Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Where is my mind ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 23
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Where is my mind ?   Jeu 14 Fév 2013 - 22:19

« T’es bizarre, Riû : t’es pas heureux. Même les yeux fermés, je parie que t’essaies de voir des tas de trucs. Je ne sais pas très bien comment te dire, mais du moment que tu trouves quelque chose qui te plaît bien, vraiment bien, pourquoi t’irais te creuser la cervelle pour y chercher encore autre chose en plus, tu crois pas ? Mais toi, faut toujours que t’essaie de voir autre chose, justement, à toute force, et de prendre des notes comme un savant qui fait de la recherche. Ou même comme un petit gosse. D’ailleurs, c’est ça que t’es, au fond : un gosse. A cet âge-là, on veut tout voir, non ? Un bébé, les gens qu’il connaît pas, il les regarde avec des grands yeux, puis il rit ou il pleure. La différence, c’est que toi, maintenant, si t’essayais de les regarder dans les yeux, les gens, tu deviendrais raide dingue dans la seconde. Essaie seulement, je te dis, tiens, avec ceux qui passent dans la rue ; je te jure que tu tiendrais pas le coup longtemps ! T’sais, Ryû, tu devrais pas regarder les choses comme un tout petit enfant. »

On me dit que je suis en train de plonger, les yeux fermés et avec le sourire. Vous y croyez vous ? Vous croyez qu'on peut vraiment plonger de cette manière ? A chaque fois que je me suis retrouvée au fond du trou, j'en étais pleinement consciente pourtant. Faut croire que les choses changent. Ou alors les gens sont tous des cons, qui ne cherchent qu'à m'abattre dans mon élan.
Ça vous parle, l'extrait de texte que j'ai mis plus haut ? Moi ça me parle. Je suis pas heureuse. Parce que je ne sais pas me contenter du passable, du médiocre, du "pas mal mais sans plus". Je ressens les choses comme une gamine, où juste une folle un peu exigeante. J'ai toujours envie de plus, d'autre chose, d'intense. Je suis une junkie de l'adrénaline, du sentiment d'interdit, du dépassement de ses propres limites, du flirt avec le dangereux, et trop souvent du merdique. Ça craint un peu, parce que je crois que je changerais jamais. Je pense que j'arriverais pas à être heureuse "normalement". Pourtant je sens bien qu'au fond ça pourrait me plaire, une vie sans trop d'excès, avec un boulot, un revenu fixe, un mari, des amis, des enfants peut être, quelques sorties le samedi soir et une semaine de vacances dans un pays étranger par an. Ça pourrait me plaire, d'une certaine façon. Mais j'ai pas envie d'un truc qui me plaît, c'est pas assez. Il me faut autre chose. Plus. Davantage. Des excès, des voyages, des découvertes, des sensations extrêmes. Je veux aller faire du tubing au Laos, être tellement défoncée H24 que je manquerais de me noyer, jusqu'à arriver au bar suivant, prendre quelque shoots de n'importe quoi, et repartir.
Je suis partagée. On doit être deux, à l'intérieur. Parce que j'ai d'autres envies, aussi, des envies dites plus "saines". Partir dans l'humanitaire, construire une vie stable, fonder une famille. Mais à côté, j'ai terriblement envie de passer mes nuits à me défoncer, à rire, à faire la fête, à baiser, à laisser mes envies de violence éclater.
Deux opposés qui ne sont pas conjuguables, pas vrai ? Je veux tout. Je veux plusieurs vies, en même temps. Si c'est pas bidon comme façon de voir l'avenir, hein ? Ces derniers temps, pourtant, ça fonctionne plus ou moins. Mais je sais que c'est seulement momentané, ça ne durera pas. Il va falloir faire un choix. Je sais d'avance ce qu'on va me dire : faut que tu arrête cette merde, que t'arrête de te réfugier dans l'alcool, la drogue, la baise et la violence pour oublier qui tu es et ce qui va pas dans ta putain de vie minable. Reprends toi avant qu'il soit trop tard et soit productive, fonctionnelle, comme tout le monde.
Vous puez d'avance ce genre de réponses. J'ai l'impression que c'est pas concevable pour vous que ça me plaise sincèrement comme style de vie. Que tous les styles de vie m'attirent irrésistiblement, encore plus quand ça sous-entend des ressentis intenses.
Vous croyez que c'est possible d'être ce genre de personnes qui passent plus de temps ivre, défoncés ou les deux à la fois tout en étant heureux ? Vous pensez que c'est possible d'être ce genre de personnes qui multiplient les partenaires sexuels sans que ce soit à cause d'un quelconque mal-être ? Vous croyez que c'est possible d'être ce que la majorité appelle un déchet tout en étant satisfait de sa vie ?
Je croyais, avant. Sex, Drugs & Rock n' roll, vous savez. Coucher sous LSD sur du Gun's & Roses ou du Led Zep. Vous voyez ? Moi je vois, c'est le pied. Je me demande si un jour je plaquerai tout, ma famille merdique, mes difficultés relationnelles, mes études à chaque fois foirées, ma vie qui pue l'échec, bref, je me demande si un jour j'aurais le cran ou la connerie de tout lâcher pour ce genre de trucs.

Sur ce vous m'excusez une dizaine de minutes, je vais fumer une clope.

C'est marrant, je réfléchis beaucoup, quand j'ai une cigarette entre les doigts. Je me demande d'où ça vient, quel est le lien de cause à effet là dedans. Là, je réfléchissais à mes difficultés relationnelles, à mes échecs. Je repensais à mes relations passées, je dressais un bilan. C'est pas très glorieux au final.
Laissez moi vous démontrer ça. J'ai envie que vous me plaignez, moi pauvre brebis. Ou alors c'est juste que j'ai besoin de faire sortir ce bilan merdique quelque part. Choisissez l'option que vous préférez.

Mon premier copain était taré. Il était violent, souvent dans les mots, parfois avec les poings. Pourtant je m'y suis accroché de toute mon énergie, une relation très fusionnelle il y a pas à dire. Du grand art. Comme tous mes copains, il était plus vieux que moi. Je n'ai pas pris la peine de compter le nombre de fois où on a rompu pour se remettre ensemble ensuite, il y en a trop. Le schéma était plus ou moins toujours le même : ça se passait bien jusqu'au jour où j'apprenais qu'il m'avait trompé - encore - ou jusqu'à ce qu'il me frappe - encore. Je prenais le large. Il revenait la queue entre les jambes en me disant que j'étais la femme de sa vie, il m’exhibait de fraîches cicatrices d'am en me disant qu'il pouvait pas vivre sans moi, qu'il m'aimait et qu'il allait s'améliorer. Je le croyais. On se remettait ensemble. Deux mois plus tard, rebelote.

Puis dans le désordre, il y a eu M., la fille froide, distante et calculatrice qui m'a laissé tombée après que je sois passée dans son lit.
Puis L., le détraqué - stalker, encore aujourd'hui - qui m'a fait avaler que le seul avenir que j'avais c'était de me buter avec lui.
Puis G., le jaloux maladif, qui m'empêchait d'avoir des amis masculins, accessoirement accro à l'héro et porté sur la bouteille.
Puis M., qui s'est foutue de ma gueule avec brio, j'avoue. Mon premier amour véritable, le plus douloureux aussi. Le genre de nana qui vous fout à ses pieds pour mieux pouvoir profiter de vous, vous sucer jusqu'à la moelle.
Puis deux personnes dont je tairais même les initiales, mes deux manipulateurs préférés.

Bah, à quoi ça mène de dresser le tableau, au final ? J'ai un don pour me faire avoir, c'est tout ce que ça dis. J'ai toujours choisis les mauvaises personnes, que ce soit au niveau de la personnalité, de la distance, ou que sais-je encore. C'est quand même marrant parce que si je détaillais vraiment toutes mes relations à mon psy, dans le détails et tout, je suis sûre qu'il en ressortirait énormément de choses. Mais j'ai pas envie. Je préfère faire comme si ça n'existait pas. J'ai pas moins peur de m'être planter aujourd'hui, mais ça rend les peurs moins concrètes.

C'est fascinant, les envies de violences, vous savez ? Je crache sur mon premier copain, mais sûrement que quand il frappait - moi ou d'autres, faut pas croire, je suis pas une privilégiée - ça lui faisait un bien fou. Moi j'ai jamais vraiment réussi à passer à l'action. Pourtant c'est pas les idées, les envies, les pulsions ou les raisons qui manquent. Oui, je sais, c'est pas moral, blabla. J'ai souvent envie de faire mal, de blesser, de tuer, de voir quelqu'un se vider de son sang, et je devrais pas le dire parce que c'est pas comme si c'était bien. Mais qu'est-ce que vous voulez, certains ont des tendances pédophiles, d'autres des envies de viols, moi j'ai des tendances psychopathes.
Je passe mon temps à me demander comment telle ou telle personne serait si je la faisais crier de douleur, je me demande si son sang aurait la même couleur que le mien, je me demande si son sang aurait le même goût que le mien, je me demande si j'aurais le temps de lui faire tout ce que j'ai envie de lui faire avant qu'elle meure ou perde connaissance, je me pose pleins de questions.
Et j'ai tout le temps cette envie, tapie au fond. Faire mal au point d'enlever une vie. J'ai jamais dit que j'étais saine d'esprit. Et au fond, ça me suit partout. Je sais pas si je me détacherais de cette pulsion un jour. Peut être que non, et au final c'est peut être pas plus mal puisque la vie n'est qu'une immense battle royale.

Enfin bref, les envies de meurtres c'est pas un sujet intéressant. Et je parle ici parce que j'ai envie de parler, même si j'ai pas grand chose de passionnant en stock. Et comme c'est un monologue, personne ne peut vraiment m'aider, c'est dommage.

Tout à l'heure, j'ai vu ma psy. J'avais envie de lui dire que ça allait pas si bien que ça, que même si j'essayais vraiment d'y croire, ça marchait moyen, que mon passé me hantait, que je passais de nouveau des heures à angoisser dans mon lit, que je savais plus où j'en étais, que j'étais en mode "fuite de toute relation sociale", que je rêvais de buter ma voisine, que je rêvais de dégager toutes les personnes un minimum proche de moi, etc. A la place, j'ai dis que ça allait mieux, et on a discuté de tout et de rien, de trucs tellement banals que je me souviens même plus de quoi. C'est pathétique non ? A quoi ça sert de voir un psy si c'est pour porter un masque, ne surtout rien dire, ne pas évoquer le passé, et sourire bêtement ?

Lundi matin je vais peut être aller au groupe de parole. J'en suis dégoûté d'avance. J'ai pas envie de me retrouver au milieu d'un groupe d'ado débiles qui pleurent parce qu'ils se sont fait larguer ou que leurs parents préfèrent leur frère. J'ai pas envie d'avoir l'impression de régresser. D'être dans le même foutu état qu'en 2009.

J'ai encore envie de boire ce soir. Ma mère va se coucher tôt, mon père est pas là, le bar est ouvert. J'ai envie de vider la bouteille de Whisky. Et celle de rhum aussi. Au final, je sais plus pourquoi je fais ça. Si c'est pas plaisir ou par dépit. Par alcoolisme ou par envie. Je me sens comme un cas désespéré. Et quand je dis ça, j'ai qu'un truc qui tourne dans ma tête : dis pas ça, t'es remontée, tu vas bien maintenant, TU VAS BIEN CONNASSE.
J'ai pas envie d'aller mal, j'ai vraiment pas envie. J'ai envie d'aller bien. Mais il y comme un truc qui bloque, un rouage cassé. Autours, on me dit que ça prendra du temps, parce que j'ai mille et unes choses à changer, parce que je suis détraquée, parce que je me suis pas construites sur des bases saines et solides, parce que ma vision est biaisée pour pleins de trucs. Ça prendra du temps.
Moi je me dis qu'il faut encore que j'accepte de changer tout ça, que je fasse un effort pour, aussi. Et je suis pas sûre de vouloir. Parce que même si je vais mal à cause de qui je suis, au moins je suis plus ou moins quelqu'un et je commence à me connaître. Si je change tout, ou en tout cas beaucoup de choses, est-ce que je serais toujours moi ? Est-ce que les personnes qui comptent le plus pour moi m'aimeront toujours autant ? Est-ce que je m'intéresserais autant moi-même ? Et encore pleins d'autres questions. Au fond, je suis pas sûre d'avoir envie de changer ce que je connais pour quelque chose que je connais pas et qui n'a pas fait ses preuves à mes yeux.
C'est bien bête comme raisonnement.

Je pense que ce post, je le trouverais pathétique dans peu de temps. En attendant, ça me fait du bien de parler même si c'est fouillis et que pas grand monde lira en entier à mon avis.

J'ai envie de me retrouver une passion. J'ai perdu la mienne et depuis, j'en ai pas. Je vais d'une passion à une autre, mais c'est pas aussi intense, ça me parle pas autant, c'est que des ersatz. C'est pas juste. Et je peux m'en prendre qu'à moi-même en plus. Ça reste injuste. Quelque part.
Ma mère s'est couchée. Je vais pouvoir commencer à boire. Je me demande si les gens ont raison en me disant que c'est malsain comme way of life. C'est vrai que c'est pas le rêve américain mais ça me canalise.
Ça m'énerve d'avoir perdu ma passion parce qu'une passion, ça fait vivre. On peut se jeter dedans corps et âme. Moi je peux plus et j'en ai un peu marre de traîner mon corps et mon âme dans des trucs qui m'intéressent pas fondamentalement. J'ai envie de me jeter dans quelque chose au point de plus rien voir autours. Si seulement.

Au final, à la relecture de ce post, je me rends compte que ce n'est qu'un tissu d'inepties. C'est assez fascinant, quelque part. Enfin bref, envoyer.
Revenir en haut Aller en bas
Fantomelle

avatar

Nombre de messages : 630
Age : 29
Localisation : Bzh
Date d'inscription : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Jeu 14 Fév 2013 - 22:47

Citation :
Je veux aller faire du tubing au Laos, être tellement défoncée H24 que je manquerais de me noyer, jusqu'à arriver au bar suivant, prendre quelque shoots de n'importe quoi, et repartir.
Toi, t'as lu le dernier numéro de Néon. ^^

Citation :
Mais je sais que c'est seulement momentané, ça ne durera pas. Il va falloir faire un choix. Je sais d'avance ce qu'on va me dire : faut que tu arrête cette merde, que t'arrête de te réfugier dans l'alcool, la drogue, la baise et la violence pour oublier qui tu es et ce qui va pas dans ta putain de vie minable. Reprends toi avant qu'il soit trop tard et soit productive, fonctionnelle, comme tout le monde.
Vous puez d'avance ce genre de réponses. J'ai l'impression que c'est pas concevable pour vous que ça me plaise sincèrement comme style de vie. Que tous les styles de vie m'attirent irrésistiblement, encore plus quand ça sous-entend des ressentis intenses.
C'est pas très sympa de prévoir des réponses qui, j'en suis sûre, ne colle pas avec l'état d'esprit de la majorité des gens d'ici. Personnellement en tout cas, c'est pas le genre de réponse que je t'aurais donné. Tout simplement parce que je comprends incroyablement bien tout ce que tu raconte sur tes envies, celle d'une vie simple, qualifiée de normale ; et celle basée sur l'intensité dans toute sa splendeur. Ouais, carrément que je te comprends. Je suis tiraillée entre ces deux choix-avenir moi aussi. Mais j'arrive pas à me décider parce que je voudrais les deux : du stable pour être rassurée, et de l'intensité pour me sentir vivre. Mais comme tu dis, ça semble difficilement conciliable...

C'est pas une réponse constructive dans le sens où ça te donne pas de recette magique pour solutionner ton corps et ton âme. Mais c'est une réponse sincère ça oui.
Désolée de ne pas arriver à faire plus que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Aloysius

avatar

Nombre de messages : 1376
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Jeu 14 Fév 2013 - 22:47

Tu dit avoir perdu ta passion.
C'était quoi ta passion ?

Autre question: Tu étais heureuse avec ton premier petit copain, avec M., bref, à l'une ou l'autre de ces époques-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Implo

avatar

Nombre de messages : 12635
Age : 27
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Jeu 14 Fév 2013 - 22:50

je me suis
gardé une copie
de ton post
parce qu'il est beau
ouais beau
beau parce qu'il
vient de l'interieur
il est pas trituré dans tout les
sens
pour en faire un truc arrangé
après je me plante
peut être
et surtout
j'ai rien à t'apporter
la dessuite
possiblement que
demain non plus
Revenir en haut Aller en bas
Caramel

avatar

Nombre de messages : 31630
Age : 39
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Jeu 14 Fév 2013 - 22:56

Deja, ce post, il est sauvegardé.
Pas cité, parce que tu es une saloperie de modo dictatoriale qui n'aurait aucun scrupule à le virer froidement, y compris dans ma citation.
Vois le comme un défi. Perso, j'aimerais bien qu'il reste là, pour une fois. Parce que ca me les brise menu qu'à chaque fois que tu poses un truc où tu te vides les tripes, tu finisses par le virer parce que regarder les choses en face, c'est mal.

Je suis contente de te voir poster ça à vrai dire. Ca me fait nettement moins froid dans le dos que ton plan "Je vais bien parce que j'ai décidé". Les autruches n'étant pas les animaux les plus heureux de la terre, si le plan "se foutre la gueule dans le sable" était efficace, je pense que ça se saurait, depuis le temps.

Dja, si tu me comptes dans les gens que tu comptes dégager, va te faire foutre, t'y arrivera pas. Parce que je tiens à toi, et que je suis une connasse obstinée.
Te sens pas obligée de tout faire pour vérifier, ça va être brise couille. Et inefficace. Mais inutilement brise couille, avant ça. Et les choses inutilement brises couille, ça me les brise. (Merci Captain Obvious, excuse le degré peu avancé de ma réflexion, semaine de merde oblige).

Personnellement, je me fous que tu sois "productive, fonctionnelle et comme tout le monde". Sincèrement. Idéalement, si tu pouvais éviter de devenir "comme tout le monde" (i.e chiante comme un dimanche de pluie quand internet est coupé), je verrais même ça d'un assez bon oeil, en fait. Cela dit, je me fais aucun souci là dessus, je pense que je serais morte et enterrée bien avant que tu sois "comme tout le monde".

Après, sincèrement je comprends largement le paradoxe "Marre de morfler / incapable d'imaginer une vie "normale" ". Je vis dedans aussi, donc bon.
Après, je pense que y a pas mal de manières de ne pas avoir une vie "plate" sans pour autant que ca implique de crever d'une cirrhose, d'un suicide, ou autre joyeuseté impliquées par une vie autodestructrice.
Oh, je n'ai pas la prétention de dire que c'est un équilibre facile à trouver, parce que sincèrement je galère à le trouver aussi. Le besoin de sensations fortes à tous les niveaux, au point d'être à deux doigts de foirer un taf que j'adore, et de réagir uniquement au pied du mur, par exemple. (Mais bref. J'suis pas dans ton topic pour raconter mes dernières looses en date).

Et non, je ne trouve pas bête le raisonnement. Je le trouve même plutot valable et sain en fait. Parce qu'au delà de l'autodestruction, tu as aussi construit tes valeurs. Et les renier pour "rentrer dans la norme", parce que fuir l'intensité que te procure cette vie là, ça serait aussi cracher sur une partie de tes valeurs, je comprends que tu trouves ça puant.

Après, je pense que y a moyen de changer de manière de vivre cette intensité, sans renier ni l'intensité ni tes valeurs ni qui tu es.
Ca implique pas mal de tatonnements, je pense. Mais je pense vraiment que c'est faisable.

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Stoic & the Fish

avatar

Nombre de messages : 1282
Age : 33
Date d'inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Jeu 14 Fév 2013 - 23:33

Murakami la citation?

Certains éléments de mode de vie s'excluent par définition,peut-etre ouais.
Ou sont tellement difficilement compatibles qu'ils semblent le faire.
Mais pour autant je ne crois pas qu'il y ait de packaging dualiste restrictif.La vie stable et saine d'un coté et les passions et les excès de l'autre.
Tu pourrais concilier certains choix de vie,tu pourrais alterner au gré de tes priorités internes ou des contraintes extèrieures.
Vivre toutes les vies no way.Expérimenter des nuances et des mélanges.Davantage ou autre chose.Il y en a toujours trop qui te resteront accessibles pour que tu puisses en faire le tour dans un laps de temps donné.
Tout ne se joue pas simultanément.
Des cons"quences,des liens de cause à effet et des prix à payer il yen a tout le temps pour tout et n'importequoi.S'agit peut-etre pas de faire des choix,des"bons"choix mais d'essayer d'évaluer ce qu'on accpte de payer et pour quoi.
T'es pas figée,tu chercheras tout le temps.Avec plus ou moins d'équilibre.
Et puis merde j'ai perdu le fil pour changer.

Possible aussi que j'ai rien entravé à ce que tu as écrit en fait.
Revenir en haut Aller en bas
S.A.M.My

avatar

Nombre de messages : 5613
Age : 28
Localisation : Lausanne, Suisse
Date d'inscription : 24/01/2008

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 15 Fév 2013 - 11:42

Lu.

Il y aurait pas mal de chose à dire, mais je pense que c'est pas forcément la chose dont tu auras envie en venant voir les réponses, donc je vais m'abstenir. Mais c'est lu et entendu (comment ça c'est pas possible d'entendre?) Smile



Adra
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 23
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 15 Fév 2013 - 13:13

Merci pour les réponses. Je m'y attendais pas parce que j'étais plutôt dans l'optique de juste poster dans le vide. Mais bon, pourquoi pas ? Je répondrais peut être, peut être pas. Vous me connaissez à force.

Néanmoins, Adra, je suis curieuse de savoir ce que tu as à dire. Je préfère qu'on me dise les choses cash plutôt qu'on me les cache alors je t'en prie.
Revenir en haut Aller en bas
Petite Luciole

avatar

Nombre de messages : 2076
Age : 33
Localisation : Entre-deux
Date d'inscription : 11/01/2013

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 15 Fév 2013 - 14:38

j'ai lu et une question se pose alors:
c'est sûrement faisable d'avoir plusieurs "vies", mais qu'entends-tu par là ?
Et une deuxième:
ces vies se baseraient sur quoi ? (amour, amitié...)
Revenir en haut Aller en bas
S.A.M.My

avatar

Nombre de messages : 5613
Age : 28
Localisation : Lausanne, Suisse
Date d'inscription : 24/01/2008

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Ven 15 Fév 2013 - 15:03

Oh ne t'inquiète pas Lilith, ce n'est pas reproche ou critique, juste peut être d'autres points de vue.
Mais hélas après Petite Luciole, toute réponse est superflue Twisted Evil (moi qui m'endormait, au moins le fou rire m'a réveillé).


Mais j'essaye de te faire ça dés que mes idées s'organiseront dans ma tête (comment ça, cela veut dire que mon post précédent c'était juste pour pas dire que j'avais la flemme?).


Adra
Revenir en haut Aller en bas
Trash Khan

avatar

Nombre de messages : 3159
Age : 47
Localisation : En mon tort inférieur
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 16 Fév 2013 - 0:36

Déjà, tu plonges les yeux ouverts. Tu ne les a jamais fermés. Et le sourire est purement de surface. Même si tu as voulu te duper un jour, ce dont je doute, tu n'y as manifestement pas réussi. Fuir, oui, tu as voulu. Mais te mentir jamais.

Et non, une vie sans trop d'excès, ce n'est pas toi, ce n'est pas ce que tu veux. Tu es dans le trop. Et partir dans l'humanitaire n'a jamais été gage de stabilité, ça se saurait, tiens.

Les opposés qui se conjuguent, ça s'appelle apollinien et dionysiaque, et c'est présent dans tout être humain.

Tu n'es pas dans la norme? Tant pis pour elle!! Sois dans TA norme, du moment que tu y es bien. Sinon, tu briseras tes propres carcans, je te fais confiance là-dessus, tu ne seras jamais prisonnière d'un schéma de réflexion.

Quand à te plaindre, je ne te plaindrai pas, je ne te dirai pas des périodes lénifiantes comme quoi ce qui est important, c'est l'expérience que tu as accumulé.

Je ne vais pas entrer dans ton jeu.

Tu es qui tu es, et tu es une personne pas si noire que tu le crois. Pas blanche non plus, faut pas déconner! ^^

Que tu aies envie d'être avec des gens pendant quelques mois puis de jouer au stylite professionnel, peu me chaut.

Mais ce qui est important, c'est que tu es mal dans ta peau, que tu le sais et que tu aies envie de changer. Mais fais le pour toi, pas pour l'image que tu donnes aux autres. Franchement, OSEF des apparences ici.

Au tarot, l'arcane XIII est l'arcane de la mort, mais elle veut surtout dire "changement".

Je te souhaite le meilleur, la miss, et insulte-moi quand tu veux!
Revenir en haut Aller en bas
S.A.M.My

avatar

Nombre de messages : 5613
Age : 28
Localisation : Lausanne, Suisse
Date d'inscription : 24/01/2008

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 16 Fév 2013 - 1:54

Juste par curiosité comme demandait Stoic, d'où vient la citation?

Il me semble reconnaître un monologue de l'anim "Noir et Blanc" mais je ne suis pas sur.
Revenir en haut Aller en bas
Aloysius

avatar

Nombre de messages : 1376
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 16 Fév 2013 - 2:25

- Bleu presque transparent de Ryû murakami -

Histoire que Lilith ne saute pas sur l'occasion pour ne donner pour réponse à ce sujet que celle-là.
Revenir en haut Aller en bas
Caramel

avatar

Nombre de messages : 31630
Age : 39
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 16 Fév 2013 - 2:38

Spleen a écrit:
- Bleu presque transparent de Ryû murakami -

Histoire que Lilith ne saute pas sur l'occasion pour ne donner pour réponse à ce sujet que celle-là.

gg

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Brise-patte

avatar

Nombre de messages : 5045
Age : 20
Localisation : France - Besançon
Date d'inscription : 21/02/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 16 Fév 2013 - 12:05

Arg
dis pas des trucs qu'on ne fera pas
comme ne pas lire entièrement ce que tu postes
ou te dire d'arrêter la bouteille la drogue et le sexe pour une vie meilleure
blablabla.

C'est plus sain de se respecter soit même envers et contre les barrières que la société mets en place que de se contraire et se cloîtrer pour rentrer dans les normes.

D'ailleurs, est ce que tu es vraiment entrain de plongé?
Comme l'a dit Trash Khan, tu plonge peut être, mais tu as les yeux bien ouverts.
Pour ma part je ne dirais pas que tu plonge. Pas que tu montes non plus, mais pas que tu plonges.
Tu avances, tu te tâtes, tu essaie de comprendre et te comprendre de trouver un équilibre
je trouve que c'est un début, ni bon ni mauvais.

Alors, certes, moi qui suis puritaine, pour moi l'alcool et la drogue c'est bien à éviter, ça va pas avec la santé physique, et en partie mental aussi. (bon, le sexe là je dis rien Razz )
Mais à rejeter complètement...
faut bien tout tester, faut découvrir,
se respecter ne veux pas dire prendre soin de son corps mais prendre soin de son esprit et respecter ses envies.

Enfin...
wai je suis pas The réponse trop bien constructive là,
Mais je trouve qu'il y a tellement de mode de vie différent
plus ou moins inscrit dans la "norme" social de notre continent et notre époque,
que ça serai dommage tant presque de se contraire pour rentrer dans la norme.
Même si je comprend le fait de vouloir une vie pépére.
Revenir en haut Aller en bas
jðånne

avatar

Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 25/03/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Sam 16 Fév 2013 - 15:56

Lilith a écrit:

Ça vous parle, l'extrait de texte que j'ai mis plus haut ? Moi ça me parle. Je suis pas heureuse. Parce que je ne sais pas me contenter du passable, du médiocre, du "pas mal mais sans plus". Je ressens les choses comme une gamine, où juste une folle un peu exigeante. J'ai toujours envie de plus, d'autre chose, d'intense. Je suis une junkie de l'adrénaline, du sentiment d'interdit, du dépassement de ses propres limites, du flirt avec le dangereux, et trop souvent du merdique. Ça craint un peu, parce que je crois que je changerais jamais. Je pense que j'arriverais pas à être heureuse "normalement". Pourtant je sens bien qu'au fond ça pourrait me plaire, une vie sans trop d'excès, avec un boulot, un revenu fixe, un mari, des amis, des enfants peut être, quelques sorties le samedi soir et une semaine de vacances dans un pays étranger par an. Ça pourrait me plaire, d'une certaine façon. Mais j'ai pas envie d'un truc qui me plaît, c'est pas assez. Il me faut autre chose. Plus. Davantage. Des excès, des voyages, des découvertes, des sensations extrêmes. Je veux aller faire du tubing au Laos, être tellement défoncée H24 que je manquerais de me noyer, jusqu'à arriver au bar suivant, prendre quelque shoots de n'importe quoi, et repartir.
Je suis partagée. On doit être deux, à l'intérieur. Parce que j'ai d'autres envies, aussi, des envies dites plus "saines". Partir dans l'humanitaire, construire une vie stable, fonder une famille. Mais à côté, j'ai terriblement envie de passer mes nuits à me défoncer, à rire, à faire la fête, à baiser, à laisser mes envies de violence éclater.
Deux opposés qui ne sont pas conjuguables, pas vrai ? Je veux tout. Je veux plusieurs vies, en même temps. Si c'est pas bidon comme façon de voir l'avenir, hein ? Ces derniers temps, pourtant, ça fonctionne plus ou moins. Mais je sais que c'est seulement momentané, ça ne durera pas. Il va falloir faire un choix. Je sais d'avance ce qu'on va me dire : faut que tu arrête cette merde, que t'arrête de te réfugier dans l'alcool, la drogue, la baise et la violence pour oublier qui tu es et ce qui va pas dans ta putain de vie minable. Reprends toi avant qu'il soit trop tard et soit productive, fonctionnelle, comme tout le monde.

Je sais pas comment dire la chose, je vais l'écrire du traite.
Une chose qui peut peut être aider c'est de prendre recul sur ce que tu vis, ce que tu as vécu.
Je cherche pas à minimiser la situation ou autre, c'est pas dans cette optique là que j'écris ça, c'est juste une propre expérience personnelle qui m'a aidé.
[/on] Si j'avais à résumé avant ma vie, ça aurait été plutôt noir, j'aurais surement dit : famille = merde, études = merde, job = merde, vis sociale = merde etc. tout s'enchainait à une vitesse trop rapide pour moi dans ce que je faisais.
Et je sais pas pourquoi une fois en allant au lycée, au lieu d'y aller a 40 a l'heure sur mon vélo, j'ai ralenti et je me suis posé à coté d'un canal à bienne, sur un banc au soleil.
Il y avait rien qui allait, mais rien que d'avoir pris le temps, de m'être posé au soleil vers ce canal au calme m'a fait du bien.
Il y avait rien qui allait et même a cet instant la je me sentais pas. Mais ça faisait des lustres que j'avais pas pris de temps pour une chose autant banale, pour vider ma tête.
Je sais pas comment décrire ça. Avec tout ce qui tournait dans ma tête, les souvenirs, le passé, bcp de choses me passait a coté. En allant au lycée, je prêtais pas attention au temps, à la couleur de ce qui m'entourait, je fonçais droit au but. en rentrant pareil. Une fois chez moi, alcool, jeux vidéos etc. et mes pensées tournaient qu'autour de ça.
J'avais un studio, une chambre a moi, une vue sympathique sur les jardins voisins, des journées ensoleillés, mais je passais a coté, j'y prêtais pas attention à cause de toute ses pensées.
[/off]
bref, je sais pas si c'est moi qui fait un parallèle foireux. Mais je me dis que peut être que tu n'as pas forcément besoin de toujours plus, que peut être le fait d'essayer de trouver un certain recul pourrait t'aider à être heureuse?
Dans le sens que peut être qu'il y a déjà certaines choses qui sont là maintenant autour de toi qui pourraient te rendre heureuse (ou plus heureuse), bien que peut être basiques.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 18 Fév 2013 - 5:59

J'ai lu ton post, pas les réponses qui suivaient, la flemme.

La vie que tu mène actuellement ne te plait pas, ou tu sais qu'elle te conduira pas bien loin, même si l'extase de la défonce repousse tout au lendemain. Un jour ou l'autre, il sera trop tard pour "réparer". Je n'aime pas le mot réparer, essaies juste de changer de point de vue, parce qu'à mon avis, oui, tu vas droit dans le mur, et que tu t'en rapproche de plus en plus.

Je ne suis pas certain qu'il fasse se changer, et se détruire encore moins. Il n'y a pas une alternative entre les deux ?

Est ce un choix que tu fais consciemment de te détruire ou prends-tu un chemin de destruction qui est plus facile que de devoir t'affronter toi même ?

Tu choisis la facilité. Tu fuis. Arrêtes. Affronte ce monde, affronte toi. Tu es capable de te relever, je n'en doute pas. Mais le chemin risque d'être long et éprouvant, mais il me semble que tu as bien plus à y gagner sur le long terme, que la vie que tu subis actuellement.

Prends soin de toi. Tu es quelqu'un de bien. Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 23
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 18 Fév 2013 - 11:10

Citation :
Histoire que Lilith ne saute pas sur l'occasion pour ne donner pour réponse à ce sujet que celle-là.

Je peux tout aussi bien ne répondre à rien du tout.
C'est plus facile de vous ignorer.


Dernière édition par Lilith le Lun 18 Fév 2013 - 13:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Implo

avatar

Nombre de messages : 12635
Age : 27
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 18 Fév 2013 - 13:01

Bazz a écrit:
J'ai lu ton post, pas les réponses qui suivaient, la flemme.

La vie que tu mène actuellement ne te plait pas, ou tu sais qu'elle te conduira pas bien loin, même si l'extase de la défonce repousse tout au lendemain. Un jour ou l'autre, il sera trop tard pour "réparer". Je n'aime pas le mot réparer, essaies juste de changer de point de vue, parce qu'à mon avis, oui, tu vas droit dans le mur, et que tu t'en rapproche de plus en plus.

Je ne suis pas certain qu'il fasse se changer, et se détruire encore moins. Il n'y a pas une alternative entre les deux ?

Est ce un choix que tu fais consciemment de te détruire ou prends-tu un chemin de destruction qui est plus facile que de devoir t'affronter toi même ?

Tu choisis la facilité. Tu fuis. Arrêtes. Affronte ce monde, affronte toi. Tu es capable de te relever, je n'en doute pas. Mais le chemin risque d'être long et éprouvant, mais il me semble que tu as bien plus à y gagner sur le long terme, que la vie que tu subis actuellement.

Prends soin de toi. Tu es quelqu'un de bien. Vraiment.
hoètial
charité

________________
Il faudra peut être un jour que j'admette que je vais mal, mais peut être qu'à ce moment là, je pourrais le dire parce que j'irais mieux.

j'écris comme mon cerveau découpe
sans ponctuation pas d’intonation
Revenir en haut Aller en bas
Caramel

avatar

Nombre de messages : 31630
Age : 39
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 18 Fév 2013 - 14:21

Lilith a écrit:
Citation :
Histoire que Lilith ne saute pas sur l'occasion pour ne donner pour réponse à ce sujet que celle-là.

Je peux tout aussi bien ne répondre à rien du tout.
C'est plus facile de vous ignorer.

Arrête un peu, sérieusement.

Ton plan "je m'éloigne pour pouvoir éventuellement me butter en paix", il est puant. Et complètement con.
Tout autant que ton plan "y a pas de place à Abadie alors je décrète que magiquement j'irai mieux par la seule force de ma décision d'aller bien". C'est complètement crétin, et ça marche pas comme ca. Et le plus fun, c'est que tu le sais parfaitement bien.

Tu branles quoi, sérieusement ? Tu comptes ajouter ton nom à la liste de ceux qui ont fait un festival de mauvais choix pour finir dans le mur ?

Sérieux, arrête ça. Arrête de faire l'autruche. Arrête de fuir les gens qui tiennent à toi.
Ca sert à rien de revenir en arrière vers ton bon vieux "je suis une warrior". Il te mène nulle part, et il me semble te l'avoir entendu dire toi même un certain nombre de fois à Noel.

C'est pas parce que tu n'as pas eu des réponses satisfaisantes de la part des psychiatres que faut lacher l'affaire.

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Aloysius

avatar

Nombre de messages : 1376
Date d'inscription : 04/04/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 18 Fév 2013 - 14:49

Lilith a écrit:
Citation :
Histoire que Lilith ne saute pas sur l'occasion pour ne donner pour réponse à ce sujet que celle-là.

Je peux tout aussi bien ne répondre à rien du tout.
C'est plus facile de vous ignorer.
"Oh regardez moi je ne vous réponds pas, mais comme je sais que c'est de la merde, je vous réponds que je ne vous réponds pas. De cette manière, avec un peu de chance, vous allez me répondre un truc agressif qui me permettra de ne toujours pas répondre."

Et si tu te bougeais le cul et que tu répondais ?
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 23
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 18 Fév 2013 - 15:03

Citation :
"Oh regardez moi je ne vous réponds pas, mais comme je sais que c'est de la merde, je vous réponds que je ne vous réponds pas. De cette manière, avec un peu de chance, vous allez me répondre un truc agressif qui me permettra de ne toujours pas répondre."

Et si tu te bougeais le cul et que tu répondais ?

Euh, tu sais quoi je t'emmerde.

Et puis arrêtez de me prêter des intentions ou des pensées que j'ai pas, tiens, pour une fois. Si vous posiez des questions plutôt que de décréter que je pense ceci ou que je suis cela, ça m'aiderait peut être à ne pas avoir envie de vous envoyer chier.
J'ai pas dis que je comptais me buter.
J'ai pas dis que je comptais lâcher l'affaire niveau psy.
D'ailleurs à la base j'ai pas dis que je répondrais pas à ce topic, mais que j'y répondrais peut être / sûrement plus tard. La remarque en mode "je dis ça pour éviter à Lilith de ne répondre que ça" m'a énervée. Je le fais juste savoir.

Et puis de toute manière à la base ce post n'attendait pas vraiment de réponse et de réflexion construite par la suite. C'était juste une manière de vider certaines choses. Tout le monde s'est jeté dessus pour répondre, ok, je réenvisage la chose. Mais ça sert à rien de me faire chier en attendant.

Et au passage, oui je suis de mauvaise humeur, et si qui je suis / comment j'envisage les choses / comment je vous réponds ou ce que je pense ne vous plait pas vous avez qu'à pas vous accrocher à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Caramel

avatar

Nombre de messages : 31630
Age : 39
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 18 Fév 2013 - 15:11

Mais putain t'es infernale depuis que la psy d'Abadie t'a dit que c'était pas pour tout de suite une hospitalisation. Tu t'en rends comptes au moins ?

Tu es désagréable à souhait, tu pourris la gueule des gens qui ne répondent pas dans le sens de "Oh wiiiiiii tu as trop raison ton plan est le meilleur". Allo, c'est pas toi. Viens pas dire que tu gères avec une attitude pareille. Viens pas dire que tu gères quand ta réponse à une amie suicidaire c'est "Buttons nous ensemble". Et ne viens pas brandir l'étendard de l'ironie, y a pas grand monde qui y croira.

Sérieux, regarde la vérité en face au lieu de faire de la merde.

Parce que si tu es odieuse, je pense sincèrement que c'est parce que tu sais parfaitement bien qu'on n'est pas très loin de la vérité, et que ca te fait profondément chier.

Et va te faire foutre pour le "si ce que je fais vous dérange vous n'avez qu'à pas vous accrocher à moi". C'est précisément le genre de trucs pète couille que je te demandais sérieusement d'éviter.

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Pravda Morgendorffer

avatar

Nombre de messages : 8717
Age : 7
Localisation : On an outer spiral arm, at forty thousand miles per hour
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 18 Fév 2013 - 16:24

Lilith a écrit:
une semaine de vacances dans un pays étranger par an.
You know, I can buy a mattress.

Lilith a écrit:
faut que tu arrête cette merde, que t'arrête de te réfugier dans l'alcool, la drogue, la baise et la violence pour oublier qui tu es et ce qui va pas dans ta putain de vie minable. Reprends toi avant qu'il soit trop tard et soit productive, fonctionnelle, comme tout le monde.
Vous puez d'avance ce genre de réponses. J'ai l'impression que c'est pas concevable pour vous que ça me plaise sincèrement comme style de vie. Que tous les styles de vie m'attirent irrésistiblement, encore plus quand ça sous-entend des ressentis intenses.
Je n'ai pas l'habitude de recommander aux gens de faire « comme tout le monde ».

Lilith a écrit:
Tout à l'heure, j'ai vu ma psy. J'avais envie de lui dire que ça allait pas si bien que ça, que même si j'essayais vraiment d'y croire, ça marchait moyen, que mon passé me hantait, que je passais de nouveau des heures à angoisser dans mon lit, que je savais plus où j'en étais, que j'étais en mode "fuite de toute relation sociale", que je rêvais de buter ma voisine, que je rêvais de dégager toutes les personnes un minimum proche de moi, etc. A la place, j'ai dis que ça allait mieux, et on a discuté de tout et de rien, de trucs tellement banals que je me souviens même plus de quoi. C'est pathétique non ? A quoi ça sert de voir un psy si c'est pour porter un masque, ne surtout rien dire, ne pas évoquer le passé, et sourire bêtement ?
Lettre?
Revenir en haut Aller en bas
Lilith

avatar

Nombre de messages : 2140
Age : 23
Localisation : France
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Where is my mind ?   Lun 18 Fév 2013 - 16:26

Je ne suis pas si odieuse que ça. Et quoi que tu en dises, je gère. Je m'en fous de cette potentielle hospitalisation, je suis déjà passé à autre chose de mon côté.

Et puis regarder la vérité en face, s'tu veux hein, mais quelle vérité ?
J'ai pas spécialement de problèmes, je passe pas mon temps à angoisser, à avoir des idées délirantes ou à avoir envie de me buter, rien de tout ça. Non, au lieu de ça je vais voir une psy, je prépare des concours, j'ai trouvé du boulot, je fais des projets. C'est pas parce que je disais dans le premier post que je faisais mumuse avec l'alcool le soir que je le vis forcément mal et que je suis au fond du gouffre.
Je me bats, quoique vous puissiez en dire. De toute façon j'ai besoin que de moi pour ça.
Et si t'appelles mon état actuel "aller mal" ou "foncer dans le mur", bah il va falloir que je m'y résigne parce que je vois pas ce que je peux faire de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Where is my mind ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Where is my mind ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» MASTER MIND
» Présentation de Philippe Mind
» Mind Mapping
» Mind Control sur la population américaine des preuves sur documents
» Mind Mapping (carte heuristique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: