Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Etudes et risque de rechute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Acier noir

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 03/02/2015

MessageSujet: Etudes et risque de rechute    Mar 3 Fév 2015 - 20:11

Je me lance.

En juin 2014, j'ai fait une TS une semaine avant mes examens de session 2 (c'est-à-dire, les rattrapages). Je suis toutefois allée à mes examens, que j'ai raté. Ma psychiatre à ce moment là m'avait très vaguement parlé de "me reposer". Un mois après, ne me sentant pas très bien, j'ai eu à nouveau des anxiolytiques (depuis mes études supérieures je fais des crises d'angoisses récurrentes). Mais la peur de rechuter était là. J'ai confié les médicaments à une amie. J'en ai parlé à ma psychiatre et je suis alors entrée en clinique.
J'y suis restée presque deux mois. Cela m'a fait assez de bien sur certains points. Du moins sur la culpabilité (beaucoup de culpabilité dans cette petite tête..) Mais j'ai eu une rechute un mois après ma sortie (grosse crise d'AM). Je ne pense pas que se soit à cause de l'anti-dépresseur que je prenais à ce moment là, mais plus une sorte de contre-coup face à ma sortie, le retour au monde extérieur;
Quoi qu'il en soit dès le lendemain j'ai arrêté de prendre mon AD. Ma psychiatre n'en est pas au courant, et continue à me donner des ordonnances (oui je sais c'est idiot je devrais lui dire).
Mais le fait est que je suis contre les médicaments, dans le sens où j'ai vu à quel point ça a affecté/ça a pu affecté mes capacités intellectuelles, en particulier au niveau de ma mémoire, et c'est quelque chose qui me rebute complètement. (Je prends des anxiolytiques et des somnifères fréquemment depuis 4 ans, j'ai décidé de tout arrêter depuis octobre). De plus, bien que je ne me sentais plus réellement triste lorsque je prenais mon médicament, je ne ressentais en fait plus aucunes émotions. C'est-à-dire que je ne ressentais même plus de joie, ou de colère, ou n'importe quelle autre émotion. Etant en dépression depuis un moment, j'ai toutefois des moments où oui ça va, j'arrive à me sentir bien, à rire, à profiter un tant soit peu de ce qui se passe autour de moi. Mais quand je prenais mon médicament je ne ressentais plus rien. Cela peut paraître idiot, mais je préfère ressentir pleinement mes émotions, quitte à avoir des périodes de profonde tristesse. Au moins, j'ai la sensation d'être vivante.
Pour moi il était/est inconcevable de continuer à ne ressentir rien puisque prendre un AD n'enlevait pas le risque de me AM (c'est pas une baguette magique)

Depuis octobre, je commence à aller un peu mieux. Bien que j'ai perdue pas mal de poids (je fais du sport pour éviter les envies de dérives, mais comme je mange peu je perds du poids, ce qui devient un peu problématique).
Mais depuis 2 jours j'ai reçu mes résultats de mon premier semestre (je refais donc une première année de droit), et je suis au rattrapage. Alors, pour le moment ça va, j'arrive à ne pas être dévastée par ces résultats, bien que je n'ai pas encore annoncé la nouvelles à mes parents (ce qui m'angoisse le plus est le fait qu'ils s'inquiètent que ça soit comme l'année dernière).
J'essaie de relativiser en me disant que l'essentiel est d'abord que j'aille mieux plutôt que forcément réussir mes études (mais bon la réussite aide parfois à aller mieux alors c'est un peu compliqué..)
Du coup, je me retrouve dans un schéma semblable à l'année dernière à devoir passer des rattrapages en juin. J'ai peur de rechuter. J'ai peur de faire à nouveau des crises d'AM (j'essaie de compenser en me défoulant au sport mais je ne peux pas risquer de perdre d'avantage de poids non plus). Je n'ai pour autant pas envie de reprendre mon AD, ou un anxiolytique pour gérer mes angoisses qui reviennent. Alors du coup je suis perdue. J'ai tout simplement peur de moi.
Sachant que je ne m'épanouie pas spécialement dans mes études. Je ne sais pas ce que je veux faire de ma vie, ni quel système d'étude me correspondrait le mieux (j'ai déjà consulté une psychologue pour ça, je sais bien que ce qui me branche est dans le domaine de l'art - j'ai fait 2 ans de beaux arts avant le droit, j'ai arrêté à cause de ma dépression - mais ça ne m'aide pas spécialement, vu que je n'ai plus confiance en ce que je fais, en ce que je peux créer).


- je m'excuse pour l'énorme pavé, mais je pense que si je ne développe pas un peu, il est compliqué de comprendre "mon problème" -
Revenir en haut Aller en bas
Chapelier

avatar

Nombre de messages : 3394
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Mar 3 Fév 2015 - 20:20

Tu as réussi à gérer le contrecoups de l'arrêt brutal des médocs sans soucis ?
Après 4 ans c'est pas facile d’arrêter ce genre de médoc.

J'imagine assez bien à quel points le fait d'avoir une complète insensibilité émotionnelle peut avoir de dérangeant. Ça va déjà mieux après seulement quelques mois sans AD ?

Tu dis avoir arrête après ta deuxième années en Art, tu te sentais bien dans ces études ?
Ta dépression à l'époque était du à quoi si ce n'est pas les études ?
Revenir en haut Aller en bas
Acier noir

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 03/02/2015

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Mar 3 Fév 2015 - 20:49

J'ai eu plusieurs périodes de sevrages assez éprouvantes (notamment à cause des anxiolytiques). Pour l'arrêt de l'AD je n'ai absolument rien sentie comme différence, si ce n'est le retour à la "normale" de mes émotions.
Si je commence à aller mieux je pense que c'est en grande partie parce que je prends du recul sur tout. J'ai toujours des phases de tristesse, de mélancolie et je pense que j'en aurai sans doute toute ma vie, seulement j'apprends à vivre avec et à être moins sensible à ce qui m'entoure. Du moins, j'essaie. Et c'est pourquoi, l'échec universitaire m'effraie. J'ai peur de rechuter parce que je sais à quel point je suis sensible, et que je peux facilement me laisser aller à l'auto-destruction.

Pour les études d'Art c'est compliqué. Je n'ai pas confiance en moi. Or aux beaux arts, tu dois faire des projets que tu dois présenter aux enseignants, et donc être face à la critique. La critique ne me dérange pas en soi, j'aime argumenter. Sauf que j'ai commencé à me poser des questions sur mon travail, trop de questions, au point à tout le temps me remettre en questions. Et donc à ne jamais trouver de "solutions". Rien n'est considéré comme indéniablement juste ou beau en Art. C'est ce qui est fascinant mais à la fois complètement déstabilisant. Pendant ces deux années d'études, ma confiance en moi n'a fait que diminuer, au point de ne plus réussir à faire quoi que ce soit. Je suis en blocage. Syndrome de la "toile blanche". J'ai des idées, mais je suis incapable de les réaliser, de passer le cap de "faire".

Je pense que ma dépression s'est déclenchée, ou du moins elle s'est réellement "manifestée" à ce moment là. Je veux dire par là que j'ai toujours eu des phases mélancoliques, mais ma souffrance n'était visible. Et je pense que aux beaux arts, le fait de perdre complètement confiance en moi, en ce que je croyais, à tout déclenché.
Revenir en haut Aller en bas
Chapelier

avatar

Nombre de messages : 3394
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Mar 3 Fév 2015 - 21:02

Ok, et ça c'est calmer maintenant ?

A prendre du recul sur tes phases de tristesses et de mélancolies où sur ce qui les déclenche ?

Est ce que tu considère que tes réalisations artistiques sont toi ?

Je suis pas du tout d'accord sur la question du rien n'est indéniablement juste ou beau en Art mais je suis pas sur que le débat soit pertinent ici.

C'est ta période aux beaux-art qui t'as fait perdre confiance en toi ou c'est simplement arrivé à ce moment la ?
Revenir en haut Aller en bas
Acier noir

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 03/02/2015

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Mar 3 Fév 2015 - 21:45

Le sevrage oui.

Prendre du recul sur ce qui déclenche la tristesse etc.

D'une certaine manière oui. Mes créations sont une partie de moi, et souvent la place de "l'intime" y était très présente (ex: quand j'avais commencé à décrocher complètement, à ne plus rien faire, j'avais fait tout un travail avec des énoncés sur comment montrer l'effacement, et ça faisait référence à mon propre effacement)

Je pense que c'est cette période qui m'a fait perdre confiance en moi, du moins j'en fais le rapprochement directe (+ tensions familiales mais qui étaient également en lien avec mes études)
Revenir en haut Aller en bas
Chapelier

avatar

Nombre de messages : 3394
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Mer 4 Fév 2015 - 19:46

Je comprends tout à fait que tu considère tes œuvres comme une part de toi, mais du coups quand on les critiques c'est toi qu'on critique et non pas tes réalisations.
Personnellement je crois qu'une œuvre d'art est un l'expression d'une part de soi. Du coups même si on leurs transmets toutes nôtres âme, ce n'est pas nous qui somme juger mais la manière dont on s'exprime, la forme et pas le fond.

Et du coups tu n'as plus confiance en tes œuvres non plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Acier noir

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 03/02/2015

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Mer 4 Fév 2015 - 23:53

Désolée de ne répondre que maintenant..
Non, je n'arrive pas à être fière de mes travaux, et même si on peut me faire des compliments dessus. Je n'arrive pas à croire en ce que je fais. Je remet tout en question par doute. Doute de ne pas être assez bien, assez suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Kaya

avatar

Nombre de messages : 169
Age : 23
Localisation : Marne
Date d'inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Jeu 5 Fév 2015 - 12:00

Les études supérieurs, c'est pas facile, surtout pour des personnes (comme nous, je suppose) qui sont fragiles à la base...
Si tu étais aux beaux arts, et en plus maintenant en droit, c'est sûr que des critiques et des échecs on en essuie.
Et forcément ça fait perdre confiance en toi ...
Après, et sans vouloir te faire peur, en droit, tu risques fort de t'en prendre aussi plein la tronche, et gratuitement... En L1 ca va encore, en L2 on est rodés, les profs se lâchent..
Il faut que tu essaies de te construire une carapace, même si c'est pas évident, mais c'est clair qu'il faut que tu travailles la dessus, que t'arrives à regagner un minimum de foi en toi, parce que sinon les critiques vont te miner...
Etant en L2 Droit et ayant également un problème de confiance en moi, dépression également etc... c'est pas du gâteau ... et c'est essentiellement la dessus que j'essaie de me concentrer, essayer de faire en sorte que les critiques ne m'atteignent pas, ou alors pas excessivement.
Et réussir à distinguer les critiques constructives, qui elles te feront avancer, des critiques gratuites qui ne sont faites que pour enfoncer et décourager les plus fragiles...
Bon courage à toi, et si tu veux discuter n'hésite pas !
Revenir en haut Aller en bas
Acier noir

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 03/02/2015

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Jeu 5 Fév 2015 - 15:34

Je sais à quoi m'attendre en ce qui concerne le droit (pratiquement toute ma famille a fait des études de droit, et mon frère, avec qui je suis en collocation, commence son doctorat). La critique y est totalement différente, étant donné que c'est théorique (contrairement aux beaux arts). Après bien sûr il y a des chargés de TD qui sont vraiment des enflures..
Tout comme toi j'essaie de travailler sur cette carapaces. Je pense que l'expérience des beaux arts m'a "détruite" en un point où n'importe quelle sensation d'échec (aussi minime qu'elle soit), m'affecte énormément. J'essaie de "prendre sur moi", mais je sais que c'est pas forcément la meilleure solution dans mon cas, où je vais faire comme si allait tout bien jusqu'au jour où ça explose est c'est plutôt.. moche..
Merci pour ton message
& gros courage
Revenir en haut Aller en bas
Kaya

avatar

Nombre de messages : 169
Age : 23
Localisation : Marne
Date d'inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Ven 6 Fév 2015 - 11:29

Hm c'est vrai que prendre sur soi c'est pas la meilleure solution..
Il n'y a pas des gens dans ton entourage, qui te disent que ce que tu fais est bien, qui te valorisent ?
Essaie d'accorder plus d'importance, de te focaliser sur les compliments qu'on te fait.
Et essaie de te convaincre toi même que tu as du potentiel, il faut que toi tu y croies, pour pouvoir ne vraiment pas accorder une importance excessive aux critiques qu'on te fait =)
C'est pas super évident ça c'est  clair ... mais quitte à se lever tout les matin, te planter devant ton miroir et te dire "Je déchire tout !" ...

edit: tu peux essayer de tenir un journal ou tu notes tous les évènements positifs, les choses que tu juges bonnes que tu as faite dans la journée, le travail que tu as accomplis etc... comme ça quand tu sens que tu commences à te dévaloriser un peu trop, bha tu relis ça... ça peut faire du bien...
Revenir en haut Aller en bas
Acier noir

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 03/02/2015

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Ven 6 Fév 2015 - 18:44

Mon copain est quelqu'un qui m'aide beaucoup à reprendre confiance en moi et qui me pousse à faire des choses. Maintenant, ça me gêne énormément de devoir compter sur les autres pour tenter d'aller mieux. Je veux dire par là que les relations ne sont pas quelque chose d'éternel. Ne pas y arriver seule, je ressens ça comme une faiblesse. Et je n'aime pas être dépendante des autres.
C'est drôle que tu me parles d'écrire une sorte de journal. A vrai dire, ça fait quelques semaines que j'utilise un carnet où j'écris des objectifs à faire dans la journée etc, et la plus part du temps j'y arrive. Et ça me fait plutôt plaisir, du moins je me dis que ça va, j'arrive à tenir le coup quand ça ne pas, j'arrive à faire quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
SpreadThePlague

avatar

Nombre de messages : 1262
Localisation : Canada
Date d'inscription : 12/02/2012

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Ven 6 Fév 2015 - 23:16

C'est normal au début d'avoir besoin de quelqu'un pour faire remonter la confiance en soi. Avec le temps tu arriveras à te rendre compte par toi-même de ce que tu vaux.

Même en abordant tes oeuvres sont divers angles, tu n'arrives pas à leur trouver une certaine qualité ?
Revenir en haut Aller en bas
Acier noir

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 03/02/2015

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Dim 8 Fév 2015 - 9:09

Je n'arrive pas à voir mes "oeuvre" sous différents angles, et je suis beaucoup trop exigeante
Revenir en haut Aller en bas
Trash Khan

avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 48
Localisation : En mon tort inférieur
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    Dim 8 Fév 2015 - 10:16

Un petit effet dunning kruger peut-être. Parce que l'art est une question de marketing. Par contre, l’œuvre d'art, le chef d’œuvre permet traditionnellement de dire aux autres (dans l'époque des corporations) ou à soi (dans ces temps d'égocentrisme masqués/révélés par des réseaux sociaux) que l'on a passé un cap, que l'on plante des jalons vers une impossible maîtrise, une vision inenvisageable du monde, un dépassement par définition contradictoire de soi, un contrôle et une sublimation orphique de la matière et de la vie.

Et celui-ci, bien que globalement frustrant car l'artiste voit essentiellement les murs qu'il essaye d'abattre, est ponctuellement réjouissant car constellé d'étapes à marquer d'une pierre blanche.

"L'homme n'est rien, l’œuvre tout", écrivit Stendhal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etudes et risque de rechute    

Revenir en haut Aller en bas
 
Etudes et risque de rechute
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Risque de Rechute après arrêt de Tysabri
» Un marqueur génétique pour une forme de leucémie
» Etudes aux USA
» Le magnésium diminue le risque de diabète
» [HEPM] Hautes Etudes Polytechniques Maroc (privé) Demande d'infos svp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: