Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "C'est pas grave, j'ai vécu pire"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kelkun_kelkepart

avatar

Nombre de messages : 2888
Age : 29
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: "C'est pas grave, j'ai vécu pire"   Sam 3 Déc 2016 - 10:13

depuis quelques années je gère la grande majorité de mes down de cette façon en fait...

de façon générale j'ai une espèce de patience naive...

"c'est pas grave j'ai vécu pire". "c'est pas grave j'ai l'habitude"

sans compter que avec le syndrome d'asperger j'ai du mal à reconnaitre mes émotions, mes ressentis... alors pour les gerer au mieux je les intellectualise énormément...

en fait je me rend compte que j'ai du mal à avoir des repères "normaux" sur ce qu'est un mal etre "normal" une douleur "normale"...

par exemple: j'ai des douleurs aux jambes depuis quelques années... toute personne lambda, quand elle commence à avoir mal, à marcher de traviole au vue de la douleur vas chez le toubib...
perso j'y suis allée 2 ou 3 fois au début, tous me disaient des choses similaires, du coup bah je n'y suis plus allée, j'ai géré à ma sauce... et les douleurs s'éternisent...

de façon plus générale: un rendez vous. la personne que je doit rencontrée est en retard... je suis capable d'attendre une demis heure avant d'appeler, plus d'une heure avant de me barrer...

je pense que le Syndrome d'asperger y est pour beaucoup, comme je l'ai dit: difficultés à avoir des repères sur les sensations, les ressentis, les émotions, difficultés à se syncroniser aussi avec les ressentis, les besoins des autres...

je pense aussi que mes années d'HP ne sont pas négligeables dans tout ça: quand tu doit attendre le toubib/l'infirmière/le psy/... pendant plus d'une heure/la journée entière/ne viens pas dut tout. quand tu rale de ce retard et que l'on te rembarre parce que "y'avais une urgence/une réunion/j'ai oublié". quand on minimise tes symptomes et que l'on te fait croire qu'en fait c'est d'autres trucs qui te perturbent "c'est pas grave, c'est pas la priorité"
alors c'est sur que quand quelqu'un te rembarre une fois de temps en temps parce que t'a mal partout et que tu ne vois plus le bout c'est chiant t'a envie de lui brailler sa connerie à la gueule mais disons que tu supporte, tu va voir ailleurs et tu passes à autres choses... mais quand on te fait le meme boursin tous les jours, pendant plusieurs années, que tu vois pas vraiment d'autre choix que de les écouter bah tu les écoute et tu te fait la petite phrase toute seule dans la tete "c'est pas grave, ça va s'arranger"

Jusque là, depuis 5 ans il ne m'est rien arrivée de bien facheux à laisser s'éternier tout ça

sauf que je me dit que je suis pas à l'abris du fait qu'un jour je vais laisser passer un truc et que ça va dégénerer et que je ne vais pas savoir/pouvoir gerer

niveau syndrome d'asperger ça fait chier OK mais je pense qu'aujourd'hui j'ai assez de recul sur la chose, assez bossé dessus pour penser que dans l'immédiat ce n'est pas là dessus qu'il faut agir...

niveau intoxication de l'HP là ouai ça me sort un peu par les yeux de me laisser encore embarquer par leur phrases toutes faites...

bref ça fait des années que je me tue à la tache pour milliter contre l'HP, me désintoxiquer et je me rend compte que ça dicte encore vachement mon quotidien...

en résumé: si vous avez des trucs pour changer de refrain à chaque bug que je rencontre je suis preneuse!!
Revenir en haut Aller en bas
Peach



Nombre de messages : 26
Age : 28
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: "C'est pas grave, j'ai vécu pire"   Sam 3 Déc 2016 - 11:58

Je me reconnais un peu dans ce que tu écris. Je suis diagnostiquée Bordeline.

Quand je l'ai su, j'ai a acheté pleins de bouquins sur ce sujet. Des témoignages sur l'anorexie, des ouvrages destinés aux professionnels de santé. Des livres de pharmacologie, sur les traumatismes infantiles.

Je me suis "sur-informée". Désormais, je me sens comme un chiffre, une partie d'une statistique. Je ne ressens plus les choses, je les analyse. Je trie sur le volet ce que je raconte à mon psy et sais d'avance ce qu'il va répondre. Des fois quand je veux dire une chose, je me demande "c'est adapté ? C'est digne d'une personne dite normale ?" Je tourne les phrases sur ma langue, j'ai l'impressions de "jouer" un rôle. Celle d'une personne qui essaye d'être normale. J'observe les gens dans la rue, leur façon de parler, de rire. Et je me sens tellement différente enfoncée dans mon diagnostic que j'essaye de les imiter, je me sens tellement stigmatisée par les chiffres et analyses que je "joue" ma vie ..

Alors j'évite de sortir. De voir des amis. J'ai peur qu'ils devinent ce que je "pense" réellement, qu'ils voient que mes gestes ne sont pas "naturels".

Les psys m'ont tous dit la même chose et après 5 ans en HP, je connais leur discours par coeur.

Je me dis à chaque merde "c'est pas grave, j'ai connu pire" ou encore "ça finira par passer"

Je pense que le problème (dans mon cas) est que je vis le jour au jour. J'ai peur de me projeter dans l'avenir. Alors je ne tiens pas compte de l'évolution globale de mon état mais juste des down ponctuels.

Peut-être que la solution serait de .. prendre du recul. Voir ta vie avec les hauts que tu as vecus. Se projeter dans l'avenir justement, se demander de quoi tu as envie, où tu aimerais être dans un mois, un an.

Essayer de "ressentir" les émotions même si c'est dur. Ce qui m'aide perso, c'est que ce que je ressens réellement, c'est l'amour pour mon homme. Mais c'est mon seul répère.

Je ne sais pas si je peux apporter une aide quelconque .. Je te dis comment je gère moi, même si on n'a pas la même chose. Mais avoir un repère est important je pense. Ce qui m'aidait avant, c'est que tous les matins, je faisais le même tour dans la forêt. Avec de la musique que j'aime, j'écoutais les paroles et j'essayais de perçevoir les émotions que je ressentais. La musique peut aider à se familiariser avec certaines sensations .. Après, ce n'est qu'un avis Wink
Revenir en haut Aller en bas
kelkun_kelkepart

avatar

Nombre de messages : 2888
Age : 29
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: "C'est pas grave, j'ai vécu pire"   Sam 3 Déc 2016 - 13:04

j'ai aussi eu cette periode de "je mange autisme, je dors autisme, je bosse autisme, je vis autisme..." maintenant ça va clairement mieux! je me suis pas mal paumé dans les numéros et les définitions de dictionnaire au point que je me présentais comme autiste avant de dire mon prénom^^
du coup bah j'ai laché un peu tout ça meme si je reste plutot millitante, juste je fait les choses à ma sauce de ce coté là au lieu de me référer voir m'identifier à un truc que j'aurais lu^^

"jouer un role"... ça je l'ai fait surtout au début de ma dépression (dépresions "souriante")
je l'ai fait aussi une bonne partie de mon enfance et de mon adolescence pour compenser l'autisme (qui n'étais pas diagnostiqué à l'époque), je l'ai fait à l'hopital parce que faut faire des trucs "correct" faut bien prendre ses cachets, faut dire au psy "oui oui vous avez raison"

là encore je me suis perdue dans la "normalité" à certains moment je suis allée jusqu'au burn out...

bref dans tout ça il ne s'agit pas de rentrer dans le moule à tout prix il s'agit justement de s'en désintoxiquer, de ce moule...

reprendre des sensations ouai ça s'améliore... enfin au quotidien disons que je me blinde parce que gerer tous les stimulis c'est juste pas possible... après c'est sur que j'ai des "sas de décompressions" des endroits, des moments ou je m'autorise à ne pas me blinder...

j'aimerais en fait arreter de me blinder H 24... etre en "mode NT", j'ai fait des progrès c'est sur mais je m'apperçois que autant vu de l'exterieur je peut paraitre de plus en plus épanouie autant de l'interieur je suis toujours polluée par tout ça...

disons que depuis 5 ans le temps a fait son chemin mais les vieux réflexes ont la vie dure!
Revenir en haut Aller en bas
Peach



Nombre de messages : 26
Age : 28
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: "C'est pas grave, j'ai vécu pire"   Dim 4 Déc 2016 - 9:07

Les vieux reflexes comme tu dis .. Pas facile à s'en défaire No

Mais tu peux y arriver je crois !

Bon ce n'est pas comparable mais regarde une personne qui arrête de fumer (je parle d'un grand gran grand consommateur depuis très très longtemps Laughing ). Le matin, le reflexe c'est café-clope. Au boulot, ses collègues discutent avec lui (depuis toujours) dehors, avec une clope. Pause café, une clope pour décompresser. La fameuse après le repas et avant d'aller se coucher.

Le tout est de "changer" ses habitudes. Je ne parle pas de substituts (dans ce cas par ex. clope eléctronique) parce que les gestes ne changent pas.

Il faut se donner les moyens même si c'est extrêment difficile et qu'on est persuadé qu'on y arrivera pas.
Des fois il y à des nouveautés dans le quotidien ou un changement comme un nouveau travail ou autre. Pour moi ça a toujours été un effet "coup de pied aux fesses". Exemple je suis méga timide. Le premier jour de boulot j'ai dit bonjour à tout le monde, je me suis préséntée et j'étais souriante. Ca a été le début d'un changement, un moment d'efforts. Le lendemain, ce sont mes collègues qui sont venus me voir. Et avec le temps, les liens se sont noués. Je détèste parler, je me suis forcée à répondre aux questions et avec le temps c'est devenu naturel. Certes, je n'aime toujours pas parler mais quand c'est côté professionnel, j'y arrive. Ca a été long mais les efforts paient.

Après il y à des coups de mous. Quand j'ai eu des soucis je me suis enfermée dans le silence et ça a duré jusqu'à ce que je perde mon boulot (bon insonmies, perte de poids, nouveau traitement etc)

Le tout est de ne jamais perdre espoir je pense. Même s'il y à des moments très difficiles. Savoir s'écouter et admettre qu'un jour, ça ne va pas. Tu peux toujours te dire "ça passera". Mais tu peux également exprimer ce qe tu ressens en écrivant ou autre, il n'est pas forcément nécessaire de parler si tu n'en as pas envie..
Revenir en haut Aller en bas
Brise-patte

avatar

Nombre de messages : 5098
Age : 21
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: "C'est pas grave, j'ai vécu pire"   Mer 7 Déc 2016 - 23:06

J'ai pas trop suivit après ton premier post, mais pour en revenir à la demande initiale, généralement quand je commence à poser la question "est ce que ça ne ferait pas un peu beaucoup" / "est ce que c'est très "normale" / autre question du même style, c'est qu'il y a généralement déjà un problème (pas toujours, mais généralement).
Dans ces cas là, en parler (bon ok, là encore c'est souvent avec des références ""habitudes NA"" mais ça aide tout de même pour se donner un point de repère.

Même si sur le coup, la petite voix nous dit "non mais c'est moi qui abuse, j'ai connue pire blablabla".
Revenir en haut Aller en bas
kelkun_kelkepart

avatar

Nombre de messages : 2888
Age : 29
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: "C'est pas grave, j'ai vécu pire"   Ven 9 Déc 2016 - 6:44

le soucis quand j'en parle c'est que l'on minimise aussi pas mal le truc... par exemple pour mes soucis de douleurs aux jambes les toubibs au début ont fait des examens: rien de flagrant. au début je me sortais à peine de la dépression donc: séquelles de la dépression

là je m'attelle à ce soucis de nouveau, nouveaux examens, là encore rien d'extraordinaire...

sauf que tant que je marche à peu près droit je peux me dire que je me fait des idées mais ce n'est pas toujours le cas....

sachant aussi que tout et n'importe quoi peu provoquer ces douleurs (changement de temps, de chaussures, imprévus, recrudescence d'activités, stress...) il m'est aussi difficile de sortir du coté "psychosomatique"

quelque part je me rend bien compte que ça dépasse les petites douleurs lambdas que tout le monde peut ressentir dans de pareilles situations... mais je ne vais pas chercher plus loin parce que je sais grosso merdo ce que le toubib va me dire et que je ne vais rien pouvoir y faire de pus...
depuis environ un moi j'ai maitenant des semelles orthopédiques... peut etre encore un peu tot pour se rendre compte si ça arrange un peu les choses... mais je me sent toujours aussi bancale...

c'est un peu le cas pour beaucoup de choses en fait: grosso merdo je sais parfaitement ce que peuvent me répondre les gens/le toubib/wethever donc je e dit "à quoi bon" et je gère à ma sauce...
Revenir en haut Aller en bas
Brise-patte

avatar

Nombre de messages : 5098
Age : 21
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: "C'est pas grave, j'ai vécu pire"   Sam 10 Déc 2016 - 21:34

Douleur chronique, pas forcément repérable facilement + bcp de médecin, quand ils ne savent pas préfèrent penser que le patient n'a rien plutôt que reconnaitre qu'il ne sait pas.

c'est un peu raccourcis et pas la même échelle, mais je te conseille une vidéo sur youtube (de la chaine "vivre avec", l'une des toutes premières parle de ces douleurs chroniques. Ca fait du bien au moral en vrai ^^

Adresse toi à un service spécialisé dans les douleurs?

Semelles orthopédique j'ai (mauvaise posture et démarche depuis petit). Les résultats se voit plutôt sur 6 mois minimums (après ça dépend de ce que tu as..). Un mois c'est effectivement un peu tôt.
Revenir en haut Aller en bas
kelkun_kelkepart

avatar

Nombre de messages : 2888
Age : 29
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: "C'est pas grave, j'ai vécu pire"   Mar 13 Déc 2016 - 20:19

ces semelles sont aussi pour une mauvaise posture...

ma toubib actuelle a l'air de se préocuper un peu plus de ces douleurs... en ce moment on explore le coté "carence en vitamine D" que je me traine depuis des années.
une fois que l'on aura pu trouver le bug de cette vitamine (peut etre une histoire d'hormone, je dois faire une prise de sang pour voir) que j'aurais pris l'habitude avec les semelles peut etre que ce sera un peu plus cool niveau douleur^^
Revenir en haut Aller en bas
Brise-patte

avatar

Nombre de messages : 5098
Age : 21
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: "C'est pas grave, j'ai vécu pire"   Mer 21 Déc 2016 - 22:58

Pour les semelles, il y a bcp de progrès la première année je trouve.
Pour ma part, j'en porte depuis 6 ans environ, et il y a fallut aussi pas mal de travail de ma part (rectifier sa posture et démarche constamment, et c'est vraiment pas facile ).

+faut vraiment les porter absolument tout le temps, les mauvaises habitues deviennent trèèès vite les premières années x)
Revenir en haut Aller en bas
Gbrl

avatar

Nombre de messages : 1005
Age : 27
Localisation : Dans un sous-sol pas de fenêtres
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: Re: "C'est pas grave, j'ai vécu pire"   Dim 25 Déc 2016 - 8:15

Lorsque tu as eu tes semelles orthopédiques (j'imagine que c'est la même chose que ce qu'on appelle, ici, orthèses plantaires), as-tu achetés des souliers adaptés? changé tes souliers?

Je sais que dès que la semelle de mes souliers est trop usée, j'ai rapidement des douleurs aux genoux et aux hanches.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "C'est pas grave, j'ai vécu pire"   

Revenir en haut Aller en bas
 
"C'est pas grave, j'ai vécu pire"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Myasthénie grave infantile : ''Les coeurs de mamans''
» Miastenia grave ( copy by idrissi )
» C'est un péché grave de voter pour des politiciens en faveur de l'avortement /Mgr Michael J. Sheridan
» L'heure est grave...
» Se tromper de Dieu, c'est plus grave que mourir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Divers-
Sauter vers: