Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le bout de ma vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Le bout de ma vie   Lun 26 Déc 2016 - 0:29

Bonsoir,

Je ressens un urgent besoin d'écrire, j'ai besoin qu'on m'entende, que quelqu'un sache ma détresse, je ne me suis jamais sentie aussi seule, incomprise. Je suis en train d'abandonner.

De plus en plus n souvent, je réfléchis comment mettre fin à mes jours, tellement je n'en peux plus.

De la maternelle jusqu'à mon entrée au lycée, j'ai été la pestiférée dans mes écoles, la tête de turc. Mes parents ne me soutenaient pas, même mon frère en rajoutait une couche. Et je lui faisais honte de toute façon.

Jetais déjà très sensible, je ne comprenais pas la méchanceté. Je suis une personne fondamentalement gentille : je veux le bien des autres, et du monde. Pour moi la communauté doit primer sur l'individuel. 'Notre monde n'est pas comme ça et je n'y trouve pas ma place.

En arrivant au lycée je me suis fait des amis. J'étais super populaire et pourtant un mal être m'habitait déjà. Je me mutilais (de manière superficielle). Une fois dans ma nouvelle classe mes anciens amis mont totalement abandonnée.
J'ai eu une période où je me fichais royalement des 'autres, et bizarrement ils adoraient ça et j'étais entourée de gens supers.

Puis je suis allée à la fac, on m'a soutenue, et j'ai voulu être à la hauteur des attentes qu'on me portait. Ça n'a pas été le cas, j'ai raté. Et j'ai gardé depuis cette dépendance affective. Je ne vis QUE par le regard des autres. Je suis devenue dépendante à facebook. Ce réseau est pourri jusqu'à la.moelle. je.me retrouve confrontée à plein d'histoires inutilzs mais qui me.peinent.
La bêtise des gens est tellement affichée ! Et à côté de ça on me dit quoi dire/faire/penser. Je me sens censurée, dirigée, menottée. J'étouffe !!!!


Je suis personne aussi qui est stressée dans un niveau maladif.
Je ne sais pas si la douleur que je ressens dans la poitrije depuis plusieurs année est du stress ou autre chose. C'est comme si j'étais triste TOUT LE TEMPS. J'ai mal, vous n'avez pas idée à quel point j'ai mal. Je suis épuisée d'avoir mal, de ne pas trouver de solution (j'ai fait tous les tests médicaux possibles) de devoir vivre comme normalement, de porter mon corps. Toute la journée je ne pense qu'à dormir.

Ce n'est pas une vie ça.

Ce message est flou, j'écris depuis mon téléphone mais il fallait que j'écrive tout de suite et que ça sorte. Je suis suivie en CMP depuis 4 ans. J'ai déménagé cette année et je me sens totalement à bout de toujours reexpliquer mon cas. J'ai vu une infirmière mais j'ai du mal avec elle.
J'ai eu des anti de presseurs pendant un an et je pense en redemander. Car là c'est ça ou la fin. Je me fais peur.
Pourtant j'ai tout ce que je voulais n dans ma vie, j'atteinds mes objectifs coûte qu'en coûte, j'ai un parcours incroyable. Et pourtant je suis profondément malheureuse.

Merci d'avoir lu mes divagations. J'espère avoir la tête froide bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
postblue

avatar

Nombre de messages : 495
Date d'inscription : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Lun 26 Déc 2016 - 11:44

J'ai lu.

On n'y pense pas forcément mais si tu te sens trop suicidaire tu peux appeler des numéros d'urgence genre Suicide écoute etc.

Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Lun 26 Déc 2016 - 12:43

Merci, c'est vrai que ça peut être utile !
Revenir en haut Aller en bas
postblue

avatar

Nombre de messages : 495
Date d'inscription : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Mar 27 Déc 2016 - 11:28

"Je ne sais pas si la douleur que je ressens dans la poitrine depuis plusieurs année est du stress ou autre chose. C'est comme si j'étais triste TOUT LE TEMPS"

je connais cette sensation, pour moi c'est une souffrance immense mêlée de peurs immenses.
de l'angoisse quoi.

faut essayer de déterminer quand elle surgit (si c'est vraiment continuel depuis des années: y a t il eu un élément déclencheur?), quelles sont les situations qui te mettent dans cet état, pour les éviter /apprendre à les gérer.

_


"Puis je suis allée à la fac, on m'a soutenue, et j'ai voulu être à la hauteur des attentes qu'on me portait. Ça n'a pas été le cas, j'ai raté. Et j'ai gardé depuis cette dépendance affective. Je ne vis QUE par le regard des autres. Je suis devenue dépendante à facebook."
Est-ce que tu veux dire que tu as déçu des gens qui t'étaient proches, intimes?
Parfois les gens ont des attentes qui ne correspondent pas à ce qu'on est réellement, il ne faut pas penser que pour autant on ne vaut rien par soi même. On peut aussi merder avec des gens sans que ça nous réduise à nos erreurs.

Moi aussi j'ai été dépendante à facebook. un jour j'en pouvais vraiment plus donc j'ai supprimé mon compte, et au bout de quelques mois je n'y pensais plus du tout. Je sais pas si en l'état actuel tu peux le faire, mais penses-y.
Revenir en haut Aller en bas
Rise and Carry on

avatar

Nombre de messages : 167
Age : 19
Date d'inscription : 22/04/2015

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Mar 27 Déc 2016 - 20:37

Effectivement, ne plus aller sur Facebook pendant quelques temps est une bonne idée ... ça permettra peut être de prendre un peu de recul ?

Sinon, et bien j'ai lu, je ne sais pas trop quoi te dire à part de tenir le coup, et de te souhaiter bon courage

En espérant que cela ne soit qu'une passade
Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Mar 27 Déc 2016 - 23:13

Merci pour vos réponses.

Avoir un espace où parler librement me manquait plus que je ne le croyais. Je peux répondre de manière plus... Cohérente, ce soir ^^

Concernant la douleur : je me demande si ce n'est pas de l'angoisse, justement. C'est pour ça que j'ai été sous antidépresseurs. Le souci, c'est que c'est continuel. Ça me gâch la vie : elle m'épuise, physiquement et moralement
Je suis constamment fatiguée, car la.douleur m'a usée, de manière profonde. Je n'arrive pas à en trouver l'origine, la.prochaine étape après les tests médicaux, les tentatives de soins "spirituels" (respiration, méditation, remises en question... Les trucs habituels) c'est l'hypnotisme. Conseillé par un médecin, et j'ai eu la chance de rencontrer une jeune homme ui est hypnotiseur. Le fait de l'avoir rencontré dans un contexte privé (soirée entre amis) m'a permis de l'évaluer en tant que personne et je pense qu'il me conviendra.

En ce moment je me pose.la question de "suis je en accord avec moi même ?". Car c'est une chose qui déséquilibre les gens, et en ce moment j'entends beaucoup parler de ça. J'ai tendance à penser qu'il n'y a pas de hasard.

Pour en finir avec cette douleur, elle me transforme. Je deviens acariâtre, et je n'arrive plus à contenir aucune émotion. Lorsque je vis qqch, je dois en parler ! C'est comme si j'étais pleine et que.je ne pouvais plus emmagasiner quelque chose de plus.

Ensuite, j'ai effectivement déçu des gens qui m'étaient proches à la fac. En fait j'ai fait partie d'un groupe et le leader m'a totalement mise sous son emprise. Dès qu'il était déçu de moi, j'en étais malade. Et en même temps, il était un catalyseur car m'offrait des opportunités, me.donnait ma chambre, et il a finit par me renvoyer du groupe car je j'étais pas au niveau. J'ai eu beaucoup d opportunités dans ma vie et chaque fois ceux qui me.donnaient ma chance étaient déçus. Parfois j'arrive à faire illusion plus longtemps que d'autres. Mais globalement je ne suis pas spécialement intelligente, ni belle, ni talentueuse, mais le hic c'est qu'il semblerait que je dégage quelque chose (parce que j'ai quand même quelques qualités heureusement XD). C'est cool quelque part, mais être placée sur un piédestal ça amène forcément à en tomber ! Je n'arrive pas à aller au bout de ce que j'entreprends parce que toujours cette douleur qui me fatigue et me paralyse. Je me sens gelée de l'intérieur quand je suis sur le point de toucher au but, et j'abandonne. Je n'arrive pas à m'investir jusqu'au bout. J'imagine que chercherr peur d'échouer (ce n'est.pas clair dans ma tête), en plus de la fatigue.

Concernant facebook c'est un large débat...
Je suis dans une filière artistique, toutes les opportunités que j'ai saisies je les ai connues par facebook. Ma dépendance m'ouvre des portes en fait. Et jalimente mes pages par ce biais. J'ai des commandes passées par ma page car les gens ont vu mes publications. Aussi, je suis très isolée, c'est u' rare moyen pour avoir l'impression d'avoir mes amis près de moi (je suis en formation et je me sens très seule).
En revanche, ce réseau me pourri la vie : comme je suis dépendante je reste littéralement BLOQUEE devant l'ordinateur. Je n'arrive pas à m'en détacher et je perds un temps fou à glander plutôt que bosser. Je préfère même glander que me coucher lorsque je suis fatiguée (vraie dépendance hein).en plus de cela je me sens étouffer car il y a toujours des gens pour se vexer d'un rien, ou pour publier des choses invraisemblables (fausses la plupart du temps, sans vérification des sources etc) et là je viens de me fâcher très fort avec ma cousine car elle est sans cesse à juger et dire ce que je dois écrire ou pas sur mon propre compte. Et elle n'est pas seule, t.

Bref du coup je me rends bien compte de la nocivité de ce réseau tout en restant scotchée devant. Mais vos conseils me sont utiles et j'ai fait attention aujourd'hui. Déjà, j'ai oublié mon téléphone (connecté) dans ma chambre tout à l'heure et je me suis interdit daller le chercher. Ça peut paraître anodin mais pour moi c'est une petite victoire Smile et je pense supprimer mon compte de manière temporaire le temps de me.laissée souffler. Une fois cela fair, j'espère avoir appris à doser mon utilisation pour qu'il ne reste qu'un site parmi tant d'autres !

Voilà pour aujourd'hui. Merci pour votre lecture et vos retours. Avoir des conseils de gens et différent d'une écoute de psy. Je n'ai qu'une infirmière (pas psy je veux dire) et elle ne sait pas me conseiller. Écouter c'est bien, mais ça fait 4x que j'explique mon cas, et je pense que j'ai besoin de vrais retours, des réactions et des expériences !
Revenir en haut Aller en bas
Cadence



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 01/12/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Sam 31 Déc 2016 - 18:16

Coucou. Smile
J'ai lu tes messages et quelque part je comprend ce que tu dis. C'est pénible de devoir répéter plusieurs fois la même chose à des infirmières/Psys. Personnellement ça m'a vraiment énervé de devoir refaire le bilan de ma vie et de mes angoisses des que je changeais de suivi psy, mais au final j'ai fini par trouver la bonne personne qui, même quand je ne dis rien de spécial, sait m'écouter et être là pour moi. J'ai eu du mal à faire confiance, mais au final je me sens bien quand j'en parle parce que je sais que c'est la meilleure personne à qui je peux me confier.

Je suis nouvelle ici mais je trouve ça très bien que tu parles ici, de nombreuses personnes sont là pour te conseiller (certainement mieux que moi ahah) et ça peut peut-être "remplacer" temporairement le soutien d'un psy. Cependant, je pense que si un jour tu te sens vraiment mal, tu devrais appeler quelqu'un (une personne ou comme conseiller plus haut un numéro d'urgence).

Je suis plus jeune que toi et tout aussi scotchée à Facebook. Si tu ne peux vraiment pas t'en passer, tu devrais peut-être essayer de garder dans tes contacts seulement les personnes qui comptent réellement pour toi ou alors des contacts pour comme tu l'as dit toi même saisir des opportunités vis à vis de tes études... C'est ce que j'ai fait et je me suis sentie très seule, j'ai eu l'impression de ne plus avoir personne, mais c'était au final un mal pour un bien car ça ma permis de lâcher un peu le réseau social.

C'est très agaçant pour certains de voir que je parle avec ma propre "expérience" (je suis jeune donc ça agace encore plus généralement) mais je me retrouve un peu dans ce que tu dis, vis à vis des angoisses constantes et de ce sentiment de fatigue. Je ne sais pas comment conseiller les autres, vraiment pas. Mais voilà, je vois parfaitement ce que tu veux dire alors n'hésite pas à venir me parler, ou parler aux autres personnes de ce forum qui te seront sûrement d'une plus grande aide. Je te souhaite bon courage, et bonne continuation.
Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Sam 11 Fév 2017 - 13:38

Je suis désolée pour mon absence de réponse : je suis partie en stage le lendemain du nouvel an, je n'étais pas chez moi, le temps a passé vite...

Cadence avant toute chose saches que ça ne me gène pas qu'on parle de son expérience, je pense qu'au contraire c'est une très bonne chose car ça nous donne un point de comparaison pour se repérer face à l'autre, donner des conseils en fonction de ce qu'on peut en comprendre, et puis personnellement, ici ça m'aide à me sentir mieux comprise.

Concernant Facebook, si je n'arrive toujours pas à m'en détacher en terme de temps passé dessus, j'arrive à m'en détacher par rapport à son contenu. J'ai décidé de "laisser couler" beaucoup de choses, de moins prendre à coeur ce que les gens publient (et pensent). J'essaye de lâcher un peu prise.

En ce moment c'est très dur. J'ai l'impression de devenir complètement folle, tant la douleur que je ressens est constante et insupportable. C'est quelque chose de difficile à avouer, je ne me mets pas en scène, je commence juste à vraiment flipper de mes réactions. Du genre... Commencer à écrire un testament, une sorte de lettre d'adieu, car je me demande combien de temps je tiendrai.

Avec mon copain c'est compliqué en ce moment. Quelque part j'ai l'impression que c'est fini, notre relation est devenue plus difficile à supporter que source de joie. Il est dans une remise en question en ce moment, et n'a jamais la bonne réaction lorsque je lui parle. Je ne sais plus où me mettre, comment agir, comment être au quotidien. Je ne me sens ni écoutée ni soutenue, même s'il me dit qu'il est là pour moi. Comment réagir lorsqu'il répond 'tout le monde se plaint autour de moi et c'est pas facile pour moi non plus' ? Du coup, j'ai décidé de ne plus lui parler, de fermer cette ouverture. Et puis nous ne sommes plus dans une relation où on se donne, mais où on prend à l'autre, suite à beaucoup de petits événements qui se sont succèdés au cour de ces deux années ensemble. Je ne peux plus donner inconditionnellement comme avant, car il a arrêté d'en faire de même.
Je crois que ça ne m'aide pas à aller mieux, mais je pense que rompre serait peut être pire. Donc j'ose juste espérer que ce n'est qu'une phase.


Sinon, j'ai décidé de parler d'au moins un truc positif à chaque fois que je viendrais vider mon sac ici. Je suis en ce moment en stage à l'étranger, et je suis admirablement bien accueillie chez la personne qui me loge. J'ai une chambre à moi, avec un ordinateur portable, un lit deux places, de quoi m'installer.. Le matin je me lève le petit déjeuner est servi et je n'ai même pas le droit de faire ma vaisselle. Bon le fait de ne rien faire me met mal à l'aise mais je n'ai jamais été reçue comme ça auparavant !

Revenir en haut Aller en bas
postblue

avatar

Nombre de messages : 495
Date d'inscription : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Lun 20 Fév 2017 - 22:38

Salut.
S'cuze, je développe pas ma réponse (faut pas qu'je tarde), mais y a p't'être moyen que tu déniches un autre réseau que fb, moins addictif, pour faire ta com' (désolée l'expression est un peu malheureuse).
J'y connais rien mais c'est à voir.

j'espère que tu vas mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Mar 11 Avr 2017 - 22:00

Bonsoir,

Merci pour ta réponse post blue.

A nouveau mes excuses de mon temps de réponse. Entre les cours désorganisés, les séminaires, les stages.. (Là je suis à nouveau sur mon téléphone ce n'est pas du tout pratique). Et à vrai dire je m'embourbe dans mon mam être et j'ai pas toujours le courage d'en parler.

J'ai rappelé mon ancienne infirmière mais elle est absente jusqu'à la fin du mois. Dès la fin des cours je vais demander à me faire hospitaliser, je n'en peux plus.

Je me demande même s'il est possible pour qqun comme moi de m'en sortir tellement ça semble profond, sans raison particulière comm si ça faisait partie de moi.
Revenir en haut Aller en bas
postblue

avatar

Nombre de messages : 495
Date d'inscription : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Mer 12 Avr 2017 - 12:16

Il est toujours possible de s'en sortir, ne désespère pas.
Bravo pour ces initiatives. Courage.
Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Mer 12 Avr 2017 - 22:55

Merci.

J'ai discuté avec une copine hier, ça m'a fait du bien !
A la fin du mois elle m'emmène à un groupe de parole, ça aidera peut être !
Revenir en haut Aller en bas
postblue

avatar

Nombre de messages : 495
Date d'inscription : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Jeu 13 Avr 2017 - 12:27

C'est super Smile
Revenir en haut Aller en bas
Vanish

avatar

Nombre de messages : 641
Age : 31
Date d'inscription : 11/09/2014

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Sam 15 Avr 2017 - 20:46

Content de lire que dernièrement les perspectives sont un peu meilleures. Donne des nouvelles quand tu peux...
Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Sam 13 Mai 2017 - 22:13

Coucou tout le monde,

Toujours des soucis pour me connecter. Et puis j'avoue le rouler en boule dans un coin depuis pas mal de temps ça me demande pas mal d'énergie de communiquer.

Alors les avancées :
Le groupe de parole : c'est très bien, très émouvant. En fait j'ai fondu en larmes dès la première phrase, c'était très étrange, je me suis sentie écoutée.

Par rapport à ma dépression il y a une grande avancée : j'ai COMPRIS que j'étais dépressive. C'est a dire que jusque là Je me disais que "ça allait passer", qu'il suffisait de temps, que c'était ma faute que je ne me remettais pas assez en question...
Aujourd'hui je comprends que j'ai besoin d'aide, et le fait de prendre conscience que ce n'est pas un choix mais une nécessité est assez difficile.

Depuis quelques temps j'ai de plus en plus de mal à me porter. J'arrive de moins en moins à me lever, je me porte comme je peux, c'est une souffrance d'être éveillée et encore plus d'être debout. Je n'en peux plus.

En plus avec mon copain c'est la merde. Ça m'empêche même de dormir.

Je tiens à vous remercier sincèrement des réponses que vous m'apportez, vos lectures et vos petits mots me font du bien. Je me sens écoutée, je sais que je peux venir parler quelque part. Et avoir des conseils.

Et je suis désolée de ne pas passer plus, j'ai beaucoup de mal à sortir de ma souffrance (en plus de ma connexion).
Revenir en haut Aller en bas
postblue

avatar

Nombre de messages : 495
Date d'inscription : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Dim 14 Mai 2017 - 10:17

C'est cool que les groupes de paroles te fassent du bien.

"l'avantage" de la dépression comme nécessité, c'est que ça déculpabilise.

Je ne sais pas comment dire ça mais... Ton écriture est tellement juste. Tes mots me bouleversent.
Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Dim 14 Mai 2017 - 19:50

L'inconvénient du groupe de parole est qu'il est à 400km de chez moi, j'y suis allée lorsque j'étais en stage dans le nord. Il faudrait que j'en trouve un près de chez moi mais j'y vais à tâtons ^^"

Je ne comprends pas ta seconde phrase, sur la nécessité ? tu parles de la culpabilité par rapport au "je ne me remets pas assez ne question" dont je parlais au dessus ?

Je ne sais pas si c'est une bonne chose que je t'ai bouleversée, mais au moins on se comprend mutuellement. Les maladies sont parfois différentes, les symptômes aussi, mais les difficultés et les émotions se ressemblent lorsqu'on est dans la souffrance.

J'ai une chose positive à partager aujourd'hui : cette nuit, j'ai assez mal dormi, je me suis réveillée plusieurs fois. Mais dans l'état de demi-réveil, j'étais... détendue. Mon poids dans la poitrine avait disparu quelques minutes, je me suis sentie légère, forte. C'était très éphémère, mais cet instant m'a permis de me dire "c'est possible". Qu'il y avait quelque chose à libérer dans ma tête pour aller mieux. Je crois que ce pods dans la poitrine est un état d'anxiété très fort et constant, car j'ai commencé à me ressentir mal lorsque jai pensé à mon copain et toutes les difficultés qu'on rencontre, à mes projets qui sont stimulants mais angoissants (je vais me mettre à mon compte), à l'inconstance de la vie (écologie, chômage, mort...).

Une amie me recommande la sophrologie. comme j'oublie tout, je le note ici aussi. Et puis ça peut donner des pistes à vous qui me lisez si ça vous parle. Je ne connais pas mais il parait que ça a des sacrés résultats. Je pense faire une séance d'hypnose pour me donner l'élan, me redonner un peu de force, et redevenir active dans ma vie en continuant avec la sophro.

Voilà, voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Stana

avatar

Nombre de messages : 2816
Age : 42
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 05/10/2012

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Ven 19 Mai 2017 - 11:06

Oui je vois ce que tu veux dire Zyos: le matin au réveil, on sors du sommeil, c'est-à-dire d'un état d'abandon, au sens positif du terme, de lâcher-prise, et tout ce qui peux nous oppresser à l'état conscient s'est mis en mode "pause". Ce bien-être dû au lâcher-prise total se poursuit au réveil, avant que tout nous submerge à nouveau...ça m'arrive aussi, et je pense avoir trouvé une astuce pour faire durer un peu cet état: avant que le bien-être, le sentiment de légèreté s'estompe, on peux tenter de le prolonger en pensant tout de suite à quelque chose d'agréable: bons souvenirs, petites anecdotes, projets, voire même un film, une musique qu'on aime et qui n'a pas un effet "triste" sur nouds etc et ne pas trop trainer au lit je dirais, parce-que la position allongée permet aux pensées de survenir d'une manière incontrôlable, surtout si on est encore entre veille et sommeil. et passé le bien-être, ce sont les mauvaises choses qui peuvent revenir spontanément.
Une fois levée, tu peux commencer par faire quelque chose que tu aimes, pendant que ton bon état d'esprit est toujours là-si tu as réussi à le préserver-tout en essayant de continuer à penser positif si possible. Tu peux aussi, au réveil, prévoir ce que tu compte faire dans le journée, en prévoyant des choses que tu apprècie (ce peut être des trucs tout bêtes mais que tu aimes), et des petites choses à accomplir. C'est bon pour le moral.
Tout ça, ça ne marche pas à tous les coups, mais ça peut aider, en tout cas ça vaut le coup d'essayer.

Les groupes de parole peuvent être très bénéfiques en effet, parce-qu'on est au milieu de personnes qui nous comprennent, vivant la même chose que nous, et ne risquent surtout pas d'être dans le jugement. C'est plus facile de s'exprimer, sachant ça, et ces échanges peuvent être pleins de chaleur humaine, et même de convivialité, je le sais par expèrience. Je t'encourage à continuer Smile
Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Sam 20 Mai 2017 - 2:41

Merci Smile
Je vais essayer ta proposition dès demain, en plus un super week-end s'annonce. Je vais essayer de me concentrer plus sur le positif, je remarque en te.répondant qu'en ce moment j'ai du mal à apprécier les petites choses car le sentiment de douleur est trop présent. Mais comme aujourd'hui j'ai été productive et que le week-end s'annonce bien je vais essayer de conserver cette dynamique.
Revenir en haut Aller en bas
Petite Luciole

avatar

Nombre de messages : 2076
Age : 33
Localisation : Entre-deux
Date d'inscription : 11/01/2013

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Sam 20 Mai 2017 - 19:42

j'ai lu les derniers messages (les plus récents)
je réponds seulement maintenant, désolée

je souffre de troubles schizo-affectifs et je suis passée par une phase de dépression très sévère. Et là, j'ai reconnu mon état passé dans tes mots.
Cette angoisse qui nous pèse et nous oppresse, nous étouffe.
La dépression est un état très difficile à passer, il ne faut pas se cacher la vérité mais on peut s'en sortir, j'en suis par exemple la preuve.
Mais je ne suis pas dupe et sais que c'est aussi grâce au suivi psy et au traitement médicamenteux que j'ai réussi à aller mieux. Les anti dépresseurs et anxiolytiques m'aident à adoucir cette angoisse et me permet de retrouver ma respiration, comme si elle avait été coupée auparavant. Comme ce poids dans la poitrine dont tu parles.

Pardonne-moi si tu l'as déjà dit auparavant, mais mis à part ces groupes de paroles où tu as commencé à participer, vois tu un médecin? Prends-tu des médicaments?
Tu suis des études ou est-ce que tu travailles?
Je me renseigne pour essayer de t'aiguiller au mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Stana

avatar

Nombre de messages : 2816
Age : 42
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 05/10/2012

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Mer 24 Mai 2017 - 21:37

Tans mieux si j'ai pus t'aider un peu Smile
Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Sam 27 Mai 2017 - 20:05

Stana > j'essaye de l'appliquer dès que c'est possible. Mais j'avoue ça arrive pas souvent !

Petite Luciole > Pas de soucis pour le fait que tu as lu les derniers messages. Je peux faire un résumé des choses nécessaires.
Je me sens comprise, c'est rassurant (même si pas cool pour mes semblables...).

Je ne vois plus de médecin, et ne prends plus de médicament : je suis allée dans des CMP depuis 5 ans, chaque année je déménageais donc chaque année je changeais d'infirmière. Sauf mes années scolaires de septembre 2014 à juin 2016, j'étais avec une même infirmière, celle qui a reconnu ma dépression. Elle m'a fait mettre sous anti dépresseurs, donc j'avais mon suivi avec elle et j'allais voir une psychiatre 1x/mois. J'ai arrêté au bout d'un an, pour diverses raisons (et avec accord médical). Et pour plein de raisons (que j'identifie pas toujours d'ailleurs je me sens embourbée jusqu'au cou) j'ai recoulé. Cette année je suis allée au CMP de ma nouvelle ville et ça s'est super mal passé. Je ne supportais pas mon infirmière qui m'a juste dit "je fais pas de miracle hein" à la fin de notre premier rdv (à savoir que je suis pas du tout du genre à me laisser couler et penser que c'est aux autres de faire les choses pour moi).

Du coup j'y suis jamais retournée et j'ai pas osé demander qqun d'autre.

Je suis à l'école, je termine officiellement cette année mais l'an prochain je voudrais faire revalider deux matières de mon diplôme précédent pour le valider. Mais je cherche du travail (j'ai des pistes, à voir...).
Revenir en haut Aller en bas
Petite Luciole

avatar

Nombre de messages : 2076
Age : 33
Localisation : Entre-deux
Date d'inscription : 11/01/2013

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Sam 27 Mai 2017 - 21:15

merci de ta compréhension.

Quand tu prenais des anti-dépresseurs, est-ce que cela te soulageait ou pas?
Sens-tu un "moins bien être" depuis que tu n'es plus suivie et que tu n'es plus sous traitement?
Tu ne pourrais pas envisager de voir un.e psychiatre en privé (sachant que c'est remboursé par la sécu) ?

*sorry pour toutes ces questions*
Revenir en haut Aller en bas
Stana

avatar

Nombre de messages : 2816
Age : 42
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 05/10/2012

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Sam 27 Mai 2017 - 21:51

Oui je sais, c'est comme beaucoup de choses, ça ne marche pas à tous les coups, sans compter qu'on n'y pense pas toujours au réveil, et qu'une fois que les idées noires ont commencé sans qu'on ai eu le temps de penser à autre chose, elles peuvent être très difficiles à juguler Neutral mais si ça fonctionne ne serait-ce que par intermittence, c'est toujours ça de gagné, à chaque jour suffit sa peine Smile
Revenir en haut Aller en bas
Zyos

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 26
Date d'inscription : 27/11/2016

MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   Dim 28 Mai 2017 - 1:55

Pas de souci pour les questions ^^

J'avais contacté la secu et ils m'avaient dit que c'était pas remboursé :/ je compte voir avec mon médecin pour qu'il me prescrive des séances ce sera peut être remboursé comme ça ?

Sinon début juillet je compte aller faire une séance d'hypnose qui, je l'espere, me donnera un nouveau souffle pour avancer. Je ne veux pas dire "faites disparaître la dépression" car je tiens à rester active dans ma démarche, mais j'ai besoin d'un coup de pouce.genre une période de tranquillité intérieure pour refaire le plein.. Ensuite je continuerai pas de la sophrologie, qui m'a été de nombreuses fois conseillée.

Sinon avec les AD j'ai même pas vraiment de souvenir... Je crois que ça me calmait légèrement, mais pas assez pour dire que ça fonctionnait ! Je dois avouer que j'ai des soucis de mémoire (ou d'attention qui fait que j'oublie tout peut être). Je pense qu'il est temps de reprendre un traitement peut être mieux adapté.

Je me pose une question en ce moment. En fait jz me demande si je suis dépressive ou anxieuse. Même si les deix ne sont pas incompatibles !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bout de ma vie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bout de ma vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Allez... Je vous raconte un bout de ma vie!
» Le chien de Guy Bedos abattu d'une balle à bout portant
» L'or du peuple du bout du monde
» ELORN - ET DE BOUT DE BOIS
» Au bout du rouleau .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: