Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Where is my mind ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Caramel

avatar

Nombre de messages : 31679
Age : 39
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 18 Fév 2013 - 17:03

Ne pas te couper des gens que tu aimes et qui t'aiment ?
Vider la merde ?

Je ne dis pas que c'est de la merde en barre, ce que tu fais. Du moins pas TOUT ce que tu fais, contrairement à ce que tu as l'air de penser.

Mais y a clairement un truc qui me fait vraiment flipper dans ton attitude, dans ta manière d'en parler, de réagir. Et franchement, j'te sens pas. C'est pas dans les faits. C'est pas le fait que tu picoles le soir, sérieusement ça je m'en cogne totalement. C'est pas le fait que tu renonces à l'HP. C'est pas tout ca. C'est vraiment un truc dans ton attitude et ta manière de réagir qui me fait franchement flipper. Pas très rationnellement, c'est vraiment un ressenti, mais je ne te sens pas.

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 24
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 22 Fév 2013 - 22:24

Je me sens comme un cas désespéré. Je sais plus quoi faire de ma pauvre carcasse de dépressive. Se forcer à parler, plutôt qu'à effacer les quelques mots déjà écrits, fermer la page et m'enfermer dans le mutisme. Se forcer à écrire, à faire sortir des trucs. Lâcher un peu le contrôle. C'est le genre de truc que je supporte mal. J'arrive pas à me résoudre à vous laisser me connaître vraiment, mais j'arrive pas à m'empêcher de projeter des trucs, pour avoir un retour malgré tout. Je me sens fausse. J'ai l'impression que tout en moi relève de l'illusion. Mes actes, mon vécu, mes mots, mes attitudes, mes pensées. Bordel je me sens mal, je me donne envie de pleurer. Pourtant j'en ai marre de me lamenter. A croire que je ne sais pas comment faire autre chose. Je m'insupporte. Quand je me regarde dans le miroir, j'ai juste envie de le briser ou de cracher dessus. Quand je regarde qui je suis, je me donne envie de m'enterrer vivante, de souffrir, encore plus. Je me supporte juste plus. Je suis tellement vide d'intérêt, c'en est affligeant. Toujours à se conformer aux cercles que je fréquente, aux personnes à qui je parle. Putain mais quel gâchis. Juste quel gâchis. Je serais jamais heureuse tant que je vivrais comme ça. Tant que je serais comme je suis. Et ça vient d'où tout ça ? D'un putain de manque d'affection, d'un putain de passé fait d'insultes et de désintérêts, d'abandons, de coups bas, de confiance trahie et de viols d'émotions. Je les déteste tous. Tous ceux qui m'ont tant blessées, qui m'ont ignorée, frappée, insultée, mise à l'écart. Ces gosses débiles à qui je voulais ressembler, pour être acceptée au moins quelque part. Je déteste ma putain de famille, je déteste être la fille qui va mal, la fille qui n'a jamais brillé, la fille qu'on a honte de présenter. Je voudrais les tuer, ces mecs de qui j'ai tout accepté parce que c'était mieux que d'être toute seule. Je les hais, ces putains de mecs qui ont profité de mes faiblesses pour tirer leurs coups et se barrer ensuite. Je les hais, tous ces gens qui ont creusé un peu plus le fossé dans lequel je m'enfonce aujourd'hui. Et pourquoi, au final ? Je sais qu'ils m'ont jamais aimé, tous autant qu'ils sont. Je sais que j'étais quand même toute seule. Des illusions encore. Des putains d'illusions de merde. je suis devenue une putain de machine à plaire, pas aux mêmes genre de personnes parce que j'ai bien compris que ce genre là je ne leur plairait jamais. Mais tout de même. Incapable d'assumer qui je suis dans le fond du fond, incapable de le montrer. juste capable de produire un hologramme plus ou moins bancal de quelqu'un qu'on pourrait apprécier sans trop de difficultés; Putain je me dégoûte. Dégoûtée de tout ces trucs dont je parle pas par peur d'être jugée et abandonnée. C'est marrant non, j'arrête pas de dire partout que j'aime pas les gens, mais au final j'en suis complétement dépendante des gens. Je peux pas vivre sans eux, sans un jugement positif, sans leur acceptation. C'est tellement pitoyable. Être acceptée, être acceptée, comme si c'était le plus important. Le plus important, ça devrait être de pouvoir être qui on veut. Au final, j'ai perdu de vue qui je suis vraiment. Je suis un arbre des possibles. Si x aime les personnes comme si, je vais tout faire pour m'en rapprocher, tout en étant y pour z. Et ainsi de suite. Caméléon. Mythomane accessoirement. Je change, je modifie, j'altére ce qui ne me plait pas chez moi pour un peu de reconnaissance. De la merde. Je peux plus me supporter. Je peux juste plus supporter toute cette pitié que j'ai pour moi-même, pauvre gamine paumée incapable d'être quelqu'un. Et jamais satisfaite de qui elle prétend être. pourquoi vous croyez que j'édite tout le temps ce que je poste ici ? Je supporte pas de voir les défauts de ce que j'ai créé. Parce que me créer des personnalités, des problèmes, des réflexions, des attitudes, c'est le seul truc que je sais faire. Et voir que même ça c'est imparfait, ça me tue à petit feu. C'est normal d'être aussi... superficielle ? J'ai de plus en plus mal quand on me dit "je t'aime". Parce que c'est pas à moi que ça s'adresse, ça s'adresse à une putain d'illusion. Je suis un mirage. Vide à l'intérieur. J'ai rien. Pas de passion, pas de rêves, pas de raisons de vivre, pas de personnalité. Je suis vide, vide et encore vide, il y a rien qu'une enveloppe qui se remplit de ce qu'elle peut en absorbant les façons d'être d'autrui. C'est pathétique. Je suis pathétique et je me vomis. Et je vomis tous ceux qui m'ont faite comme ça. Mes parents, qui ne m'ont jamais dis je t'aime, mes parents qui ne m'ont jamais dis qu'ils étaient fiers de moi, mes parents qui ne m'ont jamais félicité alors que je faisais le maximum, mes parents qui ne m'ont jamais appris que l'important c'était pas d'être la meilleure, la plus géniale, la plus belle et la plus talentueuse, qui ont insinué le contraire en moi. Mes parents qui glorifiais mes frères et me laissaient de côté. Mes parents qui durant toute mon enfance n'ont pas cessé de me dire "il faut que tu travailles encore plus", "il faut que tu maigrisses", "il faut que tu apprennes ceci ou cela", il faut, il faut, il faut. Et moi qui les écoutais, qui faisait tout ce que je pouvais pour au final les voir se désintéresser aussi vite que c'était venu. Je les hais. Je les hais, encore aujourd'hui, de passer leur temps à mettre mes frères sur des piédestal. Particulièrement le plus âgé. Une des meilleurs amies de ma mère il y a pas longtemps que je rencontrais par hasard quand j'étais avec elle en tête à tête : "Ah, tu as une fille ? Je croyais que tu n'avais que les deux garçons ?". Ahah, bam, dans les dents. Ça a toujorus été comme ça de toute manière. ils parlaient d'eux, jamais de moi. Ils me laissaient vivoter tranquillement, à l'écart de la vie de famille. ils étaient là uniquement quand je faisais un faux pas. Ils ont construit la machine que je suis aujourd'hui. J'aimerais juste que mes parents et tous les salles gosses ou les gens qui m'ont détruite psychologiquement de l'intérieur prennent ma place 24h. Ça leur ferait peut être comprendre dans que lcalvaire intérieur j'évolue. Non je gère pas en ce moment. J'ai jamais géré. Quand j'étais à l'école primaire je gérais pas, quand j'étais au collège je gérais encore moins, quand j'étais au lycée on m'a achevé et maintenant, je suis juste dans un état tellement piteux que j'essaye d'avancer mais que je perds des bouts en route. Route qui n'est plus très longue. J'arrive pas à me reconstruire. J'arrive pas à aller mieux, même si je ne voudrais que ça. Je ne voudrais que ça, aller bien, assumer qui je suis, etc. Mais non, je ne peux pas, j'ai pas été façonnée sur ce modèle. Alors je suis censée faire quoi ? J'en reviens au seul truc vrai et réccurent chez moi : mon envie de mourir. D'arrêter les frais, d'arrêter de souffrir, d'arrêter de me prendre la tête. Tout arrêter, sauter le pas. Comme B., Comme A., comme C. Comme tant d'autres. Après tout à quoi bon ? Je suis rien, je l'ai jamais été, j'existe pas. Vous, vous allez surement me dire le contraire, mais je sais que c'est pas vrai. Je sais que je vous ai menti, plus ou moins consciemment, sur à peu près tout. Je me suis montrée comme je pensais que vous pouviez m'apprécier, m'accepter, ou que sais-je encore. J'ai imité à ma manière les personnes que j'admirais. Mais je me suis quasiment jamais laissée aller à être moi. alorsd est-ce qu'on peut dire que je vie, que j'existe vraiment ? Que je suis quelqu'un ? Je crois pas, et c'est putainnement déprimant. 19 ans sur terre pour quoi ? Pour être rien ? Déprimant.
Santé.
Revenir en haut Aller en bas
Trash Khan

avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 48
Localisation : En mon tort inférieur
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 22 Fév 2013 - 22:55

Je connais des personnes fausses jusqu'à la moelle. Tu n'en fais pas partie. Can you cope with it?
Je t'aime bien toi. Pas mon miroir. Pas l'image que tu essaye de donner. Tu n'es pas ce caméléon qui va agoniser si on le pose sur une couverture en patchwork, tu as des choses en toi.

Et tu auras beau dire et beau faire, on t'aimera. C'est comme ça. Si ça peut te permettre d'avancer sans crainte que tu sois démasquée et qu'on se barre tous en te crachant à la gueule "Tu nous a trompé".

La seule personne que tu as essayé de tromper, c'est toi.

Faudra que je parle de ces personnes là. et Caramel pourra t'en dire beaucoup aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 24
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 22 Fév 2013 - 23:49

Putain mais faites que ça s'arrête. Je vais faire un carnage.
Revenir en haut Aller en bas
Stoic & the Fish

avatar

Nombre de messages : 1282
Age : 33
Date d'inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 23 Fév 2013 - 1:49

Citation :
juste capable de produire un hologramme plus ou moins bancal de quelqu'un qu'on pourrait apprécier sans trop de difficultés
Citation :
Mythomane accessoirement. Je change, je modifie, j'altére ce qui ne me plait pas chez moi pour un peu de reconnaissance.
Citation :
pourquoi vous croyez que j'édite tout le temps ce que je poste ici ? Je supporte pas de voir les défauts de ce que j'ai créé.
Citation :
Toujours à se conformer aux cercles que je fréquente, aux personnes à qui je parle.

Désirabilité sociale,auto-censure,identité and co.On en est tous plus ou moins là non?Tu crois vraiment etre la seule à arrondir les angles,à travailler des projections qui plaisent en essayant qu'il reste suffisamment de toi à l'intérieur?
C'est que tu es probablement plus lucide et exigente avec toi-meme que la plupart des gens.

Je ne sais pas pour les autres en fait,j'extrapole seulement qu'ils se farcissent les memes questionnements mais merde moi je joue à ça tout le temps,avec les amis,les inconnus,les collègues,la famille,ici,ailleurs.Pour autant je ne crois pas que ça fasse de moi qqun de faux.Meme si les hologrammes comme tu dis ne sont pas toujours raccords entre eux.Meme si j'ai un mal de chien à supporter que les différents cercles s'entremèlent parceque ça me confronte directemment aux contradictions les plus évidentes.

Il en reste toujours qqchose,des constantes,des gouts et des comportements récurrents,et pas forcemment ceux qu'on a l'intention de projeter d'ailleurs.
Quel que soit la part consciente de la démarche ça t'échappe à un moment donné.On ne prend pas seulement en compte ce que tu veux renvoyer.Il y a forcemment des défauts dans tes créations,des angles morts et à un certain niveau ça participe aussi à ce que l'on perçoit de toi.

Tu as déformé ou inventé des éléments de ta vie.Tu es déja revenue là-dessus.Ca ne te suffit pas?
Alors tu peux les reprendre un par un et voir à quoi ça renvoie,identifier les choses qu'il y avait derrière si c'est pas déja fait.Les exprimer volontairement et explicitement ou juste etre attentive à leur laisser le champ libre de temps en temps.
Revenir en haut Aller en bas
Aloysius

avatar

Nombre de messages : 1376
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 23 Fév 2013 - 9:18

http://www.youtube.com/watch?v=OmB5nXSm4y8
"Au fond, je m'en bats pas les couilles de ce que disent les gens
Je me perds entre ce qu'ils attendent de moi et ce que je suis vraiment."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 23 Fév 2013 - 12:56

J'étais "comme toi" avant.

J'ai envie de dire que t'es pas pitoyable de dire ce que tu ressens. C'est plutôt courageux. On peut pas toujours ressembler aux héros de séries et films super classes qui sortent toujours la bonne réplique au bons moments.

J'ai envie de te dire que t'as pas besoin d'être parfaite pour être aimée. Que tu n'as pas à évoluer vers une personne géniale à la personnalité géniale à la vie géniale blablabla.

Envie de dire de ne pas hésiter à aller à Abadie si ça tourne mal. Tu sais, je me suis fait une amie qui a bossé là-bas, et qui m'a dit que le Dr Pommereau était juste génial et l'équipe très compétente, elle avait l'air très optimiste. J'ai beaucoup pensé à toi.

Et puis y a un tas de gens prêts à t'écouter, et ça c'est vrai, sincère, ils ne te considèreront pas avec pitié, ils ne te verront pas comme la-fille-qui-va-mal, mais comme une amie dont on prête attention, avec amour.

Santé.
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 24
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 23 Fév 2013 - 12:59

Pas la peine de se prendre la tête. J'arrête de trop réfléchir. Déconnexion de cerveau.
Et je vais arrêter de me modifier pour essayer de plaire, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Trash Khan

avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 48
Localisation : En mon tort inférieur
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 23 Fév 2013 - 14:40

La mauvaise nouvelle: tu ne plais pas à tout le monde.
La bonne: t'es pas obligée de plaire à tout le monde.
L'excellente: t'es pas obligée d'aimer tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 24
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 25 Fév 2013 - 22:59

Everybody is going to go to hell, anyway.

C'est désespérant. Clope au bec, je repense à ma journée. Casse-gueule, on m'a vrillé la cervelle à la tronçonneuse. J'me suis pointée à mon concours avec deux heures de sommeil dans le sang et une hypoglycémie notoire, comme ça si je déchante le 04 mars je pourrais toujours arguer que c'est d'la faute à mon corps pourri et à mon estomac récalcitrant (même si ce serait incontestablement de la mauvaise foi de bas étage, ça me rassure voyez).
Demain je commence mon boulot de serveuse. La belle affaire. Ça promet d'être fun, j'ai bien du mal à m'imaginer servir des pastis à des péquenots de 50 balais et à récurer des tables. J'ai un peu peur de m'faire arnaquer sur ce coup là vu que je vais bosser au black m'bon, j'ai toujours aimé l'adrénaline de l'illégalité donc au pire je pourrais me flageller en toute impunité.
Des fois quand je regarde ma vie je me dis que c'est quand même un beau bordel. Un merdier qui me donne souvent l'impression d'avoir un flingue collé à la tempe en toute circonstance. Je marche sur un fil, comme d'habitude. Le moindre faux pas et c'est parti pour les fractures.
Je me sens un peu seule. Ces derniers temps j'ai achevé de tuer 99% de mes relations suivis IRL. C'est un peu déprimant, cette tendance incontrôlable à l’auto-sabotage quand même. A force de non-réponse, de refus voire de pétage de câble à la "dégagez, m'touchez pas, me parlez pas, dégagez, j'veux pas vous voir" faut dire que les quelques potes que j'avais en ont bien marre et c'est logique. Finalement Laurence t'avais sûrement raison en disant que j'étais odieuse ces temps-ci. J'ai envie de dire que j'y peux rien mais en fait ce serait vraiment pas crédible parce que si j'étais pas aussi conne socialement parlant, j'en serais pas là. Bon, faut pas non plus abuser, j'ai pas tous les torts, c'est pas de ma faute si les autres sont un combat permanent. Ou peut être que si. Au fond on s'en fout, ça change pas mon problème, mon joli sentiment de solitude préfabriqué. J'aimerais bien que plus de membres de ce forum soit de Bordeaux, j'pourrais vous proposer d'aller boire un verre dans un bar, voire d'y passer la soirée. A la place je vais sûrement me contenter de sortir et d'essayer de choper un plan cul, histoire de me remplir un peu parce que faut pas oublier que c'est un peu vide là-dedans.
En fait, c'est plutôt désespérant, ouais.
Revenir en haut Aller en bas
Caramel

avatar

Nombre de messages : 31679
Age : 39
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 25 Fév 2013 - 23:34

Hum. Je peux difficilement te proposer une collocation parce qu'au point où on en est, on va gentillement devoir commencer à s'empiler les uns sur les autres.

Par contre, si je te propose de prospecter pour voir si y a des places de stage comme éduc dans une institution qui fournit des chambres aux stagiaires, quelque part dans la région (typiquement : l'institution où ont bossé I. et J, ou l'institution où bosse I.), tu serais partante ?

Ca te rapproche d'un endroit ou tu as une vie sociale.
C'est un taf moins chiant que se faire pincer le cul par des poivrots amateurs de pastis.
C'est payé, et avec le salaire de stagiaire en Suisse, le loyer de la chambre, c'est jouable.

Ca serait une expérience professionnelle dans le domaine.
Payée.

Et éventuellement une porte ouverte à une formation d'éduc en Suisse.

Réfléchis y, prends le temps, mais je suis parfaitement sérieuse en proposant ca.

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Mar 26 Fév 2013 - 15:25

Cara, je commence à croire que tu es payé par le gouvernement suisse pour augmenter leurs quotas d'étudiants éducateurs français.
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 24
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 1 Mar 2013 - 1:07

Je suis juste dégoûtée de qui je suis. De ce que je pense. De ce que je fais. J'ai pas envie de me mettre à penser que tout ça c'est la faute à la dépression et pas la mienne, blabla. Porter des œillères c'est pas mon truc.
Pourquoi je suis comme ça ? Pourquoi je ressens le besoin de faire mal aux gens qui m'aiment et me soutiennent, ou même pas, juste qui sont sympas avec moi ? Pourquoi je supporte tellement mal d'être entourée, ou qu'on s'approche de moi, que j'ai juste envie de dégager tout le monde de ma vie ? Pourquoi je suis incapable de prendre ce qu'on me donne sans avoir envie de tout foutre en l'air parce que je le mérite pas et que je vais de toute manière tout faire foirer à un moment donné ?
J'en peux plus. D'être moi. Je sais pas comment changer. Je vois pas comment on peut changer des pulsions, des trucs que j'arrive à peine à me retenir de dire ou faire. J'ai juste envie de péter un cable, de hurler sur le gens, d'utiliser tout ce que je peux pour les faire souffrir, physiquement ou moralement. JE veux pas qu'ils m'approchent, qu'ils me soutiennent quand je suis incapable de le faire à mon tour, qu'ils m'aiment alors que la moitié du temps je les déteste parce que je suis qu'une conne ingrate et égoïste.
Sérieusement, c'était quoi mon trip de ce soir ? Ça vient d'où ? Pas d'élément déclencheur, je m'attendais à passer une bonne soirée et au lieu de ça j'ai été imbuvable, franchement désagréable, et je doute pas d'avoir pu être vraiment blessante. Ça me tue.
Je suis de plus en plus à fleur de peau, mardi soir j'ai pété un cable sur un mec dans la rue. J'étais incontrolable, en pleine crise d'angoisse, hystérique. J'avais qu'une idée en tête, le frapper, l'insulter, lui faire comprendre à quel point on peut avoir mal. Je voulais juste qu'il souffre autant que je souffre. Je voudrais que tout le monde autours de moi souffre autant que moi je peux avoir mal.
J'ai peur de moi-même, dans tous les sens du terme. Peur de passer à l'acte et de me buter, parce que j'en ai tout le temps envie, ça me suit partout. Peur de pas me buter, peur de vivre, de continuer à souffrir, à être conne et à faire le vide autours de moi. J'ai peur de tout. J'en peux plus. J'ai beau me bouger le cul concrètement ça change rien. C'est même de pire en pire. Ouais, les manières de se manifester varient, mais intéreurement c'est juste de pire en pire, et je sais pas quoi faire. J'ai jamais vraiment su mais là j'ai plus de pistes. Les pulsions, les crises d'angoisse, de nerfs ou de larmes prennent juste le dessus tout le temps.
J'ai envie de rien, quand je me demande où je voudrais être, avec qui, ou des choses comme ça il y a juste rien qui me vient.
Je vais vraiment finir par me foutre en l'air si ça continue. Ça peut juste plus durer comme ça, je vais pas le supporter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 1 Mar 2013 - 1:40

Lilith a écrit:
Pourquoi je suis comme ça ? Pourquoi je ressens le besoin de faire mal aux gens qui m'aiment et me soutiennent, ou même pas, juste qui sont sympas avec moi ? Pourquoi je supporte tellement mal d'être entourée, ou qu'on s'approche de moi, que j'ai juste envie de dégager tout le monde de ma vie ?

Parce que tes parents ont merdés.
Parce que l'affection c'est dangereux, synonyme de désillusions, de perte de contrôle ? (juste des hypothèses).

En fait j'ai pas envie de laisser ton post sans réponse, mais je ne sais pas quoi répondre parce que j'ai l'impression que ça ne va rien te faire.

Je voudrais te répondre de faire des démarches pour Abadie, que c'est important, mais apparemment tu as abandonnée.

Ou répondre un truc humain, qui te ferait sentir mieux, mais tu rejette l'affection je crois.

Alors simplement : comment est-ce qu'on peut t'aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Caramel

avatar

Nombre de messages : 31679
Age : 39
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 1 Mar 2013 - 1:47

Tu perds ton temps, jeune fille. A essayer de dégager les gens.

Que veux tu : on est chiants, obstinés. Et on tient à toi.

Et just lol pour ce qui est de "tu ne soutiens pas les autres". Je ne mentionnerai que les fois où tu m'as ramassée à la petite cuillère cet hiver quand je flippais à mort pour I. et A. Y a plein d'autres exemples, mais j'ai la flemme de chercher là right now.


________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Trash Khan

avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 48
Localisation : En mon tort inférieur
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 1 Mar 2013 - 6:04

Ce n'est pas parce qu'il y a un avis négatif d'une personne soi-disant professionnelle qu'il faut tout arrêter. Des témoignages du contraire, tu peux en trouver une sacrée pétée. Ici, ailleurs.

Oui, c'est toi. Mais la dépression est un sacré miroir déformant.

Tu n'es pas que rage, haine, envie de faire souffrir.

Et bouger est une solution, oui, mais réfléchir, seule ou avec des personnes plus ou moins compétentes histoire que tu ne tournes pas en rond, n'est pas mal non plus.

On tient à toi.
Revenir en haut Aller en bas
'Soren'

avatar

Nombre de messages : 705
Age : 28
Localisation : World of sleepers
Date d'inscription : 29/03/2011

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 1 Mar 2013 - 11:34

J'ai lu.

Citation :
Je sais pas comment changer. Je vois pas comment on peut changer des pulsions, des trucs que j'arrive à peine à me retenir de dire ou faire.

On change avec le temps, en faisant des trucs constructifs, même si tu vois pas les effets immédiat là maintenant. C'est frustrant, mais tu changes, vraiment, on se fait pas bouffer éternellement par un truc bouffatoire à un temps t quand tu redistribue ta main et que tu te met à choisir astucieusement quoi garder et quoi jeter ( à bon escient je répète, ton jeu est pas à rejeté entièrement ). Et t'en es capable, je le pense sincèrement.

Citation :
JE veux pas qu'ils m'approchent, qu'ils me soutiennent quand je suis incapable de le faire à mon tour, qu'ils m'aiment alors que la moitié du temps je les déteste parce que je suis qu'une conne ingrate et égoïste.

deal with it.
Les gens qui t'entourent ( du moins la partie que je vois ) sont pas des cons avec la cervelle taxidermisée de naissance, ils ont leur libre arbitre, ils sont là, ils bougeront pas, c'est chiant mais c'est comme ça et ce même si tu te juge au trente sixième dessous de l'échange bucolique sophistiqué donnant/donnant. Puis factuellement nan, t'es pas incapable de ce que tu prétends, pas du tout.

Tu fais quoi ces prochains jours ? mois ?
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 24
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 1 Mar 2013 - 15:40

Citation :
Je voudrais te répondre de faire des démarches pour Abadie, que c'est important, mais apparemment tu as abandonnée.

Ça fait je sais pas combien de fois que je le dis : non je n'ai pas abandonné. Je suis sur liste d'attente actuellement, et j'ai toujours des rdv psy de temps en temps.

Citation :
Alors simplement : comment est-ce qu'on peut t'aider ?

Je sais pas. Sincèrement, je sais pas.

Citation :
Ce n'est pas parce qu'il y a un avis négatif d'une personne soi-disant professionnelle qu'il faut tout arrêter.

Est-ce qu'on va arrêter, à un moment, de remettre ça sur le tapis ? Ok, ça m'a fait chier en janvier. Maintenant on est en mars, j'y pense plus, donc stop. Et par la même, stop de dire que j'arrête tout. C'est faux.

Citation :
Tu fais quoi ces prochains jours ? mois ?

Hum, je bosse (j'ai trouvé un boulot de serveuse), je passe mon code, je prépare et passe mes concours, je bosse pour mon père aussi, j'ai des concerts de prévus, ce genre de trucs. Pourquoi ?

Merci, pour le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Adrélia

avatar

Nombre de messages : 10
Age : 21
Date d'inscription : 01/03/2013

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 1 Mar 2013 - 23:06

Wahou. J'ai lu entièrement ton texte et ça donne vraiment des frissons. Tu l'as écrit avec tes tripes, ça se sent et c'est vraiment touchant. Je n'ai malheureusement pas de conseils à te donner, je me sens un peu inutile de ne pas pouvoir t'aider. Mais je suis de tout coeur avec toi même si je ne te connais pas, que tu t'en sortes et que tu vives une vie heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 2 Mar 2013 - 0:16

Ok, on m'avais dit tout le contraire, au temps pour moi.

En tant que KTA si un jour tu veux hurler sur cette infâme humanité, ces gens stupides et les quelques cons à éviscérer d'urgence, tu sais où me trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 24
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Mar 5 Mar 2013 - 19:38

J'ai 20 minutes devant moi.
Ou comment préférer les cyber-cafés miteux à l'idée de rentrer chez soi. Je supporte pas d'être enfermée chez moi. Je supporte plus. Je fous rien même en étant dehors, mais au moins j'ai l'impression d'être un peu active.
Techniquement j'aurais mille choses à faire. Des trucs importants même. Ça fait des mois que je laisse trainer mon apprentissage du code, ma lettre à renvoyer à la sécu pour qu'ils me créent une carte vitale, des semaines que je glande au lieu de travailler sur des tests psychotechniques ou me renseigner sur l'actualité sanitaire et sociale, et j'en passe. Je suis motivée pour rien, parce que je suis de plus en plus vide à l'intérieur. Je me laisse pourrir parce que j'ai envie de rien et j'ai pas envie d'avoir envie.
On me dit que mon état s'améliore. Forcément, à force de sourire et de dire que ça va bien, à force de faire croire que j'occupe mes journées à être productive alors que je passe mon temps à trainer dans mon lit, à trainer dans mon salon, à trainer dans des bains ou à trainer dans la rue comme aujourd'hui, assise pendant des heures, alternant terrasses de cafés et sol toutes les deux heures. Forcément qu'ils croient que je vais mieux, puisque je dis plus à qui veut bien l'entendre que j'ai juste envie d'arrêter de vivre. Ou même pas, j'ai pas envie. J'ai rien. Je me dis juste qu'à ce point là, vaudrait mieux que je sois morte que vivante. C'est pas faute d'essayer d'avoir envie. Tout à l'heure je me suis dis qu'il fallait forcer l'envie et je suis sortie. Résultat j'ai rien foutu, assise sans parler, à regarder les gens qui eux ont une vie passer. J'étais invisible, j'existais pour personne, grise, repliée. C'était grisant de se sentir hors de tout, hors du monde, hors de la réalité. Est-ce qu'on existe quand personne ne nous voit ?
10 minutes. Et tant de choses à dire. Pour avoir encore l'impression quelque part qu'une part de moi existe toujours, que je ne suis pas complétement éteinte.
"Tu n'as pas besoin de mourir pour renaître". Cette phrase innocente, ces quelques mots, ça change pas tout mais ça me fait réfléchir. Ou juste penser. Les mots s'alignent dans mon esprit, je les vois, ils sont palpables, ils me donnent envie de les toucher, de les retourner dans tous les sens pour voir où est le piège. Ils me donnent envie de connaître la suite de l'histoire. Alors quand est-ce qu'on renaît, si ce n'est après la mort ? Quand est-ce qu'on sait qu'on est en train de renaître ? Est-ce que c'est possible pour tout le monde ? Comment on fait ? Comment ils font, tout ces gens que j'ai vu passer devant moi aujourd'hui, pour simplement vivre, rire, être heureux, s'embrasser, se parler, avancer vite parce qu'ils ont pleins de choses à faire et trop peu de temps ? Comment ils font alors que moi j'en ai trop, du temps. Trop d'heures à tuer à rien faire parce que c'est plus facile que de s'occuper vraiment, trop de temps à passer immobile, à penser, penser, encore penser. A me torturer par toutes sorte d'idées et de réflexions. Comment ils font, les gens qui vont bien ? C'est quoi qui les motive ? Comment ils font pour ne pas se laisser démolir par leurs problèmes, leurs réflexions tordues, malsaines et douloureuses, leurs pensées impies ?
5 minutes. Fuck off.
c'est comme un compte à rebours avant l'ennui, à nouveau. Qu'est-ce que je vais faire après le cyber-café ? Ou est-ce que je vais trainer, attendant que quelqu'un me remarque, me donne un peu de réalité à travers son regard, quel qu'il soit ?
Un flingue sur la tempe. 3 minutes. Le temps s'égrenne et bientôt j'aurais quelques années de plus. Est-ce que quelque chose aura changé ? Est-ce que j'atteindrais 25 ans ? 30 ? 40 ? Plus ? Est-ce que je serais comme tous ces gens que j'ai regardé aujourd'hui, someday ?
Revenir en haut Aller en bas
Implo

avatar

Nombre de messages : 12864
Age : 28
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Mar 5 Mar 2013 - 20:01

je comprends ce que tu
écris
je le sens
je le ressens
ouais on en parlé
rapidement
comme le regard des gens
aujourd'hui
ou demain
les mêmes regards
à se croire vivant
à ne pas faire attention à ce qui
les entoure
te voir sans te voir
ne voir que soit
c'est peut être ça
la belle vie

________________
Il faudra peut être un jour que j'admette que je vais mal, mais peut être qu'à ce moment là, je pourrais le dire parce que j'irais mieux.

j'écris comme mon cerveau découpe
sans ponctuation pas d’intonation
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Mar 5 Mar 2013 - 20:18

Lilith a écrit:
Comment ils font, tout ces gens que j'ai vu passer devant moi aujourd'hui, pour simplement vivre, rire, être heureux, s'embrasser, se parler, avancer vite parce qu'ils ont pleins de choses à faire et trop peu de temps ?

Ils ne se posent pas de questions.
Revenir en haut Aller en bas
Trash Khan

avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 48
Localisation : En mon tort inférieur
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Mar 5 Mar 2013 - 21:10

Ils s'efforcent de ne pas s'en poser, c'est possible aussi. Les Japonais appellent ça "Garder la face"
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 24
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Mer 6 Mar 2013 - 18:10

J'en ai marre. J'ai commencé avec un rhume, ensuite c'est devenu une bonne grosse crève, maintenant ça s'est transformé (comme d'hab) en bronchite, j'ai mes règles, et j'ai ce qui ressemble à une otite en plus de ça.
J'ai mal partout. Laisseeeeez moi mouriiiir s'il vous plaaaait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Where is my mind ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Where is my mind ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» MASTER MIND
» Présentation de Philippe Mind
» Mind Mapping
» Mind Control sur la population américaine des preuves sur documents
» Mind Mapping (carte heuristique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: