Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Moi et...ma dope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Moi et...ma dope   Mar 10 Jan 2012 - 7:52

Bonjour all
Je vous écris ce matin car je me sens assez perdue.
J'ai 16ans, je suis en première au Lycée et je prends de la drogue dure. Oui, cela peut paraître fou. Moi-même, ça me semble complètement loufoque mais c'est la réalité.
Je suis passée la première fois sur ce forum pour des problèmes d'AM. Aujourd'hui, j'ai simplement changé de catégorie...
Ma dope, ma merde, c'est une molécule encore très peu connue du grand public. Je n'en ferais donc aucune pub mais sachez simplement que c'est un opiacé. Les effets se situent entre ceux du LSD et de la Ké. En d'autres termes, il s'agit d'un hallucinogène et d'un dépresseur. Un nouveau monde, l'impossibilité de penser...Bref, de la merde.

J'y ai "goûté" la première fois début de l'été. J'étais tombée dessus par hasard, vraiment par hasard. Un jour, juste pour le fun, suite à un pari, j'en achète sans penser y toucher. Pendant les grandes vacances, un soir sur les autres alors que j'errais comme à mon habitude sur le net, je me dis "Pourquoi pas essayer ?". Je tiens à préciser que ce jour là, je ne cherchais pas à fuir le monde présent. Certes, je n'étais pas fort bien dans mon mental mais je ne connaissais pas encore les effets de cette saloprie. J'avale la dose entière vers 22h. Une demi-heure plus tard, la défonce commence. Cette nuit là, je ne suis pas passée près de la mort. Je me suis "réveillée" le lendemain vers 18h. J'avais pris une bien trop grande dose mais je n'en savais rien évidemment. Une nuit entière de frissons, sueurs froides, tachycardie, difficultés respiratoires. Je m'accrochais de toute mes forces à un souvenirs, une personne...Celle qui m'a poussée à m'AM 4ans plus tôt. Soit. J'ai peur, je n'arrive plus à bouger. Je veux appeler à l'aide mais je n'y arrive pas. Finalement, je "sombre. Je finis par fermer les yeux par fatigue. Et là, j'embarque. Désolé si je parle trop des effets de cette substance mais je pense que c'est important pour pouvoir me comprendre. C'est la création d'un nouveau monde, le voyage éclair, la lumière, la couleur, la légèreté. Je n'ai plus aucune conscience de mon corps. Plusieurs heures plus tard, j'émerge. Il me faudra attendre 18h avant de pouvoir sortir de ma chambre et retrouver l'usage de tout mes membres. Ce soir là, je me dis "Plus jamais". Pourtant...

Les vacances se passent. Je suis confrontée à plusieurs problèmes personnels. Histoire de me venger (vengeance contre soi-même en quelque sorte), je fais le tour des dealeurs, j'achète partout ou je peux en trouver pour arriver à rassembler un véritable trésor de cette merde. Quelques jours avant la rentrée, je suis tentée d'en reprendre. "Je vais baisser les doses et tout se passera bien" pensais-je. Bizarrement, je n'étais plus effrayée par mon bad trip. Jouer avec la vie, ça m’excite. Je finis par en reprendre. J'apprécie vachement. Malheureusement.

C'est ainsi que pendant tout le dernier trimestre 2011, je ponctue ma vie de pause "trip". Il n'y a plus un seul jour où je n'y pense pas ! J'ai envie d'en prendre bon sang ! J'en ai besoin, j'en crève d'envie. Matin, midi, soir. Je ne pense qu'à ça. Il m'est même une fois arrivée de venir complètement défoncée en cours. Si au début, il s'agissait d'un simple usage récréatif, aujourd'hui, il s'agit de fuir, fuir cette réalité et faire culpabiliser les gens qui m'ont blessé plus tôt. J'aime cette merde ! J'aime ne plus avoir à penser car ma plus grande faiblesse est là.

Dans ma chambre, je stock plus de [X] "doses". Presque autant de possibilité d'y rester. Il me suffit de prendre la bonne dose et j'y reste, simplement, durement. Je reste perchée, je voyage pour toujours...
Dépendante physiquement ? Pas encore je crois. Mais mentalement, je le suis totalement.
De plus, étant presque inconnue, les études sur les effets à long termes sont plutôt rare. J'ai lu une seule fois un rapport canadien expliquant que cette merde et plus puissante que l'exctasy, extrêmement addictive. Le plus grand danger est sans doute les modification qu'elle apporte au cerveau humain. Et je le sens, depuis l'été, j'ai beaucoup plus de difficulté à étudier, retenir. Mes points chutent évidement et je m'enferme tous les jours un peu plus. Les lésions que je me suis moi-même infligée au cerveau sont définitives.

Encore un trip...S'il vous plait, le présent m'est devenu insupportable. Un autre...Un dernier...Je dis à chaque fois que c'est le dernier et pourtant...

[Edit Darmowe: évite de donner des chiffres pour éviter la surenchère.]
Revenir en haut Aller en bas
Darmowe

avatar

Nombre de messages : 4659
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Mar 10 Jan 2012 - 10:15

Tu es conscient, que tu cherches juste à fuir ta vie, sauf que sur le long terme, ça sera plus gérable. Donc arrête tant qu'il est encore temps, car plus t'attends plus ça sera dur. 6 mois, c'est pas trop long, donc c'est faisable de s'en sortir sans douiller, mais pour ça va falloir te bouger et le vouloir surtout.

Pour arrêter, soit tu vas dans un centre pour toxico ou sinon parle en à ton médecin généraliste, il te donnera le nom d'un psy, enfin te conseillera.
Vu que t'es pas encore dépendant physiquement, t'auras surement pas besoin de substitutif (ce qui est mieux, car devenir dépendant d'une merde légale, c'est la merde aussi) et ça facilitera l'arrêt.

Et faudrait vraiment que tu règles le problème de fond vraiment, car bon t'as juste remplacé le problème de l'am par la drogue, ce qui est vraiment merdique, t'aurais encore mieux fait de rester à l'am...
Donc tu cherches à fuir quoi?
Il s'est passé quoi avec cette fille, qui t'a aussi fait plonger dans l'am?
Revenir en haut Aller en bas
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Moi et...ma dope   Mar 10 Jan 2012 - 13:07

Oh, désolée pour le nombre de doses, je n'y avais pas penser.

Voilà, avant de répondre, je vais compléter mon poste que j'ai du abréger rapidement avant de partir en cours ce matin.
"T'inquiète, je gère", c'est ce que je répondais à mes amis. Façon de se rassurer, de se dire que ça n'arrive qu'aux autres. Qu'à moi, ça ne m'arrivera pas, que je sais ce que je fais. Mais c'est la dope qui choisis, pas nous..."T'inquiète, je gère", je l'ai tellement répété que j'ai fini par y croire.

Les seuls moments où je n'y pense pas, c'est pendant le sport. Je fais du Krav-Maga, Jiu-Jitsu brésilien, Kick-Boxing et MMA. Oui, 5 entraînements par semaine, c'est pas mal. Trop selon mes parents qui veulent me supprimer mon exutoire. Quoique...je reviens presque systématiquement les mains ouvertes, allez savoir pourquoi Rolling Eyes

Je tiens à préciser que je suis bien une fille et que c'est une femme (enfin, un couple puis la famille) qui m'a fait plonger dans ma psychose (appelons-la comme ça pour l'instant). L'AM et la drogue ne sont que des conséquences de cette vie.


Dernière édition par Caedere le Mar 10 Jan 2012 - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Moi et...ma dope   Mar 10 Jan 2012 - 13:30

Je m'excuse d'avance pour ce double post, je suis sur mobile et c'est pas évident.

Bon alors, j'ai parlé à mon médecin. La substance étant presque inconnue, il m'a simplement donné le nom de psychologues et de planing familiaux. J'ai vu le psy aux frais du lycée. Le contact passait bien. Au début il m'aidait bien mais j'ai vite replongé. Je me suis alors dirigée vers les centres de ma région. Je l'ai appelé tous, sans exception et ils n'ont soit pas de places, soit ils sont payants et mes économies passent entièrement dans les entraînements de sport.

Le problème de base est ma psychose qui durent depuis 5ans. J'avais 11ans lors de ce traumatisme et depuis, ma vie a entièrement changée. Par la même occasion, je suis devenue sujette à n'importe quelle dépendance, étant faible mentalement. Pout le moment, laissons le traumatisme de coté. J'en ai déjà parler au psy.

Alors, où chercher de l'aide ? Mes parents ? Ils ne sont pas assez haut dans mon estime pour que j'ose leut en parler. Mes amis ? Bah, ils ne comprendrais pas. Je viens d'un milieu hyper catholique. La drogue, c'est le diable en personne là-bas.

Bref, il me reste une personne...une personne devant qui je n'aurais pas honte, devant qui j'oserais me foutre à poils, en qui j'ai pleinement confiance. Mais ce n'est pas si simple. Cette personne est la femme qui m'a traumatisée il y a 5ans.

Choqué ? Oui, j'ai gardé contact avec mon martyr. Tout ceci n'était qu'un accident. Pour des besoins d'équilibre mental (peut-être pas sain, je l'accorde mais je vois plus ma vie sans elle) et facilités pratiques (ahah, son fils est mon entraîneur), je la vois régulièrement. En effet, dès qu'elle s'est rendue compte de son erreur, elle a essayé de m'aider à sortir de ma psychose dont elle est la cause. Mais voilà, j'ai peur de la perdre en lui avouant mes problèmes de dépendance. En effet, elle a déjà rencontré ce genre de problèmes. Pas envie de lui rappeler de mauvais souvenirs. Elle n'a même jamais pensé que je puisse toucher à la drogue...
Revenir en haut Aller en bas
andy

avatar

Nombre de messages : 2005
Age : 31
Date d'inscription : 05/02/2008

MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Mar 10 Jan 2012 - 14:42

Si tu es d'un milieu hyper catho, pourquoi ne pas parler avec le prêtre ou bien un diacre ou tout simplement quelqu'un de la maison paroissiale...
Parfois, ils savent écouter et auront probablement des contacts pour t'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Féfé

avatar

Nombre de messages : 4779
Age : 28
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Mar 10 Jan 2012 - 15:02

Qu'entends tu par ta "psychose" et en sortir? Est-ce que tu entends psychose au sens exact de la psychose, qu'il y a eu un diagnostic médical posé dessus, tout ça (auquel cas, traitement? suivi? quelles suites à ce diagnostic?) ou est-ce le mot que tu emploies pour définir quelque chose que tu ressens? (auquel cas, de quoi précisément parles-tu?)

De même, si tu veux bien, peux-tu en dire un peu plus sur cette femme/cette famille dont tu parles comme responsables de quelque chose qui t'arrive? Pourquoi dis-tu ça, de quoi parles tu? Est-ce que tu fais référence directement à la drogue, ou à quelque chose qui expliquerait selon toi que tu en consommes?

Désolée pour la liste de points d'interrogation mais un certain nombre de choses ne me semblent pas ultra claires dans ce que tu dis (ou du moins je ne les comprends pas) et j'aimerais beaucoup davantage de précision pour capter tout ça, et si possible te filer un coup de main, tout ça tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Mar 10 Jan 2012 - 16:45

andy a écrit:
Si tu es d'un milieu hyper catho, pourquoi ne pas parler avec le prêtre ou bien un diacre ou tout simplement quelqu'un de la maison paroissiale...
Parfois, ils savent écouter et auront probablement des contacts pour t'aider.

Moui...Mais je t'avoue que cela ne m'enchante pas tellement. Peur que mon histoire soit rendue publique. Je ne sais pas.
Je ne suis pas croyante personnellement et parler à un prêtre ou une personne de la paroisse me gêne un peu. A la limite, je préfère en parler à un inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Moi et...ma dope   Mar 10 Jan 2012 - 17:36

@Féfé
"Psychose"...Ce mot, c'est un ami psychologue qui l'a utillisé avec qui je parlais de façon informelle de mon histoire. Il dit que ce mot pourrait désigner la situation. Après, aucun diagnostique n'a été réellement établis. Le psy que j'ai vu au lycée n'en a jamais clairement parlé.
"Psychose" est donc le mot que j'utilise pour décrire la situation dans laquelle je me trouve. Qui est indépendante de l'état mental qui en résulte.

Sans doute que mon récit n'est pas très clair...Dans mon esprit non plus ce n'est pas clair.

Cette femme...J'ai déjà essayé d'en parler ici et ça s'est mal fini. Mais je vais retenter l'expérience en présentant la chose différemment et avec d'autres mots. Je laisserais quelques points flous pour plus de confort personnel.

Cette femme donc, est devenu un visage familier que je fréquentais presque quotidiennement il y a presque 6ans. Lorsque je suis arrivée au collège, j'étais touchée par plusieurs problèmes familiaux (un proche qui buvait, un autre violent, disputes incessantes, mort d'un troisième) ainsi que par la mort d'un de mes amis d'enfance (J., il reviendra plus tard). A cette époque, elle était à peu prêt la seule à s'intéresser à mon bien-être, à remarquer que je tanguais. Elle m'a épaulée durant toute cette année, me redonnait le sourire.
Un soir, une nuit plutôt (il était une heure du matin), après un peu d'alcool, de valium et de mélancolie, ce fut à son tour de vaciller. Nous étions à table (moi, Elle, mes parents et d'autres personnes) et les adultes parlaient de leur vie, de leurs problèmes. Discrètement, j'étais aspirée par la conversation...Je n'aurais jamais du.
De sa bouche, j'ai appris la vérité sur la mort de J. (la drogue y était pour quelque chose), j'ai appris la vérité sur sa vie, sur la vie, sur la mort. C'est peut-être bête à dire comme ça, mais en quelques secondes, elle a détruit le monde qui m'entourait, dans lequel je baignais depuis toujours. J'ai reçu ce choc comme la violation de mon enfance, de ma naïveté. Ce jour là, quelque chose est mort en moi, à jamais. Vous me direz "Ce n'est pas traumatisant", "c'est disproportionné", et bien non, les mots me manquent simplement. D'ailleurs, c'est le psychologue du lycée qui a désigné cet événement comme un "choc traumatique". Je n'avais plus de repère...Sauf elle. Les années ont passées, la douleur est toujours présente. Aujourd'hui, je la qualifierai de "mère spirituelle". De fil en aiguille, j'ai rencontré son mari et son fils. Je dîne chez elle régulièrement, je passe quelques moments (oh combien sacré !) à ses côté. Et de source certaine, je sais qu'elle voit en moi un enfant qu'elle aurait pu avoir.

Je n'en dirait pas plus à ce sujet.

J'espère avoir répondu à tes questions !


Dernière édition par Caedere le Mer 11 Jan 2012 - 19:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
vlad tepes

avatar

Nombre de messages : 3258
Age : 27
Localisation : La main forte, club privé
Date d'inscription : 19/10/2006

MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Mar 10 Jan 2012 - 20:05

La drogue, c'est le mal. Mais ça détend.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Mar 10 Jan 2012 - 20:25

Drugs are bad, mkay ?
Revenir en haut Aller en bas
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Moi et...ma dope   Mar 10 Jan 2012 - 22:20

Oui, je sais...
Revenir en haut Aller en bas
Féfé

avatar

Nombre de messages : 4779
Age : 28
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Mer 11 Jan 2012 - 18:57

Les grands mots posés par des copains (même psys!), c'est comme les auto-diagnostics et doctissimo, c'est le maaaaaal !!!!!

Tu vis où? Parce qu'il doit bien exister quelque part vers chez toi des trucs genre CMP, maison des adolescents, etc. (appellations françaises, mais je ne sais plus dans quel pays tu es..) qui proposent des consultations psys régulières, relativement anonymes dans certaines structures, et, surtout, gratuites! Et que ça pourrait être pas mal une solution! Je peux parfaitement comprendre que tu ne souhaites pas ou ne puisses pas en parler à tes parents ou tes amis. Sauf que concrètement je doute que cette femme dont tu parles puisse être réellement une personne ressource.

Tu décris une espèce de sentiment-fusion quand tu en parles, où tu lui fais plus confiance qu'à qui que ce soit, mais tout en la considérant comme la responsable de ton mal-être. Ca semble pas être des conditions exactement idéales pour pouvoir t'appuyer (uniquement en tout cas) sur elle pour avancer... Sans compter que vous paraissez assez proches, qu'elle semble avoir beaucoup d'affection pour toi, et qu'un peu d'objectivité c'est quand même pas mal indispensable pour filer un coup de patoune à quelqu'un qui va pas bien. D'où le fait que psy, médecin, tout ça, et que proches ne suffisent pas forcément!
Revenir en haut Aller en bas
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Moi et...ma dope   Mer 11 Jan 2012 - 19:29

Je n'ai pas dis que ce que je vivais étais une psychose. J'utilise ce mot car je n'en trouve pas d'autre à ma disposition pour rendre compte de ce que je vis. Je sais que l'auto-diagnostic ne mène à rien.

Je vis dans un coin paumé en pleine campagne. La première ville se trouve à un peu moins de 30km de chez moi. Je me rends dans une école dans la périphérie de la ville. J'ai pris contact avec tous les centres gratuits, planings, etc... qui était à moins de 30min à pieds du Lycée. Au delà de 30min, ce n'est plus envisageable...A part profiter de mes horaires de cours, je n'ai pas d'autres moyens d'aller jusqu'en ville sans en parler à mes parents.

Cette femme n'ai pas obligée de m'aider directement, mais peut-être indirectement...Je m'explique.
Mes parents lui faisant également confiance, elle pourrait m'aider à me rendre en ville, à me trouver des excuses pour mes vieux. Et je crois qu'elle a certains contacts dans le milieu.
Après voilà, comme je l'ai dis plus haut, j'ai peur de la perdre...
Revenir en haut Aller en bas
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: Moi...Et ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 18:36


VBonjour tout le monde !
Je reviens sur le topic car j'ai pas mal de problèmes. Toujours liés à la drogue et à cette femme...
Il y a une dizaine de semaine, j'écris un texte assez explicite sur les psychotropes pour mon cours de philo. Je ne sais pas exactement pourquoi j'ai fait ça...Soit, le prof de philo m'a proposé d'aller voir le psy du collège. Je le rencontrais environ toute les semaines, pendant une à deux semaines. Seulement, ma consommation dégénérait petit à petit, tout comme mes notes.
La semaine dernière, j'ai carrément pété les plombs (à cause de ma relation avec la femme dont j'ai déjà parlé plus haut). J'en suis venue à consommer tous les jours, au lycée également. Le psychologue jugeant mon état "sérieux" et nécessitant un traitement thérapeutique m'annonce qu'il va mettre mes parents au courant de mon histoire. Hors de moi, je sors du centre et je tombe nez à nez avec ma "mère spirituelle" qui me cause tant de problème. Désespérée, je lui déballe tout : mes notes, le psy qui veut prévenir mes parents, la drogue, ma consommation excessive, sa "responsabilité" dans cette histoire. Après m'avoir repoussé, elle prend la fuite. Le lendemain, son mari vient à ma rencontre et confisque mon stock de dope.

Voilà 3 jours seulement que je n'ai plus ma merde à portée de main. Je me sens mal, malade, à cran. J'en ai besoin ! Je...Oui, je suppose qu'on entend souvent ça d'une accro à la drogue...Mais...je veux juste qu'on me la rende...Vu la réaction de ma "mère spirituelle", je tangue entre tristesse et colère. J'ai l'impression de devenir folle...

Rendez-moi ma dope... Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 18:57

Si on refuse de te la rendre, t'as qu'à en racheter. C'est pas super dur d'en trouver, quoi que tu prennes.
Revenir en haut Aller en bas
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: Moi...Et ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 19:01

Eh bien, je dois quand-même passer la frontière et je suis mineure alors ça n'arrive pas si souvent que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 19:04

Passer la frontière ? Pour acheter de la drogue ? Lolwhat ?
Revenir en haut Aller en bas
Pingoo

avatar

Nombre de messages : 3975
Age : 25
Localisation : Caen
Date d'inscription : 26/10/2010

MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 19:37

Après, ta dope, tu en as besoin okok
Mais tu penses que c'est quelque chose de bien pour toi?
Enfin, si tu n'arrives pas à gérer et que tes doses ont fortement augmentées, tu devrais plutôt essayer de t'en passer.


Ce n'est que mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 19:45

En admettant que tout ça soit vrai, si elle a pas envie d'arrêter / n'en ressens pas le besoin, ça sert à rien qu'elle essaye, de toute manière.
Et si ça n'est pas vrai, elle ne risque rien.

Enfin remarque, si elle doit attendre d'avoir l'occasion de passer la frontière pour aller acheter quelque chose, elle a le temps de se sevrer par la force des choses...
Mais sérieux, pourquoi passer la frontière ? J'avoue que je pige pas.
Revenir en haut Aller en bas
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: Moi...Et ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 20:05

Il s'agit d'une certaine combinaison de médicaments uniquement en vente libre en France.
Revenir en haut Aller en bas
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: Moi...Et ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 20:18

Pingo > Sous certains angles, ma consommation m'a apprise beaucoup de chose sur moi-même, vraiment. Après, j'ai un peu perdu les pédales.
Revenir en haut Aller en bas
Darmowe

avatar

Nombre de messages : 4659
Date d'inscription : 09/11/2010

MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 20:46

Bon t'as trois choix:
- soit tu te démerdes pour traverser la frontière et refaire ton stock
- soit tu arrêtes définitivement, mais bon sans suivi/motivation, je vais pas te le cacher c'est peine perdue
- soit tu as la chance de connaître "que" ton premier sevrage et dés que tu pourras, tu recommenceras.

Sinon le coup de la frontière j'ai tout de même du mal à y croire pour 2 raisons.
Déjà vu que t'es mineure, pour traverser la frontière, soit tu y vas avec tes parents et heu je pense pas qu'il serait d'accord et faire toutes les pharmacie de la ville pour avoir ton stock suffisant est pas très discret honnêtement. Soit tu y vas avec des potes, ben ils auraient basiquement pu te dépanner.
Et la deuxième raison c'est que si on s'y connait un minimum en drogue, on sait qu'on trouve toutes les substances illicites (même les médocs des autres pays ou du notre seulement donné sur prescription), qu'on veut, si on va au bon endroit/chez les bonnes personnes.
Bon après c'est mon avis, donc c'est peut-être ma logique qui est foireuse.
Revenir en haut Aller en bas
Caedere

avatar

Nombre de messages : 102
Age : 22
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/09/2010

MessageSujet: Re: Moi...Et ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 20:53

J'utilise le train et je prends comme prétexte je dis que je vais voir des amis de là-bas. Je n'ai encore jamais eu de problèmes en pharmacie.
Je n'ai jamais eu beaucoup de contacts à l'extérieur en fait. A part de la beuh, je ne peux pas choper grand chose...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 21:00

J'ai jamais été sociable, strictement jamais, et j'ai pourtant toujours réussi à trouver ce que je cherchais, quand j'en voulais vraiment. Moi aussi, beaucoup de mal à y croire.
Mais certes, admettons.

J'avoue que je ne vois pas le problème, là.

T'as juste à sauter dans un train.
Ou à chercher sur place, avec un peu de volonté.
Ou à commencer à te sevrer.
Revenir en haut Aller en bas
Pingoo

avatar

Nombre de messages : 3975
Age : 25
Localisation : Caen
Date d'inscription : 26/10/2010

MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   Lun 23 Avr 2012 - 21:07

Boarf, ça dépend des contatcs Lilith.
Perso, la seule fois de ma vie (Bientôt 20 ans quand même hein), ou j'ai vu de la drogue, c'était dans une soirée avec Shere.
Donc bon, je peux comprendre que tout le monde n'ait pas forcément accès à diverses drogues comme ça sur demande.

Tu peux me dire la combinaison en mp?
Je ne suis pas un spécialiste des médocs, mais j'ai ma propre liste des trucs à ne pas prendre, donc je pourrai juger "de moi même" si je trouve que tu racontes des mensonges ou pas, vu que le forum à l'air de douter de tes dires Razz

(Je suis toujours un connard de bisounours t'as vu Lilith? Very Happy)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Moi et...ma dope   

Revenir en haut Aller en bas
 
Moi et...ma dope
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» celestene et hypomanie
» La stimulation électrique du cerveau dope la mémoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Drogues et comportements addictifs-
Sauter vers: