Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sertraline : la posologie dont vous êtes le héros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vanish



Nombre de messages : 581
Age : 30
Date d'inscription : 11/09/2014

MessageSujet: Sertraline : la posologie dont vous êtes le héros   Ven 16 Sep 2016 - 19:26

Petit problème de nature assez originale.

Pour resituer le contexte, le 29 mars dernier j'ai pété les plombs et ai préféré me diriger vers les urgences psys avant de faire de la merde pour cause de "j'en peux plus de ma vie". J'y suis resté pas bien longtemps parce que ça m'a vite saoulé et j'ai été balloté un temps entre divers psys qui se renvoyaient la balle. Finalement fixé avec une psychologue spécialisée dans la thérapie post-burn-out, j'ai eu le bon goût de lui laisser entendre une de mes litanies suicidaires, et là la nana s'est sentie plutôt dépassée parce que ça sortait de son champ de compétences et qu'en tant que psychologue, elle pouvait rien me prescrire le temps que ça se tasse.

J'ai donc fait un replay de ma litanie vaguement suicidaire auprès de mon médecin généraliste qui m'a mis sous sertraline 100 mg.

J'ai commencé à 50 mg le temps de m'y habituer, j'ai plutôt dégusté (nausée permanente, chiasse carabinée, pas défoncé à proprement parler mais vraiment complètement à l'ouest / à côté de la plaque, mais difficile de dire si c'est bien le traitement qui est à mettre en cause à ce niveau). La seconde semaine, je suis passé à 100 mg comme il me l'avait demandé, les effets secondaires ont été renchéris de vertiges.

J'ai néanmoins laissé sa chance au traitement et ai fini par m'y accoutumer.
Les effets secondaires les plus incommodants (nausée, vertiges), je n'y ai plus droit. J'ai juste un transit un peu dégommé mais bon je peux vivre avec ça, et depuis deux semaines un problème d'anorgasmie, mais on va dire que ça me déprime plus par principe qu'autre chose car ma vie sexuelle n'est pas débordante pour ne pas dire carrément réduite à néant de toute façon.

Je suis resté sous 100 mg et ai tenu l'été avec une boîte de 100 comprimés, mais approchant de la fin, j'ai du retourner faire le point avec mon médecin.  

J'ai la sensation que le traitement m'a effectivement aidé à moyen terme, et m'aide encore à garder une expression neutre et à gérer le contrecoup de retour de vacances, que j'imagine plus apocalyptique si j'étais en roue libre sans ça. Paradoxalement, je me sens muselé par la chimie, et capable de me sentir suicidaire avec un bête sourire sur la face, enfin le feeling d'être triste et de bonne humeur en même temps. C'est assez dur à expliquer ou à écrire, c'est nouveau pour moi en tout cas.

Je me pose donc la question de diminuer la dose, de quand ce traitement doit être arrêté, s'il doit au contraire être poursuivi sur un plus long terme.
J'ai posé ces questions au médecin qui m'a prescrit ledit traitement, et la discussion suivante a été relativement surréaliste... En gros il me laisse juger et il me donne carte blanche. Euh wait, what.

Dans la discussion, il m'a dit que c'était super que j'aie passé l'été ailleurs, que ça se voyait que j'allais mieux que quand je suis venu le voir la dernière fois, mais j'ai juste l'impression d'être une façade et de l'avoir berné sans spécialement le chercher par intérêt ou calcul, juste par habitude de pas trop m'étaler sur mes états d'âme avant qu'ils soient rendus à un état relativement critique.

Il m'a dit que la question était judicieuse parce que les traitements devaient être envisagés comme des béquilles et non des fins en soi (ok, on est d'accord) mais que c'était super dur à évaluer dans mon cas parce qu'il ne sait pas dire si le traitement ou le contexte estival ont été les seuls motifs du "ça va mieux" de façade. Et m'a expliqué que le traitement fait effet à long terme et que donc si je l'arrête, je resterai assez high en sérotonine un temps mais qu'un mois et demi après, je risque d'en faire les frais + 2 semaines de rigueur à essayer de me maîtriser sans succès avant de revenir la queue entre les jambes lui en redemander.

Mais il m'a dit que ça valait le coup d'essayer de diminuer, et m'a parlé de plusieurs possibilités, genre ne pas en prendre 2 j / semaine, ou en prendre 50 mg au lieu de 100 plusieurs fois par semaine... mais en ne me donnant proprement aucune directive, genre "décide toi, c'est pas mon problème".

Moi je suis pas médecin, je sais pas quoi faire avec ça... En attendant je reste à 100 mg par jour, j'aimerais diminuer à terme mais dans la mesure du possible éviter de me taper un effet rebond ou des effets secondaires similaires au début du traitement que je crains si j'arrête X jour(s) par semaine.

Quelqu'un ici a déjà freiné ce genre de traitement de façon progressive ? Comment ça se passe ?

A part demander un avis à un autre médecin, je peux faire quoi pour trouver la posologie ? Un pharmacien serait-il à même de m'aider à situer ce qu'il est judicieux de faire (je n'appréhende pas le médecin, mais bon je passe ces derniers temps la moitié de mon temps libre dans des salles d'attente, et n'étant pas d'un naturel patient, ça a un peu tendance à me donner une sensation d'overdose actuellement).

Merci d'avance, bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Gbrl



Nombre de messages : 1003
Age : 26
Localisation : Dans un sous-sol pas de fenêtres
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: Re: Sertraline : la posologie dont vous êtes le héros   Sam 17 Sep 2016 - 2:16

J'en ai pris à plusieurs reprises, parfois en arrêtant très doucement, d'autres fois en arrêtant du jour au lendemain. Il est tout de même facile à sevrer comparé à d'autres.

Tout dépend de ton objectif. Veux-tu l'arrêter complètement ou redescendre la dose à 50mg?

Les styles de sevrages dépendent de chaque personnes. Certains y vont en alternant 50mg/100mg, d'autres vont descedre à 75mg, d'autre directement à 50mg.

Si tu as un bon contact avec ton pharmacien, tu peux toujours lui demander. Il est supposé être le spécialiste des médicaments.
Revenir en haut Aller en bas
Vanish



Nombre de messages : 581
Age : 30
Date d'inscription : 11/09/2014

MessageSujet: Re: Sertraline : la posologie dont vous êtes le héros   Lun 19 Sep 2016 - 19:26

Merci pour ta réponse Gbrl.

Je vois que le sevrage est moins violent que ce que je croyais, j'avais essentiellement peur de me retaper les effets secondaires du début si je commençais à jouer sur les doses, mais j'ai l'impression après recherche que l'effet est bien long à redescendre donc ça devrait se gérer en mode "auto-régulation" et pas en mode "dents de scie" pour assimiler le traitement.

Je vais voir avec mon pharmacien, du coup, il est plutôt sympa et je suis pas le moins complexé du monde à lui demander ouvertement même s'il y a du monde, il m'a déjà vu débarquer au bout de ma vie chez lui donc je suis plus à ça près.
Revenir en haut Aller en bas
Ide



Nombre de messages : 406
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Sertraline : la posologie dont vous êtes le héros   Ven 23 Sep 2016 - 16:49

Pas sûre de pouvoir t'aider, je suis juste surprise d'entendre parler de cette histoire de supprimer l'AD deux jours par semaine, aucun de mes médecins ne m'en avaient parlé lorsque j'ai commencé mon propre sevrage de Sertraline mais peut-être que ça se fait. Ce qu'on m'a proposé, c'est de diminuer de dix mg pendant deux mois (si je me souviens bien) ou bien de cinq mg pendant six semaines comme je parlais d'avoir envie d'y aller aussi doucement que possible (j'étais à 50 mg). Du coup, je suis restée à 45 mg pendant 6 semaines comme prévu et ensuite j'ai rallongé la durée de ma propre initiative avec l'accord du médecin comme j'avais l'impression de sentir encore quelques effets secondaires très légers, finalement j'y suis restée pendant 12 semaines avant de passer à 40 mg, pour le moment tout se passe bien. Mais en tout cas, on ne m'a jamais dit de choisir moi-même ma dose, même s'il y a toujours eu l'aspect d'être à l'écoute de mon corps et mes envies etc.
Bref, je n'avais jamais entendu dire qu'on diminue brusquement le traitement de 25 mg ou plus mais peut-être que c'est différent quand on part d'une plus forte dose...
Revenir en haut Aller en bas
Vanish



Nombre de messages : 581
Age : 30
Date d'inscription : 11/09/2014

MessageSujet: Re: Sertraline : la posologie dont vous êtes le héros   Ven 23 Sep 2016 - 22:23

De ce que le médecin m'a dit, le médicament met autant de temps à désagir qu'à agir... C'est à dire que tu ne te tapes pas une chute franche de sérotonine à la minute mais que tu en ressens (ou pas, après tout) l'effet 1 mois et demi après grosso modo.

Mon pharmacien est effectivement arrivé au même truc de "sevrer en mode "équilibré" en prenant 50 au lieu de 100 une fois par semaine, puis deux, etc, jusqu'à un constant 50. Et après la même chose de 50 à 25, ou à 0 à envisager, mais je n'en suis pas encore là.

Concrètement Ide je sais pas trop comment tu fais du dosage aussi précis, moi j'ai des comprimés sécables en deux, donc à part faire du 100 ou du 50 en dosage j'ai pas beaucoup d'alternatives. J'imagine qu'avec des comprimés de 50 y'a moyen de faire des demis en mode 25... j'imagine que progressivement ça se fait.

Le pharmacien m'a dit que le seul risque était un effet rebond mais qu'en termes d'effets secondaires éprouvés au début du traitement, y'avait pas à s'inquiéter.

Et au passage, j'ai adoré expliquer ça dans une pharmacie de 3 m² crowded comme Rio pendant la coupe du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Ide



Nombre de messages : 406
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Sertraline : la posologie dont vous êtes le héros   Ven 23 Sep 2016 - 23:43

Je ne coupe pas les comprimés, mon médecin me donne une prescription pour des gélules de x g et je les fais préparer en pharmacie...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sertraline : la posologie dont vous êtes le héros   Aujourd'hui à 13:26

Revenir en haut Aller en bas
 
Sertraline : la posologie dont vous êtes le héros
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Aubin Evêque d'Angers et commentaire du jour "La mesure dont vous vous servez pour les..."
» Saint Louis de Gonzague et commentaire du jour "La mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous"
» Roman de chevalerie : Ecrire un livre dont vous êtes le héros
» « La mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous »
» ''Faites attention à la manière dont vous écoutez''

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Divers-
Sauter vers: