Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un trop plein.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
roselikearose



Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Un trop plein.    Dim 16 Fév 2014 - 21:46

Bonsoir,

Je ne sais pas ce que je cherche réellement en écrivant ce poste sûrement à vider une partit de mon sac.

Je n'ai jamais été diagnostiquer dépressive, pourtant je suis un psychologue depuis mes huit ans. Je peux changer d'humeur d'un coup, il suffit d'un souvenir ou autres et mon humeur change, c'est fatigant. J'ai toujours fait ma tête de mule avec ma psychologue, je lui parle pas. Je me sens rassurée maintenant dans son bureau, mais je ne lui parle pas vraiment.

Je suis entourée mais je me sens horriblement seule. Je n'ai eu aucune enfance, on m'a toujours mis devant des faits à régler. Alors maintenant, quand il y a un problème à régler, c'est Rose que l'on appelle. Et je ne peux pas leur refuser, je n'arrive pas à leur dire que je ne peux plus gérer tout ça.

Leurs problèmes m'affectent...c'est comme ci...comme si en me racontant tous leurs problèmes ils en versaient une part en moi.

Je suis à bout émotionnellement, psychologiquement mais aussi physiquement. Et je ne sais toujours pas ce que je cherche comme réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Marguerite



Nombre de messages : 460
Age : 21
Localisation : Montpellier.
Date d'inscription : 29/09/2011

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Dim 16 Fév 2014 - 22:05

Pourquoi tu ne parles pas à la psy, tu te sens pas à l'aise ?

roselikearose a écrit:
Je n'ai eu aucune enfance, on m'a toujours mis devant des faits à régler.

Qui ça, tes parents ? Tu veux expliciter un peu sur les problèmes en question ? Genre mettre le doigt sur ce qui fait mal et gratter un peu.. C'est souvent libérateur.
Revenir en haut Aller en bas
roselikearose



Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Dim 16 Fév 2014 - 22:26

Je n'y arrives pas. Je bloque, je vais parler, mais pas de ce que je ressens, pas de ce que j'ai besoin, pas vraiment de moi. Je me sens à l'aise en anonyme, pas en moi même.

C'est un on générale, ils n'ont pas voulu me mettre devant instinctivement, c'est venu par hasard, mais une chose en entraîne une autre et la machine ne s’arrête plus.
J'ai entendue des choses, j'ai vue des choses, j'ai subie les conséquences de certaines choses qui m'ont fait mûrir plus rapidement, et une fis plus mûre j'ai sue d'autre chose et ainsi de suite.

Les problèmes dont les personnes viennent me parler? Ça varie de tout à rien. Elle pratique l'AM, il va falloir qu'elle me montre, il a perdu son grand père il va me détailler la douleur qu'il a ressentis, ect... C'est quelque chose que normalement j’arrive à gérer, en petite dose.
Revenir en haut Aller en bas
Marguerite



Nombre de messages : 460
Age : 21
Localisation : Montpellier.
Date d'inscription : 29/09/2011

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Dim 16 Fév 2014 - 23:11

En résumé, une grosse empathie difficile à gérer quoi  :/ 
Revenir en haut Aller en bas
Petite Luciole



Nombre de messages : 1878
Age : 32
Localisation : Entre-deux
Date d'inscription : 11/01/2013

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Lun 17 Fév 2014 - 14:50

Tu es comme une éponge qui absorbe toute l'eau, c'est-à-dire les émotions des autres. Et là, l'éponge est trempée, il faut qu'elle rejette toute cette eau, qui chez toi se manifeste ce "trop plein".
Voilà, et c'est exactement ainsi que j'étais lorsque j'ai vu ma psy pour la première fois il y a de ça une quinzaine d'années. J'allais la voir mais rien ne sortait, si ce n'est des sourires faux.
Jusqu'au jour où elle m'a demandée ce que je venais faire chez elle puisque je n’avais rien à dire. et là je lui ai écrit des lettres que je lui donnais à chaque rendez-vous. Ce fut le début de ma thérapie. ça sortait, en flot de mots incompréhensibles pour moi, qu'elle a su finalement me faire comprendre.
Je te dis cela pour que peut-être, toi aussi, tu trouves enfin la force de tout cracher noir sur blanc.
L'écriture, que tu peux partager avec elle, peut vraiment être d'un grand réconfort.
Revenir en haut Aller en bas
roselikearose



Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Lun 17 Fév 2014 - 18:33

J'aime la comparaison, elle est très réaliste.

Le problème, c'est que je ne me sens pas prête de mettre ça par écrit ni même d'en parler, et puis je me culpabilise beaucoup aussi, je ne veux pas être une sorte de contrainte, pourtant c'est comme ça que je me caractériserais, je ne veux donc pas en plus parler de moi car le passerais d'une contrainte à un fléau. C'est plus simple - même si je n'en peux plus - de garder tout ça en moi.
Revenir en haut Aller en bas
Break & the legs



Nombre de messages : 4945
Age : 20
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Lun 17 Fév 2014 - 19:18


tu m'excusera pour le ton un peu plus expéditif
je t'avais tapé un jolie pavé
que mon ordi à foutu en l'air en s’éteignant...
bref

si ça n'avance pas avec ton psy
et que déjà à la base
t'as pas envie de parler
bien envie de te dire que ça sert un peu à rien
t'as déjà penser à changer de psy?
pourquoi cette mustine?

Citation :
Je n'ai eu aucune enfance,

possible de développer un peu plus concrètement ça..?

Citation :
Et je ne peux pas leur refuser, je n'arrive pas à leur dire que je ne peux plus gérer tout ça.

alors, si, physiquement, tu peu leur dire
non.
bien sure, les situations, contextes, personnes, obligations..
font que c'est plus ou moins dur.
on est d'accord
dire non, c'est pas le truc le plus simple à apprendre des fois
alors déjà,
commence part te le dire à toi même
foure dans ton crâne
pour toi même, accepte le
que tu peux dire non.
Non, t'es pas la psy de truc, la bouée de sauvetage de machin, conseillère de X.
je te dirais bien de laisser tomber supergirl
tu vas juste y laisser des plumes
aide toi déjà toi même, si tu veux vraiment arriver à aider les autres

Car cependant, tu peux être une amie.
Et dans ce cas, cela implique, confier
toi aussi
des peurs des angoisses des problèmes des douleurs..
Je te dis pas non plus
de tous les envoyer se faire foutre
-à part si ce sont des
gros ounch ounch qui ne font que te couler vers le fond
sans se bouger le fion!-
mais de pas réagir en 'je sers de psy'.
plus en tant qu'amie, ce que tu as sur le coeur
comment tu ressens leur situation quand il se confient à toi
et leur dire aussi, clairement, que tu vas pas top non plus en ce moment
et que tu sais pas trop quoi leur dire.

forcément
tu vas pas sauté de joie quand une de tes poste va pas bien
quand tu apprend que le père de machin est mort
non forcément,
mais prendre de la distance, par rapport à ça
c'est ton ami
mais pas ton père.
Et leur dire 'go voir psy, non c'est pas -que- pour les 'fou'
c'est pas non plus à négliger
Revenir en haut Aller en bas
roselikearose



Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Lun 17 Fév 2014 - 21:20

Il a eu de la chance de survivre ton Pc, moi il n'aurait fait qu'une seconde.

Je suis d'accord que ça ne sert a rien, mais je m'y sens non dans son cabinet. Je ne pense pas que se soit un problème dû à la psy, mais plutôt un venant de moi. Je n'arrive pas, je me sens mal de devoir me.."plaindre" alors qu'il y'a forcément pire.

Je n'ai eu aucune enfance dans le sens que j'ai toujours été avec des plus grand que ce qui déjà n'aide pas, je n'ai pas eu toutes ces occupations tels que jouer ou autres. J'avais déjà des pensées très "glauque" sur notre société, ect..(bien sûre, en fonction de l'âge je ne pensais pas que notre partit politique étais blablabla, non, c'était un minimum coordonné avec mon âge.), de plus je n'étant jamais avec des personnes (a part a l'école, mais je ne m'entendais pas avec les élèves.) j'ai évolué parmi des conversations d'adulte, j'ai vu et écouté des choses (j'étais déjà bien trop curieuse en plus.) que je n'aurais pas du.


Mais j'ai vraiment l'impression de les laisser tomber quand je ne peux pas leurs donner de conseils ou autre alors leurs dire que je ne peux plus supporter...je culpabiliserais dix mille fois plus. Je ne sais pas dire non, je sais que c'est un défaut. Mais je n'y arrive pas.

Merci pour ta réponse.
Revenir en haut Aller en bas
stoulie



Nombre de messages : 181
Age : 24
Date d'inscription : 21/01/2014

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Mar 18 Fév 2014 - 12:02

Rose, j'ai vécu une enfance similère à la tienne, et je vais te raconter comment se trop plein à finit avec moi (attention mon cas n'est pas une généralité xD) j'ai finis par péter les plombs. Le fais d'être que avec des gens plus vieux, d'aider intel et intel. J'ai finis mon année de bac seule parce que je ne supportais plus les gens, être trop gentil et parfois n'effaste, je veux dire par la que tu les aides, mais toi ? Moi non plus je ne savais pas parler aux gens, je ne fesais que les aidés a regler leurs petits ou gros problèmes et ça ne m'a attiré que des ennuis... Et je viens juste d'apprendre la leçon ! Malheureusement dans la vie parfois il faut apprendre à être égoiste et vivre pour sois et non pour les autres. Aider, c'est bien, mais il ne faut pas s'oublier pour au tant. Parce que les gens, le plus souvent, pensent à eux et non aux autres. Il faut comme cela à était dit, que tu évites de faire l'éponge. Tu vas finir par confondre tes problèmes et ceux des autres.

Tu vois, je continue toujours a tenter d'aider les autres, mais je le fais sur ce forum, parce que quoi qu'il arrive ici les gens son super, mais je sais que quand j'éteint mon pc, je suis seule face à moi même. Il faut que tu te retrouves, et tu apprendras ici à parler, parler de toi et pas que des autres ! Tout en continuent à aider comme tu le peux. Mais fais vraiment attention à toi...
Revenir en haut Aller en bas
Helheim



Nombre de messages : 86
Age : 26
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 12/02/2013

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Mar 18 Fév 2014 - 20:30

Si tu as absolument besoin d’avoir l’impression d’agir dans l’intérêt d’autrui lorsque tu fais quelque chose, est-ce que tu penses que ça pourrait marcher de te dire que si tu n’as pas les ressources pour aider untel, c’est un service à lui rendre que de le lui expliquer et éventuellement de l’orienter vers quelqu’un qui les aura, ces ressources ?

Parce que pour aider une personne qui va mal, il faut avoir une certaine ressource. Si tu ne l’as pas toi-même, non seulement tu ne vas pas réussir à l’aider, mais en plus, elle va te plomber avec ses problèmes et vous serez tous les deux perdants.
Revenir en haut Aller en bas
roselikearose



Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Mar 18 Fév 2014 - 22:23

Merci pour vos réponses, vraiment.


Stoulie, je comprends ce que tu veux dire. Je ne suis pas rendu à ne plus parler a personne, seulement à en avoir l'envie. (Tout en gardant en moi le fait que je ne peux pas, que ça serait les abandonner, blablabla.)
Merci de tes conseils, je vais essayer d'en prendre part, quitte à m'affronter toute seule. Merci encore.


Helheim, je ne pense pas que ça pourrait marcher car ils me disent que je les aide, je ne pense pas pouvoir m'incruster cette idée dans le cerveaux. Je les orientes déjà vers d'autres personne dès que c'est possible, quand ils acceptent, mais il reste néanmoins le fait que c'est à moi qu'ils viennent en parler en premier, c'est a moi qu'il vont dans les détails ect, tu vois le truc? Je suis un peu aussi une messagère si on veut. Merci aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Break & the legs



Nombre de messages : 4945
Age : 20
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Mer 19 Fév 2014 - 12:25

mais ces personnes,
mis à part leur problèmes
tu partages des trucs avec elles?

Citation :
je me sens mal de devoir me.."plaindre" alors qu'il y'a forcément pire.
il y a
se plaindre
et
se plaindre
genre,
roulage dans la merde procratiquement
et
en avoir raz le cul sans perdre de vus qu'avancer, c'est cool

sans forcément se "plaindre"
aborder les sujets au lieu de tout foutre sous le tapis
des fois, wai, faut en passer par là
parce que sinon, oui, autant se plaindre et ne rien faire
aborder et travailler sur des problèmes
craquer et chialler et râler un bon coup
pour évacuer un peu
et repartir après

tu peux aussi dire que t'as eu une enfance
mais juste, un peu à côté de la plaque.
wai, des fois, nuancer des trucs
je trouve que ça aide
à relativiser aussi
je minimise pas que tu en as potentiellement chier
'fin bref, du mal à concrétiser ma penser
bref.
et mis à part le "j'ai pas eu d'enfance pour X et Y raisons"
là, maintenant, avec du recul
t'en penses quoi?
tu en tires quoi comme 'conclusions'?
Citation :

Mais j'ai vraiment l'impression de les laisser tomber quand je ne peux pas leurs donner de conseils ou autre alors leurs dire que je ne peux plus supporter...je culpabiliserais dix mille fois plus. Je ne sais pas dire non, je sais que c'est un défaut. Mais je n'y arrive pas.
aborder le sujet avec ta psy?
pour éviter d'avoir l'impression de te plaindre
tu peux prendre de la distance quand tu parles
avec ce que tu racontes
tu poses le problèmes
déjà, par écrit, par exemple
tu essaie de concrétiser le problème
sans rentrer trop dans les ressentis
utiliser des images, dire "c'est comme quand.."
placer des images et des situations, en t'y comparant
sans te mettre toi même au centre du sujet
-bonjour je m'exprime avec mes pieds-
ça peut aider
Revenir en haut Aller en bas
Helheim



Nombre de messages : 86
Age : 26
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 12/02/2013

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Mer 19 Fév 2014 - 13:08

roselikearose a écrit:
je me sens mal de devoir me.."plaindre" alors qu'il y'a forcément pire.

C'est subjectif. On a tous notre échelle de la douleur. Pour un même évènement, certaines personnes vont particulièrement mal le vivre voire être traumatisées tandis que d'autres vont arriver à traverser ça. Ce n'est pas parce qu'il est arrivé à untel quelque chose de "pire" que toi que tes sentiments ne sont pas justifiés.

Ensuite, tu dis que tu les aides mais je ne suis pas sûr que ce soit en te tuant (au sens figuré) que tu vas rendre tes amis heureux. Et si ce sont vraiment tes amis, je ne crois pas non plus que ce soit ce qu'ils veulent pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Petite Luciole



Nombre de messages : 1878
Age : 32
Localisation : Entre-deux
Date d'inscription : 11/01/2013

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Mer 19 Fév 2014 - 14:53

Si tu n'arrives pas non plus à parler de ta souffrance par écrit avec ta psy, tu peux peut-être lui écrire déjà ce que tu as écris plus haut :
Spoiler:
 
C'est une spécialiste, elle aura sûrement quelque chose à répondre, mettre en place qqchose avec toi.

Et pourquoi te sens-tu bien dans son bureau? Qu'y a-t-il de "rassurant" ?
Revenir en haut Aller en bas
roselikearose



Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Mer 19 Fév 2014 - 23:23

Brise patte, tout dépends des personnes, il va y avoir des amis mais aussi des personnes de passages, je dois avoir un tête à aller tout raconter *rire jaune*


Je suis très nul à relativiser quand c'est pour moi même, comme on st "fais ce que je dis, pas ce que je fais." Je donne des conseils que je n'applique pas. Je pense que tu as raisons, que je devrais relativiser (et y croire.)

Mes conclusions, je m'en sors plutôt bien pour ce qu'il y'aurait pu se passer. Ça aurait pu être pire, mais ce n'est pas bien non plus.

Je pensais à arrêter mes visites chez la psy, mais je me sens là bas, ce qui me gêne c'est que là bas je n'ai pas l’anonymat que j'ai ici, je peux parler en Anonyme, mais en..en moi en vrai, c'est beaucoup plus compliqué.

Helheim, comme je l'ai dis plus haut, ce n'est pas toujours mes amis, et de plus je ne laisse pas paraître - je pense - que tous ça m'affecte.

Petite Luciole, ça pourrait en effet être une solution, mais je ne pense pas en voir l'envie non plus. Le fait de ne pas pouvoir doit déclencher un effet de non besoin, j'aurais besoin de sortir tout ça, et c'est ce que je fais ici, mais ici c'est plus simple. Même si ça ne vaut pas l'avis d'un expert, ect.

Je trouve son bureau joli déjà, et je me sens déjà bien dans les endroits jolis. Il y'a aussi le fait qu'il n'y a plus de bruits, même elle n'en fais pas, elle ne reste pas assise à rien faire, mais elle fait ce qu'elle a à faire sans bruit, j'aime bien. Et je n'ai aucun souvenir dans cette pièce, et c'est bien de pouvoir reposer son esprit en ne pensant à rien, pas de souvenirs est égal à pas de choses auxquelles penser.
Revenir en haut Aller en bas
Petite Luciole



Nombre de messages : 1878
Age : 32
Localisation : Entre-deux
Date d'inscription : 11/01/2013

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Jeu 20 Fév 2014 - 15:24

A vrai dire, je ne pense pas qu'il soit utile de continuer ce suivi, puisque rien ne s'y passe et comme lieu paisible, il y a les bibliothèques, pour être "en paix". (par exemple  Wink )

Et ici, tu ne te confies pas vraiment à nous en fait, ('fin, je le ressens comme tel  Surprised ); tu dis porter de lourds fardeaux, mais tu n'as rien dit sur ceux-ci.
Bref je pense que tu devrais y réfléchir sérieusement: voir comment tu pourrais entamer un vrai travail sur toi afin de ne plus "subir" mais dire "oh stop, y a pas marqué psy sur ma tête!".

J'espère ne pas "trop" te bousculer; mais je me devais de te dire ce que je ressens.
Revenir en haut Aller en bas
roselikearose



Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Jeu 20 Fév 2014 - 19:38

C'est vrai qu'une bibliothèque est calme, mais...pas comme son bureau, son bureau déclenche quelque chose de rassurant en moi.

C'est vrai que je suis restée vague. Disons que c'est un entassement qui me fait aller mal.
Pour mon enfance, j'ai vu une personne de ma famille pendue devant mes yeux par exemple alors que j'étais encore très petite, j'ai assisté à beaucoup de violence, ect.. J'ai vu plusieurs mort ce passer sous mes yeux, j'ai entendu des choses qui m'ont marqués à vie.
Ça m'a marqués au point qu'une enfant qui pense que la vie ne mérite pas d'être vécue car on finira tous par mourir, alors autant ne pas vivre et ne pas laisser les gens s'attacher à vous, pour ne pas qu'il souffrent, n'est pas très commun. J'avais des résonnements qui s'y collaient.
J'ai été abandonné par des personnes, qui comptaient - qui comptent toujours d'ailleurs - beaucoup pour moi, malgré mon jeune âge oui, mais quand ces personnes sont là depuis votre plus jeune enfance, et bien évidemment on est attaché, non?

Il y'a beaucoup de choses en fait, c'est surement pour ça que je ne me suis pas étendue sur le sujet.
C'est un peu comme un tas sur une personne, au début alors qu'elle est déjà fragile du son âge, on lui met un premier poids qui l'oblige à voir certaines choses alors qu'elle devrait encore être aveugle sur cette partie de la vie. On y rajoute un deuxième poids, sans la laisser se débarrasser du premier. Je m'exprime très mal ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Break & the legs



Nombre de messages : 4945
Age : 20
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Ven 21 Fév 2014 - 12:46

oui oui, on finira tous par mourir
ce qui ne veut pas dire que la vie
ne vaut pas d'être vécu


Citation :
mais quand ces personnes sont là depuis votre plus jeune enfance, et bien évidemment on est attaché, non?
pas forcément
c'est toi qui met l'importance que tu veux
sur les personnes que tu veux
bien sûr, je ne dis pas que tout fonctionne comme ça
aussi simplement, les sentiments
c'est pas logique, difficilement contrôlable
mais se détacher de certains poids
-qu'en s'est ce que sont certaines personnes proches de toi-
c'est possible, long, pas impossible
et à la longue
beaucoup plus vivable!

alors,
peut être que, plus que tes parents -aimant, précisions le-
ce sont, des parents
une source d'affection et de réconfort
qui te manque

oui, enfance pas cool
difficile de s'en remettre des trucs comme ça
mais pas impossible
et commencer pas y croire, ça serait pas mal
se donner une chance, ça serait cool

s'inscrire sur ce forum
et ouvrir ce sujet
prouve quelque part,
que tu veux pas servir constamment de bouée de sauvetage
que t'en a mare de ça
mais que tu voudrais t'en sortir
-sinon, autant rien écrire et se pendre tout de suite-

en résumé
tu cherches réconfort et moyen de t'en sortir
et à la fois
tu te bloque toi même
-enfin, c'est ce que je pense de tout ça-


Non, ce n'est pas que tu es conne si tu es dans ce raisonnement
on es tous un peu foutu des fois
un peu à l'ouest, plus ou moins
et ces bugs ont été causé part X ou Y trucs que tu à mal vécus
le tout est d'arriver à les "corriger"
dans la mesure du possible

objectif donc
apprendre à prendre et demander de l'aide

oui, ça fait un peu genre vérité suprême
mais c'est pas le cas
c'est surtout mon opinion

et je te dirais bien
plutôt que de déballer X Y truc à ta psy
demander, par exemple
ce qu'elle pense de toi
ce qu'elle 'voit' pour toi
ce qu'elle pense qui pourrait t'aider
(bonjour les phrases pas françaises!)

et d'ailleurs, changer de psy, possible?
ou en tout cas, voir un autre,
en plus
sans forcément changer.
te confronter à une personne qui ne connait rien de toi
peut être plutôt pas mal
pour commencer à "engager des voit de réflexions"
avancer quoi

ah et oui tien, t'en sous traitement?
Revenir en haut Aller en bas
roselikearose



Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Ven 21 Fév 2014 - 18:57

Je sais que ce n'est pas impossible, mais d'une certaine façon j'ai l'impression que pour tout autant je ne veux pas m'en détacher, car j'aurais peur de les oublier.

Brise-patte a écrit:

alors,
peut être que, plus que tes parents -aimant, précisions le-
ce sont, des parents
une source d'affection et de réconfort
qui te manque


Oui je suis d'accord sur la partie de l'ouverture de ce sujet, parler me fais du bien je crois, mais parler en anonyme.


Je vais réfléchir tant qu'à l’arrêt de la psy ou le changement ou bien même un supplémentaire - ce que sincèrement je ne pense pas faire.


Non je ne suis pas sous traitement, du moins je ne le suis pas pour psychologie.
Revenir en haut Aller en bas
Break & the legs



Nombre de messages : 4945
Age : 20
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Ven 21 Fév 2014 - 21:08

je me suis dis
que c'était un peu comme un deuil
le vide reste toujours là
quelques part
mais il prend moins de place
il est moins lourd, avec le temps

c'est pas parce que tu ne penses pas constamment à eux
qu ils disparaîtront de ta mémoire
enfin
je pense


Dernière édition par Brise-patte le Sam 22 Fév 2014 - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
roselikearose



Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Ven 21 Fév 2014 - 22:32

Merci "Brise Patte".
Revenir en haut Aller en bas
Petite Luciole



Nombre de messages : 1878
Age : 32
Localisation : Entre-deux
Date d'inscription : 11/01/2013

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Lun 24 Fév 2014 - 14:26

Ce que tu nous as révélé, l'as-tu déjà abordé avec ta psy? même "en surface", sans trop gratter dessous?
C'est, à mon avis, quelque chose qui pourra s'avérer utile et bénéfique pour la suite.

bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
roselikearose



Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Lun 24 Fév 2014 - 19:43

Je parle de la pluie et du soleil à ma psy - réellement - ou de choses peu futiles, quand je parle, donc non.
Revenir en haut Aller en bas
anaam



Nombre de messages : 706
Age : 22
Date d'inscription : 20/01/2013

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Lun 24 Fév 2014 - 20:21

donc quel est l'intérêt d'avoir un psy ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Petite Luciole



Nombre de messages : 1878
Age : 32
Localisation : Entre-deux
Date d'inscription : 11/01/2013

MessageSujet: Re: Un trop plein.    Mar 25 Fév 2014 - 15:46

anaam a écrit:
donc quel est l'intérêt d'avoir un psy ? Wink

Et oui, on en revient à cette fameuse question  Rolling Eyes 
Certes, tu te sens bien dans son bureau mais tu pourrais sûrement trouver un autre endroit où tu te sentirais tout autant en sécurité. Non?

*eh oui on ne va pas te lâcher  Twisted Evil *
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un trop plein.    Aujourd'hui à 22:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Un trop plein.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tellement triste...
» Écoute et Partage la Parole avec ton coeur
» La haine est-elle une pathologie ?
» Est-ce du magnétisme?
» besoin d 'information sur bac a graisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: