Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De l'air...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: De l'air...   Lun 27 Avr 2015 - 21:02

Bonsoir tout le monde,
J'ai fréquenté le forum occasionnellement. Je ne suis plus venue depuis plusieurs mois (années ?). Il y a eu des hauts, des bas. Seulement voilà, en ce moment je me sens très mal. Je ne sais pas à qui en parler, alors je reviens ici la queue entre les jambes, en espérant que quelqu'un entende ma plainte.

Depuis plusieurs mois, j'ai simplement envie de mettre fin à mes jours. Je ne sais pas par où commencer...

Je suis étudiante, j'ai 19 ans.

Chaque jour, j'ai envie de descendre le monde entier, moi y compris. Je n'ai plus envie de vivre dans ce monde. Il me dégoute. Je me dégoute. Je ne serai jamais heureuse, alors à quoi bon ? Je ne supporte pas ma famille. Même entourée de ceux qui sont censés être mes amis, je me sens seule. Mon passé me donne envie de pleurer. Mon avenir est sombre.

Je ne sais vraiment pas quoi dire...Je ne sais pas s'il y a quelque chose à dire. J'ai envie de mourir, voilà tout. Et puis, en attendant, j'ai envie d'am. Cela fait des années que je ne me suis plus coupée mais j'en meurs d'envie.

S'il vous plait, aidez-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Implo



Nombre de messages : 12635
Age : 27
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: De l'air...   Lun 27 Avr 2015 - 21:25

Et si tu nous en disait un peu plus sur ton passé. Ce n'est pas de la curiosité mal placé, c'est simplement pour mieux te comprendre.
Tu sais je vais pas des masses bien ces temps ci non plus, et je sais ce que s'est d'être seule au milieu d'amis...

Pourquoi tu dis que ton futur est sombre ?
Tu fais quoi de ta vie ?

________________
Il faudra peut être un jour que j'admette que je vais mal, mais peut être qu'à ce moment là, je pourrais le dire parce que j'irais mieux.

j'écris comme mon cerveau découpe
sans ponctuation pas d’intonation
Revenir en haut Aller en bas
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: De l'air...   Lun 27 Avr 2015 - 21:49

Le pavé que j'ai écrit vient de s'effacer...
Revenir en haut Aller en bas
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: De l'air...   Lun 27 Avr 2015 - 22:29

Je recommence donc...

J'ai eu une petite enfance plutôt heureuse. Mes primaires sont un bon souvenir. Puis un jour, un de mes amis est mort. J'ai mis du temps à l'accepter. C'était l'incompréhension.
Ma mère est complètement stupide. Lorsque je suis arrivée au collège, elle a fait une dépression (elle n'a jamais été bien dans sa peau). Elle s'est mise à picoler pas mal et à mélanger l'alcool et le Xanax. Elle était (et l'est encore) souvent défoncée.
Mon père est un gros con. Impulsif, homophobe, raciste, violent. Je n'ai pas de bons souvenirs avec lui. J'avais très peur de lui quand j'étais plus jeune. Il me giflait souvent pour pas grand chose (un verre d'eau renversé à table, un exercice de math que je n'arrivais pas à résoudre). Je crois que c'est quelqu'un de profondément malheureux mais ça ne l'excuse pas. Sinon, le reste du temps il travaillait pour ramener de l'argent à la maison.
En plus d'être des crétins, mes parents n'ont pas été foutu de me protéger d'un pédophile qui me tournait autour. Ils le laissaient m'emporter chez lui. J'y ai subi des abus sexuels mais surtout, son but était de faire mon éducation sexuelle. Ainsi, j'ai été confrontée au sexe bestial et dégueulasse des pornos. Cet enfoiré a fait pas mal de dégâts...J'ai longtemps nié cette histoire. Puis un jour, j'ai arrêté de me mentir à moi-même et j'ai levé le voile. Ma sexualité est assez catastrophique. Longtemps, j'ai pensé que j'étais asexuelle.
Je ne supporte pas mon corps. Je prends mes douches les yeux fermés tant ma nudité me répugne. J'aimerais me faire ligaturer les trompes et, si c'était possible, me faire ôter tout ce qui fait de moi une femme (vagin, utérus, poitrine, ovaire).
Au collège et au lycée j'ai toujours été seule. C'est à cette époque que j'ai commencé à fumer pas mal, à me mutiler et à prendre du dxm. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. J'ai rencontré une professeur avec qui j'ai une relation assez destructrice et malsaine (j'en ai parlé sur le forum).
Quand je suis arrivée à la fac, j'ai cru que j'allais revivre. J'y ai rencontré des gens qui m'acceptaient (plus ou moins) telle que je suis. Ici, personne ne me regarde de travers à cause de mon style vestimentaire (je fais tout pour cacher ma féminité).
J'ai vu 4 psy jusqu'à présent. Le premier, c'était le type du collège, un vrai pequenot. Le deuxième m'a renvoyé chez le premier. La troisième personne (à la fac) était une femme. Elle m'a dit qu'elle n'avait pas les compétences pour s'occuper de moi. Elle voulait me faire aller dans le privé. J'ai dit que je n'avais ni l'envie ni l'argent. Ils font venir pour une autre psy du coup (un médecin cette fois). Au début les entretiens me soulageaient, maintenant ils m'ennuient et me dépriment (d'ailleurs j'ai arrêté la semaine passée).

Revenir en haut Aller en bas
Exaporeomai



Nombre de messages : 174
Date d'inscription : 25/04/2015

MessageSujet: Re: De l'air...   Lun 27 Avr 2015 - 23:18

Peut-être une question qui paraîtra conne à tes yeux : Pourquoi vouloir cacher ta féminité ? Enfin, tu dis même vouloir enlever tout ce qui fait de toi une femme... pour devenir quoi ?
Je sais pas si tu saisis bien ma pensée, si tu ne la saisis pas, n'hésite pas à demander, je pourrais potentiellement développer si tu me dis ce qui ne va pas.
Revenir en haut Aller en bas
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: De l'air...   Lun 27 Avr 2015 - 23:24

Vu l'expérience que j'ai eu avec cet homme, ça me paraît évident. Tout ce qui est lié à la sexualité me dégoute profondément. Je trouve mon corps sale, moche. Les attraits féminins sont inutiles et dérangeants.
Je préfèrerai être asexuée.
Revenir en haut Aller en bas
Exaporeomai



Nombre de messages : 174
Date d'inscription : 25/04/2015

MessageSujet: Re: De l'air...   Lun 27 Avr 2015 - 23:45

Et alors pourquoi tu penses ton avenir sombre ?
(pour reprendre la question d'Implo)
Revenir en haut Aller en bas
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: De l'air...   Lun 27 Avr 2015 - 23:50

Je ne sais pas et honnêtement je n'ai pas très envie de développer ça. Le monde est pourri, je n'ai pas envie de vivre dans cette société qui me dégoute de jours en jours. Les hommes sont mauvais.
Qu'est-ce qui m'attend dans cet avenir ? Vous me direz que je ne peux pas le deviner. Moi je pense que si. Je vais aller mal et être malheureuse. Comment le contraire est-il possible ?
Revenir en haut Aller en bas
Vanish



Nombre de messages : 582
Age : 30
Date d'inscription : 11/09/2014

MessageSujet: Re: De l'air...   Mar 28 Avr 2015 - 0:35

Beh... commencer par accepter la possibilité du bonheur ou du mieux, ce serait déjà pas mal.
Bien souvent, quand on va mal on ne voit plus cette possibilité, et pourtant, elle est là, et c'est important de ne pas lui fermer la porte. "S'autoriser" à aller bien. Parce que oui, quand tu vas mal depuis un temps, tu as peut-être l'impression que tu n'as jamais été bien, ou que tu ne le mérites pas, ou que t'en es pas capable, ou que tu es trop exigeante, ou que le monde est trop pourri pour te le permettre, bref... le résultat est le même, c'est la sensation que c'est permanent et qu'il ne peut pas en être autrement.

Mais même si les causes de ton malaise sont externes, le fait de rester dans cet état ne dépend pas "que" de ça... et l'autopersuasion joue aussi un gros rôle dans ta façon de recevoir, d'entendre ou voir ce que le monde t'envoie. Mais ouais, faut commencer par y croire un minimum.
Revenir en haut Aller en bas
'Soren'



Nombre de messages : 679
Age : 27
Localisation : World of sleepers
Date d'inscription : 29/03/2011

MessageSujet: Re: De l'air...   Mar 28 Avr 2015 - 11:10

Et si tu essayait d'être heureuse ?
Si de base tu renonce à essayer alors ouais tu ne sera pas déçu par la déception d'un effort fourni qui n'a pas fonctionné, mais tu t'exclu toute possibilité de réussite également. La voie facile du renoncement est prédictible, rassurante en un sens, mais qu'est ce que c'est chiant, puis tu n'y apprend rien, juste par confort, c'est dommage et ennuyeux surtout parce que ça n'apporte aucun suspense.
T'as mal démarrée (pas par ta faute) est-ce une raison pour continuer sur le chemin du "de toute façon ça sera comme ça" ?
Revenir en haut Aller en bas
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: De l'air...   Mar 28 Avr 2015 - 17:46

Le bonheur ? Qu'est-ce que vous entendez par là ? Pour moi le bonheur, ça n'existe pas. Ce qui existe, c'est l'absence de malheur, ça oui. C'est ainsi que je définirais le "bonheur".
A chaque fois que je vais un peu mieux, je replonge tôt ou tard. Et ça fait toujours plus mal.
Avant, je pensais que le temps arrangeait tout. Ce n'est pas toujours vrai. J'ai toujours eu un problème avec mon corps et plus le temps passe, pire c'est. Pourtant, j'essaie de m'accepter, de ne pas avoir honte de porter un t-shirt qui laisse voir ma poitrine mais je finis toujours par me dégouter, avoir envie de crier ou me planquer six pieds sous terre. Je me suis déjà regardée plusieurs minutes nue dans un miroir. Au début c'était difficile, mais petit à petit j'arrivais à supporter mon regard. Mais depuis quelque temps, c'est redevenu impossible. Pour une raison qui m'échappe, ce corps me dégoute plus qu'avant.
Donc voilà, tout ça pour dire que "m'autoriser à aller mieux", je veux bien mais je rechute toujours. Hier, j'étais particulièrement mal. Aujourd'hui, il y a un léger mieux.

J'ai du mal à trouver des occupations qui me font "plaisir". Mon premier psychologue m'avait lancé dans l'écriture (la seule chose positive qu'il ait faite celui-là...). Au début, ça m'aidait beaucoup. Sauf qu'en grandissant, mes exigences ont grandi également. Je n'aime plus ma plume. J'essaie, encore et encore. Je réécris mais je ne suis jamais satisfaite de ce que je produis. J'ai demandé de l'aide à un mentor et il m'a ignorée.
Revenir en haut Aller en bas
Chihiro



Nombre de messages : 94
Age : 23
Date d'inscription : 09/12/2014

MessageSujet: Re: De l'air...   Mer 29 Avr 2015 - 15:00

*Quand l'enfance est fumeuse, il y a un véritable travail psychologique à effectuer afin de la surmonter.
Les aides extérieures ne consistent pas seulement en la personne même des psy (Dieu merci!), mais aussi en des lectures, des discussions avec d'autres personnes étant elles aussi dans une démarche constructive de réflexion sur soi, sur la vie.
Moi aussi je me sens seule au milieu d'un groupe de décérébrés. Quand bien même seraient-ils les plus gentils d'entre tous. Quand bien même les qualifierais-je d' « amis ».

Surmonter son enfance c'est faire passer les plaies qu'elle a engendrées à l'état de cicatrices. En revanche tu en garderas les stigmates. Ils sont inhérents à tes souvenirs.
Or surmonter une enfance difficile, quel qu'en ait été le degré de difficulté hein, c'est de l'ordre du possible. Non-négociable.

(Boris Cyrulnik a fait des travaux sur le concept de la résilience que j'ai personnellement trouvés intéressants.)

Le passif néfaste mal digéré infecte le présent qui lui-même compromet le futur.
On observe les mêmes effets que dans le cas de la gangrène qui s'étend sur un membre : les tissus sains finissent par pourrir. Symboliquement, la gangrène c'est ton vécu et les tissus sains c'est ton futur. En effet, le futur c'est une projection temporelle neutre puisque ce qui donne une couleur au temps c'est la manière dont tu l'expérimentes.

Mais tu peux bien évidemment te programmer une vie pas épanouissante pour deux sous. Facile. Bien plus facile même que de se battre en vue du contraire.
Malgré tout, ton futur n'aura pas été prédéterminé par Hiro, Seigneur de l'obscurité et celui-par-lequel-les-malheurs-arrivent (dans la mythologie maori), mais bien par tous les choix successifs que tu fais dans le présent, au fur et à mesure qu'ils s'offrent à toi.
Le tout c'est de réussir à faire en sorte que les événements passés ne vicient pas ces choix. Or ça, comme je le disais plus tôt, ça se travaille.

Tout ce pavé bien pompeux c'est pour te prouver qu'en réalité quand tu penses « Qu'est ce qui m'attend dans cet avenir ? (…) Je vais aller mal et être malheureuse. » c'est de l'auto-sabotage, ce n'est absolument pas une fatalité.



*« Le bonheur ? Qu'est ce que vous entendez par là ? »

Vaste problématique que tu soulèves ici ! Mais qui amène à des réflexions tellement intéressantes.

Citation :
Le bonheur, en philosophie, peut se définir comme l’état de complète satisfaction.
Dans la philosophie antique (Épicure), le but de la vie humaine est le bonheur, fin parfaite et Souverain Bien (summum bonnum).
La modernité (Schopenhauer, Camus, Sartre, Kant) est beaucoup plus pessimiste sur sa possibilité. Entre les deux, les morales chrétiennes ont tenté de remplacer le bonheur par la vertu comme but de l’existence.
Le bonheur ne se réduit pas au plaisir, car si le plaisir peut être atteint, satisfait, le bonheur lui ne se laisse jamais donner, il se vise, se projette : “Notre bonheur ne consistera jamais dans une pleine jouissance, où il n’y aurait plus rien à désirer; mais dans un progrès perpétuel à de nouveaux plaisirs et de nouvelles perfections” (Leibniz)
extrait du site la-philosophie.com

Tout ça pour dire, la définition du bonheur n'est pas universelle, chacun peut en avoir sa propre conception.
Mais pour peu que celle-ci soit raisonnée !

« Pour moi le bonheur, ça n'existe pas. Ce qui existe, c'est l'absence de malheur ». Okay. Tous les points de vue sont défendables.
Il faudrait néanmoins que tu développes un argumentaire pour appuyer ton propos.
Parce que sans ça, voilà ce que cette assertion m'évoque : ton idéal du bonheur est très restrictif puisque déterminé à partir de ta propre expérience. Qui n'a absolument pas valeur absolue.


*« Je ne supporte pas mon corps »
« J'aimerais me faire ôter ce qui fait de moi une femme »
« Tout ce qui est lié à la sexualité me dégoûte profondément. »

Bon, ton corps est source de souffrances psychologiques permanentes.
Il est temps de chercher et de trouver des solutions à ça. Et il y en a, sois-en persuadée.

Dans un premier temps j'ai quelques questions : as-tu évoqué les détails de ton passé avec les psy que tu as vus ? Leur as-tu parlé de ton rapport actuel à toi-même ?
Si non, pourquoi ne t'es-tu pas ouverte à eux sur ces points ?
Si oui, t'ont-ils orientée vers des exercices de ré-appropriation de son corps ?
Revenir en haut Aller en bas
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: De l'air...   Sam 9 Mai 2015 - 20:32

Voilà, je réponds enfin.
Ces deux dernières semaines ont été très difficiles. Je vais mal.
Le dégoût de mon corps est omniprésent et insupportable. Il m'empêche parfois de dormir tant j'ai envie de le détruire. Cette idée est lancinante, elle revient sans cesse. Je pense plusieurs fois par jour "Arrêtons là, j'en peu plus, je ne veux plus de cette vie, de ce corps, de ce monde."

En parlant du monde, il me dégoute chaque jour de plus en plus. Les gens dans la rue, à la fac, sur les réseaux sociaux. Ils me donnent tous envie de vomir.

J'ai eu plusieurs "crises d'angoisse" (je l'identifie comme cela mais aucune certitude). Sans raison précise, je commence à paniquer, mon cœur s'accélère et j'ai envie de me cacher six pieds sous terre. Comme une chose affreuse allait m'arrivait, comme si un prédateur rodait.

Je me suis rendue compte récemment en jouant à la "bagarre" avec un ami que j'avais perdu toute ma force (j'ai fait pendant plusieurs année des sports de combat, jusqu'à 16h de sport semaine). L'idée qu'un homme puisse me violer me fait frisonner et en même temps me révolte contre moi-même. Avec les études, je n'ai plus le temps ni l'énergie de m'entraîner comme avant. De toute façon, ça ne me plaisait plus mais le constat est là. Je suis vulnérable, je suis faible. Je suis une femme.

L'envie de mettre fin à mes jours se fait de plus en plus forte. J'ai peur.
Revenir en haut Aller en bas
SpreadThePlague



Nombre de messages : 1262
Localisation : Canada
Date d'inscription : 12/02/2012

MessageSujet: Re: De l'air...   Sam 9 Mai 2015 - 23:05

Je pense que les questions soulevées par Chihiro sont essentielles. Il faut que tu fasses un travail sur ton corps. Toutefois, excuse-moi, je n'ai pas tout lu. As-tu expliqué ici ce qui cause ce dégoût profond?

Fais attention à toi, et passe donner de tes nouvelles. Ne fais pas de conneries stp.
Revenir en haut Aller en bas
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: De l'air...   Sam 9 Mai 2015 - 23:15

Dans un premier temps j'ai quelques questions : as-tu évoqué les détails de ton passé avec les psy que tu as vus ? Leur as-tu parlé de ton rapport actuel à toi-même ?
Oui et oui.

Si oui, t'ont-ils orientée vers des exercices de ré-appropriation de son corps ?
Non. La seconde psy que j'ai vu à la fac était censée être différente et m'aider particulièrement avec mon corps mais elle ne l'a pas fait.
Revenir en haut Aller en bas
kelkun_kelkepart



Nombre de messages : 2885
Age : 28
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: De l'air...   Dim 10 Mai 2015 - 18:50

etre femme ne signifie pas forcément etre faible! ne laisse personne t'envahir avec ces préjugés sexistes!!

perso je suis une femme, pas sportive pour un sous, j'ai pas mal de soucis avec mon corps (différents des tiens) et pourtant je me considère bien plus forte que certain hommes!

alors c'est sur sur le plan de la force physique, j'ai clairement pas le gabari d'une tueuse, mentalement pareil au premier abord ça paie pas de mine mais il parait que niveau résilience je me débrouille pas trop mal^^

passons sur ma petite vie...


niveau bonheur, dans la vie y'a des hauts et des bas, c'est important d'accepter le mieux mais je pense que c'est aussi important de se dire que les choses ne vont pas...

en fait c'est vivre l'instant présent, etre là, meme si on se sent un peu bancal...

pour le monde, les gens, c'est vrai que c'est un peu pourri et enn regardant les infos on se dit que ça va pas s'arranger...
peut etre qu'il ne faut pas s'acharner à sauver le monde, juste faire sa part, meme si ça nous parais dérisoire: adhérer à une association, échanger/débattre avec des amis/connaissances sur les surjets de sociétés, mettre en avant nos valeurs, nos idées, s'éfforcer d'etre soi meme...

au niveau sport de combat y'a maintenant des scéances de self défences pour les femmes qui se sont fait/ont peur de se faire agresser... parais que c'est pas très compliqué et ça demande pas forcément une force physique exacerbé...

niveau psy peut etre essayer de reprendre doucement tes recherches.... je sais que c'est difficile, je sais que c'est parfois chiant mais je pense psy ou pas qu'il te faut un lieu, une personne avec qui tu puisse parler librement de tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: De l'air...   Mar 2 Juin 2015 - 12:05

Être une femme, c'est forcément être faible physiquement. J'ai pratiqué les sports de combat (boxe, free fight, lutte, jiu-jistu) de façon intensive (+ de 12h d'entrainement/semaine) pendant 4 ans. En matière de force physique, je sais de quoi je parle.

Mentalement, je suis quelqu'un de faible. Je ne l'ai pas toujours été mais ce n'est pas près de s'arranger.

Je supporte plus ce monde. J'aimerais pouvoir m'enfermer chez moi, couper internet et la télé, ne plus sortir. Hélas, je suis obliger de continuer à sortir pour aller à la fac, voir ces gens qui me dégoutent, m'acheter à manger, bref, rester un être humain civilisé.
Mais je n'en peux plus. Chaque jour, un peu plus je m'enfonce, il n'y a pas un matin, une nuit où je me dis "Il est temps de le faire, tu as déjà trop traîné".

Mon corps me dégoute, je me sens comme une merde, j'ai peur de l'avenir, tout ce qui m'entoure m’écœure, je me mets en boule je crie je pleure. Je suis épuisée, je vais finir par tout foutre en l'air.
Revenir en haut Aller en bas
kelkun_kelkepart



Nombre de messages : 2885
Age : 28
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: De l'air...   Mar 2 Juin 2015 - 22:01

ne soit pas persuadé que tu est irrécupérable!!

et puis qu'est ce qui t'empeche de temps en temps de faire ton ours mal léché dans ta tanière?

si tu juges que c'est bon pour toi tu à le droit de pousser une gueulante contre certaines absurdité, tu à le droit de te faire des week end sous la couette à glander sans internet, téléphone, TV...!

perso j'ai besoins de ces moments de calme, peinard, à rien fouttre... et si je peux pas pour X raisons ba je peux mettre des semaines à m'en remettre pour retrouver un minimum de repos

bref j'ai besoin, comme beaucoup de monde de rester au moins un jour ou 2 par semaines tranquille chez moi, en plus meme si je sort j'ai besoin de ne pas avoir de compte à personne, je choisis donc une activité SEULE, j'y vais SEULE, je me démerde SEULE
je n'hésite pas à dire à mes amis, mes connaissances que ce jour là j'ai pas envie de les voir, que j'ai besoins d'etre peinard

alors oui si on compte il ne reste que 3 ou 4 jours dans la semaine pour jouer au bonhomme social que l'on me demandes d'etre au quotidien mais encore une fois si je suis sociale H24 je pete un cable!

bref garde toi des jours, des soirées peinards, anticipe les obligations vitale (les courses) trouve des alternatives aux trucs chiants socialement (quand il fait beau prend le vélo au lieu de prendre le bus...) et puis si le sport te permet d'avoir un peu plus confiance en toi ba go!

physiquement la femme n'est effectivement pas programmé pour etre plus forte que les hommes mais les rares fois ou je tombe sur une émition sportive sur les femmes (je déteste le sport et rares sont les diffusions des compétitions féminines) à tord ou à raison, il s'en dégage une force extraordinaire, une force mentale, pas trop pourri par le fric (meme si je ne me fait pas trop d'illusions) mais aussi une force physique et je t'assure que beaucoup d'hommes n'aimeraient pas se retrouver en face d'elles!
il y a aussi certaines compétitions mixes, notament en voile où hommes et femmes sont à égalité et concourent ensemble!

bref encore une fois j'ai l'impression que tu te laisse envahir par des propos sexistes...

je peux comprendre que tu as peur de te faire agressée de nouveau, je peux comprendre que les implications de ces traumatismes ont détruit pas mal de tes repères et que tu à du mal à te retrouver, mais essaye vraiment de te dire que tu est une femme et que y'a rien de honteux à etre une femme, que tu peux en etre fière^^
Revenir en haut Aller en bas
Break & the legs



Nombre de messages : 4945
Age : 20
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: De l'air...   Jeu 4 Juin 2015 - 22:59

Ce sujet tourne en boucle...
Peux tu répondre aux autres points levés par tout les membres qui t'ont répondu?
Ce que tu en penses, ce que tu ressent, ce que tu aimerais.. autant de points à développer que de portes qui t'ont été tendu dans les réponses:

Sur l'auto persuasion de ton malheure, sur le bonheur, les exercices physiques (je ne parle pas que de sport de combat, je parle bien d'excercies physiques), les aides que tu as autour de toi (en gros, ton milieux de vie. Présent, là. Pas ton passé qui te pourris l'esprit), et j'en passe...
Concrètement, qu'elle carte tu as en main, celle que tu n'as pas celle que tu aimerais...

M^me dans le sujet tu t'auto sabote, à ne pas aborder d'autres sujets qui remettraient en question ton avenir ôh si certainement funeste.

Il y a donc un point que je soulève: qu'est ce que tu es venu chercher ici? Qu'est ce que tu attend de nous? De ce forum, de tes postes...
Si pour toi tu es si certaine que tu n'as aucune autre solution possible, aucune voie de secours à ta situation actuelle mis à part la mort, je ne vois pas le bute de venir poster ici.

Laisse toi un peu d'air, arrête d'étouffer tout ce qui réclame de vivre chez toi.


Je finirais ce pavé asez chiante par: la force d'une femme.
Revenons à l'escentiel: tu t'entraines pour te défendre si jamais un homme ou une femme t'attaque pour te faire du mal, quelqu'en soit la nature.
Déjà, pardonne toi une chose: ce n'est pas de ta faute si un porc à cru qu'il était cool de t'abuser sexuellement.
Ce n'est pas la faute d'un homme ou d'une femme s'il se font agresser parce qu'ils n'ont pas réussi à se défendre contre l'adversaire.
Parce qu'à la base, on ne devrait pas en arriver jusque là pour qu'un non ou un oui soit compris.
C'est certes théorique, mais ça reste la base.

Revenir en haut Aller en bas
Stana



Nombre de messages : 2717
Age : 42
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 05/10/2012

MessageSujet: Re: De l'air...   Ven 5 Juin 2015 - 14:40

Le fait que ton corps, et tout ce qui touche de près ou de loin à la sexualité te dégoutte est tout-à-fait compréhensible après ce que tu as vécu. Violer quelqu'un, surtout lorsqu'il s'agit d'un être très jeune, c'est l'utiliser comme un objet, sans tenir compte de sa sensibilité, de ses ressentis en tans que personne, en tans qu'Autre. D'après les psys c'est ça le plus difficile, et de nombreux témoignages concordants le démontrent.
Dis-toi bien une chose: cet homme ètait une ordure-il ne faut pas avoir peur des mots- qui ne mérite en aucun cas que tu te détruise pour lui, ou que tu gâche tout le reste de ta vie. Ce serait lui faire trop d'honneur, le laisser gagner...essaie de voire les choses sous cet angle. Ce n'est pas ta faute: tu es tombée entre les mains d'un prédateur, et tes parents-qui déjà avaient déclenché un mal-être chez toi (leur propre mal-être peut expliquer leur attitude à ton egars, mais nullement la justifier: c'est le rôle des parents d'être responsables de leurs enfants, de veiller sur eux, de les protèger et de les guider sur les chemins de la vie quoiqu'il en soit)-ne t'ont été d'aucun secours, bien au contraire. Ils sont aussi fautifs que ce pédophile, c'est mon avis!!! Tu mérite mieux que passer le reste de ta vie à souffrir à cause de personnes qui se sont comportées de cette manière vis-à-vis de toi.

Point positif: tu as dis que tu AVAIS pensé être asexuelle-ce qui bien sûr n'aurait pas été une tare-donc tu sais maintenant que tu ne l'es pas...donc tout est encore possible, tu n'es pas complètement détruite^^

C'est positif aussi que tu doive sortir, avoir un minimum de vie sociale, contrairement à ce que tu pense. Rester couchée sur ton lit, chez toi, du matin au soir ne ferait que te fare t'enfoncer plus encore dans les idées noires. Je sais que la tentation est grande de se couper du monde, de s'enfermer chez sois et de ne plus jamais en sortir, mais heureusement c'est souvent impossible, et les personnes qui le font ne s'en sortent pas en général: j'en ai connu...
Accomplir les gestes du quotidien, voire du monde, même si c'est très difficile, bref vivre tout simplement, est la meilleur chose à faire.

Cela dit, je te comprends: moi aussi le monde me révolte, il m'a toujours révoltée, son prosaïsme me dégoutte. Mais il arrive toujours que nous tombions, deci-delà, sur de bonnes personnes. Tu pourrais être surprise Smile crois-moi, tout n'est pas blanc, tout n'est pas noir, c'est plus compliqué que ça.
Ne te prive pas de futurs bonheurs-je sais que celui-ci peux sembler inaccessible, mais il y a toujours une possibilité de bonheur, j'espère bien qu'un jour tu le sauras sunny -à cause de la méchanceté de certains. La meilleure revanche que tu puisse avoir sur eux tous est de te reconstruire, de te donner la possibilité de devenir la personne que tu es déjà au fond de toi, en dépit des revers de la vie.

Ce sera probablement long et difficile, je ne vais pas te mentir, mais au bout du chemin, le jeu en vaut la chandelle^^chaque petit pas en avant a son importance; on a l'impression que c'est une goutte d'eau dans la mer, un grain de sable dans le désert...et alors? La mer, le désert sont constitués de millions de gouttes d'eau ou de grains de sable Smile il n'y a pas de petit progrès. Lorsque tu as une embellie, essaie d'en profiter au maximum-comme tu le peux bien sûr; ce peut être des petites choses toutes simples dans un premier temps-sans trop penser au lendemain: on ne sais jamais de quoi demain sera fait, tout peu arriver, en bien comme en mal. Une fois que tu auras accepté cette idée, tu pourras profiter de chacune de ces embellies, le temps qu'elle durera (tous les bons moments, même les moins importants EN APPARENCE méritent d'être vécus, et font que la vie mérite de l'être), et un jour, ce sera plus durable^^d'ailleurs, même lorsque c'est bref, ça te prouve que les portes de la vie ne te sont pas fermées...

Puisque tu aime l'écriture, tu pourrais essayer de mettre certains de tes ressentis noir sur blanc, et de les apporter à ton psy, ce serait peut-être plus facile pour toi de lui parler après.

Tu pense que le bonheur est impossible pour toi parce-que tu ne l'as pas encore connu, pas vraiment, mais ça ne veut pas dire que la roue ne vas jamais tourner sunny

Une dernière petite chose: tu as des pensées suicidaires, c'est un fait-comme plusieurs d'entre nous d'ailleurs-mais une partie de toi, la meilleure partie, souhaite qu'on te sauve de toi-même, sinon tu ne t'en serais pas ouverte Smile c'est cette partie-là, celle qui tend malgrès tout vers la vie, que tu dois ècouter.
Revenir en haut Aller en bas
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: De l'air...   Sam 6 Juin 2015 - 19:19

Brise-Patte : Je suis venue ici parce que je me sentais très mal sur le moment. Je cherchais du réconfort, quelqu'un à qui parler. Aujourd'hui, voilà ce que j'aimerais : ne plus être aussi mal dans mon corps. J'aimerais me débarrasser de cette pression sociale qui dit que je dois être ce que je ne suis pas (il y a encore quelques mois, je ne pensais pas que ce genre de chose pouvait me toucher, mais force est de constater que si). J'aimerais pouvoir garder les yeux ouverts quand je prends ma douche et ne plus pleurer quand j'essaie de regarder mon corps dénudé. J'ai toujours pensé que ça irait mieux en vieillissant, en fait c'est bien pire.
Voilà, pour l'instant, c'est ce que je désire le plus je crois.

Stana : Merci pour ton message, ça m'a fait...du bien. Comme tu l'as dit, ce prosaïsme me dégoute mais que faire pour ne plus avoir envie de pleurer, de me rouler en boule et de hurler quand j'y suis confrontée ? Ce genre de réaction semble totalement disproportionné mais c'est ce que j'ai envie de faire/ce que je fais. Comment faire pour le prendre avec plus de distance et non personnellement ?
Revenir en haut Aller en bas
Break & the legs



Nombre de messages : 4945
Age : 20
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: De l'air...   Lun 8 Juin 2015 - 21:51

Tout d'abord, merci d'avoir répondu aux questions.

Pour toute ses envies: qu'est ce que tu es en mesure de faire pour les assouvir aujourd'hui?
Le plus gros des poids est évidemment ton amertuve envers ton corps.
Est ce que tu as déjà essayer d'en prendre tout simplement soin?
Perso, des exercices de relaxation m'ont fait beaucoup de bien pour me le réaproprié.
Mais peut être penser à un meilleur suivit pourait être plus envisageable pour avancer sur ce point, non?
Tu dis avoir eu jusque là des psy et médecin qui ne t'on pas aider. Tu en as testé 3.
Donc tu n'as évidemment pas tester toute les solutions. Rien n'est condamné, franchement.
Une amie qui avait elle aussi pas mal de porblèmen avec son corps à fini par voir en dernier recourt une psyhcomotricienne. Et ça lui a fait du bien, pas à pas. Et pourtant elle en avait essayer avant des pro pour l'aider, mais rien n'y avait réellement fait.

Pareil pour le suivit psy. Les psy c'est un peu comme le jeux de la roulette: t'en as des bien, des moins bien, des qui t'irons des qui te les casseront... Faut pas rester sur une mauvaise expérience et en faire une généralité.

Le monde est tellement vaste en pratique et en culture pour nous aider à reprendre contacte avec notre corps!
Dire que tu as tout essayer et que rien ne changera c'est t'auto couper l'herbe sous le pied.
Ne lâche pas.
Je ne pense pas que c'est prendre de la distance avec celui ci qu'il te faut. Mais apprendre à le voir autrement que comme un boureau, une chose sale, une chair qui te fait souffrir.
Ca prend du temps, on progresse tous de manière différente (et les manières, je les ai citées plus haut). Il faut prendre son courage à deux main et y aller pas à pas.

Revenir en haut Aller en bas
Stana



Nombre de messages : 2717
Age : 42
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 05/10/2012

MessageSujet: Re: De l'air...   Mar 9 Juin 2015 - 9:55

Si mon message t'as fait du bien, j'en suis très heureuse Smile

Oui, je sais que ce prosaïsme et tout ce qui vas avec peux faire très mal, et je la connais bien, cette envie de se rouler par terre etc il m'arrive moi-même d'être obligée de crier pour relâcher la pression. Cela dit, quant on prends sur nous, quant on se montre fortes en public, qu'on garde la tête haute, qu'on est apparemment imperméable à tout ceci, c'est une vistoire sur nous-même et sur eux, une satisfaction personnelle^^
Ce que tu dois faire c'est te concentrer sur les points positifs de ta vie et de ce monde, t'entourer des bonnes personnes, et essayer de laisser le reste pour ce qu'il est...
Revenir en haut Aller en bas
kelkun_kelkepart



Nombre de messages : 2885
Age : 28
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: De l'air...   Mar 9 Juin 2015 - 11:22

et si tu essayais de te confronter, à ton corps, à ton mal etre?
juste quelques secondes/minutes pour commencer

mais j'ai l'impression que depuis des années tu refuse d'aller mal, tu ne te l'autorise pas, tu passe ton temps à combattre cette "faiblesse"

autorise toi à crier, pleurer, te rouler en boule!

essaye de te regarder dans le mirroir, de te dire que tu existe, que malgré tous les défauts que tu peux avoir tu à aussi des qualités!

comme ont dit les autres entame une thérapie corporelle, prend soins de toi...

c'est sur que ce n'est pas évident, que ça va t'arracher les tripes, mais là encore, ça été déjà dit: ce mal etre est légitime!
Revenir en haut Aller en bas
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: De l'air...   Mer 10 Juin 2015 - 14:48

Je suis outrée, dépitée, dégoutée et triste.
Ce midi, je suis sortie pour aller commander à emporter dans un restaurant. Le serveur a l'air sympathique, il prend ma commande. Lorsque je reviens chercher mon plat, sous mes yeux, le serveur se décale alors du comptoir pour pouvoir mater comme un gros porc les fesses d'une cliente entrain de partir. Il fit un bruit de babouin en rut et appela un autre serveur pour qu'il puisse lui aussi se rincer l'oeil. Il s'est ensuite mis une claque sur le dernière pour bien montrer que c'était cette partie du corps qui provoquait chez lui une réaction digne d'un macaque.

Bravo ! Bravo. J'applaudis. C'est beau l'humanité ! Une paire de fesse dans une robe et les hommes ne pensent qu'à mettre leur sexe dedans ?

Qu'ils aient ce comportement animal est une chose, qu'ils ne s'en cachent pas devant des clientes est inadmissible.

Voilà ce qui m'arrive quand je fais l'effort de sortir. Je devrais y retourner et foutre un coup de boule à ce beauf sans cervelle. J'en ai marre. J'en ai marre. J'en ai marre.

Je déteste ce monde. Ils me donnent tous envie de vomir. Qu'on fasse péter les bombes nucléaires, il n'y a vraiment rien à sauver de l'espèce humaine.


Edit : ça m'a fait du bien d'écrire ce pavé. Maintenant je peux retourner étudier mes cours calmement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'air...   Aujourd'hui à 22:58

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'air...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: