas alors ???)
Elle m'a demandé après si j'avais pris RDV chez un orthophoniste (engagement prit par moi-même, je n'ai pas besoin qu'on me le rappel, je n'ai pas 12 ans) et elle m'a félicitée, encouragée lourdement (car la pauvre, elle ne pouvait pas raccrocher, car me savoir mal allait" gâcher son week-end")
Après cela, elle m'a demandé si je me faisais plaisir dans le métier, et j'ai répondu que non, et que je ne savais pas du tout dans quoi je m'étais embarquée.
Bien sur, ma tutrice pense que c'est un coup de mou passager ...mais voilà j'ai jeté un gros pavé dans la mare et j'ai peur des conséquences !
Je suis allée chez ma psy en pleurs et je suis restée toute la soirée au cabinet, de peur de faire une connerie.
Voilà où j'en suis, demain j'ai cours, je vais devoir me confronter aux gamins et à leurs sourires en coin.
J'ai peur de me faire disputer ou de rentrer dans le conflit avec ma première tutrice, car bien sur je vais devoir m'expliquer.
Je suis à bout, je vais essayer d'y aller demain et si ce n'est pas concluant, je me mets en arrêt.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour des désillusions de Dream   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour des désillusions de Dream
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liens retour et partenariat
» Retour en arrière
» Le retour d'Élie.
» Saint Nicolas de Tolentino et commentaire du jour "Faîtes du bien et prêtez sans rien en retour"
» ON S APPROCHE DU POINT DE NON RETOUR !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: