Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le bout de ma vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Dim 28 Mai 2017 - 14:46

Suite à une déconvenue ce matin, je viens donner une précision.
En gros, j'évolue dans le milieu artistique. Je suis allée en stage en avril, j'ai travaillé sur un projet que j'ai partagé sur mon compte Facebook. Et il y a fait le buzz... Depuis samedi dernier, il a fait le tour du monde. Sauf que ma tutrice m'a écrit très fâchée ce matin car j'ai indiqué que j'avais participé sur certaines pièces, on en avait parlé lorsque j'étais chez elle et elle m'avait dit que je pouvais publier des choses à condition que j'indique que c'est sa propriété (ce que j'ai fait très clairement) sauf que soit je l'ai mal comprise soit elle a la mémoire sélective...

Bref, la précision est que je réalise que je ne sais absolument pas gérer mes émotions. J'avais déjà constaté que j'étais hypersensible mais là je le comprends clairement ! depuis mon levé à 9h30 ce matin je me sens super mal et je n'arrive pas à travailler (je suis très en retard). Je me sens emportée par les émotions. Vivement la sophrologie donc !
Revenir en haut Aller en bas
Petite Luciole

avatar

Nombre de messages : 2076
Age : 33
Localisation : Entre-deux
Date d'inscription : 11/01/2013

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Dim 28 Mai 2017 - 21:54

Effectivement, tu peux demander une lettre à ton médecin traitant.
Et tu peux être remboursée à 100% selon ta mutuelle.
La sécu rembourse sur une base de 70%.
Vérifie tout ça, renseigne-toi et avise pour le mieux.

Je n'ai jamais pratiqué l'hypnose ni la sophrologie donc je ne peux pas te conseiller là dessus, mais ce sont des domaines que tu peux exploiter si cela te permet d'aller de mieux en mieux.

Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Ven 9 Juin 2017 - 19:15

Merci pour ta réponse !

Gros changement, toute ma vie vient de changer.

Tout d'abord, mon copain, avec qui j'étais depuis deux ans, a décidé de rompre le week-end dernier.

Ca faisait des mois que ça n'allait vraiment plus. Je pensais que c'était moi, qui faisait quelque chose de mal. Et puis, petit à petit, j'ai vu qu'il ne faisait rien pour nous, j'ai compris, sans vouloir le voir. Ca fait un peu près un an que ça dure, depuis septembre que c'est devenu insupportable. Pourquoi est ce que j'ai rien fait avant ? Parce qu'au fond je l'aimais toujours et j'avais l'espoir qu'il se réveille.

Il a manqué de mourir lors d'un des attentats. Au début, ça "allait". ll avait évidemment pas la forme mais il était toujours là, et petit à petit il s'est éloigné, il s'est renfermé. Il est devenu méchant, désagréable, hautain. Il me rejettait sans cesse, j ne me sentais pas la bienvenue. Et puis les marques d'affection ont diminué puis disparu.

Si j'ai espéré et que je me suis battue, c'est qu'au de là de l'aime toujours, on a partagé quelque chose que j'avais jamais ressenti, et pourtant je suis une personne passionnée, qui a toujours aimé sincèrement ses partenaires. Mais là, c'était tout dans le don, aucune attente, toute confiance, et c'était réciproque. Il voulait qu'on fonde une famille ensemble, même avec son ex avec laquelle il était resté 5 ans il ne l'avait amais envisagé.

Bref. Ses sentiment ont changé, on ne peut rien y faire.

Et à côté de ça, je termine mon école, et il se trouve que j'ai été embauchée dès lundi, j'ai passé mon entretien ce matin. Du coup je termine même as les cours (examens passés) et je rentre direct dans la vie active.

Super nouvelle, mais j'arrive pas à la savourer. Parce que j'ai l'impression de sauter dans le vide, sans repère, et j'étais pas prête à envisager un nouvel avenir sans lui... Et puis tous mes projets s'articulaient autour de sa région (paris) bref tout change et ça me fait peur. J'ai pas encore eu le temps de faire le deuil.

Quelque part c'est peut être mieux, c'est un signe de la vie, qui me dit qu'il fallait changer. Mais je me sens tellement épuisée de tout en ce moment !
Revenir en haut Aller en bas
Petite Luciole

avatar

Nombre de messages : 2076
Age : 33
Localisation : Entre-deux
Date d'inscription : 11/01/2013

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Sam 10 Juin 2017 - 21:49

C'est plutôt normal je dirais que tu n'aies pas encore fait le deuil de cette relation, c'est tout frais. Laisse toi le temps d'encaisser et d'accuser le coup.
Et puis pour le boulot, oui c'est une bonne nouvelle. Essaie de retenir le positif.
Puis bosser te permettra plus vite de passer à autre chose et de penser à autre chose qu'à cette relation finie.
Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Dim 11 Juin 2017 - 22:34

Merci Petite Luciole Smile

Bon, j'ai énormément réfléchi ce week end, et beaucoup ruminé.

Mais au moins certaines choses sont sorties de tout ça.

Je suis une personne hypersensible. J'ai toujours été très sensible à la méchanceté des autres, et très réfléchie sur le monde, ce qui m'a valu d'être martyrisée depuis toujours, jusqu'à ce que j'arrive au lycée.
Au fond, je faisais avec, même si c'était dur : c'était normal. Normal que les autres me détestent, normal que mes parents s'en fichent, normal que personne ne se soucie jamais de moi. Je n'en souffrais pas vraiment, mais ça me mettait en colère et j'avais un profond besoin de reconnaissance que je ne soupçonnais pas.

Quand j'avais 15 ans environ, je me suis liée d'amitié avec une personne plus âgée (18 ans). Cette fille était super sympa, elle m'emmenait à des soirées (soirées soft, genre soirée karaoké au centre de loisir hein), bref on était amies. Et un jour elle ma expliqué qu'à mon âge elle avait vécu des choses difficiles, et elle s'était retrouvée à se blesser (en l'occurrence se bruler avec des cigarette). Sorte d'AM.

Je le réalise avec 10 ans de retard, mais ça a fait écho : j'ai VOULU aller mal. Parce que je comprenais, finalement, que les gens étaient horribles avec moi, et que c'était pas normal qu'on laisse faire. Je passerai à quel point j'ai eu mal à l'époque.
Bref j'ai fait un peu plein de choses en guise d'appel à l'attention, je me prenais pour une gothique, je me blessais volontairement pour qu'on me demande ce que je faisais (mais en faisant genre je le cache hein)... C'était assez grave pour m'installer dans cette souffrance mais pas assez pour qu'on m'aide.

En fait, je ne me suis pas inventé cette douleur : j'en ai juste pris conscience;

Et puis petit à petit je me suis créé une vraie carapace, j'étais la nana sympa mais au fort caractère, qui rigolait beaucoup. Toujours souriante, toujours le mot pour faire plaisir.
J'ai eu ma période d'extrême franchise et de m'en foutisme de l'avis des autres (un vrai, pas un "je m'e nfous" juste pour faire genre). J'étais devenue très forte, et je suis arrivée à la fac avec la mentalité "si tu ne fais pas les choses, personne ne le fera pour toi, tu ne pex compter que sur toi pour avancer dans la vie".

Pis en fait j'ai rencontré des gens qui ont compté sur moi, qui m'ont fait m'investir dans des projets, et à la fin de l'année, je me suis faite virer de partout, parce que tout tournait autour d'une personne malsaine qui m'avait fait ne jurer que par son avis à lui. donc quand je le décevais, c'était l'enfer pour moi, je me sentais mal...

J'ai eu quelques moments de bonheur aussi. Ete 2012 exactement, où j'étais bien.
Mais c'était très fragile.

Un jour, truc bête, j'ai rencontré un gars par un site de rencontre. il me plaisait, mais c'était pas réciproque. Je le connaissais à peine, mais ça m'a vrmt ébranlée de me faire rejeter. La carapace qui s'était fragilisée avec le temps commençait à trembler;

Puis j'ai rencontré quelqu'un. qui ne me plaisait pas plus que ça, je le trouvais pas sain.
Mais en fait, on a eu une sorte de coup de foudre que j'ai refusé de voir en face pendant plusieurs semaines. ll m'a eue à l'usure : on est sorti ensemble, c'était l'amour fou. Il m'idolâtrait, j'étais parfaite, il voulait des enfants, on a fait tout un cérémonial pour se présenter nos parents...

Pis quand j'étais bien accro à lui, il a réalisé que j'étais pas s ibien que ça, et il m'a quitté pour une autre. Là, j'ai su ce que c'était d'avoir l'impression de mourir de chagrin et d'un coeur brisé. J'ai jamais connu ça avant. Alors que j'ai toujours vécu passionnément mes relations. Quand on ne l'a pas vécu, on ne peut pas comprendre. J'ai cru que j'allais mourir, vraiment, tellement j'avais mal... Je ne pouvais plus manger, ni me lever, ni marcher.

Et le scoop ? C'est que meme si je suis passée à autre chose la douleur physique est toujorus là : ce poids dans la poitrine, c'est tristesse constante.

a noter qu'avant de me quitter il avait bien veillé à faire sortir de moi toutes mes craintes et mes douleurs, il avait fait exploser la carapace et me l'a reproché ensuite. Il m'a laissée comme ça.

C'était début 2013.

Le temps passe. J'utilise ma souffrance dans mes pratiques artistiques et ça me vaut de belles créations qui me plaisent toujours. Je rencontre des gens, je plais beaucoup (en ayant perdu 10kg tu m'étonnes je flottais dans du 36), je bosse comme femme de chambre pour payer les études que je veux reprendre dans un autre domaine.

J'ai un coup de coeur pour un mec, lui aussi. Mais trop effrayée de tomber amoureuse et de souffrir encore, je sors avec un autre, et ça ne marche pas. Mais je refuse de le quitter pour l'autre car je ne veux pas lui infliger ce qu'on m'a fait. donc l'autre se lasse, sors avec une autre, au moment où e quitte mon copain (6 mois d'attente, il était vrmt amoureux mais a décidé de vivre sa vie au lieu de m'attendre, c'est normal). elle tombe enceinte, je décide de couper les ponts car trop douloureux, persuadée d'avoir loupé une grosse étape dans ma vie. Je commence ma formation, qui me prend tout mon temps et toute ma passion.

Cette tristesse est toujours là, on me diagnostique une depression, je prends des médocs avec un suivi.

Je rencontre mon copain.
L'amour fou. Jamais connu ça, malgré l'ex qui m'a foutue en l'air. J'ai compris la signification du dicton "l'amour ce n'est pas se regarder l'un l'autre mais regarder dans la même direction". La symbiose totale...

Et il y a eu les attentats, où il a failli mourir. Au début, ça allait, et puis petit à petit il a changé. Il s'est renfermé. Je me suis sentie rejetée, alors j'ai changé aussi.
On n'arrivait plus à s'entendre alors il a rompu, moi j'espérais encore, je l'aimais encore (et je l'aime encore).

Et là je me sens paralysée. Voici le topo de ma vie, le résumé des grandes souffrances.

Alors j'ai réfléchi : pourquoi je me sens si passive ? Pourquoi je préfère dormir et ne rien faire plutôt que vivre ma vie ? Je me sens prisonnière à l'intérieur e mon propre corps.

J'ai peut être une réponse, ou un début de réponse. On dit que la naissance influe énormément sur le caractère d'un bébé, et j'ai tendance à y croire : je suis née prématurée de plus de 2 mois, et j'ai été sortie par césarienne car ma mère et moi nous nous empoisonnions mutuellement par le sang.
Je pense que je n'étais pas prête à naitre et que j'ai peur de vivre, je suis passive peut être parce qu'on m'a sortie de force d'un endroit où j'étais bien et je n'ai pas été active dans ma naissance comme un accouchement normal. Et enfin, j'ai toujours eu l'impression que ma mère ne m'aimait pas... comme si je lui empoisonnais l'existence (spoiler alerte : ma mère m'aime, mais n'était pas démonstrative, on est plutôt des gros handicapés du sentiment dans la famille où montrer qu'on s'aime est gênant). De plus j'ai été 1 mois en couveuse où personne ne pouvait me toucher... J'imaginer que le manque de contact pendant 1 mois doit laisser des séquelles méconnues. D'où ma sensation de toujours manquer d'amour dans mes relations (amicales, familiales srtout).

C'était le gros déballage de sac, c'est parti dans tous les sens.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bout de ma vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Allez... Je vous raconte un bout de ma vie!
» Le chien de Guy Bedos abattu d'une balle à bout portant
» L'or du peuple du bout du monde
» ELORN - ET DE BOUT DE BOIS
» Au bout du rouleau .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: