Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La vie active

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
SPM

avatar

Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: La vie active   Sam 8 Fév 2014 - 18:51

Je déteste me livrer sur ce forum, ça me fait prendre compte à quel point je suis déprimé.
Là j'ai vraiment besoin de le dire.
Quel est le sens que l'on peut donner à sa vie lorsque l'on a quitté le milieu scolaire ?
J'ai eu 21 ans récemment, pourtant je me sens déjà comme vieux.
Je dois avoir tout pour être heureux ; un CDI depuis 5 mois comme caissier de nuit dans une station service, un salaire confortable, un toit, une santé à peu près bonne, une personne qui est là pour moi.
Malgré tout ça je suis incapable d'être heureux. Je regrette depuis le jour où j'ai quitté le structure scolaire il y a 3 ans cette atmosphère si apaisante, si rassurante. On était ensemble, du même âge à peu près, on s'amusait insouciemment sans se préocuper de l'avenir. Ca, c'est perdu, à jamais. 13 années scolaires, c'était bien, mais en comparaison à peut-être encore 50 années de vie ...
Cette année, j'ai entrepris de repasser mon bac en cours du soir afin de retrouver ce cadre. Ce que je suis en train de faire. Depuis septembre, s'était opéré en moi une renaissance malgré l'extrême fatigue entre ça et mon travail de nuit. Ca se terminera en mai, et après terminé, re-errance. J'ai écumé les journées porte ouvertes depuis un mois, personne ne me laissera suivre des cours toute la journée avec mon travail de nuit à plein temps. J'ai écumé les cabinets de psychologie et de psychiatrie depuis deux ans, je reçois toujours le même discours. Après l'école, c'est la vie active. Point. Le but de la vie n'est pas d'être encadré pour toujours par des adultes, c'est devenir adulte, prendre ses responsabilités et éventuellement fonder une famille. OK. Mes responsabilités je les prend ; toujours prêt à travailler, rendre service quand il le faut, ça pas de problème. Après allez pas me raconter votre vie, je m'en fous complet. On parlait pas de ça, à l'école.
Depuis 3 ans, j'ai des flash, des visions, je me rappelle sans cesse à quel point c'était bien la vie quand on est enfant. J'ai eu une enfance heureuse, je devrais sans doute le regretter maintenant. Mes rêves, pareil. On me pense bipolaire mais j'y crois pas. J'ai des périodes d'euphorie où je me sens au dessus du monde entier, et des périodes de tristesse intense où je me sens vraiment, vraiment pas bien du tout. Mais c'est pas une maladie, c'est dû au contexte de la vie auquel je suis incapable de me calquer. Y a pas de médocs pour ça.
Comme je dis toujours, y a pas de solution puisque y a pas de problème. Je sais même pas ce que je voudrais vraiment. On peut pas revenir comme avant alors pour s'en rapprocher je sais pas moi, vivre comme dans un internat, avec des personnes comme moi. Mais une telle structure n'existe pas, et des personnes qui voudraient se faire délibérémmment interner sans doutes pas non plus.
Merci à vous, soyez pas méchant.
Revenir en haut Aller en bas
anaam

avatar

Nombre de messages : 722
Age : 23
Date d'inscription : 20/01/2013

MessageSujet: Re: La vie active   Sam 8 Fév 2014 - 22:19

Je vois pas pourquoi on serait méchant Wink

Déjà songé à prendre des collocations avec des gens de ton âge que tu ne connaitrais pas ? Tu pourrais retrouver cette vie en groupe, en communauté qui te manque.
Ou j'avais des amis en résidence étudiante (mais ils acceptaient les couples aussi qui travaillaient) et vu que la cuisine était commune ça fait pleins de gens d'âge différent qui étaient ensemble, tissaient des liens etc.
Sinon, je connais pas de structures comme tu décris, même si j'y ai souvent pensé aussi, ne serait-ce que pour se rapprocher les uns des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Darmowe

avatar

Nombre de messages : 4659
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: Re: La vie active   Lun 10 Fév 2014 - 0:06

Après si vraiment le fait de suivre des cours t'aide à aller mieux, l'inscription à la fac on peut pas te la refuser et ils s'enfichent complètement que tu travailles à côté ou non.
Sinon je sais pas où est ce que tu habites mais dans certaines villes, des facs proposent des cours du soir (c'est la cas dans ma ville, à paris...).

Sinon pourquoi as tu autant besoin d'être encadré par des adultes? Tu es capable d'être autonome, vu que tu bosses et tout, donc tu cherches quoi dans l'encadrement ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La vie active   Mer 12 Fév 2014 - 1:43

Hello, juste pour nuancer ce que dit Darmowe, si tu as besoin d'encadrement (au moins pour un temps, pas ad nauseam, mais histoire de trouver ta voie), je te déconseillerai formellement l'université, parce que c'est plutôt l'extrême inverse, et le décrochage est très facile puisqu'absolument pas balisé (en gros, tu as payé tes droits d'inscription, donc après les profs s'en foutent puisque sauf petits groupes, ils ne prennent pas le temps de connaître le nom de chacun dans leur amphi, donc concrètement, s'en cognent un peu de "t'encadrer"). Plus à voir comme des orateurs, ou si on le tourne à la cynique, comme des robots prestataires de services, des espèces d'audiobooks érudits capables de répondre aux questions. Juste pour éviter une déception.

Après, beh... ouais, les études, c'est encore "l'école" dans le discours commun où "la vie active" est l'étape 2. Sauf que les études, elles sont pas monodirectionnelles et téléguidées pour tout le monde, y'a pas forcément à se caler sur un truc à tout prix. Evidemment, c'est plus simple si tu sais d'emblée précisément construire un projet et le cursus à suivre pour y arriver, mais bon, faire le plan d'une vie, à... 21 ans ? Sérieusement, y'a pas de mal à se chercher un peu si tu as besoin de temps.

Et précisément, après le bac, si tu veux te spécialiser dans un domaine, la fac n'est de loin pas la seule issue. L'avantage de la fac, c'est que c'est souvent + facile à cumuler avec un boulot sur le côté qu'une formation plus "scolaire" intensive.

Juste à titre d'exemple, pas pour le fun de déballer ma vie palpitante (ironie, hein, mes chevilles vont bien), j'ai eu un parcours post bac un peu anarchique : une prépa en lettres après un bac S, une licence en université en langues, pour finalement me rediriger vers un DUT, donc une formation en IUT dans un domaine spécialisé rien à voir avec ce que j'étudiais avant. Aujourd'hui, j'en fais mon métier depuis quelques années et je suis content d'avoir pris le temps de construire mon projet professionnel un minimum. Sinon, basiquement, je pense que je serai rendu dans un labo à disséquer des grenouilles, j'aurais probablement été très capable de le faire aussi, mais je peux te certifier que je me ferais méchamment chier. Et quand je lis ton post, je vois que tu es volontaire, que tu ne rechignes pas à la tâche, et que tu n'attends pas que le truc te tombe dans le bec non plus, donc très clairement, capable, tu sembles l'être, ou au moins franchement dans l'optique de te donner les moyens de le devenir, parce que persévérant.

Par contre, le temps, et se garder une certaine marge de liberté et de choix, c'est aussi important pour mûrir un projet. Donc ne te braque pas uniquement sur l'aspect pratique et matériel (quand t'es habitué à toucher un salaire, c'est dur de se dire que tu vas lâcher ton boulot pour revenir au statut d'étudiant fauché qui bouffe des pates 6 jours/7). Parce que t'ôter cette liberté, c'est peut-être forcer ton choix pro, possiblement au détriment du reste de ta vie.

Je sais pas si je suis très lisible parce qu'un peu fatigué. Je te souhaite en tout cas bon courage pour la suite de tes démarches, et n'hésite pas à donner des nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
SPM

avatar

Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: Re: La vie active   Mer 14 Mai 2014 - 18:35

Re-Bonjour,

Excusez-moi d'avance de ne répondre que 3 mois après, j'avais besoin d'être dans un état d'esprit optimal pour réviser puis passer mes examens, qui se sont du coup achevés hier soir.

Vos conseils sont pleins de bon sens et je vous en remercie, depuis j'en sais possiblement un peu plus sur le pourquoi du comment. Alors je vous raconte ma life :

J'ai changé de doc généraliste récemment, la première chose qu'il m'a sorti lorsqu'il m'a écouté est que je ne suis bien pas bipolaire du tout mais ''souffre'' d'un trouble de l'identité. Bon, ça m'avance un peu quand même dans un certain sens bien que l'on ait pas su identifier la cause profonde, s'il y en a une. Ce qui est un peu bizarre, c'est que je ne vois aucune allusion à ce genre de trouble sur internet ou nulle part ailleurs, à moins que cela porte aussi un autre nom (et je ne suis surtout pas un Peter Pan). Bref je pense avoir compris le principe : en gros je voudrais encore avoir 10 ans, être à cet âge avec tout ce que ça implique, alors que j'en ai 21 et dois travailler pour gagner ma vie. Là où ça m'a surtout avancé, c'est qu'au moins je connais la raison de mes périodes de morosité, tca am etc qui ne se déclanchent jamais à l'école, mais au travail ou a la maison. Alors effectivement ça n'empêche pas de vivre convenablement, seul un manque plus ou moins fort selon les moments se fait sentir. Alors du coup je me suis quand même inscrit en DUT pour les 2 années suivantes, sur les conseils de plusieurs personnes, ce qui reste assez crédible puisque je risque d'être 1er ou 2e de la classe cette année ... tout en travaillant encore de nuit (enfin j'espère). J'ai trois mois pour apprendre à dormir 4h max par nuit (mais avec des périodes de repos aussi les w-e ...
C'est pas forcément raisonnable, j'en suis bien conscient, mais vraiment pas envie de me retaper encore des idées noires complètement nulles !

PS. Ah, si, au fait, une personne pense la même chose que moi apparemment : je suis tombé sur ce blog en saisissant ''l'école me manque''. Franchement, c'est tellement tout moi que j'aurais pu l'écrire si j'avais eu des talents d'écriteur -->

http://jeuneanecdotique.canalblog.com/archives/2012/10/01/25230562.html

(mais en fait je ne sais pas si j'ai vraiment le droit de mettre un lien. Vous verrez bien après tout).
Revenir en haut Aller en bas
kelkun_kelkepart

avatar

Nombre de messages : 2888
Age : 29
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: La vie active   Ven 16 Mai 2014 - 7:50

tu sais sans etre à l'école on apprend toute sa vie! il suffit d'etre un peu curieux:

se former à la musique, à une technique de dessin, bricoler, l'informatique....

tu peux etre autodidacte comme t'inscrire dans un club, les cours du soir, les échanges de savoir...

après c'est sur dans tous les cas c'est pas aussi cadré que l'école mais bon...

impression que plus que l'embiance scolaire tu crains de te ratatiner, de te griller les neurones sans les faire fonctionner par des apprentissages...

le cadre ba tu en à besoins parce que tu ne sais pas comment t'y prendre pour entretenir tes synapses mais en fait c'est pas ça qui te manques le plus...

tu l'a dit toi meme: tu te sent vieux et un vieux dans l'esprit commun ça à déjà appris la majorité de la vie et il ne lui reste plus qu'a croupir
regarde un peu autour de toi, des vieux y'en à surement et ils sont encore actif, curieux de beaucoup de choses!
perso je suis toujours étonée de voir la curiosité, les initiatives que peux prendre ma grand mere
elle fait ratatinée comme ça, bornée comme pas permis mais en fait au fond elle à encore une soif de connaissances et de découvertes énorme!
Revenir en haut Aller en bas
SPM

avatar

Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: Re: La vie active   Sam 17 Mai 2014 - 16:49

kelkun_kelkepart a écrit:
après c'est sur dans tous les cas c'est pas aussi cadré que l'école mais bon...

... alors ça ne m'intéressera pas.

Tout ce que j'ai pu entreprendre par moi-même s'est cassé la tronche car je n'en ressentais pas la motivation nécessaire. Je me suis notamment essayé à la musique, au dessin mais ait vite lâché. Même l'amitié !!! Durant l'année scolaire, désormais passée pour moi, j'appréciais beaucoup de retrouver mes camarades de classe en arrivant devant la porte d'entrée. Et sans savoir pourquoi, lorsque j'acceptais l'une de leurs invitations à se voir hors du contexte scolaire, je ressentais un profond sentiment d'ennui, pouvant parfois être assez angoissant. Le travail ne fait pas non plus exception, la seule différence étant alors la compensation financière pour laquelle je l'exerce.

Il n'y a vraiment que dans le cadre scolaire que je me sens vivre.

J'espère un jour avoir suffisemment de maturité (affective !?) pour comprendre les raisons de cette obsession et peut-être dépasser ce stade ''infantile''
Revenir en haut Aller en bas
amichaille

avatar

Nombre de messages : 205
Age : 23
Localisation : rouen
Date d'inscription : 02/05/2009

MessageSujet: Re: La vie active   Sam 18 Juil 2015 - 20:04

Je réagis longtemps après à ce post parce que je viens juste de le voir. J'ai pris 21 ans au mois de janvier, et ça m'a fait exactement le même effet. Je me sens aussi mal depuis, donc ce n'est pas moi qui vais pouvoir t'aider malheureusement, je me dis simplement que, peut-être, tu seras au moins rassuré de voir que tu n'es pas le seul à te sentir comme ça. Tu as tout dit ou presque, les cours me manquent, mon enfance me manque (alors qu'elle était loin d'être heureuse), j'ai l'impression de devenir folle tellement je ne fais que ressasser. Tu as peut-être raison, c'est peut-être du à une maturité affective, si ça avait une cause, ce serait déjà pas mal puisque dans ce cas là il pourrait y avoir une solution. Enfin bref, je vois que ma réponse sert pas à grand chose. Simplement, t'es pas tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
kelkun_kelkepart

avatar

Nombre de messages : 2888
Age : 29
Date d'inscription : 10/02/2007

MessageSujet: Re: La vie active   Dim 19 Juil 2015 - 13:34

perso je suis assez ambiguë dans tout ça:

ça à commencé toute petite: en maternelle les instit' disaient que je parlais casiment comme une adulte.
mes centres d'interrets aussi étaient déjà bien différents des autres élèves..

aujourd'hui encore sur certains aspects jes vis comme une personne agée, pour d'autrs je suis comme une mome

exemple: je suis couche tot_lève tot, je fait des sièstes dès que j'en ai l'occasion. bref j'ai un rythme de poule^^ je sort donc rarement en soirée parce que tout simplement je ne tiens pas debout le soir^^

niveau émotionnel idem en décalage permanent: je capte beaucoup de ressentis mais comme un enfant il m'est difficile de les comprendre, de les analyser, d'y répondre de façon adaptée... bref une éponge^^

niveaux activités et préocupations ba mes activitées de l'enfances sont toujours privilégiés: chant, bricolage, loisir créatif, le thème de la santé et du social (oui oui meme gosse c'étais mon kiff!)
bien sur ces activités ont évolué, muris avec l'age mais j'aime toujours autant réécouter des comptines, lire les bouquins pour enfants, manipuler des franfreluches, légos, mécanos, knex...
je me surprend parfois dans le rayon jouet en train de bidouiller tous les jeux à portée de main ou apprécie de me poser par terre à la fnac pour feuilleter les livres...

à coté de ça par la dépression et autres joyeuseté on me dit que j'ai une extrordinaire maturité, d'analyse sur moi meme, sur le monde...

_____________________________________

cette ambiguité, ce décalage permanent est parfois difficile à gerer, je sais aujourd'hui le ourquoi je suis infichue d'etre un peu cohérente dans tout ça...

après je sais aussi que tenter de resynchroniser les choses à tout prix c'est juste impossible et à part m'épuiser je ne vais rien obtenir
du coup ba je relativise un peu, je fait le minimum syndical pour pouvoir etre vaguement correcte quand je sort de chez moi et pour le reste ba j'essaye d'en faire une richesse, une qualité^^
Revenir en haut Aller en bas
SPM

avatar

Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: Re: La vie active   Sam 10 Oct 2015 - 21:25

* bordel je m'étais juré de ne plus mettre les pieds ici ça me fout le bourdon *

lol quand je vois mon premier message datant d'il y a 1 an 1/2 je constate que je n'avance pas.

amichaille merci simplement d'exister, je me sens effectivement insubreptisciblement moins seul. As-tu trouvé une solution si tu es encore là ?

Je squatte toujours les facs : DAEU, économie, sciences maintenant. C'est le seul truc que j'ai trouvé pour chasser cette horreur de pensée. Ca marche pas mal mais c'est toujours pas ça. Le week-end c'est horrible. Je ne sais pas quoi faire. A la fac, et surtout quand on m'invite, on me dit que je fais triste. Je ne ris jamais. J'en ai pas envie non plus. Les leçons sont dures à bosser car je ne travaillerai pas dans un poste à responsabilités. La fin du cursus, une hantise. La fin, définitive, du dernier cadre relatif à mon enfance. Je m'en irai peut-être dans l'humanitaire ; ou l'armée, même maintenant j'y pense quelquefois. Je n'ai pas d'autre idée pour changer radicalement de vie mais emportant hélas mes pensées avec moi. Pour l'instant il y a encore la fac, mais je ne sais pas si je tiendrai longtemps.

Désolé y'a rien à répondre là dessus. Je vais me coucher maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Brise-patte

avatar

Nombre de messages : 5088
Age : 20
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: La vie active   Dim 11 Oct 2015 - 18:58

Et du coup, t'as pensé à un suivit psy? Si tu en as déjà un, il en pense quoi lui?
(dsl pour la réponse courte et un peu chier)
Revenir en haut Aller en bas
SPM

avatar

Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: Re: La vie active   Lun 12 Oct 2015 - 6:14

Non t'inquiète merci...
Oui quand j'en avais (psychologues / psychiatres) c'était toujours le même refrain : pas ''prêt'' gnagnagna comme un espèce d'attardé (sans critique). Alors que non puisque ce ''problème'' j'en ai conscience dès, justement ma petite enfance où j'observais les adultes avec interrogation (dans le sens mais pourquoi ils continuent à vivre en fait ? ...). Du coup je m'en tiens à mon diagnostic, ou je ne suis tombé que sur des flemmards qui n'ont pas coulu entamer un suivi sérieux, ne me prenant pas au sérieux, ou bien j'ai dû louper quelque chose d'évident j'en viens à me poser la question. Je referai sûrement une dernière tentative de suivi si sans issue je ferai comme j'ai dis : changement radical au risque de me péter la gueule parce que c'est pas mon ''truc'' à la base ; armée, humanitaire, je pense aussi à être moine ou encore dans une troupe que sais-je. Je tenterasi bien aussi genre les groupes de paroles quitte à tout essayer on ne sait jamais après tout. Je ne sais pas ce qui existe sur Rennes aussi si quelqu'un sait !?
Excuses je réponds un peu comme les idées me viennent passé un week-end à chier, pas assez dormi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Shitai

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 14
Localisation : Près de Paris
Date d'inscription : 11/10/2015

MessageSujet: Re: La vie active   Lun 12 Oct 2015 - 21:48

Ça me fait bizarre de savoir que certains adultes regrettent l'école.
Revenir en haut Aller en bas
SPM

avatar

Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: Re: La vie active   Lun 12 Oct 2015 - 22:40

Haha oui je ne pense pas que ce soit la majorité. C'est plus a ton avantage d'avoir cette réaction que l'inverse...
Revenir en haut Aller en bas
Shitai

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 14
Localisation : Près de Paris
Date d'inscription : 11/10/2015

MessageSujet: Re: La vie active   Lun 12 Oct 2015 - 22:43

Pour moi, l'école n'est qu'un lieu ou les pires connards se rassemblent pour te faire chier. Si je pouvais passer direct aux études supérieures, je le ferai... Histoire d'être avec des gens un minimum matures. C'est vrai que la vie d'adulte doit être bien chante des fois, mais au moins on est tranquille, non ?
Revenir en haut Aller en bas
SPM

avatar

Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: Re: La vie active   Lun 12 Oct 2015 - 22:58

Ben je pense que ça dépend en effet surtout de comment tu vis ou as vécu les choses. L'école n'était pas toujours marrante, voire parfois ecoeurante, mais les moments de bonheur et de jeu que j'y ai vécu vallaient le coup de vivre. Aujourd'hui j'ai comme un sentiment de cryogénie, comme figé dans un morose quotidien. Après j'étais egalement très timide mais n'ai jamais vécu vraiment de mocqueries, qui m'auraient surement dégouté du milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Shitai

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 14
Localisation : Près de Paris
Date d'inscription : 11/10/2015

MessageSujet: Re: La vie active   Lun 12 Oct 2015 - 23:02

Peut-être qu'avant, l'école c'était mieux. Mais maintenant, y'a tout le monde qui se la pète, se donne des airs, qui écrase les autres pour être au sommet... Une mini société de cons. Enfin, je parle pour le collège, je n'ai pas connu les niveaux supérieurs, c'est peut-être mieux. Avec des amis à l'école, on se sent mieux, ce n'est pas le même train-train quotidien tous les jours. Mais seul, c'est vraiment de la merde.
Revenir en haut Aller en bas
SPM

avatar

Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: Re: La vie active   Lun 12 Oct 2015 - 23:15

Ce qui depend donc aussi de l'établissement ... Sur ça je te rejoint forcement. Les moments de solitudes étaient vraiment pénibles. Mais j'ai toujours fini par me trouver des camarades de jeu qui ne se prenaient pas la tête. Mais me concernant c'est surtout cette problematique de l'évolution qui pose probleme. En effet, tous les adultes qui ne regrettent pas leur enfance ne sont pas forcément passés par une période traumatisante a l'ecole. Ils ont su passer a autre chose, moi pas.
Revenir en haut Aller en bas
Shitai

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 14
Localisation : Près de Paris
Date d'inscription : 11/10/2015

MessageSujet: Re: La vie active   Lun 12 Oct 2015 - 23:19

À mon avis, à la fac ou même au lycée, ce n'est pas pareil qu'au collège. Tout le monde le dit, c'est le collège le pire. Donc en fait... Tu es encore un enfant dans ta tête, tu veux dire ?
Revenir en haut Aller en bas
SPM

avatar

Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: Re: La vie active   Mar 13 Oct 2015 - 6:45

Nope
Revenir en haut Aller en bas
Shitai

avatar

Nombre de messages : 54
Age : 14
Localisation : Près de Paris
Date d'inscription : 11/10/2015

MessageSujet: Re: La vie active   Mar 13 Oct 2015 - 23:08

Donc, c'est que tu n'arrive pas à tourner la page ?
Revenir en haut Aller en bas
SPM

avatar

Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: Re: La vie active   Mer 14 Oct 2015 - 19:29

Heuuu ... nope silent
Revenir en haut Aller en bas
Brise-patte

avatar

Nombre de messages : 5088
Age : 20
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: La vie active   Jeu 15 Oct 2015 - 21:15

Mon frère à eu une grosse période de grosse déprime, auto pourrissage de gueule dans laquelle il a voulu tout plaqué, et dans un élan de suicide social, s'engager dans l'armé (ce qui, je t'assure, ne l'aurait absolument pas été. Vraiment, c'était un suicide social et psycologique).

Finalement, il a tenu. Je pense qu'il a du douiller, je pense qu'il a du continuer sa vie longtemps en mode automatique pour ne pas penser, pour ne pas se flinguer la gueule. Et aussi pour attendre, peut être qu'au fond on y croit toujours un peu hien.

Et le temps à fait les choses. La situation est pas forcément des plus joyeuses, mais son regard sur elle à changé. D'ailleurs, je pense pouvoir dire que maintenant, il n'a jamais été aussi heureux de sa vie ^^

Alors voilà, tout ce que j'ai à te dire c'est de tenir, comme tu peux, et surtout, de ne rien lâcher. Il y a toujours des portes de secours, et portes de sortie et ton avenir il est pas condamné.

On a vu ressurgir la vie, de cerveau qu'on croyait moisis (depuis très longtemps).

Tu as déjà rencontré des personnes vivants le m^me problèmes que toi? Des qui ont réussi à passer ce problème?
Je pense que au point où tu en es, aller trouver des personnes avec le même ressenti que toi, ou qui ont eu le même que toi serait une bonne chose.
Pas pour larmoyer avec eux et stagner et rouler dans ton caca hien, mais
de un: pour te rendre comtpe que t'es pas seul (et souvent, ça fait du bien!)
de deux: parce que rencontrer des personnes qui ont réussi à passer ce problème peut sacrément te redonner l'énergie et la motivation pour remonter la pente.
Parce que t'aura vu que ton problème n'est pas immuable (rien n'est immuable, tout change), et que si maintenant c'est une sale passe, tu peux faire quelque chose pour que ça change.
Revenir en haut Aller en bas
SPM

avatar

Nombre de messages : 126
Date d'inscription : 24/11/2011

MessageSujet: Re: La vie active   Ven 16 Oct 2015 - 21:54

Merci oui en effet je trouve que la nomination ''suicide social et spychologique'' est adéquate. Consciemment ou inconsciemment c'est un peu ça l'idée, tout bazarder et voir ce que ça donne.
C'est toujours un peu mon état d'esprit, c'est d'ailleurs un peu ce qui se passe avec ma reprise d'études. Même si j'ai souvent des moments d'énormes bad, je me suis un peu resocialisé, je peux voir que j'ai parcouru beaucoup de chemin depuis le temps où je m'isolais dans une forêt !!!!.. Donc ça en valait la peine.

Justement, pour revenir sur ce que tu dis, c'est assez marrant (enfin marrant ...) mais c'est plutôt l'inverse qui se passe dans mon entourage. Déjà dans ma famille, même proche, on est pas des battants, clairement. Il y a quelques dépressifs, TS également, le plus souvent à se morfondre sans chercher à s'oxygéner. J'essaie souvent de proposer des trucs mais c'est vraiment pesant. C'est d'ailleurs peut-être un peu pour ça que j'ai du mal à m'en sortir, je n'ai pas eu une éducation de winner. Pour eux tout est fatalité pour tous ; par exemple quand j'ai commencé à développer ce TIS, on ne m'a pas aidé (RDV psy ...) c'était presque ma ''personnalité'' quoi. Côté amical c'est pareil, que des gens qui semblent ne rien faire pour changer leur vie.

Quelque part, quand je vois ces personnes de 50 balais qui sont dépressifs depuis longtemps et qui n'ont jamais rien fait à part rester chez eux à regarder la TV, ça me booste pour essayer de me battre. Mais c'est clair que j'aimerai bien aussi rencontrer des personnes qui étaient au fond du gouffre et qui s'en sont sorties. Ca peut aider à aller de l'avant. Mais en général il faudrait que je me confie pour que l'on entre sur ce sujet, or je ne me confie jamais.

J'aime être dans cet état d'esprit de battant. Je n'écrirai peut-être pas le même texte demain.
Revenir en haut Aller en bas
anaam

avatar

Nombre de messages : 722
Age : 23
Date d'inscription : 20/01/2013

MessageSujet: Re: La vie active   Ven 16 Oct 2015 - 22:01

Après, moi qui vis l'extrême inverse, je t'assure qu'être le dépressif au milieu des "battants" ou devrais-je dire des "normaux", c'est pas plus simple non plus.

C'est sûr que pour être motivé faut peut être t'entourer de gens positifs et qui croient en eux mais aussi en toi.

Mais tu sais, peut être qu'ils ont essayé les gens de ta famille, et qu'ils n'ont pas réussi....

Déjà, ce forum est-ce qu'il t'aide à prendre conscience que des gens s'en sont sortis ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vie active   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie active
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» compensation de l'énergie réactive!!
» compensation d'énergie réactive
» rendre l'énergie réactive statorique nulle
» Méditation active : La cave de Damo
» The active participle - ????? ??????????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: