Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Traumatisée par la souffrance de l'autre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Traumatisée par la souffrance de l'autre ?   Jeu 13 Sep 2012 - 18:36

Coucou all...
Je ne sais pas si mon sujet à sa place ici mais je n'ai pas trouvé d'autre place...Certains m'ont sans doute déjà vu ici pour mes problèmes d'addictions à plusieurs psychotropes. Avant cette addiction, il s'est passé quelque chose. Un évènement assez compliqué que je vais m'efforcer d'expliquer. Je cherche juste des avis et si quelqu'un s'y connait un peu en psycho, j'aimerais comprendre ce qu'il s'est passé dans mon esprit. Mon propre psy n'a jamais su m'expliquer clairement...

Bref, il y a 5ans, je me suis liée d'amitié avec une dame plus âgée, ayant autorité sur moi. J'avais 11-12ans lorsque j'ai entendu malencontreusement une discussion qu'elle avait avec ma mère. Il était tard, l'alcool avait bien coulé pendant la soirée. Elle expliqua une bride de son passé qui l'avait fortement blessée. J'ai dans un premier temps été très touchée par cette histoire, voire choquée. Rien ne s'est passé pendant 15 jours environ. Et ensuite, je ne sais pour quelle raison, cette histoire, la douleur de cette femme devint une vrai obsession ! J'avais comme l'impression de souffrir à sa place. Je ne pensais qu'à ça du matin au soir, la nuit j'en rêvais, je ne mangeais plus,...Et ça a duré plusieurs années. J'ai consulté un psy pour ça mais j'avais beaucoup de difficulté à m'exprimer à se sujet. J'étais prise de tremblement lorsqu'il me fallait mentionner cette affaire. J'ai garder tout pour moi et j'ai même réussi à me persuader pendant plusieurs mois que cette histoire était le fruit de mon imagination.
Aujourd'hui, lorsque je suis confrontée à une histoire semblable, j'ai la nausée. Et en plus de tout ça, il y a cette honte qui me ronge sans cesse. J'ai honte d'avoir mal pour elle ! Cette souffrance est la sienne, pas la mienne.

Ma question : peux-ton être traumatisé par la souffrance de l'autre ? Je parle d'un réel traumatisme...Ce qui est raconté légèrement ci-dessus en quelques lignes a bien faillit me pousser au suicide.
Revenir en haut Aller en bas
H



Nombre de messages : 6591
Date d'inscription : 12/01/2008

MessageSujet: Re: Traumatisée par la souffrance de l'autre ?   Jeu 13 Sep 2012 - 21:24

Je pense que c'est possible, oui. De plusieurs manières cela dit, donc si tu as possibilité d'approfondir un peu...

J'ai trois hypothèses qui me viennent, mais je ne suis ni psy, ni étudiante dans le domaine ni même franche amatrice de psychologie très honnêtement. J'essaye juste "d'empathiser" et d'imaginer différentes réactions face à cette situation.

1. Considérer, involontairement voire volontairement, que ce qui lui est arrivé est arrivé à toi. Intégrer cet événement dans ton vécu. Et l'imagination suffit à déclencher des réactions émotionnelles, à ce stade notre cerveau ne fait pas la différence entre fiction et réalité. Si quelque chose est considéré (selon ses critères) comme triste, alors il y a automatiquement une réaction de tristesse. Et c'est une autre partie du cerveau qui gère la différence entre fiction et réalité, qui temporise en nous rappelant que c'est juste un film et que c'est pas quelqu'un de réel et de proche qui meurt, par exemple.

Du coup ça me semble possible que soit tu n'aies pas mis en place cette mise à distance, soit tu sois "submergée" par l'émotion et la rationalisation (puisqu'à l'évidence tu en es consciente) sonne faux, un genre de pensée positive qu'on se répète mais qu'on ne croit pas réellement, qu'on n'arrive pas à intégrer.

2. Souffrir du fait qu'elle souffre ou ait souffert, sans que l'événement précis ne joue un grand rôle. Je ne sais pas à quel point tu es attachée à cette personne, mais voilà, lorsque les gens qu'on aime souffrent, ça fait pas spécialement du bien. C'est le phénomène de sympathie (se mettre dans la même condition émotionnelle que l'autre dans le but de se rapprocher généralement). Bref ce phénomène-là à un stade un peu extrême, par sensibilité ou attachement pour la personne.

3. L'événement lui-même joue un bien plus grand rôle que dans les deux autres hypothèses, et a fait écho à quelque chose qui s'est passé. Tu ne parles pas du tout de la nature de cet événement, donc j'avancerais prudemment pour ne pas tomber dans le cas 1. mais ça me semble tout à fait possible également.
Revenir en haut Aller en bas
vlad tepes



Nombre de messages : 3235
Age : 26
Localisation : La main forte, club privé
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: Traumatisée par la souffrance de l'autre ?   Ven 14 Sep 2012 - 0:34

Je ne m'y connais pas en psycho, et je considère la psycho comme de la merde, d'ailleur, pourquoi se baser la dessus?
Bref, mis a part que j'aime pas la psycho, ça apporte pas grand chose jusque là.
J'ai vécu une situation relativement semblable ya quelques année. Et comme dis l'autre, je crois qu'on appelle ça de l'empathie. Et dans le fond, c'est plûtot une qualité... Do Androids Dream of Electric Sheep? Après c'est sur que ça a la facheuse tendance a te bouffer, d'autant plus quand t'es confronté à des choses similaire. Mais dans le fond, ça force l'admiration. Je ne sais pas dans ton cas, mais le fait de "survivre" et "supporter" des situations qui nous touche autant force le respect. Et au final, même si ça nous fais péter un cable parce qu'on ne comprend pas c'est une façon de grandir. Tant dans la souffrance que ça apporte que dans la force qu'il faut pour s'en "séparer".
Sauf si t'es trop faible et que tu te fout en l'air à la place de quelqu'un d'autre.
Je rajouterais même que "traumatisée" est une belle connerie. Pauvre conne, la vielle t'a bouffé la chatte pour que ça te traumatise?
Revenir en haut Aller en bas
Trash Khan



Nombre de messages : 3157
Age : 47
Localisation : En mon tort inférieur
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: Traumatisée par la souffrance de l'autre ?   Ven 14 Sep 2012 - 1:41

La douleur pour entrer en relation.

Rapport déséquilibré d'entrée. Asymétrique. Maître-esclave.

Souffrance instillée par les paroles.

Trop malsain.

Casse-toi de cette relation, même en rêve.

Parce que là, ce n'est pas une confidence, c'est de la manipulation de la pire espèce.
Revenir en haut Aller en bas
Caramel



Nombre de messages : 31630
Age : 38
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Traumatisée par la souffrance de l'autre ?   Ven 14 Sep 2012 - 13:12

Euh... tu es totalement à coté de la plaque là faut pas déconner, Therapy...

En quoi y a de la manipulation dans le fait que la miss ait entendu ACCIDENTELLEMENT des confidances que la nana plus agée faisait à la mère de la miss ?!

Je veux dire, oui, ca aurait été malsain si la nana plus âgée était allée confier à une gamine de 11 ans un traumatisme qu'elle avait vécu. C'est pas le role d'un enfant d'entendre ca. Mais euh... Là c'est pas du tout le cas, la gamine de 11 ans elle a entendu par accident une conversation qu'elle n'était pas supposée entendre. FIN DE L'HISTOIRE !

Et au delà de ça... On peut largement être marqué par des confidences qu'on nous a fait sans que l'autre ait eu la moindre mauvaise intention. Jveux dire, personnellement, je suis toujours assez affectée quand quelqu'un me parle de la mort de son père. Spécifiquement de son père. Ca n'est en rien de la faute de l'autre, c'est parce que ca me ramène à la mort du mien, qui reste un sujet sensible quoi. C'est tout. En quoi ca serait de la manipulation !?

Et si tu pouvais arreter de formuler tes posts de manière aussi impérative, ca serait bienvenu, Monsieur Vérité Suprême.

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Caedere



Nombre de messages : 102
Age : 21
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Traumatisée par la souffrance de l'autre ?   Ven 14 Sep 2012 - 16:07

H a écrit:
Je pense que c'est possible, oui. De plusieurs manières cela dit, donc si tu as possibilité d'approfondir un peu...

J'ai trois hypothèses qui me viennent, mais je ne suis ni psy, ni étudiante dans le domaine ni même franche amatrice de psychologie très honnêtement. J'essaye juste "d'empathiser" et d'imaginer différentes réactions face à cette situation.

1. Considérer, involontairement voire volontairement, que ce qui lui est arrivé est arrivé à toi. Intégrer cet événement dans ton vécu. Et l'imagination suffit à déclencher des réactions émotionnelles, à ce stade notre cerveau ne fait pas la différence entre fiction et réalité. Si quelque chose est considéré (selon ses critères) comme triste, alors il y a automatiquement une réaction de tristesse. Et c'est une autre partie du cerveau qui gère la différence entre fiction et réalité, qui temporise en nous rappelant que c'est juste un film et que c'est pas quelqu'un de réel et de proche qui meurt, par exemple.

Du coup ça me semble possible que soit tu n'aies pas mis en place cette mise à distance, soit tu sois "submergée" par l'émotion et la rationalisation (puisqu'à l'évidence tu en es consciente) sonne faux, un genre de pensée positive qu'on se répète mais qu'on ne croit pas réellement, qu'on n'arrive pas à intégrer.

2. Souffrir du fait qu'elle souffre ou ait souffert, sans que l'événement précis ne joue un grand rôle. Je ne sais pas à quel point tu es attachée à cette personne, mais voilà, lorsque les gens qu'on aime souffrent, ça fait pas spécialement du bien. C'est le phénomène de sympathie (se mettre dans la même condition émotionnelle que l'autre dans le but de se rapprocher généralement). Bref ce phénomène-là à un stade un peu extrême, par sensibilité ou attachement pour la personne.

3. L'événement lui-même joue un bien plus grand rôle que dans les deux autres hypothèses, et a fait écho à quelque chose qui s'est passé. Tu ne parles pas du tout de la nature de cet événement, donc j'avancerais prudemment pour ne pas tomber dans le cas 1. mais ça me semble tout à fait possible également.

Ton post est très intéressant. Malheureusement, je dois admettre que j'ai encore du mal à voir clair. Sans doute est-ce parce que je suis encore immergée dans cette histoire.
Bref, je vais tenter d'éclaircir un peu la situation. A l'époque, j'étais attachée à cette femme comme un élève de CM2 pourrait l'être à son institutrice : quelques mots gentils, des petites intentions, tout en restant dans le cadre professionnel. C'est pourquoi j'aurais tendance à éliminer la première idée que tu as décrites. Des enseignants, j'en ai eu plus d'un, je me suis bien entendue avec plusieurs d'entre eux mais ça n'a jamais tourné au comportement obsessionnel comme ici.

Tes deux autres suggestions sont pertinentes...Je prends d'abord le troisième cas. A mes 8ans, j'ai perdu un ami également plus âgé que moi de plusieurs années. Nos parents étaient très proches. Nous partions en vacances ensembles, on passait du temps chez l'un chez l'autre,...C'était un peu comme un grand frère. Les causes de sa mort ont toujours été obscures...Et la même soirée où cette femme a parlé de son passé, elle nous a expliqué, à ma mère et à moi, qu'elle connaissait aussi bien ce garçon et que la drogue avait plutôt largement contribué à sa mort. C'est de sa bouche que j'ai appris que mon ami d'enfance, si génial, si fort, si...(enfin, tu imagines l'image que j'avais de lui à cet âge) était un dealeur.
Cependant, mis à part la mort, il n'y a pas de point commun, ou de lien entre le décès de mon ami et la souffrance de cette femme.
Revenir en haut Aller en bas
Chat-mauve



Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 17/07/2012

MessageSujet: Re: Traumatisée par la souffrance de l'autre ?   Sam 15 Sep 2012 - 0:50

En me la jouant pseudo-freudienne, subconscient et shit-shit... je pourrais suggéré que l'histoire de cette dame arrivait peut-être juste à point pour te permettre d'éviter de te concentrer sur l'histoire de ton ami d'enfance. En pensant uniquement à cette histoire, tu as pas eu à trop réfléchir sur à quel point savoir qu'il était dealer remettait en cause l'image que tu avais de lui. Il faut pas se le cacher, voir des êtres proches tombés de leur piédestal c'est jamais facile, surtout quand on a l'impression de les souiller après leur mort.

De là, il y a une infinie de suppositions possibles. Est-ce que ta peine/obsession est proportionnelle à ce que t'aurait fait souffrir cette découverte? Est-ce que ça s'est emballé indépendamment? Est-ce qu'en acceptant d'aller au fond de l'un tu peux te débarrasser de l'autre?

Peut-être que je suis à côté de la track aussi. Mais bon, j'espère t'apporter des pistes de réflexion intéressantes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Traumatisée par la souffrance de l'autre ?   Aujourd'hui à 11:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Traumatisée par la souffrance de l'autre ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un autre test: Evaluez votre peur des autres
» Quelle autre vie après la mort
» autre utilisation du nucléaire
» Le respect et l'écoute de l'autre dans le droit.
» Regarder le monde d’une autre façon !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: