Forum AM-Entraide

Ce forum est notamment consacré à l\'entraide autour des problèmes d\'automutilation.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La gueule ouverte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sisyphe



Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 01/08/2010

MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Mer 3 Nov 2010 - 22:00

alors, Whatever, tu en es où ?
Revenir en haut Aller en bas
H



Nombre de messages : 6591
Date d'inscription : 12/01/2008

MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 5:16

Aucune idée. Gueule refermée, j'imagine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 8:15

Et... le spécialiste du sommeil parce que pas franchement négligeable + problème récurent à ce niveau-là et pas franchement de solutions durables à l'heure actuelle ?
Revenir en haut Aller en bas
H



Nombre de messages : 6591
Date d'inscription : 12/01/2008

MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 8:55

Ouais. Enfin c'est pas le sujet, même s'il n'y en a plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 12:03

Franchement Kagu, tu te laisse crever ou quoi ?

Vas voir ce putain de spécialiste du sommeil, merde !
Revenir en haut Aller en bas
H



Nombre de messages : 6591
Date d'inscription : 12/01/2008

MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 12:06

J'ai pas dit que j'irais pas. C'est juste pas le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 12:31

Moi je pense que si au contraire, puisque le manque de sommeil accentue/entraine un peu tout le reste.
Je crois vraiment que quand tu regleras/aura régler ce problème de sommeil, le reste sera tout de suite plus facile à gérer.

Impression que tu fais rien pour t'en sortir, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 12:33

Whatever a écrit:
[...] grosses insomnies
Plus depuis quelques jours. Globalement c'est pareil, sauf que le moral n'est plus là. Littéralement. Je suis vide, et la moindre pensée fait écho, rebondit partout et frappe fort.

J'ai beau être amorphe, je n'arrive pas à dormir véritablement. Je reste dans un état de semi-conscience, une sorte de réceptacle vide qui se roule en boule et chiale quand elle accueille une pensée raz-le-bol. Raz-le-bol parce qu'envie de dormir, principalement. Envie de laisser la gestion de ma respiration en pilote automatique et faire des rêves. Même des cauchemars, ça me va. Juste fuck off, je vais dormir. Repeupler mon esprit, un peu.

Je reste amorphe, et parfois je me rends compte que je suis en apnée. Je reste amorphe et j'ai un œil irrité parce que je ne cligne pas assez les yeux. Je reste amorphe, au bord de m'endormir pour aller rêver un peu, mais sans y arriver, au bord constamment. Et j'en ai marre. Fatiguée, énervée, irritable, ce que vous voulez. Le problème, c'est même pas de dormir. C'est le vide. L'insomnie, c'est moins un problème quand on troque les heures de sommeil contre un peu de vie. Mais si c'est pour récolter du vide et des crises de nerfs, non ça ne va pas.


Bon je vais m'arrêter-là, tout ça pour dire que même si le problème en soi à la base de ton sujet n'est pas exactement les insomnies il y a quand de FORTES chances pour quelles aient un lien intrinsèque avec ce qu'il se passe. Qu'avant il y ait de la vie, le moral blabla, okay, on peut aussi partir du principe que ton corps a été résistant jusqu'à un certain point mais que les insomnies à répétition il en a sa claque alors fuck off le moral et fuck off le mode éveil actif.
Peut être, ou peut être que c'est autre chose, mais c'est une piste à creuser que tu sembles pas mal éviter par tout les moyens que ce soit (à moins que tu n'ai effectivement prit rendez-vous auquel cas c'est plutôt une chouette chose).
La tête qui se fout en SB, la conscience semi-réveillé, la sensation de vide ça n'indique pas clairement un niveau de repos satisfaisant et pas l'impression que de toute façon tu peux parvenir à quelque chose de productif si ton sommeil se barre en couille chaque nuit pour X raison. Les insomnies ne sont peut être pas la cause, et sans doute pas la cause de toutes les conséquences que tu te manges actuellement/depuis un moment, mais ça ne contribue pas à arranger les choses manifestement !

Donc, ouais, je ne vois pas spécialement en quoi le spécialiste du sommeil serait totalement HS;
Revenir en haut Aller en bas
Trash Khan



Nombre de messages : 3157
Age : 47
Localisation : En mon tort inférieur
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 12:34

Comment veux-tu avoir une quelconque emprise sur un sujet quelconque si ton cerveau ne suit pas? Force d'âme, tout ça?

Nourriture et sommeil sont les deux priorités. Tu as pu t'en occuper d'une, maintenant l'autre...

Sinon, n'importe quel sujet sera une histoire à dormir debout, en somme.

Trêve d'humour : je tiens à toi et apparemment, je ne suis pas le seul. Tiens-tu à toi?
Revenir en haut Aller en bas
H



Nombre de messages : 6591
Date d'inscription : 12/01/2008

MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 12:49

C'est pas hors-sujet parce qu'impossible que ce soit une cause (parce que ouais, ça l'est probablement), c'est hors-sujet parce que c'est pas ce dont j'avais envie de parler quand j'ai ouvert ce sujet.

Ouais j'ai réglé, pas entièrement mais assez pour que ce ne soit plus un problème, la nourriture. Je me suis bougée, tant pis pour l'angoisse post-bouffe, tant pis pour je saque pas la présence de mon corps, ça ne va pas me tuer, je me bouge et fuck off les ressentis.

J'ai pas envie de faire pareil pour le sommeil. Ni envie ni la force, là. J'en ai putainement ma claque de bouger, de faire comme si je ne pétais pas un boulon, d'utiliser mon énergie aux tâches normales + gérer ce que je ne gère en fait pas. Les deux ensemble, c'est pas viable.
J'en ai marre de raisonner, d'attaquer le problème sous un angle rationnel, c'est la faute à la bouffe et au sommeil, suffit d'éliminer le problème et fuck off le moral.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 12:57

Non il ne suffit pas d'éliminer le problème bouffe + le problème du sommeil et tout va bien tralala, tant pis pour le problème moral.

Simplement difficile de s'attaquer au problème du moral qui part en vrille si tu es à l'ouest en partie à cause du lulz sommeil.

Est-ce que tu te sens capable, à l'heure actuelle, de gérer objectivement les choses pour comprendre ce qui foire niveau moral alors que ce qui est du domaine du corps, des ressentis justement (pas tellement fuck off là hein, les lulz perceptions..) font la girouette ?
Suivi pluri-disciplinaire tout ça, parce que de toute évidence non, il n'y a pas que les insomnies qui sont la cause de tout.
Revenir en haut Aller en bas
Caramel



Nombre de messages : 31630
Age : 38
Localisation : Lausanne - Suisse
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 13:10

Tu ne peux pas te "couper en tranches", putain, Kagu !

Tu ne peux pas décider arbitrairement de t'occuper "d'un domaine", et de couper à grand coup de hache les implications que les autres domaines ont sur ce domaine, et réciproquement.

C'était certes une belle connerie de gérer le problème bouffe en faisant juste "je bouffe et fuck les ressentis".
Faire "je bouffe, et j'évacue / parle / travaille sur les ressentis", ouais, ça aurait eu un sens.
Mais juste t'en fouttre des ressentis, c'est pas jouable, parce que ca ne fait que déplacer le problème (démonstration faite, le problème bouffe n'est plus trop présent, mais ton corps gueule autant qu'il peut le faire pour que tu l'écoutes, vu que tu as déconnecté tout ressenti...).

Après, en même temps, pas déconner, tu trouves TOUJOURS des trucs à redire à TOUTES les aides proposées.
Avec un poil de mauvaise foi, au passage : tu dis que tu ne peux pas faire abstraction comme pour la bouffe, des ressentis liés au problème de sommeil... Tout en ayant totalement refusé y a quelque temps toute proposition d'aller voir un psy parce que "travailler sur les ressentis c'est pas le but, je veux des tuyaux pratiques".

Franchement, impression que tu as tellement la trouille que tu te refuses à TOUTE démarche véritablement aidante.
Parce que changement. Parce que confrontation à toi même (et pas fuite de tout ressenti).
Parce que tu pars franchement en couille, et que tu le sais, et que tu n'as pas envie que des professionnels le sachent, vu qu'ils risqueraient de te FORCER à réagir.

Bon dieu, à ne rien faire, tu vas crever. Putain, tu es pas conne, tu hurlerais à la mise en danger face à quiconque d'autre ici aurait les memes comportements, 'tain !

________________
Profil partie de Loup Garou :

Nom : Johnny "Caramel" Waite
Age : 40 ans
Description physique : Taille moyenne, cheveux bruns avec parfois des reflets verdâtres, yeux globuleux
Origine : Insmouth, Massachusetts
Profession : vendeur itinérant
Particularités : Refuse obstinément d'évoquer son enfance, sa famille et sa ville natale. Vit au village par intermittence, en raison de son métier

-----

 

Caramel dit : Je peux faire Caca en paix ?


Ronge tes barreaux avec les dents
Le soleil est là qui t'attend
Revenir en haut Aller en bas
H



Nombre de messages : 6591
Date d'inscription : 12/01/2008

MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Jeu 4 Nov 2010 - 18:48

C'était pas de la mauvaise foi. Je le pensais réellement. Ça m'a juste explosé à la gueule, entre temps.

Je n'ai pas peur du changement. Sinon j'en serais pas ici aujourd'hui. A la limite, plutôt le contraire, le long terme et tout.

Ce n'était pas une histoire de se couper en tranches non plus. Mais pour ce qui est d'étudier la chimie de mon cerveau, vous n'avez pas les outils, à part me dire en boucle d'aller consulter. Alors sur ce sujet, je parle du reste, le chain combo "va consulter" est du coup plus chiant qu'autre chose parce qu'il bouche complètement la possibilité de parler du reste. Et parler du reste ne veut pas dire que je décline la consultation, ni que je l'accepte. Si j'avais envie de parler de consultation, je serais restée dans le sujet Endormissement.

A la limite, ça serait même mieux si vous ne connaissiez pas mes problèmes de sommeil, j'en viens à le regretter. Parce que ça manque de recul pour le reste, parce que le sujet ressort dans d'autres sujets. Et même si c'est lié, c'est pas une raison pour que ce sujet absorbe tous les autres. Et c'est en train de le faire. Non seulement ça joue un rôle sur mon moral, fatigue et tout, mais en plus ça me clôt la gueule parce que quoi que je dise, c'est "insomnie" qui est gardé.

Il y a quelques personnes qui ont répondu au sujet. Mais sur les 4 pages, il y a pas mal de HS. Bonnes intentions, j'en doute pas, mais c'est juste inutile les chain combo, ça me soûle plus que ça me convainc et ça bloque la discussion.
Revenir en haut Aller en bas
H



Nombre de messages : 6591
Date d'inscription : 12/01/2008

MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Lun 29 Nov 2010 - 20:56

J'efface mes empreintes. Je fais le ménage. Parce que je ne crèverai pas si c'est le bordel. Et j'aime pas les liens. Et si je devais en avoir, ça ne serait certainement pas de ce genre de futilité. Je garde toutes les possibilités ouvertes, en quelque sorte. Peut-être pour ne pas choisir. Ou pour me donner l'impression que je ne me suis engagée dans rien, rien dont je ne puisse me débarrasser facilement en tout cas.

Je ne gère que si je peux me dire que demain ça peut être fini. Que dans une heure je pourrais crever.

Quand je me dis que je ne peux pas crever parce que X ou Y, ça m'angoisse plus que ça me rassure.

Aujourd'hui je suis invincible. Et ça ne va pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Lun 29 Nov 2010 - 21:02

Je connais cette logique et suis bien content de m'en être débarrassé.

Si ça peut te rassurer, tu peux crever dans le bordel aussi, tu ne seras pas là pour apprécier les dégâts, de toute façon, alors ça ne change rien. Il suffit de décider de s'en foutre. Enfin, je crois. J'ai pas l'impression d'avoir raisonné sur le sujet pour en arriver là, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Lun 29 Nov 2010 - 21:11

Je me reconnais pas mal, fonctionnement un peu équivalent, décider de s'en foutre me parait être une alternative parce que des liens futiles on est forcé d'en avoir, tout contrôler reste difficilement possible, ou alors ça devient sacré casse-tête lorsqu'on s'astreint à le faire.

Après, dans l'absolu ça n'a pas l'air d'être un "mode de fonctionnement" qui te convienne de toute évidence, vu que c'est un moyen pour "te rassurer"/"ne pas être angoissée", plus une "solution" faute de mieux ou je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
H



Nombre de messages : 6591
Date d'inscription : 12/01/2008

MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Mar 30 Nov 2010 - 0:35

Le problème, c'est plutôt que j'ai plus envie de survivre, de guérir des maladies, de résister aux malaises, etc.

Pour le moment, j'affronte et m'en sors parce que j'ai ceci ou cela à terminer. Mais ça m'emmerde. Pas forcément les activités en question, juste de me sentir obligée de continuer pour... ça.

Je fais quelques arythmies en ce moment, et par exemple aujourd'hui ça m'a prise alors que je faisais la vaisselle. Je me suis assise, j'ai soufflé un coup, je me suis concentrée pour remettre ma vision nette, et je me suis remise à la vaisselle. Et ça m'a vraiment fait chier. Pas la vaisselle, juste de me dire non à cette envie que j'avais eu sur le coup : me laisser glisser par terre et fuck, je lutte pas, et si je crève comme une conne par terre, tant pis.
C'est le fait de me dire systématiquement non qui me fait chier. Je prends sur moi, je serre les dents et je continue. Et je ne sais pas pourquoi. J'ai peut-être pris un exemple extrême parce que se dire "non, je vais pas me buter maintenant" c'est passablement normal, personne ne peut témoigner qu'il s'est dit oui et qu'il l'a fait. Mais c'est valable à des plus petits degrés aussi. A chaque fois, non c'est pas constructif, non je dois faire ceci ou cela. Non je ne vais pas craquer, non je ne vais pas sécher, non je ne vais pas repousser la vaisselle, non je ne vais pas rester au lit, non je vais prendre mes repas normalement, non et non. Au final, gros raz-le-bol. Envie d'enlever toutes les raisons que je me donne quand je m'oblige à prendre sur moi, pour justement pouvoir craquer, partir voire crever si je le veux. Sans que ma raison me rappelle à l'ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La gueule ouverte.   Aujourd'hui à 7:02

Revenir en haut Aller en bas
 
La gueule ouverte.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Bon appétit !
» Créature, twitter et photo…
» Coup de gueule contre mon chat!
» Gueule de bois :(
» Journée porte ouverte au refuge du beaussart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum AM-Entraide :: Problèmes :: Mal de vivre : dépression, suicide-
Sauter vers: