Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 J'aimerais m'en sortir mais...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chu'



Nombre de messages : 12
Age : 16
Date d'inscription : 27/07/2015

MessageSujet: J'aimerais m'en sortir mais...   Ven 8 Juil 2016 - 3:54

Tout d'abord, bonjour ou bonsoir tout le monde, selon quand vous passez par ici
(Ce qui suit sera un total racontage de ma life. Désolée, pas passionnant.)

Je me suis inscrite sur le forum il y a quoi... 1 an, je dirais. Bon, concrètement, j'ai pas été un "membre actif" longtemps du tout. Je sais pas, je pars souvent du principe que quand on a rien d’intéressant à dire on ferme sa gueule et j'ai plutôt tendance à me sentir inutile, surtout dans mes phases de déprimes et donc à préférer me taire en me disant que le contraire servirait à rien, en gros, c'est ça. Malgré tout, je passais régulièrement lire les nouveaux topics en touriste.

Du coup, faudrait peut-être que je repasse par la case présentation ? Ou alors je le fais directement ici ?

En tout cas... sans grande surprise, si je suis ici, c'est que ma vie n'est pas faite que d'arc-en-ciels et de licornes qui crachent des papillons on va dire.

Je sais pas quoi faire de moi en fait. Ça fait un moment que je fonctionne un peu comme ça mais ça c'est vraiment beaucoup exacerbé cette année. J'alterne les périodes où ça va, et celles où ça va pas du tout.

Je m'explique, on va dire que j'ai des phases qui durent entre quelques semaines et quelques mois où je pleure sans arrêt (ou j'arrive même plus à pleurer par moments en fait aussi), à me couper sans restrictions (seul truc qui arrive à me soulager un tant soit peu, mais comme à peu près tout le monde ici le sait je pense, pas forcément la solution idéale...), à consommer des trucs qui me font penser à autre chose (ça passe de la simple clope, que j'aime car elle me donne l'impression de vraiment me bousiller de l'intérieur, en passant par "les cigarettes qui font rire" et allant jusqu'à avaler des boites de médocs histoire de planer un moment) et à adopter des conduites alimentaires un peu extrêmes dans un sens comme dans l'autre.

Et puis ça passe. Parfois sans même vraiment de raison, ça va mieux. En un sens, je redécouvre la vie, et comme ça peut être beau de pas se prendre la tête toute seule. J'irais pas jusqu'à dire que c'est le paradis des bisounours hein mais c'est pas si mal quoi, c'est beaucoup moins prise de tête et je peux dire que ça va sans avoir l'impression de balancer un gros mensonge à mon entourage. Le truc, c'est que ça dure jamais vraiment. Soit une merde me tombe sur la gueule et je recommence à merder, soit sans que ça ait apparemment de raison de se reproduire, progressivement, je reprends mes mauvaises habitudes et c'est reparti pour un tour. Et je sais vraiment pas comment endiguer le truc, c'est vraiment comme si c'était plus fort que moi, comme si le fait d'être triste, déprimée et de broyer du noir faisait tout simplement parti de ma personnalité et qu'il y avait rien à faire.

J'aimerais m'en sortir mais je sais pas comment faire.

C'est pas des choses dont je me verrais parler avec des amis. Pourtant, je suis bien entourée mais j'ai pas envie de les emmerder avec mes problèmes à la con, ils ont déjà assez à faire avec leur vie à eux. Et puis je veux pas les inquiéter inutilement, je l'ai déjà assez fait je pense.

Un spécialiste, genre psy ? Pas possible. Je suis mineure alors il faudrait que je passe par le biais de mes parents. Je veux pas les emmerder, et puis sincèrement, ils en auraient pas grand chose à foutre. Ils ont leurs problèmes à eux et préfèrent fermer les yeux sur le reste. Ils ne sont au courant d'absolument rien de tout ça. Et puis même... une partie de moi sait bien qu'une amélioration ne peut venir que de moi et que c'est pas un type qui va me demander de parler pour décrypter comment c'est dans mon cerveau ou me gaver de médicaments s'il juge que c'est nécessaire qui va arranger les choses...

Le truc aussi, c'est que même si j'en ai assez d'être ce que je suis, je crois qu'il y a une part de moi qui se complaît là-dedans. C'est assez étrange mais sans l'AM et de façon plus générale, la déprime, j'ai l'impression de plus être moi, ou de plus être complète du moins, comme si c'était devenu une partie de moi dont j'ai carrément trop peur de me défaire... Même si objectivement ça me pourrit la vie, c'est au travers de ça que je vis. Et quand je suis en mode "wouhou la vie c'est cool, tout le monde il est beau tout le monde il est gentil", je me sens.. je sais pas, nostalgique ? Triste, je me sens comme une vraie merde, mais j'ai l'impression d'être à ma place et que les choses sont comme elles doivent être au moins...

J'aimerais m'en sortir mais je peux pas, j'ai pas la force. Je peux pas me battre contre moi-même, c'est ça le truc. En ce moment... ça peut aller on va dire. J'ai connu mieux, j'ai connu pire. Je suis pas dans une période particulièrement agréable mais j'ai pas trop trop envie de me foutre en l'air alors c'est pas si dramatique je crois. Je suis juste un peu las des choses, je suis assez tentée de faire de la merde mais j'arrive à me retenir à peu près. Le truc c'est que les grandes vacances, c'est une bonne chose car ça veut dire que j'ai plus à subir les cours, ce qui me ravi... Mais veut aussi dire une grande solitude... alors je sais pas trop comment ça va évoluer. Et ça me fait peur. J'ai réussi à aligner un peu plus d'un mois sans me couper, ce qui chez moi est déjà pas si mal mais c'est en compensant avec le reste et je sais pas combien de temps ça va durer, c'est comme devoir lutter en permanence, je me sens épuisée.

Si vous vous demandez ce que j'attends en postant ça, je sais même pas vraiment moi-même, j'avais juste envie, ou besoin, je sais pas trop, de le faire. Je sais pas si ça appelle une réponse ou non.. Juste eu envie de m'exprimer un peu, pet-être de trouver ici des gens qui comprennent tout ça.

M'enfin bref, je pense que c'est assez d’états d'âme pour ce soir, bientôt 4 heures du mat', peut-être temps d'aller dormir Rolling Eyes Je pense revenir par ici plus souvent et être un peu plus présente prochainement, bonne journée/soirée/nuit à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Break & the legs



Nombre de messages : 4945
Age : 20
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: J'aimerais m'en sortir mais...   Sam 9 Juil 2016 - 22:45

Salut! Smile


Déjà, tu peux au minimum te féliciter d'arriver à te gérer assez pour ne pas faire de la merde et prendre un certain recule non dé niable par rapport à toi même. Vraiment, c'est pas simple.

Je suis un peu pompette et fatiguée donc je vais essayé de te répondre de manière constructive point pas point, pour aller au plus simple:
Citation :

Je me suis inscrite sur le forum il y a quoi... 1 an, je dirais. Bon, concrètement, j'ai pas été un "membre actif" longtemps du tout. Je sais pas, je pars souvent du principe que quand on a rien d’intéressant à dire on ferme sa gueule et j'ai plutôt tendance à me sentir inutile, surtout dans mes phases de déprimes et donc à préférer me taire en me disant que le contraire servirait à rien, en gros, c'est ça. Malgré tout, je passais régulièrement lire les nouveaux topics en touriste.
Se sentir inutile dans ces propos quand on est en phase de déprime... oui, ça s'appelle aussi faite ce que je dis et pas ce que je fais et pour le coup ton paragraphe me parle pas mal, d'ailleurs je dis souvent pour mon compte que c'est l'hopitale qui se fout de la charité par rapport à ça. Mais ça n'empêche pas.
Essayer des fois de répondre à d'autres, des pavés (ou pas) construit peut te permettre à toi aussi d'avancer. La situation de demandeur d'aide comme de donneur peut être constructive pour toi même. Et aussi au niveau de ta relation avec les autres membres du forum. Pouvoir partager des points communs, même de situations problématiques peut parfois aider à apprendre à la gérer et les passer à la longue.
Du coup, le plusoirais ma réponse en faveur de la réponse à l'autre sur ce forum.
Ce que tu as à dire, tiré de tes réflexions et/ou expériences peut toujours apporter et le fait de coucher tout ceci par écrit donne un sens plus construit pour toi même.
Bref, tout ça pour dire que cale peut aussi être bénéfique pour toi de te lancer pour répondre aux autres sujets. Rien que pour la confiance en soit, aussi.

Citation :

Je m'explique, on va dire que j'ai des phases qui durent entre quelques semaines et quelques mois où je pleure sans arrêt (ou j'arrive même plus à pleurer par moments en fait aussi), à me couper sans restrictions (seul truc qui arrive à me soulager un tant soit peu, mais comme à peu près tout le monde ici le sait je pense, pas forcément la solution idéale...)
Je t'avouerais que c'est toujours mieux que de se buter ou de se droguer. Alors, je vais parler en mon nom : pour moi, c'est pas la solution idéal mais c'est clairement la moins craignos... Je me suis plus ou moins astreinte à reprendre d'ailleurs dernièrement, alors que j'avais arrêtée depuis plus de deux ans.
Chaque personne a un rapport différent à l'am et l'am occupe un place plus ou moins "dramatique" que par le regard qu'on lui porte. Pour peut que notre regard dessus soit plus ou moins décomplexé et loin de toute culpabilisation, le problème prend alors des degré variations d'importance dans l'échelle de la relativité assez grand selon les individus.

Citation :

à consommer des trucs qui me font penser à autre chose (ça passe de la simple clope, que j'aime car elle me donne l'impression de vraiment me bousiller de l'intérieur, en passant par "les cigarettes qui font rire" et allant jusqu'à avaler des boites de médocs histoire de planer un moment) et à adopter des conduites alimentaires un peu extrêmes dans un sens comme dans l'autre.
Parlons franchement, de l'herbe ou autre.

Les conduites alimentaires, je ne vais pas m'étendre dessus mais pour faire simple : reprend l'am. Vraiment, c'est plus sain et plus facile de s'en sortir quitte à choisir.
Citation :

Et je sais vraiment pas comment endiguer le truc, c'est vraiment comme si c'était plus fort que moi, comme si le fait d'être triste, déprimée et de broyer du noir faisait tout simplement parti de ma personnalité et qu'il y avait rien à faire.
t'as déjà parlé de ça à un professionnel de la santé?

Citation :
J'aimerais m'en sortir mais je sais pas comment faire.
--> le forum est dédié à sa, félicitation. Même s'il n'existe pas de réponse magique, tu vas pouvoir trouver pas mal de piste ici.
Citation :

Et puis je veux pas les inquiéter inutilement, je l'ai déjà assez fait je pense.
Oui c'et vrai qu'il seront moins inquiété par ta mort ou tentative de suicide que si tu leur parlais des fois de tes coups de blues (même si c'est pas facile, que ça dépend du contexte et de la personne etc etc. Je suis un peu trash et sans filtre dans mes props, j'espère que tu aura saisi l'idée (et l'ironie aussi)).

Citation :

Un spécialiste, genre psy ? Pas possible. Je suis mineure alors il faudrait que je passe par le biais de mes parents
La maison de l'ado ou la maison verte. Pour ma part je suis passée par la maison de l'ado vers mes 16 ans, ça m'a été très bénéfique, gratuit, plus ou moins anonyme (pas besoin de donner des info trop personnel pour l'inscription, par exemple). Je recommande +++ pour toute personne encore mineur. Et tu me semblerais bien en avoir besoin.

Citation :

une partie de moi sait bien qu'une amélioration ne peut venir que de moi et que c'est pas un type qui va me demander de parler pour décrypter comment c'est dans mon cerveau ou me gaver de médicaments s'il juge que c'est nécessaire qui va arranger les choses...
Faux faut faux, idées reçus et cliché.
Bon, un psy ne te """bourrera pas de médoc""". Déjà les Anti dépresseur chez les ado c'est pas très courant, et le cliché comme quoi ça te légumise... bon, faut pas pousser non pus hien ^^ t'as une baisse d'activité, ok, mais les facteurs sont plus compliqués que le simple contre coup de l'AD (anti dépresseur). Au pire des cas, sache que ce qui te rend le plus "con" au terme d'activité de cerveau, c'est juste la dépression, pas les médocs.

Ensuite, on ne s'en sort pas "tout seul". De la même manière qu'on à pas grandit et appris "seul" (ce qui est même physiquement impossible), on n'en sort pas forcément "seul".
Oui, une grosse partie du travail, c'est toi qui va la faire. Personne n'aura de baguette magique pour toi, pas même un psy. Pourtant ça n'empêche pas que comme sur ce forum, tu aura des écho, des réponses qui peuvent t'aider à avancer. Et c'est vraiment très important d'avoir un avis extérieur. Particulièrement d'un professionnel comme un psy, par exemple.
Tu as besoin de savoir comment marche (en partie) ton cerveau pour comprendre pourquoi tu rentre dans ces schémas de déprime que tu expliques, pour pouvoir les contrer. C'est assez inévitables même.
Revenir en haut Aller en bas
Chu'



Nombre de messages : 12
Age : 16
Date d'inscription : 27/07/2015

MessageSujet: Re: J'aimerais m'en sortir mais...   Dim 10 Juil 2016 - 17:12

Salut !

Tout d'abord, merci beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre... ça peut paraître con à dire mais ça me touche alors walawala.. puis ça me fait quand même pas mal réfléchir, surtout.

Du coup, le plusoirais ma réponse en faveur de la réponse à l'autre sur ce forum. a écrit:

Là dessus j'ai pas grand chose à dire, à part que... ouais, c'est pas faux ma foi

Après, par rapport à l'am... J'ai tendance à me dire que c'est vraiment le plus problématique comme ça laisse des marques vraiment plus visibles. Non, c'est pas le raisonnement le plus intelligent qui soit, j'en conviens, mais disons que pour ce qui est d'être défoncé ou des conduites alimentaires (à partir du moment où ces problèmes sont pas poussés à l'extrême bien sûr), ça se voit pas pareil et ça laisse pas de marques. L'am, même si c'est un truc que t'as techniquement arrêté, tu vas plus ou moins tout le temps l'avoir devant les yeux. Le matin, toute ta vie tu vas te réveiller et dès que tu vas jeter un coup d’œil à tes bras, tu vas te retrouver les yeux sur les marques que ça a laissé.
Puis on va dire que dans la tête d'un bon nombre de gens, si tu t'am t'es tout simplement complètement cinglé... personnellement j'en arrive à me poser la question des fois au final

t'as déjà parlé de ça à un professionnel de la santé? a écrit:

Absolument pas. J'ai jamais vu de psys ou comme ça et j'ai tellement peur que mon généraliste voit pour l'am et tout ça et en parle à mes parents (c'est peut-être de la parano, m'enfin) que je m'imaginerais absolument pas en parler. L'idée qu'un de mes parents soit au courant de ça, c'est un peu mon pire cauchemar.

Oui c'et vrai qu'il seront moins inquiété par ta mort ou tentative de suicide que si tu leur parlais des fois de tes coups de blues (même si c'est pas facile, que ça dépend du contexte et de la personne etc etc. Je suis un peu trash et sans filtre dans mes props, j'espère que tu aura saisi l'idée (et l'ironie aussi)). a écrit:

Forcément, présenté comme ça, ça parait absurde. Mais dans les faits, je suis trop.. pudique ? Pour en parler comme je le fais là à des gens que je connais "en vrai", quand j'ai la personne en face de moi. En toute honnêteté, s'ouvrir comme ça sur un forum, ça me fait déjà vraiment très bizarre, c'est pas trop trop dans mes habitudes normalement.. Je suis pas très douée quand il s'agit de s'exprimer sur soi-même on va dire

La maison de l'ado ou la maison verte. a écrit:

Si j'arrivais à avoir le courage de me bouger et d'y aller... je pense pas que je pourrais tellement sur le plan technique. J'habite dans un trou pas mal paumé et si je veux me rendre en ville, je suis tributaire de ma mère alors bon Mad

Après, pour les AD, c'est vrai que je suis vraiment pas objective et que j'y connais pas grand chose ^^'

on ne s'en sort pas "tout seul". a écrit:

C'est peut-être ça le truc après tout... j'y arrive plus toute seule alors j'imagine que c'est pour ça que je suis là
Revenir en haut Aller en bas
Ide



Nombre de messages : 406
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: J'aimerais m'en sortir mais...   Dim 10 Juil 2016 - 19:21

Chu' a écrit:
Absolument pas. J'ai jamais vu de psys ou comme ça et j'ai tellement peur que mon généraliste voit pour l'am et tout ça et en parle à mes parents (c'est peut-être de la parano, m'enfin) que je m'imaginerais absolument pas en parler. L'idée qu'un de mes parents soit au courant de ça, c'est un peu mon pire cauchemar.

Après il arrive souvent que la réaction des proches se révèle très différente de ce qu'on avait imaginé. Bon c'est quand même une constante que peu de gens comprennent l'AM et ses raisons et du coup c'est normal de craindre leur réaction. Mais tu peux te dire que le scénario que tu te fais dans ta tête n'a peut-être rien à voir avec ce qui se passerait en vrai si ça peut t'aider à en parler à ton généraliste ou un autre (qui de toute façon est tenu au secret professionnel il me semble aussi longtemps que tu ne te mets pas en danger, si je ne dis pas de conneries).

Chu' a écrit:
Forcément, présenté comme ça, ça parait absurde. Mais dans les faits, je suis trop.. pudique ? Pour en parler comme je le fais là à des gens que je connais "en vrai", quand j'ai la personne en face de moi. En toute honnêteté, s'ouvrir comme ça sur un forum, ça me fait déjà vraiment très bizarre, c'est pas trop trop dans mes habitudes normalement.. Je suis pas très douée quand il s'agit de s'exprimer sur soi-même on va dire

Leur envoyer un message écrit (mail, lettre) c'est envisageable ?

Ça me parle aussi sinon ce que vous dites à propos de la difficulté d'aider les autres, je suis exactement dans le même cas, c'est probablement le cas pour plein de membres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'aimerais m'en sortir mais...   Aujourd'hui à 11:43

Revenir en haut Aller en bas
 
J'aimerais m'en sortir mais...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est plus grave que ce qu'on vous dit... Mais on peut s'en sortir !
» J'aimerais tant te parler
» Je ne veux plus sortir
» je veux sortir du pêcher
» farine de riz, oui mais j'en fais quoi???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: