Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lux'

avatar

Nombre de messages : 111
Age : 23
Date d'inscription : 28/12/2015

MessageSujet: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   Ven 6 Mai 2016 - 10:53

Bonjour,

je voudrais avoir votre avis sur une situation qui concerne mon père.
C'est quelqu'un qui à connu la drogue assez jeune, vers la vingtaine ou avant je ne sais pas trop et je crois qu'il à touché à pas mal de drogues. Aujourd'hui il à la cinquantaine bien tassée.
Je l'ai toujours vu fumé du cannabis ou le shit comme on l'appelle, je sais qu'il y à une différence entre les deux il me semble que le cannabis est "naturel" le shit ne l'est pas, je ne suis pas une experte donc je dis peut-être des âneries!

Ça doit faire quelques mois qu'il n'a pas fumé. Il prend depuis largement 5 ans voir 6 ans un substitut, de la méthadone il me semble, je ne sais plus, mais c'est un produit qu'il prend tous les matins et s'il ne le prend pas il se sent mal. Le médecin qui lui avait prescrit lui a dit qu'il ne pouvait pas arrêter ça comme ça mais ça fait déjà des années que ça dure et le traitement n'a pas vraiment baisser, c'est un produit de sevrage... Il est suivi par un addictologue également.
Je ne sais pas depuis quand il n'avait plus pris de drogue peut-être avant ma naissance je ne sais pas trop, mais il avait recommencé quand j'avais 15 ans c'est pour ça qu'il prend ce produit depuis, une fois je l'avais même vu prendre de la cocaïne sous mes yeux, mon petit frère était petit mais à côté de moi. Mon père était de dos mais j'ai très bien compris ce qu'il faisait. Cette image m'a beaucoup choquée et je n'en ai parler à ma mère que très tard.

Le problème de prendre aussi du cannabis c'est les fréquentations. Il à fréquenté des personnes qu'il n’aurait pas dû je pense qu'il aurait pu se créer pas mal de soucis, l'une des personnes avec qui il fumait s'est fait pincer, et mon père à un casier judiciaire à cause de la drogue quand il était très jeune, rien de bien grave mais il à pris parce qu'il prenait de la drogue. Aujourd'hui on à déménager et je sais que ma mère à un peu peur qu'il redéconne. Je sais que si ça arrive elle le laissera tomber. Elle supporte cette situation depuis un peu plus de 20 ans et je comprend qu'elle en ai marre. Ce n'est pas une vie pour elle.

Depuis qu'il prend ce produit son comportement à beaucoup changé, c'est quelqu'un de pas facile au départ et je pense que ce qu'il prend aggrave les choses. On en a discuté avec ma mère et elle pense aussi que la situation s'envenime. Il est aussi sous médicaments depuis des années, je ne sais pas exactement ce qu'il prend j'ai toujours l'impression qu'il à je ne sais combien de médicaments. Des fois il nous dit qu'il à pris un cachet pour pouvoir dormir ou pour être plus calme, mais on ne sait pas ce qu'il prend exactement il le fait toujours discrètement. Seulement on est pas dupe, on le voit tout de suite qu'il à pris quelque chose à son attitude. Il est vraiment ailleurs quoi, il ne sait plus ce qu'il dit ou ce qu'il fait, il invente des conversations, s'endort complètement dans son assiette, ou il est speed, il ne dort pas de la nuit et fait plein de bordel, ce genre de choses.

Ma grand-mère est venu passer Noel chez nous c'était la première fois et il à vraiment gâcher ça, il était complètement sous l'effet de ses médicaments, ma mère avait très honte. Ma grand-mère à déjà 81 ans, je sais que peut-être on aura pas l'occasion de l'avoir avec nous à ce genre de fêtes, je sais qu'elle n'est pas éternelle donc j'en veux beaucoup à mon père de nous avoir fait ça. C'était la même chose à un repas de famille un mois avant. Ma mère ne savait plus où se mettre.

Des fois on à eu des soupçons qu'i ai repris de la drogue, il devait passer un examen médical pour son travail et il n'arrêtait pas de s'angoisser sur le fait qu'il trouverai quelque chose dans la prise de sang, il nous a un peu pris pour des imbéciles en disant que ça datait de longtemps mais dans ce cas il n'y avait pas de raison qu'il le détecte donc on pense qu'il à recommencer il n'y à pas si longtemps. Il était soit disant enrhumé, il ne faisait que de se moucher ce n'était pas normal, et c'est arrivé plusieurs fois qu'il parte des soirées entières faire je ne sais quoi.

Ma mère à déjà essayé de le faire avouer mais il nie. On n'ose même pas sortir avec lui dehors, quand il n'est pas dans son état normal c'est compliqué de gérer les choses et les gens voient qu'il à soit bu soit pris quelque chose. J'en arrive à avoir honte de lui.
Hier, il était encore dans son état et m'a pris la tête pour rien. Je ne supporte plus cette situation qui perdure, je veux bien être tolérante je sais qu'il à eu une vie vraiment nulle avant de rencontrer ma mère mais ça fait 20 ans maintenant qu'il aurait dû essayer d'avancer dans sa vie et il n'a pas envie de le faire. Après tout c'est mon père je l'aime mais je ne le supporte plus. Qu'il soit un peu suicidaire qu'il aille mal je comprends mais il n'est pas obligé de dire "je vais me pendre j'en ai marre" de but en blanc comme ça, des fois il y à mon frère.

J'ai vraiment envie de le secouer et de lui dire ce que je pense mais comme je le respecte je ne dis rien, et dès que je dis la moindre chose pour lui je prend mes aises alors que c'est lui qui me parle comme à un chien. Il s'en prend tout le temps à moi, il me lance des réflexions à longueur de temps. Des fois quand il est gentil ou qu'il me dit "je t'aime ma fille" je culpabilise de penser comme ça, mais les choses redeviennent toujours pareil.
Il n'a jamais voulu entamer de travail avec un psychologue, il ne veut pas se faire aider mais même si c'est sa décision après tout, c'est nous qui subissons.

Depuis longtemps maintenant je songe à partir de la maison mais c'est difficile de trouver un emploi étudiant et sans ça je ne peux rien faire. J'ai même pensé à partir étudier ailleurs mais je n'aurais quasiment pas de bourse ça ne permettra même pas de payer complètement un logement universitaire. Il est difficile à vivre et c'est de pire en pire, il cherche toujours le conflit, je deviens haineuse envers lui, il part à la semaine pour son travail, et quand il rentre ma mère et moi ça nous fait chier parce qu'on sait qu'il va recommencer à nous pourrir le weekend. Pour lui c'est normal, il n'accepte pas de voir qu'il y à un problème.

Quand il est en congés en même temps que moi, ça le fait chier il veut être seul à la maison, c'est à moi de partir pour pas qu'il me prenne la tête. Je ne sais pas trop quoi faire, je ne lui tiens jamais vraiment tête sinon c'est le drame. Donc lui dire ce que je pense sur son comportement ça ne risque pas.

L'année dernière il m'a quand même foutu par terre, on se disputait et je sais qu'il n'était pas dans son état normal mais il à réussi à faire croire que c'était de ma faute à ma mère, depuis ce jour là il à perdu mon respect et mon estime, pour moi c'est mon père, mais je n'ai plus envie de m'écraser et calmer les choses comme il à envie que ça se passe, ça me passe au dessus je n'ai plus envie de créer de liens avec lui il ne fait aucun effort.
Mais comme il reste mon père j'ai quand même "peur" de ses réactions donc je ne dis trop rien et comme on doit toujours respecter ses parents je n'ose jamais rien dire.

Je me dis que c'est à ma mère de mettre les choses au clair, mais maintenant je suis une adulte, même si je suis encore jeune je me dis que c'est aussi un peu mon rôle.
Je ne sais pas vraiment quoi faire étant donné que mon père m'impressionne beaucoup quand même.

Est-ce que vous pensez qu'on peut arrêter un médicament de sevrage ou pas ?
Qu'est-ce que vous feriez à ma place ?

Est-ce que certains ont vécu une situation un peu similaire et qu'est-ce que vous avez fait...?

Revenir en haut Aller en bas
anaam

avatar

Nombre de messages : 722
Age : 23
Date d'inscription : 20/01/2013

MessageSujet: Re: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   Ven 6 Mai 2016 - 11:15

Je reconnais mon père dans ce que tu décris sauf que pour moi c'était l'alcool.

Bah, déjà il est suivi par un addictologue, c'est plutôt positif.

Après, c'est VRAIMENT difficile d'arrêter les drogues dures. Genre, y a des gens qui n'y arrivent jamais. Parce que l'arrêt provoque des douleurs physiques, des crises d'angoisse etc. Il y a un tel effet de manque que c'en est extrêmement douloureux.

Le truc c'est que pour commencer à diminuer le traitement de sevrage, pour entamer des démarches de soins et/ou psychologiques, c'est à ton père de décider. Même si imaginons, vous le contraigniez à ça, je suis pas sûr que ça marche.

Je pense qu'il faudrait une réelle discussion avec ta mère, ton père et toi. Sur son comportement, le fait qu'il vous fasse peur etc. Peut-être que ça lui fera un électrochoc et le poussera à entamer des démarches. Sinon prendre rendez vous avec son addicto tous ensemble et en discuter.

Sinon, ouais, protège-toi quand tu vois qu'il a pris des trucs. Quitte à aller chez une copine de confiance pour la nuit ou quoi. L'idée de partir faire tes études seraient pas mal dans l'absolu si tu ne supportes plus cette situation ou que tu as peur. Tu peux toujours, même sans bourses, prendre une collocation, selon la ville le loyer serait du coup pas trop élevé et en bossant en contrat étudiant y a moyen de te faire un peu d'argent. A titre d'exemple, ma soeur travaille dans un magasin de vêtement, elle fait 13 h/sem et gagne dans les 400 €.
Y a toujours les magasins, les fast food qui recrutent des jeunes... Puis tu pourras demander des aides au logement APL, dont le montant change selon les régions et qui aident pas mal à payer le loyer.

Me semble aussi important pour toi que tu puisses te confier quelque part, ne serait-ce que pour tes questions relatives à ton orientation sexuelle ou vis à vis de ce que tu vis chez toi et qui doit pas être simple à gérer du tout. Je t'encourage à contacter un CMP, psy libéral, maisons des ados, ou BAPU (aide étudiante pour problèmes psy).

Après, si ton père dépasse vraiment les bornes un jour, tu as toujours l'opportunité de prévenir la police, les pompiers. Je sais que dans l'absolu t'aimerais éviter mais c'est aussi une possibilité.

J'ai pas trop de pistes à part celles-ci, désolée.
Revenir en haut Aller en bas
Lux'

avatar

Nombre de messages : 111
Age : 23
Date d'inscription : 28/12/2015

MessageSujet: Re: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   Dim 8 Mai 2016 - 21:54

Je n'avais même pas penser à en parler avec un psy ou un autre professionnel, merci de l'idée!

J'aimerais vraiment en parler avec lui mais il est assez fort dans la manière de parler d'autre chose quand il n'a pas envie de reconnaître ses tords ou de parler du sujet abordé.

Des fois je me demande s'il à vraiment envie de s'en sortir ou pas, je sais que c'est compliqué mais je sais aussi que des personnes sont passées par là et ont réussi à s'en sortir alors des fois je me pose la question.
Revenir en haut Aller en bas
Lux'

avatar

Nombre de messages : 111
Age : 23
Date d'inscription : 28/12/2015

MessageSujet: Re: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   Jeu 19 Mai 2016 - 8:48

Hier ma mère à laissé mon père s'endormir devant son assiette toute la soirée parce que ça l'a agacée de le réveillé toutes les secondes et qu'il voulait rien entendre. Juste avant il lui à demandé ce qu'elle à et elle lui à dit tu sais très bien ce qu'il y à arrête de te foutre de ma gueule. A chaque fois il fait ça, comme si c'était normal qu'il soit sous l'effet de ses médicaments. Ce matin mon père à décidé d'allumer la radio super fort alors que je dormais, déjà que je n'ai pas vraiment réussi à bien dormir de la nuit avec son bordel, il est 8h et je suis déjà débout alors que j'aurais pu me reposer encore un peu. J'ai décidé d'aller réviser ailleurs cette après-midi parce qu'il ne travaille pas ni aujourd'hui ni demain et je sens qu'il va me prendre la tête et que je ne vais pas pouvoir travailler dans le calme. Puis à vrai dire j'ai pas vraiment envie de le voir.

On ne sait quasiment pas adressé la parole depuis dimanche, je lui ai juste dit qu'il me laisse un peu plus de place pendant qu'on regardait un film parce qu'il était complètement avachi dans le brouillard comme d'habitude et je ne pouvais pas vraiment m’asseoir mais ma mère le voyait pas, il s'est énervé il est partit et à la fin du film quand je suis partie me coucher il m'a dit "t'as eu assez de place ça va " et il est partit sans me dire bonne nuit. Depuis à part dire bonjour et bonne nuit, aucun dialogue. J'en ai marre de ses attitudes de gamin à longueur de temps. Hier j'ai dis à ma mère qu'elle avait 3 gosses au lieu de 2 et elle était d'accord avec moi. Déjà la journée on est aller chez ma grand-mère pour fêter mon anniversaire et il cherchait encore à me prendre la tête, on dirait que ça l'amuse. Et je ne peux rien dire sinon c'est pire.

Je ne sais pas comment faire, je ne sais même pas comment en parler sérieusement avec ma mère, parce que je sais qu'elle pense le quitter si la situation ne s'arrange pas à terme mais je ne sais pas quand, parce qu'il y à mon frère et c'est son seul obstacle on va dire, elle ne veut pas que ça l'affecte. Mais mon père pense qu'elle ne partira pas parce qu'elle à 45 ans il se dit qu'elle n'est plus assez jeune pour refaire sa vie, je pense que de toute façon ma mère s'en fou elle à juste envie de vivre tranquillement et je la comprends. Même si mon frère à toujours adoré mon père, il à 13 ans et maintenant il à bien conscience de l'attitude de mon père, je ne pense pas qu'il à vraiment compris par rapport aux cachets etc je ne sais pas trop mais je pense que il est assez grand pour comprendre parce que ça se voit et j'aimerais éviter qu'il vive les même conflits que moi pendant toute son adolescence avec notre père.

Je ne sais pas comment parler de tout ça avec ma mère sérieusement, parce qu'en parler parce que ça nous prend la tête on le fait mais on discute pas de ce qu'on devrait faire par rapport à ça et je ne sais pas comment en parler, j'ai peur qu'elle se braque mais les choses ne peuvent pas durer encore des mois comme ça.. Puis je me demande si elle veut partir définitivement ou pas parce que c'est pas clair...
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre

avatar

Nombre de messages : 3496
Age : 26
Date d'inscription : 11/02/2007

MessageSujet: Re: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   Jeu 19 Mai 2016 - 11:51

Je vois beaucoup de gens qui disent "La relation me convient plus mais je reste pour les enfants" :/
Si la raison que ta mère a de rester, c'est "pour ton frère", est-ce que lui dire (calmement, sans accusation) que tu penses pas que vouloir rester à tout prix ça soit le mieux pour lui non plus ? Que c'est un environnement pas terrible, que ça t'affecte toi, et que si ça affecte pas encore ton frère ça va très certainement arriver ?
Est-ce que tu peux en parler à ton frère ? De comment il vit ça ? 13 ans c'est pas tout petit non plus, il se rend sans doute compte que ça va pas, il ose peut-être pas en parler... Vous pouvez peut-être vous soutenir mutuellement ? Je sais pas la relation que vous avez.

Ta mère essaye peut-être de jongler entre tout ça aussi, elle est sans doute perdue et désemparée face à ça. Elle se sent peut-être aussi responsable de ton père et elle ose pas le laisser (y'a souvent du "Je peux pas le quitter alors qu'il est pas bien" qui tourne dans la tête). En tout cas ça -> problèmes de ta mère <- je pense que le maximum que tu puisses faire ça soit de, si elle est inquiète de si quitter ton père va poser souci aux enfants, parler de ça sous cet angle avec elle. C'est-à-dire que vivre avec ton père = pas simple en tant qu'enfant non plus.
Après quant à savoir si elle est prête à l'entendre...
Une lettre peut-être ? J'allais dire "même une lettre commune de toi et ton frère" mais si elle se sent prise au piège et acculée, entre les enfants et ton père, j'ai peur qu'elle réagisse mal mh (tu dis toi même que tu sais pas sa réaction).
Je pense que pour en parler ça serait peut-être mieux d'articuler ça autour de ton ressenti (pas "Je comprends pas ce que tu veux avec lui" mais "Je le vis mal est-ce qu'on pourrait parler de ça" "Je le vis mal qu'est-ce qu'on pourrait faire", enfin, je pense)

Je pense absolument pas que ça soit à toi de gérer ça. Mais tu peux difficilement ne pas t'en mêler non plus. C'est une situation de merde. Pour tout le monde.

Est-ce que tu lis l'anglais ? J'aime bien le site https://captainawkward.com/ pour "pls aidez moi à communiquer"
J'ai regardé rapidement et je te link quelques trucs qui m'ont fait penser à ta situation, ça correspond peut-être pas du tout ou alors que vaguement, je sais pas.
https://captainawkward.com/2012/03/22/210-i-feel-guilty-because-i-dont-like-my-dad/
https://captainawkward.com/2014/10/17/636-i-want-my-parents-to-get-divorced/
Revenir en haut Aller en bas
Lux'

avatar

Nombre de messages : 111
Age : 23
Date d'inscription : 28/12/2015

MessageSujet: Re: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   Ven 20 Mai 2016 - 15:35

En ce qui concerne mon frère, on est assez proches depuis qu'il est petit parce que je me suis toujours occupée de lui, on rigole souvent ensembles, il est très câlin il me dit souvent je t'aime et j'ai des câlins presque tous les jours, ça lui est déjà arrivé de se réfugier dans ma chambre quand il s’ennuie ou qu'il se fait engueulé par mon père. Il me le dit souvent quand mon père l'énerve, à son âge il se rend bien compte de comment mon père est mais je n'en parle pas trop avec lui je le laisse un peu dans son monde parce que je sais qu'à son âge c'est pas facile les tensions familiales. Du coup j'aimerais l'épargné un peu mais je vois bien que ça lui pèse les weekend pourris.

La situation à pris des proportions un peu énormes hier, mon père s'était endormit en mettant ses chaussures, il ne savait même plus où il devait aller, je crois qu'il n'a pas dormi de la nuit, je l'entendais plus donc je suis allée voir, et j'ai dû appeler super fort plusieurs fois pour qu'il se réveille. Après le midi quand je suis venue pour me faire à manger il s'était encore endormi dans le canapé assis devant la télé avec des tranches de pains dans la main, la plaque était restée allumée. Donc j'ai dû appeler encore et je me suis fait engueulé parce qu'il aurait voulu que je le réveille plus doucement en lui tapant sur l'épaule, je lui ai dis que si ça le dérangeait pas de dormir que je le laisserai dormir mais il à recommencé à dire que c'est comme moi moi aussi je m'endors quand je suis fatiguée, mais je savais très bien qu'il était juste dans le brouillard et pas juste fatigué donc je lui ai de pas commencer et que c'était pas la peine de parler que je n'avais pas envie de discuter. Un peu sèchement mais ça m'a agacée qu'il refasse encore comme si c'était rien.

Donc il à commencé à s'énerver à dire qu'il était chez lui que je parlais comme ma mère. Moi j'étais en train de manger vite fait. Et comme je lui ai dit à nouveau que je n'avais pas envie de discuter c'était de pire en pire il me gueulait dessus en disant "pour qui tu te prend à 20 ans, t'es nourrie logée t'as rien à dire tu donne pas un centime, allez vous faire foutre si vous n'êtes pas content", je lui ai dis "t'as vu comment tu me parles on ne peut pas parler avec toi", il était tellement énervé et pas dans son état normal il m'a vraiment parlé comme à un chien, je suis partie dans a chambre en disant que j'allais travailler ailleurs et il à dit qu'il en avait rien à foutre.

J'avais dû pousser une porte et du coup il à tapé dedans en gueulant de la laisser ouverte et que j'ai qu'à partir si il me dérange. J'avais peur qu'il me tape dessus ou quelque chose dans le genre ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu dans cet état, j'ai pleuré dans ma chambre tellement il m'a foutu les jetons donc je me suis dépêchée de sortir pendant qu'il était parti je ne sais où et j'ai prévenu mon frère qui devait rentrer dans l'après-midi.

Je suis rentrée que en fin de journée une fois que ma mère était rentrée et elle n'était pas au courant, mon père n'était pas là donc je lui ai expliqué et elle à très bien compris pourquoi j'étais partie. Je lui ai dis qu'il fallait qu'il arrête de me parler comme ça parce que j'étais sa fille. Elle m'a dit qu'elle allait lui faire peur en parlant d'une cure parce que ça ne pouvait plus durer et en fait j'ai compris qu'elle attendait juste de savoir si elle aurait un CDI d'ici cet été pour partir s'il le faut parce qu'elle est en CDD pour l'instant et sans un CDI elle ne pourra pas prendre de logement.

Je crois qu'elle va voir comment ça évolue à la maison avant de prendre une décision même si elle m'a donnée l'impression d'avoir déjà pris une décision. Ensuite elle m'a dit que le matin avant de partir, elle à trouvé la tasse de café de mon père dans le salle de bain et une lame avec une paille sur son étagère, il à dû laisser ça là sans s'en rendre compte donc ma mère à grillé qu'il avait dû recommencer ses conneries alors qu'il prend toujours un traitement de sevrage et apparemment il à nié en bloc mais il était flippé et lui à demandé si elle avait trouvé autre chose.

Je comprends mieux pourquoi mon père dit tout le temps que les gens qui prennent de la drogue ne décrochent pas, c'est surtout lui qui ne veut pas essayer. Donc elle m'a dit que ça n'allait pas durer longtemps. Moi dans tous les cas je suis capable d'aller voir son addictologue et de lui dire que malgré le secret professionnel il à intérêt de faire quelque chose sinon je le met en cure de force. Je sais que si je fais ça je signe mon arrêt de mort mais ça devient invivable à long terme. Quand il est rentré il à recommencé à faire sa victime, ma mère à mis un peu les points sur les i mais je crois qu'il niait ce qui s'est passé le midi. Depuis j'évite de parler à mon père et je pense que ça va durer plusieurs semaines parce que j'ai des examens à préparer et cette situation me prend toute mon énergie....


Je me suis un peu aidé de la traduction automatique parce que j'ai un niveau d'anglais assez nul mais oui il y à certains points qui sont familier dans les liens que tu as mis effectivement!
Revenir en haut Aller en bas
Brise-patte

avatar

Nombre de messages : 5098
Age : 21
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   Ven 20 Mai 2016 - 16:28

tu ne peux pas épargner ton frère du climat familiale pourris, c'est trop tard. Et comme tu le dis, il s'est déjà rendu compte du profond malaise avec ton père. Honnêtement, je ne pense pas qu'éviterle sujet avec lui soit vraiment une très bonne chose. Ca donne plus un côté tabout à la situation qui m'a l'air déjà bien chargé en silence et en quotidien non dit...

Au moins, je sais que ça m'aurais pas mal soulager de pouvoir parler de la situation familiale pourris avec mon frère à uné époque. Et je sais que le faire aujourd'hui avec mes petits frère et soeur (même si la situation est assez différente, mais bref, situation moisi familiale) leur apporte beaucoup.

Je ne sais pas quel âge à ton petit frère mais je ne pense pas que l'infantiliser outre mesure dans ce genre de situation l'aidera beaucoup.
Poser des mots, en parler... à tout âge c'est important.
Revenir en haut Aller en bas
Lux'

avatar

Nombre de messages : 111
Age : 23
Date d'inscription : 28/12/2015

MessageSujet: Re: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   Ven 20 Mai 2016 - 18:19

Il a 13 ans, je n'en parle pas parce que je le vois comme un bébé mais plutôt parce que j'ai un peu peur qu'il sache la vérité, je le trouve assez mature pour son âge mais je n'ai pas envie qu'il ai la même image que moi par rapport à notre père. Je ne sais pas comment aborder les choses avec lui quoi lui demander.

Je pense qu'il ne sait pas trop à quoi servent les médicaments que mon père a et qu'il le prend plus pour un côté médical et ça me ferait chier qu'il comprenne que notre père a toujours pris de la drogue.
Je sais que moi ça m'a assez marquer et je n'ai pas envie que ça soit la même chose pour lui même si c'est un peu trop tard. Comme je ne sais pas trop ce qu'il sait et ce qu'il ne sait pas je ne vois même pas comment aborder la situation avec lui.

Je voudrais le protéger un peu de la réalité en fait, moi ça m'a assez pourri mon adolescence et j'aimerais éviter le plus possible que ce soit le cas pour lui..
Revenir en haut Aller en bas
Brise-patte

avatar

Nombre de messages : 5098
Age : 21
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   Ven 20 Mai 2016 - 18:51

Ah bah ça va!
Il a déjà son avis dessus, et le confronter au tien, le construire et le faire évoluer ne pourra que lui apporter du positif.
Après, aborder le sujet avec du recule, un regard critique etc... ça c'est de ton ressort hien.
Mais je pense honnêtement qu'il est bien assez grand pour qu'en parler quand il le sent de le faire serait déjà un bon point quoi.

Pour comparer, mon petit frère en à 11 et c'est fou la pensée critique qu'il a déjà pour son âge au regard de ma situation familiale tendue actuelle.
Ma petite soeur à 8 ans et même là, je sens qu'elle a des mots à dire. Je parle rarement avec eux car j'ai eu longtemps du mal à accepter mes frère et soeur, j'ai pas eu la même éducation et j'ai longtemps navigé dans le tabou à un âge identique si ce n'est plus jeune qu'eux. Pas eu le réflexe premier de leur parler.
Pourtant, c'est fout ce qu'ils peuvent en avoir besoin, ce qu'ils peuvent avoir déjà intégrer comme notion, comme vision et angle des choses.

Ne pas comprendre ce qu'il se passe est encore plus horrible. Naviguer dans une situation qu'on sait malsaine sans en comprendre les tenants est assez pourris comme sensation. Je pense qu'il serait temps si jamais d'aborder le sujet avec lui.
Parce que c'est pas d'essayer de lui cacher les choses comme ça que tu vas l'épargner et le protéger. Bien au contraire.

Tu peux le faire avec humour, avec gêne, au détour d'une conversation et d'un moment où tu sens les éléments plus où moins propices pour le faire.
Je sais que c'est pas facile hien. Je suis passée par là aussi ^^

Aussi, il y a une différence pour ta situation comme pour la sienne: toi tu as tout découvert de manière peut être pas super délicate, me semble pas non plus que le sujet était très simple à aborder et que ta mère t'en ai beaucoup parler.
Ton petit frère il a 13 ans; et est surement loin d'être con. Trop tard je pense, il a déjà été marqué par certains trucs je pense honnêtement, que toi tu n'as pas vu.
Et c'est certainements pas en n'en parlant pas du tout que ça va aller.

Dans tout les cas, vous êtes dans la même barque. Tu peux pas non plus le protéger d'un milieu où vous grandissez tout les deux.
Autant se serrer les coudes.
Rendre le sujet tabout, c'est loin d'être une solution.
Revenir en haut Aller en bas
anaam

avatar

Nombre de messages : 722
Age : 23
Date d'inscription : 20/01/2013

MessageSujet: Re: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   Ven 20 Mai 2016 - 22:12

Je rejoins carrément brise-patte (roh la chiante !)

Pour avoir des périodes de vie familiale plus que merdique, j'ai longtemps essayé de préserver ma sœur de tout ça mais :

1. elle vit dans ce climat aussi. Elle a vu aussi des choses quand j'étais pas là. Et ton frère aussi j'imagine. Puis ils sont pas "stupides". Je pense qu'ils comprennent plus de choses qu'on le pense....

2. Comme l'a dit brise-patte, ça me parait plus angoissant qu'il voit des choses sans savoir ce qu'il en est réellement.

3. Puis, l'air de rien, dans les moments de merde, ça me rassure de savoir que je peux en parler à ma soeur. Parce qu'en parler à un des deux parents, c'est toujours plus délicat...


Après t'es pas obligée de lui dire pour la drogue cash pistache. Mais discuter de l'ambiance familiale, comment lui voit tout ça, est-ce que ça va en ce moment pour lui vis à vis de tout ça, le fait que tes parents sont pas dans une phase facile et que sans lui faire peur peut-être que ça pourrait déboucher sur une séparation...

Je pense que déjà rien que de parler de ça, ça pourrait vous rapprocher, dénouer la tension, le tabou et favoriser le dialogue.
Peut-être, et c'est souvent arrivé avec ma soeur, qu'il ait compris plus de choses ou vu/entendu plus de choses que toi et des choses qui ont leur importance...

C'est important de se soutenir entre frangin et de ne pas faire comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes parce que c'est ce que font souvent les parents quand ça part en couilles et se bander les yeux quand on marche dans le noir et sur une corde au dessus du vide, ça a jamais rien donné de constructif ni de positif.
Revenir en haut Aller en bas
Lux'

avatar

Nombre de messages : 111
Age : 23
Date d'inscription : 28/12/2015

MessageSujet: Re: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   Mar 31 Mai 2016 - 15:34

Je sors d'un sale weekend: samedi soir en fin de journée mon père à décidé de sortir chercher je ne sais quoi. Quelque temps après il appelle ma mère en disant que le gardien du magasin ne veut pas le laisser rentrer en moto parce qu'il pense qu'il n'est pas en état. Ma mère était pas contente. J'ai proposé de sortir avec elle pour aller le chercher, on ne l'a pas trouver on pensait qu'il était pas loin de la maison. On est finalement rentrer manger sans lui et peu de temps après il appelle encore pour dire qu'il s'est cartonnée avec une voiture qu'il ne peut pas rentrer avec sa moto, ma mère a pété un câble au téléphone elle lui à dit de se débrouiller elle s'est tellement énervée qu'elle s'est mise à pleurer après. Je lui ai dit de manger en attendant je ne savais pas trop comment réagir. Apparemment la personne était en tord et ils ont dû appeler la police parce qu'ils n'avaient pas de constat.

Bref à 22h il n'était toujours pas rentré. J'ai insisté auprès de ma mère pour qu'on aille le chercher parce qu'il avait une drôle de voix au téléphone et j'avais peur qu'il fasse une bêtise. On l'a cherché pendant une heure à pied, il n'était pas du tout là où il disait être, quand on l'a vu il était devant sa moto à rien faire il était complètement perché il comprenait même pas pourquoi on venait. Il commençait à nous faire des reproches et je me suis énervé en disant que j'étais inquiète qu'il ne se rendait pas compte de la situation. Il à dit que je n'avais pas à lui parler comme ça que je n'étais pas sa mère et j'ai dis que je m'en foutais. J'étais vraiment hors de moi. Il était complètement perché. Ma mère à pris sur elle pour essayer de calmer les choses. On à du appeler une dépanneuse au final on est resté bien 2h dehors. On à mis une heure à rentrés à pied parce que mon père n'avançait pas. Il était quasiment 1h du matin quand je suis allée me coucher mon frère était resté à la maison. Je ne vous raconte pas l'ambiance parce que mon père n'arrêtait pas de saouler alors qu'il aurait dû se faire tout petit.

Le lendemain je ne lui ai pas adressé la parole mais il continuait à dire des bêtises, à faire des réflexions. J'ai essayé de sauver la fête des mères comme je pouvais mais c'était très tendu. Ma mère m'a dit qu'elle allait appeler l'addictologue de mon père. Franchement à 56 ans il serait temps qu'il arrête de jouer au con je pense qu'il ne réalise pas ce qui lui pend au nez. Ma mère va mettre les voiles une fois qu'elle sera en CDI je le sais très bien et mon père ne doit pas le réaliser. Il est passé en coup de vent ce midi pendant sa pause il avait l'air dans son état normal. Je n'ai pas eu l'occasion de parler avec mon frère mais je vais le faire. Et prendre les choses en mains pour mon père mais il me prend pour un bébé alors c'est difficile de parler avec lui et i ne veut pas aborder le sujet à chaque fois il hausse le ton et nie en bloc.

Ma mère pense que ce n'est pas normal que les médecins prescrivent de la méthadone à mon père depuis autant d'années parce que c'est un traitement de sevrage. J'avoue que moi aussi je trouve ça pas normal. Apparemment mon père serait en dépression. Je sais que ma mère est saoulée et elle pense que de toute façon mon père fait des dépressions chroniques. mais le problème c'est qu'il es tout le temps sous médicament et franchement je pense que tant qu'il ne fera pas de travail avec un psychologue ça ne sert à rien de se bourrer de médicaments en attendant que ça passe. Déjà je n'ai aucun remerciement de mon père pour être venu m'aider parce que sans moi il passait sa nuit dehors parce que ma mère ne voulait pas aller le chercher et elle lui à dit que c'est moi qui ai insisté. Mais non rien à foutre. Mais de toute façon je ne vais pas le lâcher. Puis si ça ne mène à rien tant pis, j'aurais essayé et si ça lui importe peu son mode de vie il se débrouillera tout seul je ne prendrai certainement pas le relais de ma mère à materner mon père toute ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peut-on vraiment se sortir de la drogue ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» peut-on se permettre TOUT sous couvert de " liberté d'exprssion " ? Y-a-t'il des limites ? Et quelles sont-elles ?
» Peut-on vraiment dire que l'on ne sait rien sur les OVNIS?
» Qui a reussit à s'en sortir sans anti depresseur?
» Peut-on vraiment définir la philosophie ?
» Qu'est-ce que l'égo ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Drogues et comportements addictifs-
Sauter vers: