Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Y a t-il quelque chose à dire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Y a t-il quelque chose à dire ?   Sam 1 Oct 2016 - 19:54


C'est un petit coup de gueule, un énervement, j'en peux plus, ça m'énerve... à chaque fois c'est la même chose, je suis la dernière au courant de tout... Je m'en fous de la raison...

Bref, c'est pas ça le problème qui m'amène à écrire... Le problème c'est que ma grand-mère est décédé aujourd'hui et que je pourrais même pas lui dire adieu...


Je suis même pas sûre que ce soit la vérité, tellement je suis sur le cul...

Je suis majeur, je pourrais y aller en mode, je m'en fous... mais j'aurais jamais les informations de où, quand... parce qu'évidemment, c'est un énième famille qui s'est déchirée, se déchire encore et encore...

J'ai l'impression qu'on se déteste tous petit à petit, pour des conneries....

Et c'est important pour moi, d'avoir un rituel parce que mine de rien j'ai des putains de souvenirs avec elle même si je l'ai vu s'éteindre peu à peu dans la maladie et finalement cesser de la voir parce que c'était trop douloureux pour mon père...

Ca me fout en rogne, j'ai envie de tout détruire, de tout casser, d'hurler, de crier, de pleurer et j'y arrive pas...

Tout le monde fait comme si rien ne s'était passer, on ferme nos sentiments et ça me perturbe, cette annonce sonne tellement faux que j'ai juste l'impression de vivre un cauchemar...

Et je sais que cette semaine va être terrible, que je vais sûrement pêter un plomb parce que merde personne parle et on me demande de parler, de faire confiance... Mais je sais pas faire...

Disons les choses une fois pour toute...

Mais je respecte ce silence parce que je le comprends, parce que ce doit être douloureux, parce que c'est trop dur de dire les choses comme elles sont... parce que ça rend réel, définitif....


Moi, tous ce que je demande, c'est pouvoir dire au revoir...;

Parce que là, j'ai juste envie de me foutre en l'air...

J'ai essayé d'en parler à des amis mais personne répond ou alors on ne sait pas comment m'écouter....

et je sais pas parler, et ça m'énerve... je me sens impuissante, j'en peux plus....


Désolé pour l'incohérence, des fautes, mais il fallait que je le dise...

Parce que je sais pas gérer, je savais déjà pas gérer avant ça alors là... j'ai arrêté mes suivis psy et j'ai aucune envie de recommencer...

Parce que je suis pas prête, parce que j'ai pas envie, parce que j'y arrive pas...

J'ai l'impression de vivre en dehors de la réalité, tout sonne faux... cette annonce sonne faux, je sonne faux... et j'en ai juste marre...


J'ai déjà pensé à passer à l'acte, ça paraissait tellement simple, tellement doux, tellement apaisant....

Puis encore une fois, lors d'un anniversaire, je ne pouvais pas m'am alors j'ai bu, je ne tiens pas l'alcool, alors c'est pas compliqué...

Mais ça m'énerve.... juste au moment où j'arrive à reprendre confiance en moi, où j'ai des tas de projets, d'idées, et que j'arrive à les réaliser...

Que je m'éclate dans mes études, dans ma pratique artistique, que j'arrive au moins à manger une fois par jour...

Là, j'ai juste envie de me laisser glisser, tomber et de rien faire...

Merde quoi... facewall violon
Revenir en haut Aller en bas
Amande

avatar

Nombre de messages : 14430
Age : 28
Localisation : Gaspésie Powaa
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Sam 1 Oct 2016 - 20:00

Je comprends ta douleur ayant failli manqué la fermeture du cercueil et la cérémonie de mon grand père (lui en France, moi au Québec, avion qui fait demi-tour, pas de vol avant le lendemain, etc).


Je comprends aussi tu aies besoin de la voir, de lui dire au revoir. Y a vraiment aucun moyen de savoir où et quand??


Si besoin de discuter, tu peux me MP ou me adder sur skype Wink
Revenir en haut Aller en bas
kelkun_kelkepart

avatar

Nombre de messages : 2888
Age : 29
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Sam 1 Oct 2016 - 20:15

la douleur de la perte de ta grand mère est légitime
le besoins de la voir enterrée est légitime
le besoins d'en parler (ou pas) est légitime

tes proches, ta famille souffrent aussi, oui eux aussi ont leur envies et leurs besoins face à ce deuil

sauf que tu ne peux pas éternellement ravaler ta peine pour les satisfaires
tu respecte leurs douleurs, il est légitime qu'ils respectent la tienne à un moment donné

il est légitime que à un moment donné tu ai envie/besoins de peter un cable si tu ne parviens pas à trouver ta place dans ce deuil
il est légitime aussi que tu pete un cable meme si tu y trouve ta place parce que un deuil ça arrache les tripes et que des fois on a juste envie de brailler sa douleur à la face du monde
Revenir en haut Aller en bas
Amande

avatar

Nombre de messages : 14430
Age : 28
Localisation : Gaspésie Powaa
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Sam 1 Oct 2016 - 20:16

kelkun_kelkepart a formuler exactement ce que je n'arrivais pas à dire
Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Sam 1 Oct 2016 - 20:28

Merci pour les réponses, ça m'a fait du bien ! Smile
J'ai retrouvé assez de forces pour pouvoir faire le projet que je dois rendre pour cette semaine et ça me rend un peu heureuse alors c'est cool !

Je ne sais pas si je pourrais, je vais essayer mais je sais pas non plus si je pourrais supporter d'être seule face à ce côté de la famille (que je ne connais pas/plus)

Alors, je vais essayer de lui rendre hommage à travers mes photographies parce qu'au final, je suis sûre de ça.

Comme ça, peut-être que je pourrais réussir à en parler, peut-être que c'est le déclic pour que moi aussi, j'arrive à avancer et pas juste faire semblant comme je fais en ce moment.


Encore une fois, merci beaucoup, ça me touche beaucoup ! king sunny calin biz calins
Revenir en haut Aller en bas
kelkun_kelkepart

avatar

Nombre de messages : 2888
Age : 29
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Sam 1 Oct 2016 - 21:19

tu a raison: c'est important que tu continue ce qui te tien à coeur, meme au ralenti.

c'est important pour toi, pour continuer à avoir d'autres préocupations que ta grand mère. c'est important pour ta famille qui consciemment ou non attend que tu coule. c'est important pour ta grand mère qui aimerais (si on considère qu'un mort nous vois de quelque part^^) que tu continue à vivre tes envies, tes rèves, tes projets autant pour lui rendre hommage que pour toi meme.

la photographie ça parle pas mais c'est aussi une façon de s'exprimer...

bref bravo de continuer!
Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mar 4 Oct 2016 - 20:18

Oui, j'ai remarqué, qu'en fait, le seul médium qui me permettait de m'exprimer réellement et surtout de me faire entendre c'était la photographie.

Bon, j'aime beaucoup aussi écrire. Je vois la photo et le texte comme un ensemble, quelque chose qui ne fait qu'un. Dont l'un et l'autre ne forme qu'un tout indissociable.

Sinon, bonne nouvelle, je vais pouvoir assister à l'enterrement ! Je suis déjà préparée au fait que ce sera sûrement tendu et dure psychologiquement donc je risque de revenir le moral dans les chaussettes m'enfin c'est pas grave. Ma décision est prise !

Sinon, si ça intéresse quelqu'un, dès que je peux, je posterais la photo !


Revenir en haut Aller en bas
Stana

avatar

Nombre de messages : 2817
Age : 42
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 05/10/2012

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mer 5 Oct 2016 - 10:59

Tans mieux si tu peux finalement aller à l'enterrement. C'est primordial de pouvoir y assister quand on a perdu un être très cher, je suis bien placée pour le savoir. Personne n'a le droit de t'empêcher de lui rendre hommage.
Il y a un lien particulier avec les grands-parents, différent de celui qu'on partage à nos parents, moins fusionnel et "proche" sans doute, mais qui plonge ses racines dans notre enfance. C'est un lien affectif qui contient, pour beaucoup d'entre nous, mille souvenirs attendrissants partagés, qui a contribué à nous construire, et auquel nous pensons souvent avec une douce nostalgie. Seul le temps de permettra d'èvoquer ces bons souvenirs partagés avec plus de douceur que de douleur-ce laps de temps est variable d'une personne à l'autre. Même s'il est plus "naturel" de perdre un grand-parent qu'une personne plus jeune, c'est un deuil comme un autre, qui n'a rien d'anodin, tu le sais aussi bien que moi. Tu as le droit de lui rendre hommage, déjà en assistant à son enterrement, puis de la manière qui te conviendra. Toi seule sais ce qu'il y a dans ta tête et dans ton cœur, n'ècoute pas les idées recues.
Je te présente toutes mes condoléances pour ta grand-mère. Paix à son âme et courage à toi calins
C'est bien d'avoir des projets.

flower
Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Jeu 6 Oct 2016 - 22:03

Merci beaucoup, ça me touche !
J'ai pas pu répondre hier, même si je le voulais mais cette semaine fut vraiment une semaine de merde... je le savais, je le sentais !

Points positifs parce qu'il y en : 1. j'ai pu rencontrer une partie de ma fille et finalement, ils nous ont rien dit (après tous, on est les petits-enfants on a rien fait, on était pas dans le conflit) donc j'ai eu droit à des sourires de mon oncle "chelou" comme disent mes parents.
J'ai eu droit à "oh elle ressemble à sa grand-mère" c'est con mais ça m'a fait rire et ça m'a rendue heureuse) Bon après je ressemble un peu à tout le monde on dirait mais ce sont de belles femmes et ça m'amuse parce que je les admire un peu.
2. Ma photographie a énormément plu, j'étais aux anges, tellement heureuse donc c'est sûre dès que je peux, je la fait imprimer chez un labo photographe en genre hyper grand 2x2,50)
3. J'arrive de plus en plus à m'ouvrir aux autres, j'angoisse toujours autant, mais ça s'améliore ! J'en deviens même plus sociable donc c'est cool !
4. j'ai pu comprendre pourquoi je n'avais pas revu ma grand-mère depuis 10ans, ça m'a fait du bien de le savoir et j'ai pu comprendre pourquoi mon père n'aimait pas son frère...
Il nous a aussi avouer de quoi était morte sa soeur (je le savais déjà mais ça m'a fait plaisir qu'il nous le partage, la communication de nos sentiments n'est pas le point fort de ma famille et ma mère me blâme pour ça... ironie quand tu nous tiens...)

Dans les trucs moins positifs...

Comme j'étais sous le choc de la mort de ma grand-mère... un type en a profité pour me "voler" de l'argent (150euros) du coup je suis grave dans la merde... j'ai pas pu dire la vérité à ma mère... mais je dois quand même porter plainte...
Heureusement j'ai pu en parler à une amie, elle va m'accompagner et je verrais avec les forces de l'ordre histoire de voire ce que je peux faire sachant que j'ai déjà fait opposition sur ma carte (mensonge oblige, elle croit à un piratage)

Du coup, crise d'angoisse et tout le touuinti j'ai pas pu aller en cours...

J'ai beaucoup stressé et donc, tremblé comme une feuille... déjà que je tremble tout le temps, là, ça s'est pas arrangé... je sais pas si je devrais consulter un médecin pour ça parce qu'apparemment c'est vraiment mais vraiment tout le temps...
ça ne m'handicape pas beaucoup sauf quand je dois écrire ou porter des trucs mais ça reste gérable... Je pense que c'est dû au stress...

Hm... que dire de plus... paradoxalement je ne suis plus AM parce que pour la première fois de ma vie je veux arrêter (au moins un temps pour ma grand-mère et parce que ma mère n'arrête pas de faire des sous-entendus, c'est lourd mais lourd... je pense qu'elle voudrait que je lui en parle mais ça ne me donne pas envie) et en plus j'ai trop de pensée pour le faire...

Et j'ai trouvé un autre moyen de calmer ses angoisses (parce que pour le coup je sais pourquoi et ça me semble légitime) je fais un câlin à une peluche qui ressemble à celle qu'avait ma grand-mère (il est d'ailleurs enterré avec elle, je trouve ça trop mignon et touchant... j'ai l'impression d'humaniser un peu trop les peluches x))

Donc voilà en gros... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Stana

avatar

Nombre de messages : 2817
Age : 42
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 05/10/2012

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Lun 10 Oct 2016 - 10:08

Il y a beaucoup de positif manifestement Smile tu as pus rendre hommage à ta grand-mère, comme tu en avais le droit. C'était important pour toi. Je te comprends pour la peluche, c'est ce qu'on appelle un rituel de deuil. Si ça apaise tes angoisses c'est une bonne chose.
C'est bien aussi que non seulement ce deuil-et tes autres problèmes-ne te poussent pas à t'AM mais même que tu ai la volonté d'aller mieux à ce niveau. Et oui, c'est ce que voudrais ta grand-mère Smile personnellement ne pas faire de "bêtises" est une manière d'honorer la mémoire d'un être très cher que j'ai perdu dans cette vie-ci. Tu as la bonne approche Very Happy
Bon courage pour tout flower
Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mar 11 Oct 2016 - 16:22

Oui, c'est vrai que c'est plutôt positif... mais j'ai des pensées suicidaires depuis une semaine, voir trois semaines...

J'ai presque, par deux fois, passer à l'acte... Et apprendre qu'une amie en avait fait une pendant les vacances ne pas aidée...

Bon, je me rassure comme je peux en me disant que ce n'est qu'une idée mais ayant déjà essayé (j'ai fait croire que ce n'était pas le cas aux urgences, histoire qu'on me laisse tranquille parce que je sentais que je pourrais gérer après et j'étais suivie donc)


Edit: je viens de me rappeler d'un truc "marrant", après être sortie du commissariat (ça n'a servie à rien mais je m'en doutais après tout... pas de réel menace, tout était dans ma tête, ça me servira de leçon...) bref... du coup, mon amie qui m'accompagnait m'a sortie "bon, c'est chiant mais y a pas de quoi vouloir se suicider" je ne sais plus pourquoi elle a sortie cette phrase mais putain dans ma tête j'étais en mode "dis-lui, dis-lui que tu penses qu'à ça, que si, tu te sens comme une merde et que t'as trop mal pour rester en vie, que la seule raison pour laquelle je ne suis pas passée à l'acte c'est par peur de rater et que je n'ai pas envie de rendre triste ma famille plus qu'elle ne l'est mais putain qu'est-ce que j'aimerais me foutre en l'air..."

J'ai même, honnêtement, pensé à tuer toute ma famille histoire de pas avoir ce poids de culpabilité par rapport à eux...
Revenir en haut Aller en bas
postblue

avatar

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mer 12 Oct 2016 - 22:06

Hello.
Je n'ai pas lu toute la discussion, je réponds donc simplement à ton dernier message.

Déjà je me dis que si tu es encore là, c'est bien qu'il y a quelque chose en toi qui veut tenir le coup. Peut-être que voir les choses ainsi peut t'aider à retrouver un petit peu de confiance en toi?

Et puis, ce qui est sûr, c'est que tu n'as pas à te sentir comme une merde (quand bien même ce quelque chose serait absent, d'ailleurs).

Tes deux tentatives de passages à l'acte sont récentes? celle qui t'a menée aux urgences aussi?

Franchement, je veux pas avoir l'air de te faire la morale sur le fait d'avoir menti , par contre demande toi si tu as effectivement gérée ensuite, sinon ça veut peut-être dire que tu as besoin d'un suivi plus ferme.

Pour ce qui est de la culpabilité, malheureusement on ne peut pas se démettre ainsi de nos relations;je veux cependant te dire qu'il ne faut pas te sentir "comme une merde" sous prétexte que tu penses au suicide. on ne choisit pas ses pensées;et on ne choisit certainement pas de penser à se buter h24. Alors essaies de ne pas te voir comme une immonde égoïste, surtout.
N'empêche que te concentrer sur tes liens avec ta famille (ou avec d'autres gens) peut aider.

Je te souhaite bon courage.

Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Jeu 13 Oct 2016 - 16:33

Dans ma tête oui, assez, dans les faits, c'était durant ce moi-ci, toutes les deux à moins d'une semaine d'écart...

Celle qui m'a amené aux urgences datent de plusieurs mois, peut-être 6, je ne sais plus trop...

Le suivi, bah déjà je n'en ai plus... j'ai tout arrêté parce que je n'étais plus suivie à l'hôpital de jour (deux mois maximum même si ça peut être reconduit) mais très franchement j'ai pas envie d'y retourner.

J'ai clairement pas envie non plus d'aller revoir la psychiatre et la psychologue qui me suivait avant à la fac pour diverses raisons...
Et je ne peux tout simplement pas aller voir ailleurs... donc l'une des dernières solutions seraient le cmp mais j'en garde un très mauvais souvenir et j'ai pas franchement le courage, l'envie d'aller prendre un rendez-vous...

De toute façon, je n'ai plus confiance aux personnels soignants de ma fac, non pas qu'ils étaient mauvais... mais, je sais pas, ça me fait mal au cul de devoir y retourner alors que j'ai décidé sur un coup de tête de tout arrêter sans prévenir personne...
ça m'énerve que personne ne se soit inquiété que je ne revienne pas... sachant que j'ai quand même fini une fois aux urgences et que je suis maintenant au courant que quand quelqu'un ne vient pas, ils appellent...

Bref...sachant aussi que je suivais un traitement à ce moment... Je sais pas... mais je laisserai pas quelqu'un se balader avec des médocs, sachant qu'elle risque potentiellement de se foutre en l'air, toute seule... je sais pas un peu de bon sens...

Au début, j'ai cru que c'était à cause du monde, je vais pas leur en vouloir, on est nombreux à l'université... m'enfin apparemment, ça pas à l'air d'être le fond du problème...

Donc, je ne sais absolument pas quoi faire de ma personne, et j'ai un peu peur, qu'un jour, je me dise, comme je me suis souvent dit "de toute façon j'ai rien à perdre" et de ressentir cette sensation de facilité, de simplicité... et finalement de pas avoir ce truc qui me fait "revenir à la réalité" et attendre la prochaine crise pour vouloir essayer de me foutre en l'air...

Et puis, si j'y retourne comme une fleur en mode "hey c'est moi, je vous ai planté comme une merde, je reviens parce que ça fait trois semaines que je pense à faire le saut de l'ange de ma jolie fenêtre..."

D'ailleurs, la seule raison qui m'a poussé à ne pas le faire c'est 1. je n'ai absolument pas envie de finir handicaper ou de juste me rater 2. des gens sont passés au moment même où je voulais me lancer du coup, ça m'a stoppé net...

Parce que pour le moment, ça me paraît gérable même si je sais que je gère pas...

En fait, j'arrive à gérer pendant quelques semaines, mois, et ça recommence...

Je fais toujours ça, dés que je relève un peu la tête, je me dis c'est bon, tout va bien... je renie toutes les conneries que j'ai pu faire, j'efface tout... et après ça remerde parce que ça marche pas comme ça mais j'arrive pas à m'en empêcher...

Revenir en haut Aller en bas
postblue

avatar

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Jeu 13 Oct 2016 - 21:48

"Et puis, si j'y retourne comme une fleur en mode "hey c'est moi, je vous ai planté comme une merde, je reviens parce que ça fait trois semaines que je pense à faire le saut de l'ange de ma jolie fenêtre..."
en même temps c'est leur boulot d'entendre ce genre de choses, tu peux le faire sans souci je pense.
Puis t'as pas à t'en vouloir de les avoir "planté". Un psy c'est pas un ami à qui tu dois une sorte de fidélité je pense, c'est des relations d'un autre ordre.
Quand bien même, ça n'est pas très important, tu serais légitime à faire ça.


"
Je fais toujours ça, dés que je relève un peu la tête, je me dis c'est bon, tout va bien... je renie toutes les conneries que j'ai pu faire, j'efface tout... et après ça remerde parce que ça marche pas comme ça mais j'arrive pas à m'en empêcher..."
Ouais, je suis exactement pareil.
Après faut que tu saches que ça veut pas dire que les moments où ça va, tu les vis dans une sorte de sursis. Je sais pas trop comment expliquer ça correctement, mais en gros, le sentiment que ça allait il a existé pour de bon, ça veut dire qu'il y a eut de l'avancement, et ça tu le perds jamais, franchement; personnellement je constate que sur des points où j'ai vraiment avancé, je ne retombe pas aussi bas (je retombe quand même, mais c'est franchement pas comparable). Je ne crois pas que ça se perde.
Bon après je te dis ça d'après mon expérience.

Bref, je te conseille de reprendre un suivi. J'ai connu des gens qui était sous traitement. Elles étaient très suicidaires donc il était effectivement hors de questions qu'elles gardent les médocs avec elle. Donc l'infirmière les gardaient, et elles venaient les chercher aux heures de prises / en cas de crises. C'était au lycée donc je sais pas si cet aménagement est possible en fac, mais tu peux peut-être y penser.

Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Ven 14 Oct 2016 - 22:22

"Reprendre un suivi" beaucoup de personnes me conseillent ça, même le psychiatre m'avait conseillé aussi... mais je sais pas y a un truc qui bloque... j'ai l'impression de pas/plus (?) avoir la force, l'envie, je sais pas trop de refaire des démarches, de redevoir m'expliquer, de redevoir prendre sur moi pour parler parce que ça me demande beaucoup d'effort et là je suis juste dans une phase où je veux me laisser couler tranquillement... parce que c'est reposant, parce que c'est facile, parce que ça change pas mes habitudes, parce que je sais plus trop...

Mon esprit est embrumé dans une espèce couche de tristesse, déprime, angoisses, stress...
J'avais repris l'équitation, histoire qu'au moins, une fois par semaine, je pense à autre chose. Pas à moi, que je me détache de mon corps, de mon esprit...

Mais apparemment, mon corps est pas d'accord... déjà je mange moins, perte d'appétit, perte de moral, pas envie de faire l'effort de manger... du coup, je me sens toute faiblarde, moi, qui était si musclée des jambes, je galère à me hisser sur le cheval...
D'abord parce que j'ai de moins en moins de force, puis bon, faut dire ça fait 4 ans que j'en ai pas fait... mais je le vois que c'est pas qu'à cause de ça, plus les semaines passent, plus je galère...
Plus le temps passe, plus je tremble quand je dois faire un effort tant physique que moral...
C'est comme si tout mon corps essayait de faire passer le message "hey oh ça va pas, bouge ton cul et arrête tes conneries"

Ma notion du temps est en train de se barrer, j'ai de moins en moins d'envies... même des trucs qui me plaisent...

et ça m'énerve parce que je veux... mais j'ai l'impression que c'est un miracle quand j'arrive à sortir de mon lit...

Je dors mal, genre, je me réveille toutes les heures, attendant patiemment que le réveil sonne pour ensuite mettre une heure à me lever...
Parce que j'attend que ça, que la journée commence, faire semblant et recommencer mon petit rituel du soir, que je ne peux même pas réellement faire vu que j'ai pas vraiment internet... Donc je suis coincée à tourner avec les mêmes vidéos, les mêmes bouquins, les mêmes pensées.
Ce qui ne doit pas aider non plus...

Je m'étais dit qu'en rentrant chez mes parents, j'allais filer chez le médecin généraliste histoire de lui demander quelles sont les possibilités pour m'aider... Mais je crois que j'ai paumé ma carte vitale, du coup, ça me gave encore plus, parce que ça veut dire un énième échec, des emmerdements administratifs, ma mère qui va encore m'engueuler "parce que franchement t'es pas soigneuse des tes affaires"*
Parce qu'en plus, il faut que je change de médecin traitent, parce que clairement je la hais, j'ai juste envie de lui foutre des baffes, de lui arracher la tête...
Parce que c'est sa faute, en partie, si je me suis détestais autant, que j'ai mis autant à assumer mon corps...

Elle me disait que je devais perdre du poids, faire plus attention, etc... Oui, j'étais un peu au-dessus mais non c'était clairement pas catastrophique. Genre, j'étais tout à fait normal mais elle a réussi à me foutre dans la tête que j'étais grosse et dégueulasse...
Déjà, que je supportais pas de voir mon corps se féminisait, qu'à chaque fois que j'allais la voir, recevoir les mêmes remarques... ça m'a pas aidé...
Je dirais pas que je l'assume plus qu'avant, je dirais que je me suis fait à l'idée que je devais vivre avec mais clairement ça me rend pas heureuse...
C'est pas temps qu'il soit mince, gros, je sais pas trop... j'aime juste pas avoir ce corps si féminin... trop féminin...

Qu'on m'appelle madame me vrille les tympans. Que les hommes me voient comme quelqu'un d'attirant me gêne et m'insupporte au plus haut point.

*Ouais bah t'as pas remarqué que depuis que j'en prend pas soin, ça va pas genre pas du tout... C'est pas comme si elle était déjà pas au courant pour mon AM et le traitement que je faisais semblant de suivre histoire de faire semblant que je me prenais en main...
Oui, j'aime beaucoup me mentir à moi-même..

En même temps, vu ma royale discrétion; j'étais dans ma chambre, porter des manches, ça tenait hyper chaud en été et je supporte pas la chaleur et évidemment mémoire de poisson rouge...donc, badaboum tsss spoiler : elle a tout vu...

Moment hyper gênant en mode "montre moi, 'regard pleins de pitié, regarde comme tu me fais souffrir parce que tu ne m'as rien dit...'" J'ai jamais été aussi froide, je me suis enfermée derrière un mur, j'ai tenu, "non, non, non je te montrerai pas, y a rien à montrer"

et du coup, j'ai encore menti, j'ai menti parce que je mens tous le temps "oh t'inquiète pas, ses jolie cicatrices datent d'il y a loooooooooooongtemps" (ouais -6mois à tout casser et encore)

Deux jours plus tard, elle me demandait si je prenais encore le traitement, belle lurette que je l'avais arrêté... vu que de toute façon, je faisais nawak avec, et que j'avais cette obsession de m'avaler toutes les boîtes d'un coup histoire d'être tranquille...
sur ça aussi je mentais à ma psychiatre, continuant de me faire prescrire les médocs, sans les prendre, au cas où je pensais...

Elle insistait aussi pour que je fasse des prises de sangs régulière, je les ai jamais faites, une fois à la rigueur, ça avait pas l'air de plus l'inquiéter que je ne lui montre jamais les résultats "mais ça serait bien quand même"... Comme si ça me faisait plaisir de devoir montrer mes bras régulièrement meurtries à une royale inconnue, de sentir mon bras s'engourdir à chaque prise de sang et surtout d'en aimer la sensation...

Bref; pleins d'autres trucs à dire mais je me sens trop fatiguée pour l'écrire, et puis, ça a l'air d'être un sacré roman donc je stop là...

ça n'a pas pour réel but d'avoir une réponse, vu que de toute façon, j'ai bien l'impression de tourner en rond et de déjà avoir les réponses... Il faut que je me bouge pour aller voir quelqu'un quitte à demander à être accompagné...

Du coup, si par miracle je trouve l'énergie pour aller redemander un suivi, je demanderais pour le traitement, je pense que ça doit être faisable vu que je m'étais fait soignée ma jolie plaie par les infirmières de mon université...

J'ai juste peur de faire flipper le médecin qui me voyait là-bas et qu'elle se décide à prendre une décision un peu plus radicale... remarque ça pourrait me faire du bien histoire que me décide vraiment une bonne fois pour toute à me bouger...

Désolé pour la longueur, j'avoue que même moi j'aurais actuellement eu la flemme de tout lire. Donc... eux félicitations pour ceux et celles qui sont arrivés jusqu'en bas ! Je posterais bientôt une photo parce que mine de rien j'en suis hyper fière king sunny farao
rendeer santa What a Face cherry queen jocolor geek afro flower

/!\:
 
Revenir en haut Aller en bas
postblue

avatar

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mar 18 Oct 2016 - 22:54

J'ai lu.

Une sacré conne cette médecin, dis donc.

j'ai pas grand chose à ajouter, tu connais effectivement les réponses.

tu sembles pas te mentir tant que ça, en fait t'as l'air d'être d'une assez grande honnêteté envers toi même.

Fais juste attention à ce qu'être exigente envers toi (ne pas se laisser couler etc) ne se transforme pas ou n'accentue pas ta haine envers toi même. j'sais que c'est facile à dire mais c'est important d'avoir au moins la distinction présente en tête.

J'te souhaite bon courage la miss
Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mar 15 Nov 2016 - 11:43

Bonjour, bonsoir,

Je reviens aux nouvelles, et je crois que j'ai aussi besoin de l'écrire... En ce moment, c'est pas la joie, am qui revient, idées suicidaires, crises d'angoisses, insomnies et pertes d'appétit...

J'ai une grosse semaine de boulot ce qui n'arrange pas mes angoisses...

Du coup, il y a une semaine, quand j'ai vu que ça commençait à pas aller, j'ai pris la décision de voir mon médecin malgré mon avis plutôt négatif à son propos et de lui demander ce que je peux faire, ce qu'on peut faire...

Parce que j'ai l'impression d'être prisonnière de mes pensées, et j'aimerais vivre un peu plus que ceux qu'elles me disent...
Revenir en haut Aller en bas
Amande

avatar

Nombre de messages : 14430
Age : 28
Localisation : Gaspésie Powaa
Date d'inscription : 27/10/2006

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mar 15 Nov 2016 - 13:27

Tu as bien fait de voir ton doc.


Une idée de pourquoi toutes ces idées reviennent maintenant?
Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Jeu 9 Fév 2017 - 20:54

Lettre d'oublis infinis :

Le temps passait, les fleurs au fil des ans tombaient, et tout autour de moi les choses devenaient flous. Je n'ai jamais vraiment su qui était cet être qui devant ce miroir me faisait face. Tant de temps passé ensemble sans que jamais je ne su qui tu étais.
Tu partais et revenais, parfois seul et blessé, parfois joyeux et accompagné mais quelque chose te suivait, nous suivait. Inlassablement, tous les jours, traînant péniblement sa carcasse noire et faiblarde.
Déjà par trois fois, tu as tenté de nous supprimer, déjà par trois fois ce fut un échec. Sans mentionner ses veines tentatives de hurler de l'aide, de crier de l'aide, de pleurer de l'aide, pour finalement sombrer.
Je ne sais quoi penser de toi, voilà 21 ans passé en ta compagnie, et à mon regard, tu es toujours un étranger. Tantôt froid, distant et sans émotions, tantôt remplis et débordant.
Empli de rage, de désespoir, de colère, de peur et d'angoisses, empli de vide, de rien, de néant.
Et de ton cœur des larmes coulaient, et de tes pauvres mortes joues perlaient des gouttes de sang.
Déjà pensée de maintes fois, disparaître, n'avoir jamais existé. Jamais nous nous quitterons, jamais nous serons séparés, jamais.
Cessons tout ces promesses, toutes ces paroles, tous ces blablas qui ne mènent nulle part. Je ne sais dire si je souffre, je ne sais exprimer mes mots, je ne sais vivre mes maux.
Tous les jours, je me levais, et tous les jours, en ma tête se répétait ces même maux : "je suis en vie".
Et, chaque nuit, l'espoir d'un rien, d'un néant absolu sans que bonheur ou souffrance n'existe, juste un soulagement de n'avoir rien à vivre, rien à espérer, rien à décevoir.
Et mon corps meurtri de tristesse, effrayé rien qu'au souvenir qu'on ne le touche, samedi, je souffrais, une douleur imperceptible me parcourait l'échine.
Pourquoi a t-il insistait, pourquoi m'a t-il obligeait, pourquoi toutes ces actions alors que tous mes êtres hurlaient "non, je ne veux pas, non, je t'en prie, je ne veux pas"
Ils me pensaient de leu meurtrir, de le détruire, de le massacrer pour son affront. Oui, je me servais de lui, oui, je le manipulais, oui, je ne ressentais rien pour lui.
Je mentais, comme chaque jours, faisant semblant de lui avouer des choses, tout calculer, tout prévoir, un jeu d'échec, il n'était qu'un pion.
Et je te voyais tomber, et je te voyais chaque jour chuter un peu plus. Délaissant travail, passion, tout...
Et je ne savais que faire pour t'aider, chaque matin, dans le miroir, tu me faisais face, me sondant comme on juge les inconnus. Me scrutant tel un chien effrayé au fond de son minable jardin. Cachant des monstres qui de toute part te regardait, t'encerclait, te cajolait et aspirait chaque parcelle de ton bonheur. Plus ta vision s'offrait à moi, plus tu m'étais un étranger.
Deux choses s'opposaient en moi, je savais que j'étais moi, et, mais j'étais un inconnu à moi-même.
Le sol est de nouveau tâché, je n'ai jamais vraiment cessait de nettoyer ce sol, elles sont juste redevenues visible. Le barrage est tombé, et je sombrais de plus en plus sans savoir que faire. Ma force me quittait, je n'étais plus que l'ombre de moi-même, coincé entre tous ces êtres qui m'empêchaient de vivre, de parler.
Je ne pouvais que tâcher ce sol déjà bien souillé.
Je dois me bouger, je dois agir, arrêter de me laisser faire, arrêter de les laisser contrôler ma vie. Mais si, je dirigeais ce corps, si je pouvais avoir une emprise dessus, si je cessais de les écouter, alors tout serait fini à jamais.
Comme chaque soir, j'oubliais mes pensées, mes états d'âmes, et je perdais le fil de mon texte. Je ne sais ce que j'attendais de cette chose, dans laquelle, un étranger j'étais déjà.
Peut-être une preuve, peut-être un objet pour me souvenir. Peut-être qu'un de mes êtres souhaitait vivre et garder espoir.
Je n'attendais rien, et je n'attend rien, je voulais juste coucher de brèves paroles, peut-être incohérente qui surement demain n'auront plus de sens.
Merci...


Mère,
Je me suis perdue
Et, personne ne s'en est rendue compte
Mère,
Je me suis perdue
Et, je ne sais
Si, un jour, je me retrouverais...
Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mar 28 Fév 2017 - 0:32

Dormir, rêver me permettait de souffler de toutes ses pensées suicidaires, ce n'est plus les cas. Ce soir, je suis un peu en état de choc, j'ai trop bien réussi mon coup ce soir.
Colère parce que je n'arrive plus à faire mes photos, stress de rater ma licence, peur de mourir, et je me suis engueulé avec ce type. Je sais pas si il a compris que je le manipulais mais je ne voulais pas, enfin une partie de moi. Je suis tellement paumée que je fais des trucs contradictoire.
Là, je suis un peu en panique par rapport à ça, je crois que je devrais aller voir les médecins de l'université demain histoire de soigner un peu mieux que ce que j'ai fait. J'ai pas la force de m'occuper de moi mais j'ai putain de peur de la réaction. Je ne veux pas y aller seule.
J'aimerais tant une pause pour souffler mais je peux pas, action action action.
J'aimerais vraiment une pause que mon cerveau arrête de me faire penser ces choses que je ne veux pas entendre. Non, je ne veux pas mourir alors arrête de me harceler. Pas maintenant, j'ai pas fini ce que je devais faire.
A cause de toi, je n'y arrive même plus. Obligé de me rabattre sur un ancien projet, je devrais le faire à la va vite demain.
La semaine prochaine, je pense prendre rendez-vous avec mon médecin généraliste ou un autre, faire quelque chose parce que j'en peux plus. Je suis à bout de force, je craque, j'en ai marre, je suis fatiguée...

J'aimerais bien avoir une personne à qui parler mais personne ne répond... enfin il y avait bien lui mais il voulait toujours appeler, j'aime pas, ça m'angoisse et il comprend tout de travers. J'ai l'impression qu'il se prend pour un preux chevalier qui va me sauver de mes problèmes parce que lui aussi a été dépressif. Génial, j'en ai rien à faire. Arrête de voir mes problèmes comme les tiens, je ne suis pas toi.
J'ai beau lui dire rien n'y fait du coup j'ai dit stop. On se blesse mutuellement, je voulais me préserver, ne pas me laisser dans une situation inconfortable quand je sais que je risque de passer à l'acte.
Mais il ne comprend pas même si je le dis, il croit que je le rejette, que je le prend pour un con, que je le traite comme de la merde...
Pourtant je fais des efforts, j'essaie de tempérer mes propos, de lui expliquer rien n'y fait. Selon lui c'est une phase, ça va passer. Ca m'énerve, ça me gave, juste ferme la.
Parce que lui aussi a connu ça, et il s'en est sorti seul, personne n'en a rien a foutre de ses problèmes. Pourtant je l'ai écouté, comme je le pouvais mais je l'ai fait... Mais je dis rien parce que ça sert à rien. A quoi bon, il ne voit qu'à travers ses yeux et n'envisage pas mes difficultés.
Je serais une feignante, une flemmarde, question de volonté, j'ai juste à me bouger et à grandir... Alors pourquoi j'y arrive pas ? Je reste parfois coincé dans le noir pendant des jours sans manger incapable de faire quoi que ce soit. Il me faut des heures pour réussir à sortir, à essayer de me motiver.
J'arrête, elle me fait trop mal...
Revenir en haut Aller en bas
postblue

avatar

Nombre de messages : 505
Date d'inscription : 27/12/2013

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mar 28 Fév 2017 - 19:30

Demande de l'aide pour ta plaie. OSEF la honte. Sérieux.


Pourquoi attendre la semaine pro pour prendre un rdv?


"Je serais une feignante, une flemmarde, question de volonté, j'ai juste à me bouger et à grandir... Alors pourquoi j'y arrive pas ? "
... Parce que ce n'est ni une question de volonté, ni de force.
Point barre.

On ne choisit pas ses émotions. Jamais.
Mais on peut apprendre à vivre avec, à les gérer, à les atténuer etc.
Mais c'est pas en balayant tout d'un revers de main en mode "balécouille je n'ai pas de problèmes et je vais m'en sortir toute seule tralala" que ça va passer, ça c'est sur. Donc ton interlocuteur ne semble pas piger grand chose au pb.
Revenir en haut Aller en bas
Lilith 2.0

avatar

Nombre de messages : 24
Age : 23
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mar 28 Fév 2017 - 23:12

Même question que postblue, pourquoi attendre pour prendre rdv ?

Par rapport à ta plaie, si tu ne te sens pas de t'en occuper toi-même, va voir un médecin, une infirmière ou whatever demain.
Si trop honte ou que tu n'oses pas, tu peux toujours m'envoyer une photo et je veux bien essayer de t'aider à distance à en prendre soin histoire que ça devienne pas trop la merde. Mais comme tu dis que tu te sens pas de le faire toi-même, si c'est possible, va voir quelqu'un.
Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mer 1 Mar 2017 - 20:42

Pas le temps avec les cours, le permis, réviser pour les cours, trouver un stage. Je me concentre sur ça en premier et je m'occupe de ça dès demain.
Il y a aussi que je veux mais j'ai pas le courage, et j'appréhende aussi d'aller voir mon médecin généraliste mais en même temps, j'ai pas la force d'en chercher un autre.
Et même si ils sont sympas à la fac, je préfère chercher ailleurs, vu que de toute façon il n'y a qu'un psychiatre - que je n'apprécie pas - et les rendez-vous sont trop long avec les psychologues...
J'espère ne pas me défiler, et réussir à dire ce que je veux dire... Du coup j'essaie de faire des listes de mots, histoire de ne pas perdre le fil et c'est ça qui me prend du temps vu que mon avis sur ça change tous les jours... C'est compliqué ou je me prend trop la tête, sûrement...
Comme je n'y arrive pas par l'écrit enfin si mais que sous forme d'histoires, est-ce que ça marcherait ou ça risque de faire trop narratif ?
Je pensais au dessin aussi vu que de toute façon les mots ne veulent pas sortir de ma bouche...

C'est bien ce que je me disais et ça m'a d'autant déçue, je pensais pouvoir parler de tout ça sans tomber sur des phrases bateaux qui ne veulent pas dire grand chose et qui n'aide en rien...
Mais il faut croire qu'il n'est pas prêt à m'écouter, selon lui je le traiterai pire que comme de la merde, autre débat, autre problème, je préfère lui donner raison plutôt que de ma fatiguer à expliquer. Pas l'énergie, pas l'envie, pas le courage...

J'ai l'impression qu'il prend mes problèmes et qu'il les compare aux siens. Oui, je conçois que tu en ais eu et que tu as réussi à t'en sortir "parce que tu en as eu envie" mais moi ça marche pas comme ça. Si je dis ça, il me sort "oh arrête..." du coup, je n'ai rien à répondre... soit je m'énerve, soit je ne dis rien... Dans les deux cas, c'est ma faute, je le rejette ou le traite comme de la merde...


Si je demande des explications, voir si je comprend mal, ce qui est possible vu que j'ai tendance à tout prendre contre moi, et à vite me faire des idées, mais il se braque... Donc... bah merde quoi x)

Sinon bonne nouvelle, j'ai enfin trouvé ce stage à la con (qui d'ailleurs ne sera plus obligatoire l'an prochain, merci beaucoup c'est sympa...). C'est déjà un peu de stress en moins !
Revenir en haut Aller en bas
Hunlrik

avatar

Nombre de messages : 145
Age : 21
Date d'inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Mer 8 Mar 2017 - 16:12

Je passe par là juste pour dire, que j'ai eu mon permis, que je suis hyper contente, voir un peu euphorique !
Petite phase où tout va bien, j'ai trouvé mon stage, j'ai mon permis.
Joie joie joie ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Brise-patte

avatar

Nombre de messages : 5088
Age : 20
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   Sam 11 Mar 2017 - 10:39

HEY hey hey ! Very Happy Félicitation, I know your feeling o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Y a t-il quelque chose à dire ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Y a t-il quelque chose à dire ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Oral rapide veut il dire quelque chose ???
» [FORUM] Tiens, au fait, il nous manque quelque chose, non?
» Jouer de quelque chose
» « Si tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi »
» Quelque chose serait en route vers la terre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: