Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Fantomelle] Et mourir... d'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 0:19

J'ai peur de m'endormir. Je veux pas m'endormir, seule. Pas après plus d'un mois où je n'ai pas dormi seule. Je veux des bras, je veux ses bras.

Je peux pas, je gère pas (ou si peu). Une rupture c'est commun, ça arrive tous les jours... c'est pas la mort. Alors pourquoi j'y pense moi ? Pourquoi je voudrais crever, là, maintenant, tout de suite ? Pourquoi j'y pense depuis quelques heures, après la dissipation des effets du xanax, de l'alcool et de la beuh ? J'ai beau reprendre uniquement cette dernière, l'effet n'est plus tellement efficace. Ah je pleure pas, ça non, rien ne sort. Mais j'ai quand même de drôle d'idées dans ma tête.

Jeudi, 14h34 : mon envie de vivre s'est envolée. Mais juste le temps de gober le trio.
Vendredi... vendredi ? Mais c'est tout à l'heure que l'on rompais, jeudi, donc aujourd'hui on est pas vendredi hein ? Oh putain, qu'est ce qu'on a fait pendant ces près de 12 h ? Chais pas...
Samedi : rentré chez moi la veille, il me quitte complètement cet apres midi là.
Depuis ? He ben depuis je suis un peu baddante. Heu non, baddée. Comment on dis déjà ?

Vous allez me poser la question alors j'y réponds d'avance : je ne sais pas pourquoi j'écris ce post. Si c'est pour vider mes trippes, m'occuper les mains et la tête, me plaindre ou chercher de l'aide... J'en sais rien. Mais je me sens terriblement seule, triste et effondrée.

Tant de questions dans ma tête.
Comment est-ce possible que deux être qui s'aiment ne peuvent pas vivre leur amour à cause d'une divergeance d'opinion ?
Comment est-ce possible qu'aucun compromis ne puissent être trouvé entre deux personnes qui s'aiment ?
C'est juste ça ? Que c'est cette stupide raison de merde qui fout tout en l'air, qui fait souffrir comme ça ?
C'est habituel d'avoir mal comme ça pour une rupture ? Ou c'est moi qui en fait tout un drame ?

Post qui ne résoudra rien. Mais si quelqu'un passe par là et se prend la joie de répondre à tout ça et à moi par la même occasion (piusque dodo on peut sans doute oublier pour un petit moment), qu'il fasse donc, j'en serais transportée (façon de parler).
Revenir en haut Aller en bas
Shere



Nombre de messages : 1269
Age : 24
Localisation : Normandie- France
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 2:03

Rupture définitive?
Je ne sais pas exactement quoi répondre étant donné que je ne connais pas ton histoire.
Je vois les choses ainsi: lorsque que quelqu'un que l'on aime nous quitte, il faut garder le meilleur
de ce qu'on a vécu, le meilleur de ce qu'il a apporté et se dire que c'était bien.
Ce dire que c'est la fin, mais qu'au moins c'était bien.
Je crois que c'est ce qui permet de vivre sereinement apres.
Bien sur ça prend du temps, et en ce moment tu as surement envie d'hurler,
de te faire du mal et autres mais ça permet de se preserver.
Je crois que prendre du recul positif soulage.
Il faut pas penser au fait que c'est fini, que tu feras plus jamais certaines choses etc..
Il faut juste se dire que t'étais heureuse et que c'était bien.
Pense à ce que ça t'a apporté pas à ce que tu perds.

( tu dois surement te dire quee j'y comprends rien, que c'est de belles paroles... Mais j'ai vécu la rupture carnage et avec le temps je prefere voir les choses ainsi)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 2:12

shere a écrit:
Il faut pas penser au fait que c'est fini, que tu feras plus jamais certaines choses etc..
Il faut juste se dire que t'étais heureuse et que c'était bien.
Pense à ce que ça t'a apporté pas à ce que tu perds.
C'est dur, très dur Shere.
Je ne vois que ça pour le moment. Et tout me rappelle lui. Des chansons, mon chat qu'il adorait caresser, la place vide à côté de moi, les délires totalement débiles que l'on s'étaient fait, les fous rire que l'on n'aura plus, ses bras qui me manqueront.
Putain, je pleure en écrivant ça. Je l'avais pas fait depuis 17 h cet aprem, l'heure à laquelle il est partit.

Tout ça ne me donne même pas envie de m'AM, même pas ! Non, juste envie de crever pour que ça se finisse. Je SAIS au fond de moi que c'est pas la soluce, je le sais. Mais je ne peux pas m'empêcher d'y penser. ça me traverse d'un coup et ça me laisse le doute après... Mais je suis encore là. A souffrir comme une conne mais je suis là. C'est pas le principal, au fond ?

T'es pas à côté de la plaque, Shere, malgré ce que tu semble croire.

Pour apporter des précisions : on s'est séparé "d'un commun accord" (ça devrait faire moins mal ça, non ?). Enfin... moi j'ai changer d'avis après, mais pas lui.
En gros : on s'aime tous les deux, mais on ne peut pas rester ensemble à cause d'une putain de divergeance de point de vue qui s'appelle : libertinage.

C'est con hein ?
Putain, être conformiste et normatif des fois, ça doit régler bien des soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Shere



Nombre de messages : 1269
Age : 24
Localisation : Normandie- France
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 2:23

Ca n'a rien à voir mais je te le dis quand même: c'est bien d'assumer et d'avoir osé le placer dans ton couple.
Après, peut-être que son point de vue est compréhensible.
Ca fait longtemps que c'est un problème entre vous ou il t'a claqué la porte au nez quand tu lui en as parlé?
Si c'est la deuxieme option c'est possible qu'il revienne après avoir refléchit...

C'est bien que tu pleures, une fois que tu auras bien vidé ton sac de larme tu te sentiras mieux et tu pourras réfléchir correctement.

Et ce que tu es sure que tu n'as pas changé d'avis (pour le commun accord) par peur mais qu'au fond de toi tu es d'accord avec ce commun accord?

Je crois que tu repenseras toujours à tous ces souvenirs, là tu te dis que ça te manque et que t'as envie d'en finir, mais dans quelques temps tu diras: "c'était vraiment simpa quand il faisait ça!" Puis tu souriras, comme on repense à un bon souvenir.
Faut vraiment pas que tu te focalises sur le mot "rupture" ou "fin".
Pense plutôt à "debut", "continuité de la vie", "changements en perspéctive"...

Un jour, tu t'en voudras d'avoir voulu tout arrêter pour ça. Parce qu'un jour, tu auras autre chose dans ta vie.
Revenir en haut Aller en bas
Caramel



Nombre de messages : 31630
Age : 38
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 2:24

Après, à toi aussi de voir de quoi tu souffres le plus.

De renoncer à coucher avec d'autres personnes, ou de renoncer à lui ?

Parce que mine de rien, la rupture, c'est pas complètement "subi", là. C'est un choix de vie, aussi : renoncer au libertinage auquel tu tiens, ou renoncer à lui à qui tu tiens ?


________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 2:39

shere a écrit:
Ca fait longtemps que c'est un problème entre vous ou il t'a claqué la porte au nez quand tu lui en as parlé?
Si c'est la deuxieme option c'est possible qu'il revienne après avoir refléchit...
Non non, il sait tout depuis le départ. C'est juste que je pensais tenir alors j'ai dit oui à sa proposition inisitante de se mettre en couple fidèle. Mais après rediscussion (cf. partie sexualité), on en est venu à la conclusion qu'il valait mieux arrêter là plutôt que de souffrir encore plus à un moment ou à un autre.

Citation :
Et ce que tu es sure que tu n'as pas changé d'avis (pour le commun accord) par peur mais qu'au fond de toi tu es d'accord avec ce commun accord?
Ben si.. j'ai changé d'avis par peur, même si je sais qu'au fond de moi on a raison de faire ça. ça fait juste putainement chier... parce qu'on s'aime.

Citation :
Je crois que tu repenseras toujours à tous ces souvenirs, là tu te dis que ça te manque et que t'as envie d'en finir, mais dans quelques temps tu diras: "c'était vraiment simpa quand il faisait ça!" Puis tu souriras, comme on repense à un bon souvenir.
Faut vraiment pas que tu te focalises sur le mot "rupture" ou "fin".
Pense plutôt à "debut", "continuité de la vie", "changements en perspéctive"...
C'est comme un deuil alors ?

Caramel a écrit:
Après, à toi aussi de voir de quoi tu souffres le plus.

De renoncer à coucher avec d'autres personnes, ou de renoncer à lui ?

Parce que mine de rien, la rupture, c'est pas complètement "subi", là. C'est un choix de vie, aussi : renoncer au libertinage auquel tu tiens, ou renoncer à lui à qui tu tiens ?

Je tiens aux deux, c'est ça qui pue. J'ai essayer de renoncer à un, vraiment vraiment mais faut croire que pas possible. Faut donc renoncer à l'autre... Lui. C'est dur, je ne l'imagine pas encore. C'est con.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 2:41

En même temps, soyons clair, euh... y en a un qui est juste totalement impossible. Or, celui-là, implique lui et toi. l'autre n'implique que toi. à mon sens, autant tu peux trébucher te concernant, autant trébucher et emporter les autres dedans, ça le fait pas, donc ouais, clairement le choix m'a l'air bon.

Après, non pas facile à vivre, j'en doute pas.
Revenir en haut Aller en bas
Shere



Nombre de messages : 1269
Age : 24
Localisation : Normandie- France
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 2:55

Oui, c'est un peu comme le deuil.

J'emet juste une hypothèse:
C'est peut-être mieux pour toi de savoir que vous vous aimez.
L'amour c'est toujours meilleur pour l'esprit que la rancoeur, le mepris..
Revenir en haut Aller en bas
Gbrl



Nombre de messages : 1003
Age : 26
Localisation : Dans un sous-sol pas de fenêtres
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 3:48

Blanche de l'île
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 15:57

shere a écrit:
J'emet juste une hypothèse:
C'est peut-être mieux pour toi de savoir que vous vous aimez.
L'amour c'est toujours meilleur pour l'esprit que la rancoeur, le mepris..
ça je ne sais pas... c'est quand même abominable de se dire que l'on s'aime mais que l'on ne peut être ensemble pour un putain de détail...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Réveil douloureux cet aprem. Impression de m'être encore pris une grande claque dans la gueule : oui il est bien partit, non ce n'était pas un cauchemar, oui tu en chie ta race, non il ne reviendra pas, oui tiens le coup !
J'ai envie de crever toutes les 30 secondes. Mais je me retiens, hein. C'est juste que je n'en peux plus... Combien de temps encore vais-je devoir me battre contre moi-même ?

Je pourrais passer à l'acte, j'ai tout l'attirail chez moi. Mais même prendre du Xanax en masse avec de l'alcool pour faire passer le week end plus vite et moins douloureusement ne résoudra rien. ça retardera juste le moment où je saurais gérer seule. Et je veux qu'il arrive vite ce moment. Pour lundi je dois être opérationnelle.

Demain je vois mon psy. Qu'est ce que je vais pouvoir lui dire ? Assez pour lui expliquer que je vais pas vraiment bien, mais pas trop pour qu'il ne m'envoie pas à l'HP. Je veux pas retourner à l'HP.
Et je dois être opérationnelle lundi.
De toute façon, qu'est ce qu'il pourrais faire pour moi ce doc ? Des médocs ? J'en veux pas. Une hospit' ? J'en veux pas non plus. Parler ? Pendant une demi-heure... oui, ça va tout résoudre, c'est certain.
Je vais aller voir mon psy, je ne sais même pas ce que je vais lui dire, ni ce que je vais lui demander... Voilà qui m'avance grandement.

Il ne me reste qu'à écrire, écrire et écrire. Je vais sûrement noircir des tas de topics sur ce forum, histoire de m'occuper les mains, la tête, l'esprit, le corps, l'âme, tout ce que je jugerais utile pour ne pas faire de conneries.

Je crois que je vais mal quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Caramel



Nombre de messages : 31630
Age : 38
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 16:21

Après, quand même envie de te parler de ton rapport au cul. Parce que mine de rien il est central dans les causes de ta rupture, et que même en ne pronant strictement pas non plus la fidélité, j'avoue qu'il me pose pas mal question :

Tu as envie d'être libertine pourquoi ? Par amour du cul pur et simple, genre "je prends trop mon pied c'est le top", ou pour avoir de la présence et du contact physique facilement ?

Parce que sincèrement, j'avoue que ton rapport avec ça me laisse perplexe. Impression que tu as beaucoup de mal à "juste" être proche de quelqu'un sans que ça implique du cul. Que ca soit "aller jusqu'au bout" ou tater les seins de la demoiselle en face, hein.

Impression que toutes tes relations amicales (ou presque, je vois une exception, mais impression qu'elle est plus dictée par l'obligation et la peur de te faire recevoir à coup de latte :p) continennent du cul.

Impression que c'est quelque chose de limite envahissant, y compris pour toi. Au point que tu te retrouves dans des situations assez... embarassantes. Pour toi et pour les autres.

Franchement, je ne sais pas si on peut franchement parler de libertinage, ou si c'est juste que tu as l'impression que pour exister aux yeux de quelqu'un, tu dois atterrir dans son pieu ou faire des trucs sexuels avec... Ce qui est, soit dit en passant, archi-faux. Parce que tu es intéressante et agréable à fréquenter. Même (et surtout Razz) quand tu ne me courses pas partout pour me tripotter les seins Razz

Franchement, impression d'un truc flippé dans ton rapport au cul... pas mal plus que d'un vrai plaisir. D'autant qu'il me semble avoir lu dans un de tes topics que niveau cul, tu atteints rarement l'orgasme (peux me tromper cela dit)...

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 16:29

Note que c'est amusant quand elle te cours après pour te tripoter les seins.
violon
Revenir en haut Aller en bas
Shere



Nombre de messages : 1269
Age : 24
Localisation : Normandie- France
Date d'inscription : 27/12/2006

MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 16:37

Je crois que je comprends ce que dit caramel.
Avant j'avais l'impression que si mes relations n'allaient pas plus loin,
on m'oublierait. J'avais l'impression qu'il ni avait que ça qui me liait.
Et puis faut dire que j'en avais envie. C'est vrai, ça amène un peu de
folie dans cette vie monotone. Ca donne l'impression d'être aimé,
de compter pour quelqu'un.

Puis j'ai rencontré mon copain. Et je ne peux pas lui faire ça.
Il a failli me quitter au debut de notre relation parce qu'il a
appris que j'avais couché avec un mec que je ne connaissais pas
trois jours avant de sortir avec lui.

Mais j'ai toujours ces envies. Je ne sais pas comment dire mais
quand quelqu'un me plait, j'ai envie de lui montrer. Ne serait-ce
que de l'embrasser, ne serait-ce que pour un jour.
J'ai l'impression de passer mon temps à tomber amoureuse de
la première personne qui me regarde enfin.
Putain de carrence affective.
Alors j'ai contenu tout ça dans mes nouvelles. J'ai ecrit pour les
gens qui me faisait cet effet. Une certaine façon de vivre ces
histoires que je ne pourrais jamais vivre.
J'ai failli craqué il y a quelques semaines.
Pourquoi? Parce que G m'a regardé, parce qu'il m'a parlé,
qu'il m'a demandé de venir chez lui. Et j'y suis allée.
J'avais envie qu'il me trouve belle, envie qu'il me desire.
J'avais pas envie d'être invisible. Et j'ai failli craquer.
Je ne l'ai pas fait. Depuis il m'ignore. Bam.

Est-ce que c'est ce que tu ressens Melancolie, ou est-ce un réel
desire de vivre le mode de vie du libertinage?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 18:01

Caramel a écrit:

Franchement, je ne sais pas si on peut franchement parler de libertinage, ou si c'est juste que tu as l'impression que pour exister aux yeux de quelqu'un, tu dois atterrir dans son pieu ou faire des trucs sexuels avec... Ce qui est, soit dit en passant, archi-faux. Parce que tu es intéressante et agréable à fréquenter.

ça va être un peu du +1, je voulais juste dire que j'ai eu plus ou moins la même réflexion quand je suis rentré sur Bienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 18:22

Tenir. Encore. Et encore.

Non, ne pas se foutre en l'air. Garder en tête que ça va passer, que demain je n'aurais plus envie de me tuer. Se dire que c'est rien, que j'ai deja vécu pire. Ne pas oublier que si je suis arrivée là où j'en suis actuellement c'est pas pour que dalle et qu'il faut continuer. Continuer à me battre contre moi-même et vivre. Même si je n'en vois pas l'utilité présentement. Je sais que demain, ou après demain, bientôt quoi, je saurais. Je saurais pourquoi je veux vivre. Là c'est juste un brouillon dans ma tête, un putain de brouillon entouré de brouillard. Alors je ne vois rien de précis, je sais juste. C'est mon instinct qui me guide vers ce noir là bas, tout au fond. Mais faut pas toujours faire confiance à son instinct, pas vrai ? Des fois faut rester lucide. Moi je peux pas maintenant mais y'a des gens qui le sont pour moi, lucide. Et ils me font des piqures de rappel de temps en temps, histoire que je ne perde pas de vue mon objectif. Me demandez pas ce qu'il est je serais incapable de vous répondre là maintenant. Je le saurais plus tard.

Je réponds pas vraiment aux questions posées. J'essaie juste de continuer à lutter là, je ne peux pas réfléchir. J'y répondrais hein, parce que dans le fond vous devez pas avoir tort. Mais pas maintenant, j'y arrive pas.

J'y arrive plus.

ça monte et ça descend j'ai remarqué. Des fois mon auto-persuasion marche vraiment bien et j'arrive à tenir mais dès que je relache un peu, je flanche. Faut pas trop flancher, ça pourrait me mener vachement loin.

Mais je tiens. J'essaie, je le jure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 21:38

Assez cool que, sans avoir un monstre de recul, tu parviennes à relativiser suffisamment pour savoir que cet état ne durera pas.
Autrement, j'ai l'impression tenace qu'il y a de réelles similitudes entre cette histoire et celle avec ton ex, les rôles inversés.
Bref... t'as toujours été obstinée et courageuse, je ne doute pas que tu puisses tenir (= ne pas t’endommager).
Prend soin de toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Dim 9 Jan 2011 - 22:27

C'est marrant que tu réponde à ce sujet. ça me fait grave plaisir. Merci.

Pour te répondre :

Althéa a écrit:
Assez cool que, sans avoir un monstre de recul, tu parviennes à relativiser suffisamment pour savoir que cet état ne durera pas.
Disons que ce n'est pas la première fois qu'une période de badde/crise suicidaire (appellez ça comme vous voulez) m'arrive. Des fois j'ai tenu, d'autres pas. Je me connais assez sur ce point là maintenant pour anticiper (= demander de l'aide, ne pas rester seule, appeler, parler...) et essayer de garder un minimum le contrôle (= se dire que ça passera, parce que ça passe toujours...) dans le but de tenir. Mais c'est une réelle traversée du désert. Ne pas flancher, ne pas succomber à cette envie si forte... c'est dur.
Le point positif, c'est que ça forge.

Citation :
Autrement, j'ai l'impression tenace qu'il y a de réelles similitudes entre cette histoire et celle avec ton ex, les rôles inversés.
C'est en effet, toujours plus ou moins le même schéma. J'ai un gros problème avec les relations moi, c'est certain.

Citation :
Bref... t'as toujours été obstinée et courageuse, je ne doute pas que tu puisses tenir (= ne pas t’endommager).
Prend soin de toi.
A vrai dire, je me suis même pas AM tellement je voulais juste que tout se termine. ça me semblait si dérisoire, si innéfficace de se couper le corps entier quand le coeur seul hurle de douleur. Alors j'ai serrer les poings et j'ai attendu que l'orage passe. Car le week end diabolique s'achève. Ma douleur ne s'arrêtera pas à minuit pile, je veux bien le croire mais après ça devrait aller. A cotoyer du monde, me forcer à sortir, m'occuper, travailler... je devrais pouvoir mieux gérer je pense. J'espère.

Je vois toujours mon psy demain, je ne sais même pas si je dois lui parler de tout ça (par peur de l'HP). ça dépendra de mon état du moment, je suppose...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Lun 10 Jan 2011 - 23:21

Mélancolie a écrit:
[...] le week end diabolique s'achève. Ma douleur ne s'arrêtera pas à minuit pile, je veux bien le croire mais après ça devrait aller. A cotoyer du monde, me forcer à sortir, m'occuper, travailler... je devrais pouvoir mieux gérer je pense. J'espère.
Raté.

Ai écris ça en cours aujourd'hui. Sur une feuille volante, mais je l'ai recopié pour garder une trace. C'était un gros vidage de sac, sans structuration, juste pour m'aider sur le moment :

Partir ou rester ?
Faut que je me casse ! Mais putain, je vais pas commencer à ne plus aller en cours à cause de lui, non ?

Je me sens mal, j'ai mal. Je ne pourrais pas supporter cette douleur encore longtemps. « ça va passer », c'est ce que je me répète en boucle, mais c'est bien peu consolateur.
Les larmes me montent. Je me retiens. Ne pas pleurer aujourd'hui, j'y tient. Mais le voir rire avec ses amis, se comporter tout à fait bien... le voir là devant moi, juste à portée de main, et ne pouvoir le toucher, le caresser, le prendre dans mes bras, lui dire « je t'aime ».
Et cette bise, putain ! Cette putain de bise ! Initiée par lui, évidemment. Moi je n'aurais pas pu.
Et il rigole, il partage, intereagit... avec les autres. Et moi je reste là, stylo à la main, yeux dans le vague, incapable d'écouter, comprendre et noter le cours. Incapable de me relever. Parce que je suis bien à terre. Encore une fois. Depuis le temps, je devrais m'y être habituée.

Il écrit. Beaucoup. Et pas que du cours. Je le vois car il est assis juste devant moi. Je vois son dos arrondis et sa jolie tête penchée sur son cahier. Son poignet se mouvoit régulièrement. Mais impossible de voir ce qu'il écrit. J'ai bien aperçu un dessin tout à l'heure mais à part ça...

J'entend sa voix... Oh mon Dieu, j'entends sa voix. Celle dont j'ai rêver tout le week end. Mon Dieu... je ne sais même pas si ça me fait plus de mal que de bien cette rencontre innoportune. Parce que oui, je ne l'avais pas du tout prévu :
En retard à mon cours, je dévale les escaliers de l'amphi pour me trouver une place rapido au 3° rang. Je n'ai pas le temps d'enlever ma gavroche que la personne assise devant moi se retourne et ouvre des yeux ronds.
C'était lui.
Interloquée, j'enlève ma casquette en répondant à sa question-réflexe « qu'est ce que tu fais là ? » par un « ben je viens en cours ! » totalement hors propos puisque ce n'est même pas mon CM attitré.

Et une heure et demi plus tard, j'en suis là, à écrire, écrire et écrire pour ne pas penser et rester comme une moule devant ma feuille.

Peut-être qu'aujourd'hui j'irais m'AM... Je me sentirais mieux ainsi. Je n'en ai pas eu besoin ce week end (je voulais tellement plus...) sûrement qu'à un moment ou à un autre je craquerais et me soulagerais ainsi.


La suite de la journée ne s'est pas forcément mieux passée en fait. Me suis même pas AM ! Sur ce coup là, je me comprends pas...

Encore moi a écrit:
Je vois toujours mon psy demain, je ne sais même pas si je dois lui parler de tout ça (par peur de l'HP). ça dépendra de mon état du moment, je suppose...
J'ai été assez honnête avec lui. Je lui ai dit pour les envies suicidaires, le week end que j'avais passé, la perte d'appétit, les insomnies, l'apathie et la perte de motivation toussa...

J'ai deux hypothèses le concernant : soit il est génial, soit il est vraiment merdique comme psy. Il ne m'a même pas proposé l'HP (bien), mais m'a represcrit du Xanax (ben, bien aussi pour moi hein), tout en ne voulant pas me prescrire d'AD parce que selon lui c'est une dépression psychologique et pas nerveuse, donc AD innéfficaces (moins bien d'un coup là). Tout ça en me gratifiant de judicieux conseils que moi-même dans cette phase de ma vie n'aurait jamais pu deviner. He oui... "la vie c'est pas facile". Merci Doc, je m'en souviendrais. -_-

Bref, c'est lui le médecin, je suis d'accord mais en tout cas je voulais savoir : j'ai des AD chez moi qui me restent de ma période écureuil (Seroplex)... j'en prends ou pas ? Je suis généralement anti-traitement de fond mais là je veux bien faire une exception si ça m'empêche de me butter en fait... Parce qu'on sait tous que l'automédication c'est Maaaal alors bon... juste avoir vos avis quoi, histoire d'être sûre de pas faire de conneries.
Revenir en haut Aller en bas
Onagre



Nombre de messages : 1457
Localisation : Tête en l'air ou 6 pieds sous terre
Date d'inscription : 03/06/2009

MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Lun 10 Jan 2011 - 23:29

Poser la question, c'est y répondre, Mel. Non, pas de Seroplex. Déjà, si je ne me trompe, c'est un traitement longue durée qui doit être mis en place sous contrôle médical. Donc ca ne va clairement pas le faire si tu le prends seule.
Ensuite, si ton psy te dit que ca ne sert à rien, ben... c'est que ca ne sert à rien.

Ce qui se passe est difficile pour toi, mais les médicaments ne peuvent pas l'empêcher.

Courage. D'habitude, quand tu rompais, tu gardais contact avec tes ex? C'est ce que je trouve le plus dur, les revoir, et voir qu'ils continuent sans nous. mais toi aussi, tu vas continuer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Lun 10 Jan 2011 - 23:35

Onagre a écrit:
Poser la question, c'est y répondre, Mel. Non, pas de Seroplex. Déjà, si je ne me trompe, c'est un traitement longue durée qui doit être mis en place sous contrôle médical. Donc ca ne va clairement pas le faire si tu le prends seule.
Ensuite, si ton psy te dit que ca ne sert à rien, ben... c'est que ca ne sert à rien.

Ce qui se passe est difficile pour toi, mais les médicaments ne peuvent pas l'empêcher.
Ben disons que je n'aurais pas poser la question si je n'avais pas deja pris du Seroplex auparavant.
Après, c'est pas une question de fuite les médocs là, c'est juste histoire de me donner une chance supplémentaire de ne pas me butter.

Citation :
Courage. D'habitude, quand tu rompais, tu gardais contact avec tes ex? C'est ce que je trouve le plus dur, les revoir, et voir qu'ils continuent sans nous. mais toi aussi, tu vas continuer.
Franchement, j'ai jamais su ce qui était le mieux... les revoir ou pas. J'ai toujours souffert, dans un cas comme dans l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Lun 10 Jan 2011 - 23:48

Oups, j'ai failli oublier : je reprends ENFIN le suivi psychologique. Demain je vais au service santé de la fac pour demander un RDV.
ça ne pourra que m'aider je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Caramel



Nombre de messages : 31630
Age : 38
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Lun 10 Jan 2011 - 23:49

Ca servira à que dalle, l'AD. Il a raison : quand c'est réactionnel à un truc précis, genre une rupture, être déprimé, c'est juste normal... Donc pas une grande efficacité au traitement. Et accessoirement, ca met genre 2 semaines minimum a faire effet. Et en deux semaines, la phase de choc à la "je ne gère complètement rien" post rupture, elle est pas mal passée. Ca ne veut pas dire que c'est l'extase après, mais mine de rien, c'est en général les premiers jours qui sont infernaux. Après, bah... c'est triste mais c'est gérable.

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Lun 10 Jan 2011 - 23:51

Ou en tout cas, à partir du moment où on part en vrille inutile de prendre ça, vu que 2semaines plus tard on ira mieux.
Pas forcément si proche que ça de la rupture la crise.
oui message de flood.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Lun 10 Jan 2011 - 23:56

Caramel a écrit:
Après, bah... c'est triste mais c'est gérable.
Tu sais... je culpabilise de pas gérer un ptit truc comme ça. Je trouve ça con de souffrir pour une rupture au point de vouloir en crever. Mais je ne maitrise pas vraiment... Je fais des efforts, ça oui, mais impression qu'au bout du compte, ça ne sert à rien. Y'aura toujours une autre période pour me rappeler à quel point je suis faible. Et ça recommencera, encore et encore. Je me battrais puis j'irais mieux. Je rechuterais alors faudra retourner au combat, et j'irais mieux. Mais je retomberais encore et... Tu vois ? C'est sans fin.

Au final, personne ne peut répondre à cette question précise : ça sert à QUOI de vivre ?
Je n'y trouve pas de réponse, ça m'obsède.
Revenir en haut Aller en bas
Caramel



Nombre de messages : 31630
Age : 38
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Mar 11 Jan 2011 - 6:00

Ca sert à rien. En soi. Jveux dire, vivre n'est pas un but en soi.

Après, ca rend possible de faire d'autres choses. Voir des amis, penser, te créer un mode de vie qui te plait...

Et c'est pas mal ce que tu es en train de faire, non ?

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fantomelle] Et mourir... d'amour   Aujourd'hui à 11:44

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fantomelle] Et mourir... d'amour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Peut-on mourir d'amour ?
» Tu dois accepter de mourir à toi-même,
» MOURIR D'AMOUR
» Saint Gauthier et commentaire du jour "Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis"
» Un article qui fait réfléchir (regrets avant de mourir )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: