Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mon père, l'alcool

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ide

avatar

Nombre de messages : 497
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Mon père, l'alcool   Lun 30 Mar 2015 - 21:48

Il n'y a sans doute pas de réponse à donner à un topic comme ça.

Mon père est alcoolique. C'est ce que ma mère m'a répété pendant des années, depuis un certain temps j'en doutais faute d'avoir le sentiment d'en avoir eu la preuve absolue, bien que j'aie toujours été habituée à le voir "un peu bourré" chaque soir, mais son attitude à l'instant me prouve qu'elle ne mentait pas. Ma mère elle-même a une relation à l'alcool que je trouvais juste un peu louche du temps où j'habitais chez elle : tout en parlant de l'alcoolisme comme de Satan, elle me faisait des éloges saoulants (calembour) de son sacro-saint verre de vin rouge par jour qui l'aidait à dormir, dont elle ne voulait pas se passer, et elle n'hésitait pas certains soirs à doubler la dose.

Bon j'ai évité pendant très longtemps de toucher à l'alcool tout court, pas que j'en aie eu jamais fort envie. Ça m'intéressait pas, il n'y a jamais eu de facteur social pour m'y encourager, j'avais pas envie d'en prendre l'habitude, et puis peut-être qu'une aura glauque d'échec et de dépression y était associée dans ma tête.

Y a juste eu un jour, alors que je traînais avec des filles sympa durant un voyage scolaire (c'était exceptionnel pour moi traîner avec des gens et j'appréciais) où à un resto, elles ont semblé tenir à l'idée de m'initier à l'alcool et m'ont encouragée à goûter à trois fonds de verres, j'ai trouvé ça bon et puis c'est tout. Le soir où j'ai pensé me suicider, j'ai bu en pensant que ça pourrait peut-être m'aider et pour la première fois j'ai senti comment ça "réchauffe" et engourdit agréablement. Mais ça ne m'a pas donné envie de recommencer par après parce que je savais que les effets diminueraient progressivement pour la même dose et du coup je serais obligée de l'augmenter si je m'y habituais et donc ça m'intéressait pas. N'empêche j'avais entendu dire qu'un verre de vin par jour, sans plus, c'est bon pour la santé.

Je me suis donc dit que ça pourrait être une bonne habitude à prendre, me rendre mes soirées peut-être plus supportables, même si l'idée me répugnait toujours un peu. Depuis deux trois jours donc, j'emportais un verre de vin dans ma chambre.

Ce soir mon père m'a vue. Et y a quelques minutes donc, il débarque : "je peux entrer ?". Je le sens mal, je lui donne la permission, et là il me fait tout un laïus sur le fait que boire de l'alcool c'est pas bien, que je vais m'y habituer et tu ne sais pas ce que ça m'a coûté, moi. Ça m'énerve, je me sens gênée, je proteste un peu mais bon, il n'en démordra pas, alors de mauvaise grâce je lui donne le verre juste pour qu'il la ferme. Et c'est vraiment pas parce que ça me manque, ce verre. Franchement ça me fait pas grand-chose de ne pas boire une goutte de plus. Mais j'aime pas cette scène que je viens de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Tatie Lem

avatar

Nombre de messages : 2472
Age : 29
Date d'inscription : 10/08/2011

MessageSujet: Re: Mon père, l'alcool   Lun 30 Mar 2015 - 22:08

C'est peut-être le fait que tu emportes le verre de vin dans ta chambre pour le boire seule, plutôt que le fait de boire, qui a inquiété ton père et l'a poussé à venir te parler ?

Tu avais envie de le boire, ou tu t'es convaincue de le faire à l'aide de certains arguments ?

Si je me souviens bien d'un vieux cours de biochimie, "le verre de vin rouge chaque jour" tient sa bonne réputation des tanins qu'on trouve dedans, qui sont antioxydants, donc ralentiraient le vieillissement cellulaire (concrètement, protection cardio-vasculaire à dose modérée me dit Wikipédia). Le thé vert et le jus de raisin en contiennent aussi, beaucoup de mesures d'hygiène de vie participent à la réduction des risques cardio-vasculaires, le vin rouge n'est pas un élixir magique, on ne peut pas vraiment dire qu'il est "bon pour la santé".

Revenir en haut Aller en bas
Ide

avatar

Nombre de messages : 497
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Mon père, l'alcool   Lun 30 Mar 2015 - 22:35

Non, je ne pense pas, je passe ma vie dans ma chambre de toute façon, j'emporte sans cesse des trucs à manger dans ma chambre, c'est le fait que c'était de l'alcool.

Ben c'est certain que je souffre de mes angoisses et je crois que je me suis dit "t'en fais un peu trop, t'es pas papa ni maman, si ça te détend le soir c'est pas mauvais à prendre du moment que tu ne dépasses jamais un verre" et fallait aussi que j'assume l'idée de gérer seule les problèmes "alors même si un truc minuscule et obscur peut rendre les soirées plus cool ben c'est à prendre", un peu de résignation là-dedans. Peut-être une volonté de conformité aussi, "tout le monde boit".

Merci, c'est bon à savoir.

édit : j'essaie de trouver ce qui me dérange précisément dans ce qui s'est passé. Tout le principe, c'est sûr, c'est triste, mon père alcoolo et un peu bourré comme chaque soir en plus qui s'inquiète pour moi et y va de ce que ça "lui a coûté", en plus j'ai un peu peur qu'il ressente le besoin de revenir à la charge ou/et me surveiller à partir de maintenant et je me sens mal à l'aise à l'idée de le recroiser.
Mais p't-être aussi
- le fait qu'il me l'interdise ou pas loin, en tout cas il m'aurait pas foutu la paix si j'avais pas cédé, et je n'aurais pas eu la force de me disputer de toute façon. J'ai quand même plus de vingt ans...
- le fait que pour lui ce soit certain que si je continue, je vais devenir comme lui. C'est pas comme si son attitude était injuste ou quoi, c'est compréhensible, j'veux dire, il n'y a pas de raison à mon avis de lui en vouloir, mais j'essaie de comprendre pourquoi au fond de moi j'ai du mal à l'avaler et est-ce que ça ne va pas plus loin que le seul fait que cette scène ait été triste. Je suppose qu'au final la seule chose qui me dérange en plus du reste c'est l'impossibilité vécue de m'affirmer. Et m'affirmer, ça n'aurait pas du tout passé par le fait de continuer à boire crânement, mais juste discuter quoi, avoir une personnalité et des trucs à dire. Mais au lieu de ça je lui ai répondu avec l'agressivité passive d'un hérisson qui se roule en boule. Tiens prends ton verre, sors de la chambre, fous le camp, hors de mon espace vital. Et puis l'orgueil a dû jouer.

édit : j'écris ici mais je pourrais écrire n'importe où en fait. Fatiguée mais pas décidée à aller dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon père, l'alcool   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon père, l'alcool
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de prière pour mon père
» Notre Père!!!
» MES DEUX ALLERGIES: L'ALCOOL ET DIEU
» Prière au Père ! Que Dieu te bénisse toi qui lit cette prière !
» Saint Anne et Saint Joachim Père et Mère de la très Sainte Vierge, commentaire du jour "La parabole du levain"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Drogues et comportements addictifs-
Sauter vers: